Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 09:01

Pierre Laurent : « Contre la haine, nous visons l’unité populaire pour les libertés »

JULIA HAMLAOUI

MARDI, 13 JANVIER, 2015

L'HUMANITÉ

« Contre la haine, nous visons l’unité populaire pour les libertés » Le PCF a décidé de faire de ses traditionnels voeux une soirée d’hommage à Charlie Hebdo et à son esprit avec les familles de certains de ses caricaturistes. Pierre Laurent devait y prononcer un discours invitant à « rester Charlie » en refusant l’union sacrée comme la guerre.

L’émotion de Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, hier, à paris, lors de ses vœux.

Photo Patrick Nussbaum

Place du Colonel-Fabien, à Paris, l’heure était encore au recueillement hier soir. Au siège du PCF, les traditionnels voeux de début d’année devaient ainsi se transformer en « une soirée placée sous le signe de la paix et de la fraternité », en un moment d’hommage aux victimes des attentats. Parmi eux, certains étaient des amis, des compagnons de route de longue date. C’est en présence des familles de Charb, Wolinski et Tignous mais aussi de membres de l’équipe de Charlie Hebdo comme Patrick Pelloux, que le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, devait prononcer son discours.

« Ce soir, nous les communistes, nous pleurons des amis proches, des camarades de combat, qui donnaient souvent par leurs dessins bien plus de force que n’en sont capables nos discours », devait-il saluer alors que les murs du conseil national du PCF avaient été couverts des toiles que Charb, Tignous, Coco avaient réalisées en direct au stand national des communistes de la Fête de l’Humanité 2013 avec Lardon, Louison, Lulu Inthesky et Duchemin. Et le dirigeant communiste de se remémorer l’un ou l’autre de ces souvenirs : « Je n’oublierai aucune de nos rencontres, Charb, mon camarade. Surtout pas celle, traditionnelle, de la Fête de l’Humanité, où tu voulais toujours qu’on fasse une photo, toi le poing levé, à côté du chef du parti, ton “patron” me charriais-tu, histoire que personne n’oublie où était ton coeur de combat », devait-il raconter.

« Et maintenant ? Si nous sommes Charlie, il faut que nous poursuivions l’esprit de Charlie Hebdo », prévenait l’invitation à cette soirée qui mêlait hommage et voeux d’avenir commun. Recueillement donc. Mais aussi détermination. Détermination à « nourrir l’émotion de la réflexion ». « Ce n’est pas Charlie qui sentait le soufre, c’est notre monde. Ne regardons pas ce qui s’est passé comme un événement isolé », a invité Pierre Laurent, citant quelques-uns des événements des « quinze derniers jours » : « un grillage qui cerne un banc public », les « bateaux de migrants » laissés à l’abandon, « le refus d’inhumer un bébé rom », la « médiatisation à outrance du livre de Houellebecq »… Autant d’éléments de ce « climat nauséabond » duquel il faudrait se « désintoxiquer » en conjuguant dans « la République la liberté avec plus de fraternité et de justice sociale ». « Ce que nous visons, c’est une “unité nationale des citoyens” » Au lendemain de « l’extraordinaire riposte du peuple français » avec les marches de ce week-end, il s’agit pour le sénateur de Paris de « conforter cet élan, car l’attaque contre les libertés va reprendre très vite ».

C’est cet élan populaire, entre « hommage », « attachement à la liberté de la presse » et « volonté de vivre ensemble », que le dirigeant communiste a tenu à saluer car cette mobilisation « n’allait pas de soi » dans un contexte où « les déclarations racistes de responsables politiques se banalisent ». Loin des tentatives « d’instrumentalisation déjà à l’oeuvre », le message de Pierre Laurent devait être clair : « Ce que nous visons, c’est une “unité nationale des citoyens”, une affirmation populaire commune pour les libertés, contre la haine, la violence, les racismes et les discriminations, et non “une union sacrée des partis”, qui n’existe d’ailleurs pas. Entre citoyens comme entre partis, nous voulons le libre débat démocratique, républicain. Ni l’union sacrée, ni la guerre. »

D’ailleurs, « l’attitude déshonorante qui a été celle du Front national » devait être fustigée par le secrétaire national du PCF. À l’heure où l’ancien président UMP Nicolas Sarkozy entonne le refrain de la « guerre de civilisations » et où le premier ministre actuel, Manuel Valls, évoque de plateau télé en studio de radio un « ennemi de l’intérieur », c’est à « rester Charlie » aujourd’hui et demain qu’a invité Pierre Laurent. Et « rester Charlie », devait détailler le sénateur PCF, c’est refuser « un Patriot Act dans lequel la République perdrait son âme », c’est apporter « les moyens (à la presse) de résister à cette dictature financière qui a démoli en quelques décennies nombre de titres de la presse française », c’est « défendre (la culture) contre les politiques d’austérité et contre le Medef » et « des services publics qui font eux aussi le ciment de notre République », « c’est accueillir les étrangers menacés dans leurs pays en accordant le droit d’asile »…

Alors que la marche de Paris a également réuni des « chefs d’État dont la responsabilité dans l’engrenage des guerres et du choc des civilisations est évidente », et tandis que le débat à l’Assemblée nationale doit s’ouvrir aujourd’hui sur la poursuite de l’intervention française en Irak, la question revêt également une dimension internationale pour Pierre Laurent. « Oui, nous devons stopper la menace. Ici en France, en Europe, et au Proche-Orient. Il faut aussi pour cela que la France change de politique extérieure – car en s’arrimant à l’Otan et aux États- Unis, en tergiversant devant les intérêts de puissances régionales comme le Qatar, l’Arabie saoudite, la Turquie et Israël, la France s’interdit de jouer le rôle qui devrait être le sien comme membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU », a-t-il déclaré.

Un rôle qui commencerait par « reconnaître sans plus tarder l’État palestinien » ou encore, à propos de l’Irak, à contribuer à préparer « une conférence régionale sous l’égide de l’ONU ». Choisir le chemin de la paix ou de la guerre. L’enjeu est à cette hauteur. « Dire que la France est confrontée à une guerre est extrêmement dangereux. C’est volontairement s’enfermer dans le piège tendu par les intégristes, a estimé Pierre Laurent. Eux veulent l’affrontement, nous voulons une société de liberté, de progrès, de paix. »

Repost 0
13 janvier 2015 2 13 /01 /janvier /2015 16:49
Repost 0
13 janvier 2015 2 13 /01 /janvier /2015 16:09

Intervention à Strasbourg de Patrick Le Hyaric, député au Parlement européen, directeur de l'Humanité :

Monsieur le Président,

Monsieur le Ministre

Nous saluons le puissant élan de solidarité des peuples européens et du monde entier avec le peuple français en deuil mais debout et déterminé face aux exécutions dont ont été victimes des journalistes, beaucoup de mes amis personnels, des policiers et des citoyens de confession juive.

Hier dans chaque ville et chaque village, le peuple de France uni s’est rassemblé pour dresser un front, un barrage solide contre le fondamentalisme intégriste, contre la barbarie. Et il l’a fait en ayant à l’esprit, conscient, qu’ailleurs dans le monde, de Bagdad à Kaboul, d’Alep à Kobane, la même terreur inonde de sang les rues. Celles et ceux qui ont été assassinés l’ont été pour ce qu’ils représentaient, certains la religion juive, les policiers le service public de la République française et nos amis journalistes parce qu’ils représentaient l’esprit libre et frondeur, le refus de l’esprit de caserne.

Par fidélité aux idéaux de ces amis exécutés, il nous faudra éviter tout récupération politicienne et réfléchir à travailler plus aux moyens d’éviter cela, aux moyens efficaces d’éradiquer le terrorisme. A l’évidence, l’esprit de guerre ne le permet pas.

Quel est le bilan de quinze années de guerre contre le terrorisme ? Il faut s’y prendre autrement et porter un plan de co-développement, de dialogue avec les peuples du Proche et du Moyen-Orient. Le refus de faire droit au mouvement national palestinien depuis si longtemps n’a fait que jeter du sel sur les plaies de l’humiliation.

Le débat va certainement naître aussi entre la dialectique de liberté et celle sur la sécurité. On ne peut sacrifier la liberté sur l’autel de la sécurité. Les deux doivent vivre et progresser de paire.

Nous avons la responsabilité de jeter de nouveaux ponts avec la Méditerranée pour un nouveau type de dialogue et de coopération tout en asséchant le financement des réseaux terroristes.

Enfin, on ne peut laisser comme c’est le cas aujourd’hui tant de quartiers à l’abandon, d’enfants, d’adolescents en souffrance, de jeunes sans avenir, voilà pourquoi il faut sortir des choix d’austérité pour donner des moyens financiers à l’école, à la culture, au sport, à la formation, à la petite enfance, à l’emploi, l’aide aux villes. Ceci doit nous faire réfléchir.

En même temps, il faut absolument sortir des amalgames, des discours de division et de haine qui se répandent depuis des mois.

Au contraire, c’est l’esprit de l’unité populaire qui doit primer, l’esprit du débat, le rejet de l’exclusion pour faire société commune, Europe commune.

La France hier a dit son esprit de fraternité, du vivre ensemble contre la barbarie.

Soyons en dignes !

Repost 0
13 janvier 2015 2 13 /01 /janvier /2015 10:35

Bennett, ministre israélien : "J'ai tué beaucoup d'Arabes, aucun problème avec ça"

Dernière modification : 30/07/2013

Le ministre israélien de l'Économie, Naftali Bennett, a préconisé de tuer tous les "terroristes" attrapés par les autorités plutôt que de les mettre en prison. "J'ai tué beaucoup d'Arabes, aucun problème avec ça", a renchéri le chef de "Foyer juif".

Les propos choquent. Alors que Palestiniens et Israéliens viennent de s’asseoir à la table des négociations, le chef du parti pro-colonisation "Foyer Juif", parti de la coalition du Premier ministre Benjamin Netanyahou, s’est illustré, lundi 29 juillet, en affirmant qu’il n’y avait "aucun problème" à tuer "beaucoup d’Arabes".

L’échange entre Naftali Bennett, qui est également ministre de l’Économie, et un conseiller sur la sécurité nationale, Ya’akov Amidror, a été révélé par le grand quotidien israélien Yedioth Ahronoth, qui précise que les deux hommes étaient en train de discuter de la libération de prisonniers palestiniens.

Dans son édition papier en langue hébreu, le quotidien centriste retranscrit la conversation ainsi :
"Bennett : "Quand t’attrapes des terroristes, tu dois simplement les tuer"
Amidror : "Écoute, c’est pas légal"
Bennett : "J’ai tué beaucoup d’Arabes dans ma vie – et il n’y a aucun problème avec ça""

Selon la porte-parole de Naftali Bennett, il s’agissait de proposer une politique sécuritaire plus efficace consistant à "éliminer les terroristes" plutôt que les garder en prison pour ensuite les relâcher. Selon elle, les Arabes évoqués par le chef de "Foyer juif" ont été abattus dans le cadre de son service dans l’armée.

Peu de chance cependant que ces précisions déjouent les accusations de racisme. Le ministre israélien, bien connu pour son opposition à un État palestinien, est resté silencieux sur d'autres formes de terrorisme, comme les actions "price tag" ("le prix à payer") menées par des extrémistes juifs contre les habitants de Cisjordanie.

Repost 0
13 janvier 2015 2 13 /01 /janvier /2015 10:08
  • DÉFERLANTE RACISTE ET ISLAMOPHOBE DANS TOUTE LA FRANCE (MISE À JOUR 12 JANVIER,...

Déferlante raciste et islamophobe dans toute la France (mise à jour 12 janvier, 17h)

Publié le 9 janvier 2015 | Maj le 12 janvier

islamophobie

Dernière mise à jour dimanche 12 janvier, 10h (voir en fin d'article)

À l’heure où l’union nationale fait le plein chez les politicards, du Front de Gauche au Front National et où l’on peut sentir que le "cordon sanitaire républicain" se dissout bien dans la guerre aux musulmanEs (pardon, au terrorisme), il y en a bien quelques-uns qui ont compris que c’était le bon moment pour eux...

Ce bilan évolutif n’est malheureusement probablement pas exhaustif. Il est fort probable en effet que des actes soient tus, en particulier dans les cas d’agressions verbales et physiques contre des individuEs.
Faut-il le rappeler, ces agressions ne sont pas une réaction aux actes de terreur commis par des fascistes religieux ces derniers jours (assasinats politiques et meurtres collatéraux à Charlie Hebdo, meurtre d’une flic à Montrouge, séquestration de fait à Dammartin et prise d’otages meurtrière et antisémite à Vincennes), ils sont la multiplication de faits de violence multiples menés de concert par des individus et groupes fascistes ainsi que l’Etat français et ses sbires. Sans être nécessairement coordonnés de bout en bout, ils participent tous d’un même mouvement d’oppression tourné contre les musulmanEs et les personnes identifiées comme telles.

  • au Mans, trois ou quatre (les versions journaleuses divergent) grenades à plâtre (des grenades d’entrainement des militaires) jetés sur la mosquée des Sablons + une balle qui a perforé une porte ;
  • à Port-La-Nouvelle, dans l’Aude (même article du Monde), c’est au pistolet à grenaille que ça a tiré sur une petite salle de prière musulmane discrète ;
  • à Poitiers, c’est un tag "mort aux arabes" qui est venu redécorer la mosquée ;
  • à Caromb (Vaucluse), une bagnole "appartenant à des propriétaires de confession musulmane a également été criblée de balles" d’après Zaman
  • à Paris, c’est un Coran qui a été déchiré devant tout le monde place de la République lors du rassemblement mercredi soir.

On vous fait grâce des milliers de tweets, commentaires, mots FB et autres saloperies racistes qu’on peut lire sur le Net. Une pensée pour toutes les personnes musulmanEs ou assignéEs musulmanEs qui se tapent ce genre de connard à longueur de temps, mais en ce moment tout particulièrement.

Mise à jour 9 janvier :

  • Un lycéen de 17 ans, d’origine maghrébine, a déposé plainte ce jeudi après-midi au commissariat de Bourgoin-Jallieu (Isère) pour violences aggravées. L’agression s’est déroulée en marge de la minute de recueillement observée ce matin au lycée de l’Oiselet à Bourgoin-Jallieu, lors de l’hommage aux victimes de Charlie Hebdo.
  • Ce jeudi soir, les identitaires s’étaient donnés rendez-vous à 20h place des Jacobins dans le 2e arrondissement de Lyon pour réagir à leur manière à l’attentat à Charlie Hebdo. Près de 250 personnes ont fustigé "l’islamisation de la France et de l’Europe" à l’aide de banderoles et de slogans, demandant la "démission de François Hollande et le retour de Charles Martel". source : MLyon
  • Un obscur rassemblement des "hooligans anti-salafistes" était aussi appelé à Paris jeudi soir. Pas plus d’infos trouvées sur ce rassemblement mais ça montre bien les deux dynamiques des groupes fascistes français : d’un côté agressions, tags, attentats pour maintenir la tension ; de l’autre, organisations de rassemblements et de manifestations contre l’Islam (contre les musulmanEs et assignéEs musulmanEs en réalité) en se prétendant être des anges qui défendent la liberté. Les stratégies fascistes, qu’elles viennent des fascistes religieux musulmans ou des groupes d’obédiences chrétiennes, païennes ou laïques français (nettement plus installés en France, on le rappelle), sont les mêmes : coups d’éclats pour cliver la population et avancer vers de larges affrontements raciaux et communautaires (ce que la rhétorique médiatique de "la guerre (civile) qui est déclarée" ne fait qu’encourager).
  • Vandalisme raciste à la mosquée de Bayonne. À la bombe de peinture jaune, ils ont tracé le mot "charliberté" sur le portail qui ferme le site de la mosquée. Sur une poubelle et un mur voisin, d’autres écrits, racistes : "assassins" et "sales arabes".
  • Une tête de porc et des viscères ont été découverts, accrochées à la porte d’une salle de prière musulmane, vendredi matin à Corte (Haute-Corse).
  • À Liévin (Pas-de-Calais) une tête de porc a été déposée et des croix gammées taguées sur les murs d’une mosquée en chantier.
  • Le Nord-Pas-de-Calais a aussi vu la même nuit le chantier de la mosquée de Béthune tagué d’une tête de cochon et de l’inscription "dehors les arabes".
  • Un tabac et une mosquée ont été la cible de tirs de fusil à Vendômedans le Loir-et-Cher.
  • Des croix gammées et des tags racistes ont été inscrits sur la mosquée de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Marne).
  • À Macôn, un tag sur une artère routière : "Islam on va vous niquer - Charlie" et un autre de "soutien à Charlie Hebdo"
  • À Rennes, une inscription en breton « Er Maez Arabed » que 20 Minutes traduit par "Arabe dégage".
  • À Saint-Juéry (près d’Albi, dans le Tarn), au moins quatre tirs d’arme à feu sur la salle de prière musulmane.

Mise à jour 10 janvier :

  • À Bischwiller (Bas-Rhin), « ICH BIN CHARLIE » a été tagué sur la mosquée.
  • A Nantes, une enveloppe contenant de la poudre blanche a été découverte dans la boite aux lettres d’une mosquée, ce qui a entrainé l’hospitalisation préventive de trois personnes. Finalement, il semble que le produit contenu dans la lettre n’était pas dangereux.
  • A Digne-les-Bains, un homme a tiré plusieurs coups au fusil de chasse contre un lieu de culte musulman dans la nuit de vendredi à samedi
  • A Péronne, dans la Somme, une croix gammée a été découverte jeudi soir sur le monument aux morts destiné aux combattants d’Afrique du Nord.
  • A Mérignac (périphérie bordelaise), des voitures sont passées en trombe près de la mosquée en criant des menaces et des insultes islamophobes dans la nuit de jeudi à vendredi.
  • En Corse-du-Sud, France 3 parle de trois actes simultanés, dans la nuit de vendredi à samedi. D’abord à Ghisonnaccia, où une balle de 22 Long Rifle a été découverte devant la boucherie halal et une carcasse de sanglier devant la salle de prière. Et aussi à Baleone (commune de Sarrola-Carcopino, près d’Ajaccio) où la mosquée ("l’un[e] des plus grand[e]s de Corse et siège du Conseil régional du culte musulman(CRCM)") a été visé par des tags à caractère raciste ("Arabi fora" soit "arabes dehors") et des croix gammées. Il faut savoir que les errements de certaines franges du mouvement nationaliste corse ont conduit à supplanter peu à peu sur les routes de l’île de beauté les inscriptions hostiles aux institutions françaises ("IFF") avec ce type d’inscriptions racistes.
  • L’article relate aussi une distribution de tracts islamophobes à Bastia (Haute-Corse), "faisant état de "légitime défiance" [...] sur les pare-brises de voitures stationnées au centre-ville."
  • On avait du mal à trouver de l’info sur le rassemblement des fachos de "Riposte Laïque" jeudi soir à Bourse. La nouvelle émission "Comme un bruit qui court" lui consacre un petit reportage, à partir de la 24ème minute (l’émission dans son intégralité est intéressante)
  • Rebondissement dans l’affaire d’Aix-les-Bains (Savoie). L’incendie dela mosquée a évidemment beaucoup inquiété. Une version officielle qui privilégiait la piste accidentelle a vite été donnée pour désamorcer l’affaire. Ça nous paraissait un peu étrange quand même. Malheureusement, notre scepticisme n’était pas sans fondements puisque la nouvelle version parle d’une forte probabilité d’une incendie criminel.
  • La folie islamophobe s’exporte bien aussi : à Lisbonne (Portugal), la mosquée a été tagguée entre jeudi et vendredi d’un "1143, une référence utilisée généralement par des groupuscules néonazis" (d’autres, sur Twitter, parlent d’une référence à l’indépendance du Portugal ou à un calibre d’armes à feu). Et rebelote à Vienne (Autriche), avec un "Paris Islam = scheisse ..." (Paris Islam = merde dehors)

Mise à jour 11 janvier :

Journée d’union sacrée nationale et de disette journalistique. On a quand même (malheureusement) trouver quelques actes racistes et islamophobes qui nous avait échappé :

  • Une nouvelle carte tourne dans les réseaux de lutte contre l’islamophobie. On vous avertit quand même que le site qui est à l’origine de ce matériel est un site religieux et prosélyte, avec lequel nous avons des désaccords profonds. On relaie cette carte parce que beaucoup d’actes y sont recensés sur lesquels on n’a pas d’infos de notre côté, on espère que celles et ceux qui ont sorti ça donneront rapidement plus d’infos.
  • A Ambérieu (dans l’Ain), un pancarte raciste a été plantée sur un rond-point dans la nuit de mercredi à jeudi. Elle faisait l’apologie du FN avant de réclamer la "mort aux arabe" (sic).
  • A Argenteuil, une tentative d’incendie a visé le domicile d’une femme musulmane et sa boite aux lettres a été taguée "Vive Charlie" dans la nuit de jeudi à vendredi.
  • Une enfant de 8 ans a reçu des pierres de la part de ses camarades de classe. La raison ? Sa mère est marocaine. Témoignage du père sur Europe 1 (à 1h16min30sec)
  • Un tweet relate un tag au sol "Attention à l’Islam" devant une école (vraisemblablement à Paris vu le mobilier urbain)

Mise à jour 12 janvier :

Malheureusement, ça n’arrête pas... Le CFCM (Conseil Français du Culte Musulman, peu soupçonnable d’être un repère de dangereux islamogauchistes) parle aujourd’hui d’une cinquantaine d’actes recensées (pas plus d’infos sur leur site).

  • Une nouvelle mosquée en construction a été la cible d’un incendie àPoitiers, dans la nuit de dimanche à lundi. Peu de dégâts. Pour rappel, un type s’était fait choper il y a quelques jours pour un tag sur la mosquée de la même ville et avait fait pleurer dans les chaumières sur son "accès de colère en état d’ivresse". Pauvre bichon !
  • On avait laissé passer ça : pas loin de la région parisienne, à Soissons(dans l’Aisne), une mosquée a été pris pour cible à l’arme à feu. Cinq coups de feu.
  • A Calais, la ville où il fait si bon vivre (on fait de la pub pour les copaines au passage), la mosquée a été taguée. "Islam assassin".
  • A Thouars (dans les Deux-Sèvres), tags racistes et croix gammées pour agrémenter le dimanche en famille. Ça a (mal) visé la mosquée (en réalité, un garage privé attenant), une bagnole garée à côté, un resto marocain, un commerce et le stade municipal.
  • A Bayonne, une boucherie hallal a reçu un seau de peinture sur sa façade. On confirme que ce n’est pas une attaque antispéciste, au cas où des petitEs malinEs feraient la remarque : le vendeur de fruits et légumes à côté a pris la même sentence sur son magasin.
  • A Douai, une tête de cochon assortie d’une croix gammée et d’un "nous sommes tous des Charlie" apposés au fer rouge a été retrouvée devant la mosquée, ce lundi matin.
  • A Tulette, dans la Drôme, des "tags racistes et islamophobes" sur la mosquée. "Des tags identiques ont été retrouvés sur les murs du camping de Saint-Maurice-sur-Eygues" (commune voisine).

Par ailleurs, comme on le disait au début de cet article, il est certain que beaucoup d’actes n’ont pas la faveur des médias. Un commentaire sur Rebellyon parle de quatre agressions islamophobes contre des femmes voilées, à Mermoz et Charpenne (2 côtes cassées et multiples contusions sur la dernière, une "jeune femme voilée de 19 ans"). Un tweet relate une agression d’une femme voilée à Vandoeuvre-lès-Nancy (périphérie nancéenne), d’autres recensées ici, ou encore , et . Un blog tente d’en faire une recension ici. Une rumeur circule d’une famille tabassée à Carpentras, pas d’infos publiques trouvées à ce propos. Ces informations, peu développés, sont toutefois à prendre avec précaution.
Un article qui vient de Belgique (bien crade d’ailleurs) relate un jet de grenade dans une ville de la région Rhône-Alpes non spécifiée (probablement une confusion journalistique avec l’attentat de Villefranche).

Même si ça n’est pas directement lié, on relaie aussi un article sur les soutiens aux tueurs : Shebab somaliens, Etat Islamique, talibans pakistanais, AQMI... Que du beau monde.

En conclusion :
Ni actes de terreur, ni agressions islamophobes,
A bas tous les fascismes !

Repost 0
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 08:49

Ne laissons pas trahir Charlie !

PAR UFAL LE 11 JANVIER 2015COMMUNIQUÉS DE PRESSE

L’UFAL salue les millions de citoyens qui ont manifesté leur solidarité et leur unité face aux massacres commis dans les locaux de Charlie Hebdo et dans un magasin juif. Ces actes odieux qui ont coûté la vie à 3 policiers et 14 citoyens désarmés et pacifiques, blessé plusieurs autres, ont visé ceux qui font usage de leur liberté d’expression, ceux qui maintiennent l’ordre républicain, et des citoyens français au motif qu’ils étaient juifs. Chacun peut reconnaître dans ces assassinats la marque brutale et indiscutable du fascisme. Ni choc de civilisations, ni guerre de religions, il s’agit bien d’une attaque frontale contre la liberté, l’égalité, la fraternité, contre les principes de la République laïque. L’UFAL a appelé à cette manifestation : la grande diversité des hommes et des femmes rassemblés montre qu’une très large majorité d’habitants de ce pays sent qu’à travers ces crimes c’est à la Nation tout entière que les terroristes s’en prennent.

Mais si l’UFAL se félicite des soutiens manifestés à l’étranger, elle condamne la récupération politicienne tentée par le pouvoir en invitant des représentants d’États et d’entités internationales, notamment de la Troïka, de l’OTAN et de pays réprimant ouvertement les libertés individuelles. Non ! Notre rassemblement rejette le prétendu choc des civilisations. Il ne se fait pas au nom de la lutte contre un « terrorisme » largement alimenté par les choix politiques de l’occident néo-libéral. Non ! La sécurité des citoyens ne doit pas servir de prétexte à de nouvelles mesures de restriction des libertés.

Pour l’UFAL, seule doit compter la dimension citoyenne et républicaine de cette marche ! Faire peuple ! Ensemble ! Au nom des principes républicains, de l’antiracisme, de la laïcité, du refus de toute stigmatisation, de la lutte contre toutes les formes d’intégrisme et de fascisme, de la liberté d’expression. Elle appelle à défendre le principe de laïcité, fondement de notre société, seule voie de la concorde sociale parce qu’elle refuse de séparer les citoyens en communautés.

Nous devons aussi tirer les leçons de 10 ans de silence, de lâchetés et de compromissions : c’est faute d’avoir été plus largement soutenu que Charlie est devenu une cible. Il faut en finir une fois pour toutes avec les réserves hypocrites (« ils vont trop loin »), voire les attaques directes qui, au nom de la dénonciation d’une prétendue « islamophobie », veulent interdire toute critique des religions, tout droit à la dérision, et rétablir le « délit de blasphème » aboli par le droit républicain.

L’UFAL prendra les initiatives nécessaires pour aider au rassemblement des partisans de la laïcité, sous toutes les formes d’action possible, pour faire vivre nos libertés, sans exception.

Repost 0
11 janvier 2015 7 11 /01 /janvier /2015 20:29

Quand le Mossad assassinait à Londres un grand caricaturiste palestinien

Par Gilles Munier

Mondialisation.ca, 11 janvier 2015

Souvenons nous ! Le dessinateur et caricaturiste palestinien Naji al-Ali, célèbre au Proche-Orient, a été assassiné à Londres, le 22 juillet 1987, près du quotidien koweiti Al-Qabas où il travaillait. Il était irrévérencieux à l’égard des potentats arabes, appelait le sionisme par son nom et dénonçait la corruption de certains dirigeants palestiniens. Un tueur-professionnel lui a logé une balle dans la tête et a continué son chemin calmement, sans être inquiété.

La presse occidentale ne s’est pas émue de cette attente à la liberté d’expression, comme c’est le cas aujourd’hui après l’attentat dont a été victime Charlie Hebdo. Deux poids et deux mesure?

Dix mois plus tard, Scotland Yard a arrêté un certain Ismaïl Suwan, un étudiant palestinien impliqué dans l’organisation du meurtre. Interrogé, il a révélé qu’il avait été recruté par le Mossad et que ses supérieurs l’avait informé du projet d’assassinat.

Devant le refus d’Israël de s’expliquer sur ce crime, Margaret Thatcher – Premier ministre britannique - ordonna la fermeture de l’antenne du Mossad à Londres - Palace Green - et l’expulsion de deux « diplomates » israéliens. Bien que connue du MI5 – service de renseignement intérieur britannique – l’identité de l’assassin – un agent du Kidon, le service action du Mossad - n’a jamais été divulguée.

La presse occidentale n’a pas remué ciel et terre pour que le tueur et ses commanditaires soient appréhendés et jugés.

Le Mossad a poursuivi ses activités en Grande-Bretagne tranquillement, mais sans statut officiel.

Il a fallu attendre 1998 pour qu’Ephraïm Halevy, nouvellement nommé à la tête du Mossad, obtienne de Margareth Thatcher la réouverture du bureau du Mossad à Londres.

A lire : Le Livre de Handala, caricatures de Naji al-Ali

paru en 2011 aux Editions Scribest (140 dessins de Naji aL-Ali inédits & annotés)

Dans la présentation du « Livre de Handala « , le dessinateur- caricaturiste français Siné – licencié de Charlie Hebdo en juillet 2008 pour des propos dits antisémites » par Philippe Val, le directeur d’alors - a rappelé que le dessinateur a été tué « à cause des convictions qu’il exprimait à merveille à travers ses dessins et son petit personnage nommé Handala”

Handala, réfugié palestinien de 10 ans misérable, est présent sur tous les dessins de Naji al-Ali, le dos tourné au monde qui a trahi son peuple.

Repost 0
11 janvier 2015 7 11 /01 /janvier /2015 13:39

Ce qu'écrivait Charb en 2011 après l'incendie criminel des locaux de Charlie Hebdo.
Même pas mal! Publié le 7 novembre 2011(extrait de l’apéro de Charb, Charlie Hebdo)

J’ai la trousse qui sent quelque chose entre la saucisse fumée et le
pneu brûlé. Ce n’est pas une allusion graveleuse. C’est tout ce que j’ai
sorti du tas de suie qui recouvre notre journal : la trousse où je
range mes stylos, feutres et gommes. C’est donc ce matériel dérisoire
qui nous permet de lutter à égalité avec les pires armées de connards…
Ouah ! C’est dingue, le pouvoir de l’humour et de la dérision. Plutôt
que de chercher à avoir la bombe, le pouvoir iranien devrait distribuer
des crayons aux Gardiens de la révolution…
On a tous rapporté chez
nous cette épaisse odeur de bêtise. La bêtise a l’odeur d’un journal
brûlé. On aura au moins appris quelque chose de l’incendie criminel qui a
ravagé Charlie. « Attentat », a dit le ministre de l’Intérieur, qui est
venu visiter les locaux. Oui, le ministre de l’Intérieur, celui-là même
qui a presque une rubrique attitrée dans le journal toutes les
semaines. Vous savez, la rubrique de Réseau éducation sans frontières,
qui explique comment le gouvernement instrumentalise l’immigration et
les sans-papiers pour gagner des parts de marché sur le Front national.
Tiens, le Front national, qui, par la voix de Marine Le Pen, déplore
aussi ce qui est arrivé à Charlie. Ils sont cruels, les incendiaires,
ils ont réussi à me faire serrer la main de Guéant. Justement, nous
demandent quelques journalistes, le nez retroussé par ce qui se voudrait
un sourire ironique : ça vous fait quoi d’être soutenu par une partie
de ceux que vous critiquez le plus ? Qu’est-ce que tu veux répondre…
Vous imaginez le ministre de l’Intérieur ou un chef de parti politique
se réjouir publiquement d’un attentat perpétré contre un journal ? Oui,
mais, continuent les journalistes aux gencives luisantes, ça fait quoi
pour un journal en marge de provoquer un tel consensus dans le pays ?
Hein ? Eh ben, ÇA FAIT DU BIEN !

Repost 0
11 janvier 2015 7 11 /01 /janvier /2015 13:18
Chroniques Latines

Les chroniques Latines de Jean Ortiz portent un regard loin des clichés sur les luttes de libération du continent sud-américains... Toujours un oeil vif sur l'Espagne et les enjeux sous-jacents du quotidien...

Jean Ortiz

Samedi, 10 Janvier, 2015 - 12:16

Charlie hebdo. Je ne veux pas partager mon deuil et ma douleur avec eux

Le blog de Jean Ortiz. Je manifesterai, le cœur et la colère gros, mais en prenant soin d’éviter les infréquentables. Je ne veux pas, je le redis, partager ce deuil et cette douleur avec eux.

Les monstres qui ont commis ce crime inqualifiable au siège de Charlie Hebdo, l’hebdo insoumis, provocateur et tendre, antiraciste, humaniste ; sont des hommes formatés par des courants religieux fascisants, par des Etats théocratiques « fondamentalistes », « amis de la France », pour faire taire l’esprit critique, l’humour, l’anticonformisme, la pensée libre, la laïcité, la création sans rivages... Ils n’ont aucune excuse.

J’ai du mal à concevoir que des hommes aient pu à ce point s’aliéner, s’avilir, se fanatiser, se laisser manipuler, s’animaliser, pour produire une telle barbarie.

Je suis en deuil. Le crime de ces assassins vise notre République, celle des Lumières, du contrat social, des droits de l’homme, de l’égalité entre eux, de la liberté pleine et entière... Cette « gueuse » que sociaux et néolibéraux n’ont de cesse, depuis plus de trente ans, de dépecer, de démonter, d’affaiblir par l’explosion des inégalités, le communautarisme, l’instrumentalisation du racisme, la concurrence à tout crin, par le rabougrissement de l’Etat, la multiplication des brisures sociales, la ruée contre les services publics et les biens communs, la casse de l’ascenseur social scolaire, jadis intégrateur, la pratique de l’amalgame délétère « Islam = terrorisme » , le « no future » pour des millions de jeunes Français, quelle que soit leur origine.

Et on voudrait aujourd’hui que je défende, au nom de la douleur, ma République sociale et démocratique bras-dessus bras-dessous avec ses fossoyeurs, avec ceux qui, à force de déifier le marché, de le débrider toujours plus, de tout marchandiser, de dépolitiser, ont laissé le champ libre aux intégrismes de toutes sortes ?

Oui, je crois à la nécessaire, à l’urgente unité populaire et républicaine, mais avec tous les Républicains sincères, tous ceux qui partagent ces valeur de base, la tolérance, l’ouverture à l’autre, la justice sociale, le débat sans corsets, la liberté sans demi-mesure, et notamment celle des médias ; oui, je crois à l’unité avec tous ceux qui défendent le pluralisme de l’information... pas avec les hypocrites qui pleurent aujourd’hui sur la République menacée et qui n’ont cessé d’attiser les haines raciales, les vieilles peurs, de stigmatiser l’autre, de détruire toute espérance progressiste... Qu’ont-ils fait pour éradiquer la Bête ?

Que viennent-ils pleurnicher aujourd’hui sur la liberté de la presse alors que Charlie Hebdo était sur le point de déposer le bilan, que le pouvoir rend chaque jour la vie plus difficile, par des dispositions mortifères à « l’Humanité », au « Le Monde Diplomatique » ? De quelle liberté d’information parle-t-on ? De celle sous la coupe des marchands d’armes, des bétonneurs, des chiens de garde de l’oligarchie, du latifundium médiatique désinformateur, de la pensée unique et cynique.

Oui, je crois à l’unité populaire et républicaine face à la barbarie, mais avec tous ceux qui consacrent beaucoup d’énergie à solidariser, à « faire pays », quand les autres l’atomisent, le livrent à la guerre de tous contre tous, le blessent, le défigurent, en font une jungle. Je me souviens que lorsque Charlie Hebdo nous gratifiait de quelques « unes » décapantes, les moralisateurs venaient faire la leçon à ces « dangereux agitateurs ».

Alors, oui, je suis en deuil, je l’assume, je le revendique. Il y a danger, il faut se rassembler. Oui, j’ai mal, mais je ne veux pas partager ce deuil et cette douleur avec ceux qui ont contribué à créer le climat nauséabond et létal qui ronge notre pays depuis des années. Oui, l’islamisme, comme tous les intégrismes, est un danger. Mais qui arme et entraîne ces monstres ? Le Qatar, l’Arabie Saoudite, les Emirats, ces Etats voyous, extrémistes, obscurantistes, valets de l’impérialisme français, qui blanchissent les milliards sales dans des paradis fiscaux, garantissent aux multinationales occidentales une chasse gardée pétrolière, piétinent les droits de l’homme et des femmes, combattent les laïques et la gauche... Comment peut-on à la fois s’ériger en gendarme international contre les groupes terroristes, et livrer, par exemple, le Paris Saint-Germain au Qatar

Alors, oui, je manifesterai, le cœur et la colère gros, mais en prenant soin d’éviter les infréquentables. Je ne veux pas, je le redis, partager ce deuil et cette douleur avec eux.

Repost 0
11 janvier 2015 7 11 /01 /janvier /2015 12:18

Rassemblement

Face à tous les totalitarismes et pour la démocratie, la CGT appelle le monde du travail à se rassembler partout en France

Parce que rien ne doit empêcher la solidarité, la liberté et la démocratie de s’exprimer, la CGT, avec la CFDT, la CFTC, la CFE-CGC, la FSU, l’UNSA et Solidaires, appelle l’ensemble du monde du travail, ainsi que tous les citoyennes et citoyens, à se rassembler, partout en France, ce week-end, pour exprimer leur émotion et leur indignation après l’attentat terroriste perpétré contre le journal Charlie Hebdo et face à tous les actes de violences et d’intolérance.

A Paris, ce dimanche 11 janvier, les syndicats se retrouveront entre la Place de la République et la station de métro Parmentier, à 15h, et défileront, ensemble, jusqu’à la Place de la Nation, par l’avenue de la République, celle du Père Lachaise et l’avenue Philippe-Auguste.

Alors qu’au moins treize actes visant la communauté musulmane ont été recensés en France, depuis l’attentat perpétré mercredi au siège de Charlie Hebdo, et qu’une prise d’otages est en cours à Saint-Mandé, aux portes de Paris, la CGT s’alarme plus que jamais de la montée de tous les totalitarismes et dénonce avec la plus vive fermeté ceux qui entretiennent la haine et la division entre les êtres humains en stigmatisant des communautés, cultures et religions.

Montreuil, le vendredi 8 janvier 2015

Repost 0

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre