Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 16:18

 


Social-Eco - le 16 Novembre 2010

La Poste

La grève des postiers dure à Marseille

Un appel à la solidarité financière est lancé pour les postiers en grève depuis plus d’un mois, entre autres contre le recours à l’intérim pour distribuer le courrier. Marseille, envoyé spécial.

Derrière leur banderole de la CGT et leurs pancartes clamant : « Facteur, c’est un métier ! » ou « Non à la casse du service public », les postiers du 2e arrondissement de Marseille ont été de toutes les « manifs » en octobre. Et pour cause : depuis le 7 de ce mois, ils sont en grève à 100 %, cadres compris. La gestion abrupte de la fin de contrat de deux jeunes en CDD a mis le feu aux poudres. L’une, étudiante, espérait après un job d’été formateur, pouvoir continuer à travailler à La Poste pour financer ses études. C’est niet ! L’autre a été remerciée après sept mois de contrat sans interruption comme factrice et a été remplacée par un intérimaire. « Nous n’avons bien sûr rien contre cet intérimaire, nous luttons pour l’emploi stable, pour l’amélioration du service public », souligne-t-on à la CGT, qui précise que le contentieux social dans ce bureau desservant les quartiers du Panier et de la Joliette porte sur quarante-sept points de revendication ! Comme l’expliquait Véronique Caffort, agent de cabine, lors de la dernière manifestation sur la Canebière, dont les postiers du 2e avaient pris la tête, « la lutte pour de bonnes retraites est liée dans mon esprit à celle contre la précarité de l’emploi et pour un meilleur service public ». Mais pour l’heure la direction ne veut rien savoir et a fermé la porte à toute négociation. C’est-à-dire, comme l’explique Alain Croce, délégué syndical et élu communiste à la communauté d’agglomération MPM : « elle reçoit pour discuter mais en ne montrant aucune volonté de négocier, comme tout bon élève du Medef ». Pire, elle a fait convoquer, le 12 novembre dernier, par le commissariat du 15e…

 

La cgt appelle à la solidarité

les deux jeunes femmes dont le cas est à l’origine du conflit au prétexte qu’elles ne doivent plus fréquenter leurs anciens locaux de travail ! Une délégation appuyée par Jean-Marc Coppola, vice-président communiste de la région Paca, et Jean-Paul Nostriano, adjoint au maire du 2e arrondissement, s’est vu confirmer le grotesque de cette plainte aussitôt classée sans suite. De quoi regonfler si besoin est le moral des grévistes… à la bourse plate après trente-sept jours de grève ! À la direction du courrier, qui affirme une « volonté d’ouverture » mais qui, de fait, joue le pourrissement, la CGT oppose la solidarité et ce jusqu’au niveau national. La fédération des activités postales et des télécommunications (FAPT CGT) lance un appel au soutien financier et moral (1) pour les postiers grévistes.

À Marseille, même leur lutte exemplaire et pacifique trouve écho dans la population : la dernière rencontre publique postiers-usagers a regroupé pas moins de quatre cents personnes. Qui toutes se demandent pourquoi ce qui
a été possible dans le 1er arrondissement voisin, à savoir 
la création de dix emplois en CDI pour la plateforme des Docks, ne le serait pas dans le 2e.

 

(1) Versement au compte de la fédération CGT FAPT Solidarité sur le CCP : 42 117 13P 033.

Philippe Jérôme

  

Social-Eco - le 22 Février 2011


Les facteurs du IIe arrondissement de Marseille ont annoncé mardi qu'ils reprenaient le travail après une grève de 139 jours suivie par la totalité du personnel du centre de distribution du courrier.

"C'est une victoire, nous reprenons le travail au terme d'un conflit exceptionnellement long. Nous avons fait échouer la direction de la Poste dans sa volonté d'imposer l'intérim", a déclaré Alain Croce, délégué CGT du centre de distribution. "Il n'y aura plus d'intérimaire dans le service à compter du 31 mars et nous avons obtenu quatre postes supplémentaires ", a-t-il ajouté. "Le centre bénéficiera en 2011 du même niveau d'emploi qu'en 2010, alors que 243 suppressions de postes sont prévues pour le courrier dans les Bouches-du-Rhône"

Les postiers marseillais avaient démarré leur mouvement de grève le 7 octobre dernier pour protester contre le remplacement de deux facteurs en CDD par des intérimaires.

La direction de la Poste avait mis en place un centre de distribution parallèle du courrier pour cet arrondissement marseillais durant toute la durée du conflit.

 

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans LA POSTE
commenter cet article
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 03:47

 

  028

ci-dessus Bruno Fornaciari (PCF) et Ghilène Forgerit et

JM Beaudet (CGT) devant la Mairie de St Varent

 

 

A l'automne 2009 nous faisions signez une pétition contre la privatisation de La Poste.(Claude AUBIN, conseillé général sortant a refusé)

 

Avec l'entrée en vigueur de la loi, les effets s'en font sentir. Une nouvelle désorganisation de la Poste à Thouars et à St Varent est à l'oeuvre. Suppression d'une tournée de facteur. Répartie sur les autres, elle accroît la charge de travail déjà excessive et la pénibilité. « Entre juin 2010 et juin 2011, en un an donc, on a connu sept départs à la retraite. Cela n'a donné lieu qu'à la création d'un seul CDI. Je laisse ce fait à l'appréciation des demandeurs d'emploi du Thouarsais » déclare Eric ROUSSELIERE responsable CGT à Thouars.

 

Déjà le service aux usagers s'est depuis plusieurs année dégradé. Irrégularité du courrier, (les abonnés aux journaux en savent quelquechose) réduction de l'amplitude d'ouverture des bureaux de poste, allongement des files d'attente et des délais pour la banque postale etc...

 

La direction régionale de la Poste prévoit et assume la suppression de 200 postes (5%) en 2011 remplacés au cas par cas. On sait ce que cela veut dire. On réduit les moyens humains et la perte d'efficacité, la dégradation du service et des conditions de travail, le mécontentement des usagers ouvrent la porte aux groupes privés à l'affût.

 

 Nous l'avons déjà dit, Il faut rompre aussi avec les logiques de rentabilité financière au détriment de l'efficacité sociale, moderniser et démocratiser la poste en étendant les pouvoirs d'intervention et de décision des salariés des usagers et des élus.


Comme le signalait en son temps le Comité National contre la Privatisation de la Poste qui réclamait un débat public et un régférendum : "Gouvernement et direction de la Poste ont dégradé la qualité du service public en limitant les investissements répondant à l'intérêt général. Depuis 2002 plusieurs dizaines de milliers d'emplois ont été supprimés. Calà se traduit par l'espaxcement des tournées, les délais croissants de livraison de courrier, les réductions d'horaires, l'allongement des files d'attente ... et il ajoutait "Une privatisation de la Poste entainerait une détéroriation encore plus considérable du service rendu aux usagers, la rentabilité maximale immédiate et les impératifs financiers auraiient priorité sur l'intérêt général"

 

Les communistes proposent de donner les moyens nécessaires à La Poste, l’argent existe pour cela; de la développer avec un modèle de gestion moderne autour de trois objectifs : EFFICACITE SOCIALE, COOPERATION, DEMOCRATIE.

La Poste doit  en outre participer à un pôle public financier mobilisant l’épargne populaire au service de l’emploi, de la formation. Nous faisons le choix d'un service public pour les usagers, les salariés, les élus, contre la concurrence        « libre et non faussée » des requins de la finance.

 

Les candidats Front de Gauche aux Cantonales Bruno FORNACIARI à St Varent et Ernest LEVINDREà Thouars 1 demandent à la Direction Régionale de La poste de se donner les moyens, notamment en personnel,  d'accomplir ses missions de Service Public.
Et ils soutiennent les revendications des personnels qui s'expriment en ce sens.
Bruno FORNACIARI et Ernest LEVINDRE
PCF/CANDIDAT FRONT DE GAUCHE

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans LA POSTE
commenter cet article
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 09:44

La Poste ou Poste-SA

la poste st varentContre la privatisation, réussir les référendums du 3 octobre. Le gouvernement entend privatiser prochainement La Poste. Encore une proposition qui conforterait les logiques financières. Notre société, les citoyens, ont besoin de La Poste et de grands services publics. C'est efficace pour résister à la crise et répondre aux besoins humains. Avec d'autres, les communistes entendent participer à la défense et à l'amélioration du service public. La Poste et les télécommunications sont notre bien commun. Au peuple, de décider de son avenir. Commençons le samedi 3 octobre, partout en France avec les référendums.


Ci contre Des militants du PCF et de la CGT font signer une petition contre la privatisation de La Poste, à Saint-Varent




Privatisation de fait


A l'automne, Nicolas Sarkozy a programmé un projet de transformation de l'établissement public de la Poste en société
anonyme. Il s'agit en fait de l'ouverture du capital à hauteur de 3 milliards d'euros pour « faire face », dit le pouvoir, à la
«concurrence» en Europe à partir de 2011. Le projet remonte à 2008. Mis en difficulté, le gouvernement a dû le repousser à plusieurs reprises face à une vraie résistance de la population, chez des salariés et des élus. Ce projet intervient dans un contexte dégradé pour la Poste: fermeture de bureaux, réduction de l'offre de service public, notamment dans les campagnes et les villes populaires. Depuis 1997, La Poste n'embauche pratiquement plus
de personnel à statut mais uniquement des contractuels; 43% du personnel aujourd'hui... En vérité, l'ouverture du capital, c'est la privatisation. En Europe et dans le monde, les privatisations postales n’ont engendré que baisse de la qualité du service, augmentation des tarifs, suppressions d’emplois et précarité accrue. Le service public de la Poste a besoin d'argent, certes – c'est l'argument utilisé par le pouvoir pour son mauvais coup- mais beaucoup d'autres solutions existent. La privatisation est donc un choix idéologique du gouvernement. Il s'inscrit dans le cadre de la réduction des dépenses publiques: moins de moyens pour les services publics, plus de profits pour les marchés et les actionnaires.
Des résistances nombreuses, un référendum le 3 octobre. Face aux mauvais coups contre la Poste, les salariés ont réagi et les citoyens se sont organisés dans de nombreux collectifs de défense de la Poste, un peu partout en France. Ici pour s'opposer à une fermeture de site, ailleurs pour exiger que le bureau réponde aux besoins de la population ( horaires, personnel...). Les communistes, leurs élus ont été de tous ces combats. Un collectif national unitaire de défense de La Poste s'est constitué, rassemblant de nombreuses organisations, l'ensemble des syndicats et des partis de gauche. Ce collectif propose d'organiser un référendum national contre la privatisation le samedi 3 octobre et demande à l'ensemble des mairies de contribuer à cette consultation. Dans toute la France auront lieu des référendums.
Dans les villages notamment, de nombreux maires, de tout bord, participeront à cette consultation car la population y est attachée au service public et ces maires tiennent à leur Poste, souvent le dernier service public dans la commune. Là où les autorités refuseraient d'accueillir l'initiative, le référendum se ferait dans la rue, devant les bureaux de poste, dans les quartiers populaires.
Le Parti communiste, les élus communistes sont engagés pleinement dans le succès de cette action et ont décidé d'amplifier la riposte, d'aller à la rencontre des salariés, des citoyens, devant les bureaux de Poste, aux gares, sur les marchés et dans les entreprises pour contribuer à la mise en échec de cette privatisation.
Les communistes proposent
Le gouvernement a déjà reculé sur ce dossier. Il a une première fois reporté l'examen de son projet. Il commencé à bouger aussi sur le texte. Il faut développer la pression populaire. Notre pays a besoin de plus de services publics garantissant les droits fondamentaux dont celui de communiquer, d'un grand service public de la télécommunication.
Défendre La poste, c'est nécessaire. Et il faut rompre aussi avec les logiques de rentabilité financière au détriment de l'efficacité sociale, moderniser et démocratiser la poste en étendant les pouvoirs d'intervention et de décision des salariés des usagers et des élus.
Les communistes proposent de donner les moyens nécessaires à La Poste, l’argent existe pour cela; de la développer avec un modèle de gestion moderne autour de trois objectifs : efficacité sociale, coopération, démocratie. Enfin, la Poste doit participer à un pôle public financier mobilisant l’épargne populaire au service de l’emploi, de la formation. Nous faisons le choix d'un service public pour les usagers, les salariés, les élus, contre la concurrence « libre et non faussée » des requins de la finance.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans LA POSTE
commenter cet article
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 09:06

031

028


 VOTATION CITOYENNE DU 28 SEPTEMBRE AU 3 OCTOBRE 2009

038

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans LA POSTE
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre