Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 05:42

 

MONDE -  le 17 Juin 2013

Solidarité avec la Grèce

Patrick Le Hyaric : "La fermeture du service de radio 
et télévision grec est un attentat contre la démocratie en Europe"

 

 

À l'occasion de la soirée de solidarité aux citoyens grecs à l'initiative de Mediapart, ce soir à 20 heures au théâtre du Châtelet, avec le soutien d'autres journaux dont l'Humanité, retrouvez l'appel de son directeur, Patrick Le Hyaric, pour qui la fermeture de la radio-télévision publique ERT a pour but "d’une part, de liquider un service public de l’information et de la création pour se débarrasser du syndicat, d’autre part, de tenter de créer une télévision à la main du pouvoir, tout en favorisant les radios et télévisions privées".

Le décret de fermeture du service public de radio 
et télévision grec est un attentat contre la démocratie en Europe. Cet oukase, décidé sous la dictée de la troïka, composée de la Commission européenne, de la Banque centrale et du Fonds monétaire international, est contraire au droit fondamental au pluralisme de l’information, reconnu par la Charte européenne des droits fondamentaux, et contraire aussi aux traités de l’Union. Ceux-ci explicitent, notamment dans le protocole sur l’audiovisuel public annexé au traité d’Amsterdam datant de 1997 : « Le système audiovisuel public dans les États membres est directement lié aux besoins démocratiques, sociaux et culturels de toute société et au besoin de préserver le pluralisme des médias. » La Commission européenne, qui ne manque jamais une occasion de nous expliquer qu’elle est « le gardien » des traités, viole ici les textes qu’elle est censée garantir. D’ailleurs, depuis vingt ans, l’existence d’un service public audiovisuel indépendant est l’une des conditions d’appartenance à l’Union européenne.

Nous parlons ici de cinq chaînes de télévision, dont deux diffusées par satellite, de vingt-cinq radios et de trois orchestres nationaux. C’est l’une des institutions démocratiques du pays que la droite grecque, soutenue par le parti d’extrême droite Aube dorée, veut mettre à bas. Depuis quelques jours, l’argumentaire que l’on nous sert est truffé de mensonges. Il ressemble en tous points à ce que, ici, une certaine presse, liée aux milieux financiers, ne cesse d’expliquer à propos des services publics, de la protection sociale, de notre radio et notre télévision publiques : pour eux, ça coûte trop cher ! Mensonge, puisque la radio et la télévision grecques, après que les salariés ont subi des baisses de leurs rémunérations, dégageaient des marges qui servaient 
à rembourser des dettes d’État.

La vérité est ailleurs. Il s’agit, d’une part, de liquider un service public de l’information et de la création pour se débarrasser du syndicat, d’autre part, de tenter de créer une télévision à la main du pouvoir, tout en favorisant les radios et télévisions privées. L’assainissement budgétaire sert de prétexte et de moyen pour une nouvelle accélération de l’asservissement du pays à la dictature des marchés financiers. Cela nous concerne au premier chef. Ici aussi, les plans « d’ajustements structurels » obligent à réduire les crédits à l’audiovisuel public et à la culture. En France, les porte-parole du capitalisme se réjouissent bruyamment de cette décision. Si on les comprend bien, ils rêvent, pour notre pays aussi, du « grand soir ultralibéral » et de l’écran noir pour France Télévisions, puisque M. Nicolas Beytout a pu barrer la une de son journal,l’Opinion, avec ce titre effrayant : 
« Et si on fermait France Télévisions ? »

Ne laissons pas faire ! Nous en appelons à l’unité 
des salariés, des retraités, des jeunes, des créateurs de tous les pays européens contre ces choix et pour défendre pied à pied la démocratie et la culture. Manifestons par tous les moyens notre indignation, 
notre protestation et notre refus de cette Europe « austéritaire ». C’est en ce sens que l’Humanité s’associe activement à la soirée de soutien au peuple grec lancée par Mediapart, ce soir, 18 juin, au Théâtre 
du Châtelet. Soyons-y nombreux.

Artistes, journalistes, intellectuels grecs et français viendront témoigner et défendre la nécessité d'un service public audiovisuel indépendant des pouvoirs :

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF
Thomais Papaïoannou, correspondante de l'ERT
Elise LucetFrance 2
Jean-Paul Philippot, président de l’Union européenne de radiodiffusion
Christophe Deloire, secrétaire général de RSF
Olivier Schrameck, président du CSA
Anne Hidalgo, première adjointe au maire de Paris
Statis Kouvélakis, chercheur, professeur en philosophie politique
Vicky Skoumbi, rédactrice en chef de la revue de la revue αληthεια (Athènes)
Panos Angelopoulos, Collectif de solidarité des Grecs à Paris
Ariane Mnouchkine, Théâtre du Soleil

Des musiciens grecs animeront la soirée : Katerina Fotinaki, compositrice chanteuse et musicienne, avec Stamos Semsis, premier alto de l’Orchestre national de l’ERT, et Orestis Kalabalikis, guitariste.

L'entrée est gratuite. Venez nombreux !

RSVP : invitations@mediapart.fr

Mediapart en partenariat avec Reporters sans frontières (RSF) et avec le soutien de l'HumanitéMarianneLes Inrockuptibles,RegardsPolitis ainsi que les associations Attac et le Comité Roosevelt 2012.


    Repost 0
    13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 08:30

    Le Parti Communiste grec (KKE) prête son canal local pour que la télévision publique continue d’émettre


    Les salariés des chaînes publiques grecques ERT, dont la diffusion a été arrêtée autoritairement par le gouvernement mardi soir, continuaient leurs émissions mercredi matin, accessibles sur internet et sur un canal local prêté par le parti communiste, a constaté une journaliste de l’AFP au siège de l’audiovisuel public grec.

    Derrière les banderoles et les débris des manifestations de la veille, après l’annonce surprise par le gouvernement qu’il fermait les chaînes publiques mal gérées, les studios tentaient de continuer de fonctionner mercredi matin au siège de ERT, situé à Aghia Paraskevi, dans la banlieue nord-est d’Athènes.

    A l’écran, accessible sur www.ert.gr et sur la chaîne locale 902 appartenant au parti communiste KKE, des plateaux où débattent les journalistes de la chaîne sur le coup de massue qu’ils ont reçu la veille, privant d’emploi près de 2.700 salariés, alors que le gouvernement est sommé par les créanciers du pays de réduire le nombre de salariés dans la fonction publique.

    Le président du syndicat de salariés Panayotis Kalfayanis a appelé à l’occupation du bâtiment, et a indiqué qu’il allait «saisir la justice européenne et la justice grecque». «Même s’ils veulent détruire la démocratie, les lois s’appliquent encore et je vais me battre» a-t-il dit à l’AFP.

     

    Nous réitérons notre soutien au peuple grec et aux salariés en lutte. Continuons d’offrir des perspectives et des moyens de lutte concrets.

    Vive le PCF, Vive le KKE

    Section du PCF de Saint-Quentin

    Repost 0
    6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 13:59

    COMMUNIQUÉS - IAN BROSSAT

    Mort de Clément : honte à ceux qui, ces derniers mois, ont donné des brevets de respectabilité à l’extrême-droite

    Communiqué de Ian Brossat, Président du groupe PCF/PG au Conseil de Paris, jeudi 6 juin 2013

    J’apprends ce matin avec horreur l’agression mortelle dont a été victime Clément Méric, militant de gauche, perpétrée par l’extrême-droite aux abords de la gare Saint-Lazare dans le 8e arrondissement.

    Laissé inanimé, Clément a été déclaré cette nuit en état de mort cérébrale à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière.

    Mes premières pensées vont à la famille et aux proches de Clément. Notre douleur est immense. Nous perdons un ami et nous perdons un camarade.

    Honte à ceux qui, ces derniers mois, ont donné des brevets de respectabilité à l’extrême-droite. Honte à ceux qui ont laissé proférer les appels à la haine. Honte à ceux qui ont préparé les esprits pour que puisse se produire un tel drame.

    Nous venons de franchir hier soir une étape extrêmement inquiétante dans la vie démocratique de notre pays.

    C’est pourquoi j’invite toutes les Parisiennes et tous les Parisiens à se retrouver ce soir, massivement, dès 18 h 30, Place Saint-Michel pour un rassemblement à la mémoire de Clément.


    Repost 0
    31 mai 2013 5 31 /05 /mai /2013 04:59

    Acte III. Le gouvernement contraint de reculer : Un encouragement à poursuivre pour une autre réforme !

    Déclaration de l’ANECR

    Faisant suite à la demande du Sénat, le premier ministre vient d’annoncer le retrait sous sa forme actuelle du projet de loi dit « acte III de la décentralisation ». Il annonce sa division en trois parties- la première, concernant la métropole et devant être soumise au Sénat dès ce printemps, la seconde sur le rôle des régions, la troisième sur les compétences et les solidarités territoriales - et l’étalement dans le temps de l’examen parlementaire de ces différents aspects.

    Ce projet suscitait un rejet croissant de la part des élus locaux et des populations, au fur et à mesure que les débats publics éclairaient les enjeux. Le gouvernement qui entendait aller vite a été finalement obligé de tenir compte de l’émotion suscitée.

    L’ANECR avec « l’appel des 200 pour un renouveau démocratique des institutions dans une République unie et solidaire » aura largement contribué à alerter des centaines d’élus de toute la gauche sur la nocivité de ce texte et a pris toute sa part dans ce premier recul.

    Des dizaines de milliers d’élus locaux attendent aujourd’hui autre chose d’une réforme des territoires qu’un texte obéissant aux injonctions de compétitivité de la commission de Bruxelles, avec des métropoles aux pouvoirs exorbitants, éloignant encore plus les citoyens des lieux de décisions et provoquant à terme la disparition des communes et des départements.

    Le texte doit être réécrit totalement avec comme fil rouge la réponse aux besoins humains et aux défis de démocratisation à tous les niveaux de notre République !

    Il faut redonner un pouvoir réel aux citoyens dans des collectivités librement administrées, réaffirmer le rôle essentiel de la commune, véritable lieu de démocratie et de citoyenneté active, défendre et promouvoir les services publics, ainsi que la pertinence des trois autres niveaux de collectivités, Département, Région, Etat, ce dernier ayant un rôle majeur de garant de la solidarité et de l’égalité républicaine sur tout le territoire. Il faut des coopérations de projets entre collectivités, et que les intercommunalités restent sous contrôle des citoyens et des conseils municipaux. La proportionnelle et le droit de vote des étrangers non communautaires aux élections locales ne peuvent être absents d’une véritable décentralisation. Et il faut rompre impérativement avec l’austérité pour les collectivités avec le projet de réduction de 4,5 milliards et demi de dotation. Donner aux collectivités les moyens nécessaires pour répondre aux besoins grandissants des populations, favoriser l’emploi et l’investissement public, c’est combattre la crise de façon efficace puisqu’elles représentent 70% de l’investissement public !

    Ce report gouvernemental est un encouragement à tous ceux qui, comme nous, demandaient le temps du débat, de l’écoute nécessaire pour une réforme de cette importance.

    Ce temps est d’autant plus nécessaire qu’il doit permettre le respect du choix des citoyens à l’occasion des prochaines échéances électorales. Il serait incompréhensible que la volonté populaire et les choix exprimés pour l’avenir de chaque commune et de chaque département soient contredits par une réforme votée avant ces scrutins et donnant tous les pouvoirs aux métropoles à partir du 1er janvier 2015.

    L’ANECR appelle très largement tous les élus, les personnels de la fonction publique et leurs organisations syndicales, le milieu associatif et l’ensemble des citoyens à se faire entendre dans ce nouveau contexte de débat pour aboutir à une réforme qui soit pleinement la leur, porteuse de démocratie, de redressement économique et social, respectueuse des populations et des territoires.

    Repost 0
    30 mai 2013 4 30 /05 /mai /2013 21:56

    29 mai 2013 ~ UN COMMENTAIRE

    Le printemps des chroniqueurs économiques (Acrimed)

    Le printemps des chroniqueurs économiques (Acrimed) dans Austérité pla1

    Comme nous le soulignions déjà en décembre 2012, les chroniqueurs économiques des grands médias audiovisuels sont interchangeables [1] :

    ils partagent les mêmes points de vue sur « l’urgence des réformes » (forcément libérales), sur « le rôle de l’État » (forcément trop gourmand), sur « l’Allemagne » (forcément paradisiaque) et sur « la mondialisation » (forcément heureuse). Les crises à répétition, les défaillances d’un système économique et financier qui s’essoufle, l’échec des politiques d’austérité n’y font rien : les mêmes – toujours les mêmes – continuent de pérorer sans plier. Pendant que le printemps se fait attendre, les chroniqueurs économiques, eux, se font entendre… Les médias de masse (radio et télévision) ne sont pas censés jouer le rôle de prescription que joue la presse écrite qui est aussi souvent une presse d’opinion. Pourtant, dès qu’il est question d’économie, le journalisme devient commentaire. Et l’éditorialiste se transforme en partisan. Partisan de l’économie de marché, de l’économie déréglementée et de l’Europe libérale…

    Les réformes, toujours…

    Comme toujours, le dénominateur commun des chroniqueurs économiques est l’enthousiasme effréné pour les réformes qui se traduisent toujours par moins d’État et plus de marché. Ainsi, sur Europe 1, Éric Le Boucher donne le « la » en faisant état des chantiers qui attendent la France pour les années à venir :« réforme des retraites, baisse des dépenses de santé, recul des crédits aux collectivités locales et surtout plus de réformes structurelles pour la compétitivité. » (6 mai 2013) Pour relancer l’économie française, Nicolas Doze sur BFMTV suggère naturellement de « réduire les prélèvements obli- gatoires. » Et prévient : « ce n’est plus possible de reculer sur les trois réformes attendues et exigées par le reste de l’Europe : réforme sur le marché du travail et sa rigidité ; réforme sur les retraites ; réforme de la libéralisation des professions qui sont encore sous numerus clausus. » (15 mai) La partition est exactement la même sur la chaîne concurrente I-Télé où Jérôme Libeskind préconise donc « de dépenser moins, de taxer moins. » (17 avril) Original… Même son de cloche sur les autres radios généralistes. Le chroniqueur matinal de France Inter, Dominique Seux, s’inquiète d’un risque d’overdose de la France : « les dépenses publiques, si rien n’est fait, seront en 2014, pour la première fois, les plus élevées des 27 pays européens, au-dessus du Danemark, à plus de 57% du PIB. À ce niveau, ce n’est plus de l’aspirine, c’est de la morphine, c’est-à-dire une drogue. » (6 mai) Et sur RTL, Christian Menanteau pra- tique un copier-coller exemplaire : « Il va falloir apprendre à gérer sobrement, reformer les prestations sociales, les retraites, les allocations chômage et ça va être d’autant plus indispensable que la corde de rappel allemande ne va pas disparaître. » (6 mai) On l’aura compris, les réformes libérales sont plus que nécessaire pour tendre vers le modèle allemand.

    L’Allemagne, encore…

    La rigueur allemande est régulièrement donnée en exemple par les commentateurs de l’économie. Sur Europe 1, Axel de Tarlé incite François Hollande à suivre l’exemple de Gerhard Schröder – « on va voir maintenant si François Hollande aura le même courage » (24 mai) dit-il – en le conseillant sur les réformes à faire dans le cadre de l’assurance-chômage :« Gerhard Schröder en 2005 a réduit de moitié l’indemnisation du chômage à un an contre deux ans en France. Résultat : en Allemagne les entreprises payent deux fois moins de cotisations donc oui elles sont plus fortes et oui les entreprises créent plus d’emplois. Franchement, au point où il en est, François Hollande a tout intérêt maintenant à suivre cette voie qui a fait ses preuves. » Des preuves qui ne seront nullement contestées par Éric le Boucher : « On peut les soupçonner [les socialistes qui critiquent l’Allemagne] de vouloir, comme leur aile gauche, un abandon de la rigueur au profit d’un retour à la politique menée depuis trente ans d’un nouvel endettement national ou européen. » (29 avril) Mais, ajoute-t-il, « le parti au pouvoir entretient les illusions d’hier : relance des dépenses publiques et attente de la sortie de crise par les autres – par les Allemands, par l’Europe, par l’extérieur. Mais hélas, les problèmes de la France sont français, ils ne sont pas allemands, la compétitivité ne viendra des réformes qu’en France pas en Allemagne. » (29 avril) Pour que la sauce de la relance prenne, un subtil mélange s’impose : moins d’État, plus d’Allemagne et surtout un blanc-seing pour le patronat.

    Les patrons, évidemment…

    Le candidat François Hollande voulait encadrer les salaires des grands patrons, mais le gouvernement Ayrault est revenu à la raison : le patrons ne seront pas accablés. Le chœur des chroniqueurs pousse un « ouf ! » de soulagement. Sur I-télé, Jérôme Libeskind prend la défense des chefs d’entreprise car le moment de les incommoder est mal choisi : « Si le gouvernement avait décidé en plus de légiférer sur la rémunération des patrons, et bien, il aurait à nouveau brouillé ses relations avec les entreprises et leurs dirigeants, et ce n’est pas franchement le moment. » (24 mai) Son collègue de BFMTV, Nicolas Doze – qui avait flairé avec ce projet l’entrée des chars soviétiques dans Paris – approuve le renoncement de Pierre Moscovici : « Passer par la loi sur ce sujet, ça n’a aucun sens. Contrôler les prix, contrôler les salaires, c’est complètement fossilisé comme politique. (…) » (27 mai) Cela aurait été « une loi complètement anachronique. »

    Derrière toutes ces analyses, il n’y aurait pas d’idéologie.

    Tout cela résulterait du bon sens et ne serait teinté d’aucune arrière-pensée politique. Que dire alors quand Axel de Tarlé fait sa chronique sur « l’explosion abusive des arrêts maladie en dix ans » (25 avril). Pour lui cela ne fait pas de doute : il y a de « l’abus ». Pourquoi serions-nous plus malade aujourd’hui qu’il y a dix ans ? » s’interroge-t-il, avant d’insister : « Il y a de l’abus partout, y compris dans le privé ! ». Mais si de Tarlé s’était donné la peine de lire l’ensemble du rapport qu’il cite, il aurait vu que la population active vieillit, que le temps de travail s’allonge et qu’entre « 2008 et 2011, les salariés de plus de 50 ans ayant bénéficié d’un arrêt-maladie ont augmenté de 8,5 %, soit un rythme plus soutenu que celui du nombre total d’arrêts (+1,4 %) » [2]. De plus, « la durée des absences s’accroît avec l’âge : en moyenne, elle est 3,5 fois plus importante pour les salariés de plus de 60 ans que pour ceux de 30 ans. » [3]. Que penser également de la chronique de Bruce de Galzain « l’éco du jour », sur France Inter, qui prend le parti du libéralisme, le vrai. En effet, il salue la sortie d’un livre de Daniel Tourre (membre du parti Alternative libérale) qui veut combattre les clichés du libéralisme en France : « L’ouvrage est documenté, abordable, drôle ; pas prosélyte, didactique ! Et lorsque l’on demande à Daniel Tourre pourquoi le libéralisme est tant décrié en France, il prend sa part de responsabilité : il y a bien sûr l’omnipotence de l’État-nounou selon lui, la religion de l’État-Dieu qui ne laisse pas beaucoup de place (…) » (10 mai)

    Toutes ces chroniques sont construites sur le même modèle :

    plutôt que d’informer sur l’état de l’économie ou du débat économique, leurs auteurs, pourtant journalistes de profession, se contentent, semaine après semaine, de faire valoir leur opinions tout en se faisant juges et prescripteurs des politiques économiques nécessaires à la France. Et dès lors que tous ces chroniqueurs professent, à quelques nuances infimes près, le même libéralisme échevelé, six semaines (seulement) de leurs élucubrations dans les médias dominants se résument à un seul et même petit refrain, monotone et entêtant, celui du marché… Et tant pis pour l’objectivité journalistique, le pluralisme médiatique et le débat démocratique !

    Par Mathias Reymondle 29 mai 2013


    Repost 0
    8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 08:39

    Hollande et le gouvernement doivent tirer les enseignements du référendum alsacien. Et vite....

     

    La proposition de création d'une collectivité territoriale unique d'Alsace vient d'être rejetée par référendum. Ce mauvais projet, véritable laboratoire pour adapter les collectivités à la politique d'austérité, a suscité beaucoup de méfiance dans les populations des deux départements alsaciens. Privés d'un vrai débat sur la réforme des collectivités territoriales et l'avenir régional, les électrices et les électeurs ont très clairement exprimés, d'abord par leur non-participation, que la question posée  était totalement déconnectée de leurs préoccupations. Notons combien la démocratie a été escamotée : la seule circulaire envoyée était une propagande pour le "oui". Le Front de gauche a fait dans ces conditions difficiles une belle campagne. À n'en pas douter, le résultat de ce soir est aussi, en creux, l'expression d'une volonté de ne pas affaiblir le lien de l'Alsace avec la France.

    Le contexte actuel, sur fond de crise politique, économique et sociale, a pesé de tout son poids. C'est un changement de cap dans la politique gouvernementale qui est attendu. Pas une opération de ce type qui se solde par un lamentable échec. Après le vote des alsaciens, le projet de loi sur l'acte 3 de la décentralisation doit être retiré pour engager une véritable concertation avec l’ensemble des acteurs. Face à la finance, ce n'est pas la restriction de la démocratie locale qui doit être encouragée mais tout au contraire son développement. L'exécutif doit donc tirer les enseignements du référendum alsacien. Le plus vite sera le mieux.

    Olivier Dartigolles, porte parole du PCF

     

    Repost 0
    3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 15:00

     

    Voir la lettre complète de Jean-Jacques Candelier : 

    M.le Premier ministre,

     

    La loi permet aux ex-ministres de toucher une indemnité correspondant « au montant égal au traitement qui leur était alloué en leur qualité de membre du gouvernement » pendant six mois après la fin de leur fonction, soit 9.443euros mensuels dans le cas d’un ministre délégué.

     

    Il faut l’exemplarité la plus complète. Personne ne comprendrait que M. Jérôme CAHUZAC puisse toucher une sorte de « parachute doré ».

     

    Aussi,je vous demande de bien vouloir agir pour que ces indemnités ne soient pas attribuées à votre ex-Ministre chargé du Budget, qui doit y renoncer.

     

                   Dans cette attente,

     

                   Veuillez agréer, M. le Premier ministre, l’expression de ma haute considération.

     

    Le Député,

     

    Jean-Jacques CANDELIER

     

    ______________________________________________________________________________

    Par Ivan Valerio

    | 03/04/13 - 11:37

    Après les demandes de ne pas revenir à l'Assemblée nationale, après celles de mettre fin à sa carrière politique, après son exclusion du Parti socialiste, voici un député PCF qui demande à Jérôme Cahuzac de renoncer à ses indemnités d'ex-ministre

     

    Dans un courrier adressé à Jean-Marc Ayrault, et publié sur Facebook, le député du Nord Jean-Jacques Candelier demande à ce que, pour l'exemple, l'ancien ministre retouche à ces indemnités auxquelles il peut prétendre de droit : 

     

    L’exemplarité la plus complète. Personne ne comprendrait que M. Jérôme CAHUZAC puisse toucher une sorte de « parachute doré ».

    De fait, en tant qu'ancien ministre délégué, Jérôme Cahuzac pourrait toucher 9.443 euros mensuels pendant six mois, avance l'élu communiste. En effet, selon l'ordonnance n° 58-1099 du 17 novembre 1958 : 

    Lors de la cessation de ses fonctions gouvernementales le membre du gouvernement auquel il a été fait application des dispositions des articles 2, 3 et 4 ci-dessus perçoit une indemnité d'un montant égal au traitement qui lui était alloué en sa qualité de membre du Gouvernement.

     

    Cette indemnité est versée pendant six mois, à moins que l'intéressé n'ait repris auparavant une activité rémunérée.

    Un ministre qui renonce à ses indemnités, cela a déjà eu lieu recemment. Après la défaite présidentielle de Nicolas Sarkozy, Laurent Wauquiez avait par exemple déclaré ne pas avoir l'intention de percevoir cette somme. Indemnité de toute façon incompatible avec celle d'un député, poste auquel l'élu UMP a été réélu le mois suivant. 

     

    Repost 0
    2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 10:51

     

    Droit de vote des étrangers

    reculade


    Il faut appeler un chat un chat et la position du gouvernement sur le droit de vote des étrangers aux élections locales une reculade.

    Honteuse qui plus est, la question ayant tout bonnement disparu des textes sur la réforme constitutionnelle présentés au Conseil des ministres. Le gouvernement ne s’en est pas vanté. Une reculade : voilà plus de trente ans, depuis les propositions de François Mitterrand, que le PS, en période électorale, la fait sortir des eaux pour la replonger ensuite dans les profon­deurs. C’est injuste, parce que c’est une promesse non tenue. C’est injuste encore, car les étrangers qui travaillent ici, qui payent des impôts ici, qui participent de toutes les manières à la vie sociale dans leur commune, leur quartier, devraient donc rester indéfiniment hors de la citoyenneté que confère le droit de vote, de la citoyenneté qui leur permettrait d’in­tervenir dans la construction de la chose publique qui les concerne, tout autant que les « nationaux ».

    Mais ce n’est même pas qu’une question de justice, ce qui pourtant est déjà beau­coup, car on ne construit pas du lien social dans l’injustice. Il est tout de même assez confondant de voir le gouvernement, en l’occurrence par la voix du ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, davantage préoccupé de reconduites à la frontière que de l’intégration citoyenne d’hommes et de femmes à qui l’on tient volontiers le discours des devoirs mais qui restent pri­vés d’un tel droit. Le droit de vote, ce n’est pas un hochet qui récompenserait les étrangers méritants, c’est la condition fon­damentale d’une participation au devenir de la commune, de la nation. En privant les étrangers de ce droit, c’est à la France et à la démocratie que l’on porte tort.

    Pour le gouvernement, la situation politi­que ne s’y prêterait pas car il n’y aurait pas, au Congrès, soit la réunion de l’As­semblée et du Sénat, la majorité des trois cinquièmes requise pour un changement constitutionnel. C’est exact. Mais un pro­jet peut parfaitement, et dans une première étape, être voté à l’Assemblée et au Sénat, être ensuite proposé au Congrès, et, selon le résultat, faire l’objet ou non d’une pro­cédure référendaire. Mais, surtout, il n’y a que les combats qu’on ne mène pas qui sont perdus d’avance. La réalité, c’est que le gouvernement ne veut pas mener ce combat en s’appuyant sur toutes celles et tous ceux qui seraient prêts à le mener avec lui, comme il ne veut pas mener d’autres combats, beaucoup trop d’autres.

    Nombre d’élus socialistes réclament de la « pédagogie ». Mais ce n’est pas des péda­gogues et encore moins des démagogues qu’attendent les électeurs de gauche, les salariés, les plus modestes, ce sont des actes et du courage politique, non pas pour ces réformes dites « douloureuses », qui ne font aucun mal à ceux qui les prennent, mais pour une politique de gauche qui affronte les politiques d’austérité et de régression sociale n
    Repost 0
    23 mars 2013 6 23 /03 /mars /2013 07:56
    siteon0.jpg
     
    plus_google.gif Gadgets powered by Google
    Accueil du site>France>Une valise, un pays, une femme !

    FANON AUJOURD’HUI POUR MIEUX COMPRENDRE ET TRANSFORMER LE MONDE !

    Une valise, un pays, une femme !

    RENCONTRE INTERNATIONALE FRANTZ FANON, MARTINIQUE, DÉCEMBRE 2011

    samedi 24 décembre 2011, par Hervé Fuyet Haïti FranceMarie-France Astegiani-Merrain Martinique FrancePeggy Cantave Fuyet Haïti France

    Une valise, un pays, une femme ! Fanon aujourd’hui pour mieux comprendre et transformer le monde !

    Par Marie-France Astegiani-Merrain, Peggy Cantave Fuyet et Hervé Fuyet, Association des Descendants d’Esclaves Noirs et de leurs Amis (ADEN) et Réseau International Frantz Fanon (RIFF).

    Comme dirait M. Césaire, nous faisons un retour au pays natal, le pays natal de Frantz Fanon. Frantz Fanon nous a quittés il y a un demi-siècle. Son ultime prière était : « Ô mon corps, fais de moi un homme qui interroge » (1) ! Aujourd’hui ensemble, avec ses idées, continuons le combat et soyons le corps collectif qui interroge. Beaucoup de jeunes Africains disent qu’ils ont découvert le marxisme en commençant avec Frantz Fanon ; c’est vrai aussi partout dans le monde. L’esclavagisme, le colonialisme qui lui a succédé, le néocolonialisme aujourd’hui, sont sans doute les humiliations suprêmes, et nous les vivons à coup d’humiliations quotidiennes bien concrètes. Frantz Fanon nous les fait vivre, ces humiliations, à partir de la vie de chaque jour, quand la parole le regard ou le silence de l’autre nous rappellent sans cesse la condition qui nous est imposée. Il nous montre comment non seulement notre esprit, mais encore chaque muscle de notre corps tressaille et se réduit pour se protéger de l’arrogance de l’autre. Cela, les fondateurs du marxisme ne l’avaient pas fait. Ils n’étaient pas psychiatres et n’avaient pas vécu ces humiliations au quotidien avec autant d’intensité.

    Prendre Fanon pour guide n’est pas simple, car il n’est plus physiquement à côté de nous pour indiquer le chemin. Nous devons donc interpréter ses idées, or les interprétations existantes sont multiples et diverses, parfois même contradictoires.

    Faisons ensemble trois études de cas récents :

    Les valises de billets des Bongo père et fils, un pays à l’or noir convoité, la Libye, une paysanne guinéenne devenue prolétaire de l’hôtellerie à New York, Madame Nafissatou Diallo.

    Pour y parvenir, nous nous pencherons sur divers aspects de la vie et de la pensée de Frantz Fanon. Cet exercice est périlleux, mais il peut nous aider à se servir des outils qu’il nous a laissés. Reflet de la révolution, Fanon nous fait partager la grandeur et la richesse de la Révolution algérienne, mais son livre le plus politique,Les Damnés de la Terre, est dicté dans la ferveur de l’action, par un héros qui savait sa mort proche. Comment aurait-il modifié ses « fulgurances » au fil des évènements s’il en avait eu le temps ?

    * Première Partie

    ** Quelques réflexions sur la vie de Frantz Fanon

    Né en 1925 en Martinique, mort en 1961 aux États-Unis, et enterré en Algérie, la vie de Frantz Fanon est tristement courte, mais combien dense et riche. En ce court laps de temps, il a acquis deux métiers, psychiatre professionnel et révolutionnaire professionnel. Ces deux métiers, il les a exercés en interaction pour lutter contre la souffrance humaine. Il a lutté en particulier contre la souffrance humaine engendrée par l’esclavagisme et le colonialisme dont lui et beaucoup de ses ancêtres ont souffert. Tout de la vie de Frantz Fanon, en réalité, a été structuré par le colonialisme et la lutte contre le colonialisme et le néocolonialisme.

    Ce sont les esclaves haïtiens qui en 1804 ont réussi la première révolution sociale des Amériques en renversant le système esclavagiste français qui régnait en Haïti. En Haïti, nous sommes indépendants depuis 1804, mais nous ne sommes toujours pas souverains, car la République d’Haïti est aussi la première victime du néocolonialisme. Cela a dû faire beaucoup réfléchir Frantz Fanon, le Martiniquais, le cousin et voisin des Haïtiens !

    Fanon adolescent a vécu la Seconde Guerre mondiale, la plus grande guerre coloniale de tous les temps. La Chine colonisée a pu se libérer, entre autres, grâce à la puissante révolution socialiste et anticolonialiste russe de 1917. Le fascisme et le nazisme, en Allemagne, au Japon, et en Italie ont tenté de redonner force et vigueur au colonialisme en recolonisant l’Union Soviétique et la Chine. Ils ont même voulu coloniser en plus l’Europe occidentale comme l’a si bien dit Aimé Césaire, et s’emparer de leur empire colonial pour le martyriser encore plus.

    Comme le dit bien Domenico Losurdo, « Et donc Stalingrad en Union soviétique et la Longue Marche et la guerre de résistance antijaponaise en Chine aurait été deux grandioses luttes de classes, celles qui ont empêché l’impérialisme le plus barbare de réaliser une division du travail fondée sur la réduction de grands peuples en une masse d’esclaves ou semi-esclaves au service de la présumée race des seigneurs » (2).

    C’est donc tout naturellement que Fanon qui avait souffert du racisme du milieu béké dans son enfance et du régime fasciste de l’amiral Robert à la Martinique pendant la Seconde Guerre mondiale, a rejoint les forces de la France libre pour lutter contre les armées hitlériennes. Il a contribué à la libération de l’Alsace d’où venait une partie de sa famille maternelle, mais a dû souffrir là aussi du racisme quotidien ambiant dans l’armée française. Il découvre « la répartition raciale de la culpabilité », car « Le Français n’aime pas le juif, qui n’aime pas l’Arabe, qui n’aime pas le nègre » (3).

    On comprend l’amertume de Fanon à ce sujet, car il est confronté à « la discrimination ethnique, à des nationalismes au petit pied » (4). En effet, la violence, la lutte armée, si elle n’est pas synonyme de victoire, ne permet pas de se reconstruire. Or, le Programme du Conseil National de la Résistance du 15 mars 1944, admirable à bien des égards, se limite à ces deux lignes pour ce qu’on appelait les colonies : « Une extension des droits politiques, sociaux et économiques des populations indigènes et coloniales » (5).

    Dans cette perspective, on peut se demander si la lette de Frantz Fanon à ses parents du 12 avril 1945 dans laquelle il écrit en souligné, « Je me suis trompé [pour] un idéal obsolète » (6) n’est pas plus la réaction d’un jeune homme indigné par le racisme quotidien de l‘armée française qu’une renonciation à la lutte anticoloniale antifasciste. La question mérite d’être posée en 2011 où nous vivons une remontée de l’extrême droite en Europe !

    Fanon a ensuite repris ses études et s’est orienté vers des études de psychiatrie en France hexagonale, où il s’est indigné des déformations racistes à caractère pseudo-scientifique comme celles de Mannoni ou de Porot :

    « Hâbleur, menteur, voleur et fainéant, le nord-africain musulman se définit comme un débile hystérique, sujet de surcroît, à des impulsions homicides imprévisibles. » (7), ou encore « L’indigène nord-africain, dont le cortex cérébal est peu évolué, est un être primitif dont la vie essentiellement végétative et instinctive est surtout réglée par le diencéphale » (8).

    Alice Cherki décrit en détail la formation politique de Fanon à Lyon ; elle écrit qu’à partir de 1946, à Lyon, en plus de ses études en médecine, il s’inscrit à la faculté des lettres ; « Il suit les cours de Merleau-Ponty et ceux de l’ethnologue Leroi-Gourhan. Il s’intéresse à l’ethnologie, à la phénoménologie, au marxisme, et aussi, et d’abord, à l’existentialisme et à la psychanalyse. Il dévore les livres, et lit pêle-même Lévi-Strauss, Mauss, Heidegger, Hegel, ainsi que Lénine et le jeune Marx ; Il connaît aussi les écrits de Trotski..., mais il ne lit pasLe Capital, Fanon ne lira jamaisLe Capital. De ses discussions avec ses amis antillais fortement “politisés”, restés à Paris, il tire un intérêt pour la méthode d’analyse marxiste, mais reste très à distance de leur engagement dans des partis, notamment le Parti communiste » (9).

    La plume d’Alice Cherki est alerte, mais la question qui se pose est troublante ! Fanon a fait campagne pour le député alors communiste Aimé Césaire ; il avait beaucoup d’amis et de collègues communistes ; il y avait un parti communiste révolutionnaire en Algérie, dont il connaissait plusieurs membres. Pourquoi s’est-il tenu à l’écart du PCA qui voulait une libération nationale associée au socialisme, pour joindre à la place le FLN plus nationaliste indépendantiste que révolutionnaire pour le socialisme et le communisme ? Il ne nous est pas possible de répondre à cette question, mais nous pouvons soumettre l’hypothèse qu’il se jugeait plus utile en tentant, dans la mesure des contraintes qui lui étaient imposées par le FLN, d’œuvrer pour une convergence du mouvement nationaliste et du mouvement révolutionnaire.

    Il est vrai que dans le FLN, Fanon se situait dans l’aile gauche et qu’il faisait, pourrait-on avancer, une sorte d’entrisme à sa façon. Quoi qu’il en soit, la question est complexe, délicate et nous n’avons sans doute pas encore tous les éléments pour y répondre. Une étude de quelques aspects de la pensée de Fanon peut constituer un élément de réponse.

    ** Quelques réflexions sur la pensée de Frantz Fanon

    C’est progressivement, au cours de son parcours de vie trop court que Fanon a développé sa pensée, il n’est pas né fanonien !

    On a l’habitude de considérer la pensée théorique de Frantz Fanon comme un ensemble homogène. Or, Fanon pratiquait simultanément ses deux métiers, celui de psychiatre professionnel et celui de révolutionnaire professionnel, en interaction. Les outils théoriques des deux métiers ne sont forcément pas identiques.

    Quand il traitait un patient à l’hôpital de Blida-Joinville ou plus tard en Tunisie, il avait devant lui un sujet, un corps et un esprit, pas une classe sociale ! Le racisme colonialiste dont il a souffert dans son enfance et dans son adolescence, celui dont ont souffert ses patients en Algérie, se manifestait chez le colon, par des mots, des regards, des attitudes. Cela générait chez le colonisé des crispations, un raidissement, une démarche, une déprime. Ce racisme pouvait se manifester aussi chez l’ouvrier et le petit blanc, comme l’a bien souligné Fanon le psychiatre professionnel.

    Par contre, le 1%, les gros capitalistes sont à l’origine de l’exploitation économique et de l’oppression (à des degrés très divers) des 99% du peuple en général et du peuple colonisé en particulier. Ce 1% là, le coupeur de cannes de la Martinique et plus encore le paysan algérien, ne l’ont jamais rencontré. C’est pourtant contre ce 1 %, les quelques cinq cents familles à la source de la violence coloniale, que Fanon, le révolutionnaire professionnel, veut concentrer la contre-violence du colonisé. Nous avons donc avancé l’hypothèse qu’il est utile d’opérer une distinction entre les outils théoriques fanoniens à dominante psychologique, et ceux qui seraient à dominante politique.

    ** Quelques remarques sur des notions théoriques à dominante psychologique

    On trouve d’ailleurs la même ambiguïté entre le psychologique et le politique chez Freud qui écrit dansNouvelles conférences sur la psychanalyseà propos du rôle des facteurs psychologiques « Non seulement ces facteurs participent à l’établissement des conditions économiques, mais ensuite ils déterminent tous les actes de l’homme » (10). Par contre Freud dit aussi dansL’Avenir d’une illusion« Quand une civilisation n’a pas dépassé le stade où la satisfaction d’une partie de ses participants a pour condition l’oppression des autres, peut-être de la majorité, il est compréhensible qu’au cœur des opprimés grandisse une hostilité intense contre la civilisation rendue possible par leur labeur, mais aux ressources de laquelle ils ont une trop faible part » (11). Freud, lui aussi, comme Marx d’ailleurs, a connu le racisme et la pauvreté. Il confie dansMalaise dans la Civilisation : « Celui qui dans sa propre jeunesse a goûté aux misères de la pauvreté, a éprouvé l’insensibilité et l’orgueil des riches, est sûrement à l’abri du soupçon d’incompréhension et de manque de bienveillance à l’égard des efforts tentés pour combattre l’inégalité des richesses et ce qui en découle » (12).

    *** La colonisation

    Ainsi, Fanon psychiatre aborde souvent la colonisation du point de vue du corps et de l’esprit du sujet : « La première chose que l’indigène apprend, c’est à rester à sa place, à ne pas dépasser les limites ; c’est pourquoi les rêves de l’indigène sont des rêves musculaires, des rêves d’action, des rêves agressifs. Je rêve que je saute, que je nage, que je cours, que je grimpe. Je rêve que j’éclate de rire, que je franchis le fleuve d’une enjambée, que je suis poursuivi par une meute de voitures qui ne me rattrapent jamais. Pendant la colonisation, le colonisé n’arrête pas de se libérer entre neuf heures du soir et six heures du matin. Cette agressivité sédimentée dans ses muscles, le colonisé va d’abord la manifester contre les siens. C’est la période où les nègres se bouffent entre eux et où les policiers, les juges d’instruction ne savent plus où donner de la tête devant l’étonnante criminalité nord-africaine » (13). Fanon disait aussi : « Le racisme n’est pas un tout mais l’élément le plus visible, le plus quotidien, pour tout dire, à certains moments, le plus grossier d’une structure donnée » (14). Ou encore, « Le langage du colon, quand il parle du colonisé, est un langage zoologique. On fait allusion aux mouvements de reptation du Jaune, aux émanations de la ville indigène, aux hordes, à la puanteur, aux pullulements, aux grouillements, aux gesticulations. Le colon, quand il veut bien décrire et trouver le mot juste, se réfère constamment au bestiaire » (15).

    Cette approche a dominante psychologique est bien entendu aussi éminemment politique. Elle a d’ailleurs joué un rôle important dans le développement d’une cohésion nationale, comme l’indique ce passage de la Plate-forme de la Soumam, plate-forme très influencée par un grand ami de Fanon dans le FLN, Abane Ramdane et indirectement par Fanon lui-même :

    « C’est un fait indéniable que l’action de l’ALN a bouleversé le climat politique en Algérie. Elle a provoqué un choc psychologique qui a libéré le peuple de sa torpeur de la peur, de son scepticisme. Elle a permis au peuple algérien une nouvelle prise de conscience de sa dignité nationale. Elle a également déterminé une union psycho-politique de tous les Algériens, cette unanimité nationale qui féconde la lutte armée et rend inéluctable la victoire de la liberté... La doctrine est claire. Le but à atteindre, c’est l’indépendance nationale. Le moyen, c’est la révolution par la destruction du régime colonialiste » (16).

    Il est d’une ironie cruelle que, dans les faits, Abane Ramdane a, semble-t-il, été assassiné par le colonel Boussouf, suite à des dissensions internes au FLN, et que Fanon a dû diffuser la version totalement erronée d’une mort héroïque au combat contre l’ennemi colonial. Cela souligne bien qu’on ne peut comprendre le cheminement politique de Fanon dans le FLN que si on le situe dans le cadre des limites qui lui étaient nécessairement imposées.

    *** La violence

    **** L’étendue de la violence

    Il ne s’agit pas ici de reprendre le riche débat sur la place de la violence chez Fanon, mais d’avancer l’hypothèse que Fanon, d’une certaine façon, a plutôt sous-estimé que surestimé le rôle de la violence s’il en a réduit l’étendue.

    Dans la situation coloniale, le monde aliéné par le capitalisme est imposé du dehors. Le capital qui déshumanise est étranger. Fanon a bien montré que le milieu naturel du colonisé est bafoué, ridiculisé, infériorisé. La langue, la religion, les coutumes, les valeurs morales, les idéaux, la pigmentation de la peau, tout cela est diminué par le colon et c’est une violence permanente. Imre Marton avait bien compris Fanon sur ces points, mais il ajoutait en 1965 (On sait qu’il a légèrement modifié son approche dans son intervention au Mémorial Fanon de 1982 en Martinique) (17) que « Pour Fanon, le monde colonial n’est que confrontation de violences qui s’objectivent et de violences qui se subjectivent… en isolant la politique des mécanismes économiques, en coupant la sphère politique du système colonial de la sphère économique » (18).

    Comme psychiatre, Fanon met plus l’accent sur l’oppression que sur l’exploitation (ce qui n’exclut pas une grande lucidité dans ses concepts théoriques politiques).

    Est-ce-que, en assimilant presque la violence anticolonialiste à la lutte armée, il en a considérablement réduit la portée ? Le capitalisme et son impérialisme dans leur totalité, ainsi que les luttes économiques, idéologiques et politiques menées contre, ne sont-ils pas des formes diverses de violence d’intensité variables. La violence anticolonialiste ne serait donc pas la seule violence anticapitaliste et elle ne se limiterait pas à la lutte armée ! Si cette prémisse est adoptée, cela renforce l’importance que Fanon accordait à la mobilisation accrue de la gauche européenne dans la lutte anticolonialiste et anti-néocolonialiste.

    **** La violence et la victoire

    Nous avons vu que le jeune Fanon étouffait sous la violence du régime pétainiste de l’Amiral Robert en Martinique et qu’il a joint la lutte armée contre le nazisme raciste, colonisateur extrême, y compris de l’Europe. Il a vécu la victoire sur le nazisme en se rendant compte que les puissances victorieuses étaient colonialistes et racistes elles aussi et qu’il fallait continuer le combat ; car la violence sans victoire ne permet pas de se reconstruire !

    Quelle tristesse qu’il n’ait pas vécu la victoire de l’Indépendance algérienne pour laquelle il avait tant lutté. On ne sait pas comment il aurait évalué la vie de l’Algérie indépendante, comment il aurait continué à lutter pour que cette indépendance devienne une véritable souveraineté du peuple algérien.

    **** La lutte armée et la Révolution

    On a parfois l’impression que Fanon assimile la violence à la lutte armée et la lutte armée à une révolution. Une révolution sociale est le passage d’une formation socio-économique à une autre et toutes les luttes armées n’aboutissent pas à une révolution sociale. On pourrait dire que la tragédie de l’Algérie est justement que, malgré une terrible et héroïque lutte armée, et des tentatives infructueuses de révolution socialiste, elle n’est pas parvenue à se libérer du néocolonialisme. Cette remarque ne vise toutefois pas à minimiser les changements progressistes profonds et réels de la population suite à la guerre de libération.

    ** Quelques remarques sur des notions théoriques à dominante politique

    *** Les bourgeoisies nationales

    Fanon a été tristement visionnaire sur les dérives possibles, mais non fatales, des bourgeoisies nationales après l’indépendance « politique » des colonies. Il a sans doute été inspiré par le triste sort infligé à la nouvelle République d’Haïti, sort qu’il a dû étudier dans son enfance et indirectement avec son professeur Aimé Césaire.

    On sait que le 1er janvier 1804, Haïti déclarait son indépendance. « Le 17 avril 1825, la France, par une ordonnance du bureau à Charles X, conditionnait la reconnaissance de cette indépendance au paiement, par le gouvernement haïtien, d’une rançon de 150 000 000 francs or, au motif d’indemnisation des colons pour la perte des produits de l’exploitation de leur domaine. Cette acceptation sous condition était accompagnée de l’envoi d’une escadre prête à bombarder Port-au-Prince. Haïti devait y souscrire et emprunter à des banques françaises pour honorer l’obligation. Celle-ci devait être réduite de moitié par les négociations ultérieures. Cette dette a pesé lourdement sur le développement de l’île, jusque dans son aptitude à faire face aux multiples catastrophes qui l’ont ravagée » (19).

    Les fréquents voyages en Afrique de Fanon, son expérience d’ambassadeur du Gouvernement provisoire de la République algérienne au Ghana en 1960, et peut-être même ses souvenirs de la Martinique ont certainement influencé son évaluation des bourgeoisies nationales.

    Il est intéressant de noter que le FLN, lors du Congrès de la Soumam, critique durement sans raison valable le Parti communiste algérien (PCA) pour ses craintes d’une dérive néocolonialiste après l’indépendance. Or, les critiques formulées par le PCA rejoignent paradoxalement les craintes de Fanon lui-même par rapport aux futures bourgeoisies nationales quant à leur rôle de complices du néocolonialisme dans l’avenir. C’est d’ailleurs, malheureusement, ce qui s’est véritablement passé en partie ! Là comme en général, Fanon est clairement plus marxiste que le FLN : « Pour ma part, plus je pénètre les cultures et les cercles politiques, plus la certitude s’impose à moi que le plus grand danger qui menace l’Afrique est l’absence d’idéologie… Après quelques pas hésitants dans l’arène internationale, les bourgeoisies nationales ne sentant plus la menace de la puissance coloniale traditionnelle se découvrent soudain de grands appétits... Il nous faut encore une fois revenir aux schémas marxistes » (20). D’ailleurs, Fanon parle du "triomphe du socialisme en Europe orientale" ! Il sait que « La construction nationale continue à s’inscrire dans le cadre de la compétition décisive du capitalisme et du socialisme ».

    *** Le parti révolutionnaire

    Le Parti communiste algérien (PCA) était un parti révolutionnaire en Algérie qui faisait partie du mouvement communiste international comprenant, entre autres, en ces années-là le Parti communiste de l’URSS, le Parti communiste chinois, le Parti communiste français et le Parti communiste du Viet-Nam (qui menait une lutte armée pour l’indépendance et le socialisme). Le mouvement de libération nationale de l’Algérie aurait pu évoluer avec le PCA vers le socialisme d’une façon similaire au Viet-Nam. Or, le FLN comme le montre la plate-forme de la Soumam, faisait tout pour discréditer le PCA, en qui il voyait un concurrent plutôt qu’un allié :

    « Le P.C.A., malgré son passage dans l’illégalité et la publicité tapageuse dont la presse colonialiste l’a gratifié pour justifier la collusion imaginaire avec la Résistance Algérienne, n’a pas réussi à jouer un rôle qui mériterait d’être signalé. La direction communiste, bureaucratique, sans aucun contact avec le peuple, n’a pas été capable d’analyser correctement la situation révolutionnaire. C’est pourquoi elle a condamné le "terrorisme" et ordonné dès les premiers mois de l’insurrection aux militants des Aurès, venus à Alger chercher des directives, DE NE PAS PRENDRE LES ARMES. La sujétion au P.C.F. a pris le caractère d’un Béni-oui-ouisme avec le silence qui a suivi le vote des pouvoirs spéciaux. Non seulement les communistes algériens n’ont pas eu suffisamment de courage pour dénoncer cette attitude opportuniste du groupe parlementaire, mais ils n’ont pas soufflé mot sur l’abandon de l’action concrète contre la guerre d’Algérie : manifestations contre les renforts de troupes, grèves de transports, de la marine marchande, des ports et des docks, contre le matériel de guerre. Le P.C.A. a disparu en tant qu’organisation sérieuse à cause surtout de la prépondérance en son sein d’éléments européens dont l’ébranlement des convictions nationales algériennes artificielles a fait éclater les contradictions face à la résistance armée. Cette absence d’homogénéité et la politique incohérente qui en résulte ont pour origine fondamentale la confusion et la croyance en l’impossibilité de la libération nationale de l’Algérie avant le triomphe de la révolution prolétarienne en France. Cette idéologie qui tourne le dos à la réalité est une réminiscence des conceptions de la S.F.I.O., favorable à la politique d’assimilation passive et opportuniste. Niant le caractère révolutionnaire de la paysannerie et des fellahs algériens en particulier, elle prétend défendre la classe ouvrière algérienne contre le danger problématique de tomber sous la domination directe de la "bourgeoisie arabe", comme si l’indépendance nationale de l’Algérie devait suivre forcément le chemin des Révolutions manquées, voire même de faire marche arrière vers un quelconque féodalisme ».

    Et la Charte de la Soumam concluait, sans faire de distinction entre l’indépendance du Viet-Nam en voie vers le socialisme et celle du Liban par exemple :

    « Il y a dix ans, au lendemain de la fin de la Deuxième Guerre mondiale, une formidable explosion a ébranlé l’impérialisme. L’irrésistible mouvement de libération nationale, longtemps comprimé, secoua les peuples captifs. Une réaction en chaîne entraîna les pays colonisés, l’un après l’autre, dans la conquête d’un avenir flamboyant de liberté et de bonheur. En cette courte période, dix-huit nations sont sorties des ténèbres de l’esclavage colonial et ont pris place au soleil de l’indépendance nationale. Les peuples de Syrie et du Liban, du Viet-Nam et du Fezzan ont brisé les barreaux de leurs cellules et réussi à quitter l’immense prison du colonialisme français. Les trois peuples du Maghreb ont manifesté à leur tour leur volonté et leur capacité de prendre leur place dans le concert des nations libres » (21).

    La plate-forme de la Soumam affirme à la fois que le PCA n’est plus une organisation sérieuse, mais lui consacre beaucoup d’espace pour lui nuire ! Il est permis de penser que Fanon ne partageait pas cet aspect de la plate-forme de la Soumam, en se fondant sur ses nombreuses prises de position en faveur du mouvement communiste international. On ne peut d’ailleurs que regretter que le mouvement nationaliste et le mouvement communiste n’ait pas pu s’unir en Algérie comme cela a été le cas au Viet-Nam durant les mêmes années ou comme c’est le cas au Vénézuela actuellement. Ainsi le Parti communiste du Vénézuéla (PCV), rejoint l’affirmation du président Chavez lorsqu’il déclare : « Qu’il ne peut y avoir de révolution sans Parti révolutionnaire », soulignant combien celui-ci correspond historiquement au Parti marxiste-léniniste qu’est le PCV. « Nous souhaitons également mentionner, pour les saluer et en les trouvant très positives, les récentes déclarations du citoyen Président de la République qui dit, je cite, "Que l’on ne peut faire de révolution sans parti révolutionnaire", en réalité, vraiment, nous nous en félicitons », a souligné Oscar Figuera en conférence de presse. (22) »

    Notons, puisque nous sommes en Martinique, que, selon le Parti communiste martiniquais (PCM), le même problème se pose. Ainsi Michel Branchi écrit dans le journal du PCM,Justice, dont il est le rédacteur-en-chef, « L’objectif reste de construire, sous une forme ou une autre, le Front anticolonialiste dont parle la « Lettre à Maurice THOREZ » d’Aimé Césaire et que défendent depuis longtemps les communistes martiniquais » (23).

    Sadek Hadjeres, dirigeant communiste algérien bien connu, écrit que, « Alors qu’au début de la guerre de libération, la méfiance ou même l’hostilité idéologique envers le système socialiste dominaient parmi les leaders de l’insurrection, l’attitude de nombre d’entre eux a progressivement évolué à l’instar du prestige grandissant du socialisme mondial auprès des couches populaires et des milieux intellectuels (en 1962). Au même moment, les idées de Frantz Fanon leur donnaient également des perspectives nouvelles qui les séduisaient d’autant plus qu’elles devenaient un support idéologique plus ou moins populiste, à la défiance qu’ils nourrissaient envers les cercles dirigeants du GPRA, perçus par eux comme embourgeoisés et prêts à sacrifier égoïstement les intérêts populaires » (24).

    On sait qu’alors que la Charte d’Alger, en 1963, se référait au socialisme, toute référence au socialisme a été abandonnée en 1989 et l’influence de Fanon n’a pas suffi !

    David Macey nous dit dans sa biographie de Fanon : « La plupart des déclarations de Fanon - et en particulier celles concernant les conditions de l’indépendance et des négociations de paix une fois qu’il deviendra porte-parole du FLN découleront des décisions du congrès de la Soummam » (25).

    Cette remarque est peut-être juste, mais elle ne tient pas compte du fait que, même si Fanon n’a jamais adhéré à un parti communiste, ses positions politiques étaient beaucoup plus proches du mouvement communiste international que celles du FLN en général. Comme porte-parole du FLN, Fanon avait un devoir de réserve qui ne lui permettait pas toujours d’exprimer son point de vue personnel en politique. La biographie de Fanon écrite par David Macey, parue en 2011, est une mine de renseignements passionnants sur la vie de Fanon. Une remarque de l’auteur cependant étonne et nous renseigne plus sur David Macey que sur Fanon « Bien que la dernière partie de Peau Noire masques blancs soit précédé d’une des rares citations que Fanon fait de Marx, le marxisme dogmatique des années 1950 n’était pas d’une grande utilité pour comprendre l’expérience vécue du Noir, et l’élection de députés communistes, comme Fanon l’avait constaté lui-même début 1952, n’avait pas apporté de grands changements en Martinique ». Voilà qui est pour le moins étrange, car le communiste Ho Chi Minh qui avait fondé en 1941 la Ligue pour l’indépendance du Viet-Nam ou Viêt-Minh avait, comme nous le dit Alain Ruscio, un but, « Son but ? Mettre sur pied l’outil de la libération de son pays (pour lui, sans hésitation, un front patriotique dirigé par un parti communiste ancré dans les réalités nationales), conquérir la confiance des masses pauvres, puis être en situation pour déclencher un mouvement insurrectionnel, le moment venu » (26).

    Ce n’est qu’en 1975, après avoir vaincu l’impérialisme français et étatsunien, que le Viet-Nam a gagné son indépendance et son socialisme. Ho Chi Minh n’a pas pu savourer la victoire, car il est mort en 1969 tout comme Fanon n’a pas pu voir l’indépendance de l’Algérie. Ceci dit, l’affirmation de Macey voulant dire en fait que le mouvement communiste international et l’exemple du Viet-Nam, entre autres, « n’était pas d’une grande utilité », n’est pas sérieuse et pourtant elle est partagée par divers spécialistes de Fanon !

    Comme l’a indiqué Alice Cherki, de sa plume alerte et incisive, « il n’avait pas la formation marxiste d’un cadre de parti communiste. Son marxisme était assez hétéroclite. Par contre, il avait des connaissances dans diverses disciplines comme la psychanalyse qui lui permettaient d’enrichir le marxisme et la pratique politique ». Malgré toutes les limites qui lui étaient imposées dans le FLN où beaucoup de dirigeants se méfiaient de lui, il a dû penser que son dévouement militant serait plus utile dans le FLN que dans le PCA. Fanon reconnaissait, en tous cas que « Pour les peuples coloniaux asservis par les nations occidentales, les pays communistes sont les seuls qui aient en toute occasion pris leur défense » (27).

    ** La question du rôle de la paysannerie, concept théorique psycho-politique

    Pour Fanon, « Il est clair que dans les pays coloniaux, seule la paysannerie est révolutionnaire. Elle n’a rien à perdre et tout à gagner. Le paysan, le déclassé, l’affamé est l’exploité qui découvre le plus vite que la violence seule paye. Pour lui, il n’y a pas de compromis, pas de possibilité d’arrangement. La colonisation ou la décolonisation, c’est simplement un rapport de force » (28) et aussi « Le militant nationaliste qui décide... de remettre son destin entre les mains des masses paysannes ne perd jamais. Le manteau paysan se referme sur lui avec une tendresse et une vigueur insoupçonnée » (29).

    Comme le dit bien Nguyen Nghe : « Quand le mouvement révolutionnaire doit mener une lutte armée de longue durée, le modèle de la révolution soviétique de 1917, basée essentiellement sur l’insurrection armée du prolétariat citadin n’est plus valable. La création de bases révolutionnaires dans les campagnes pour une longue durée devient une nécessité, comme en Chine, au Viet-Nam, à Cuba, en Algérie. Les paysans pauvres deviennent les éléments prédominants dans les organisations révolutionnaires, les batailles se déroulent dans les campagnes, la victoire vient des campagnes pour gagner seulement, en fin de compte, les villes. Toutes ces conditions donnent lieu à certaines illusions ou erreurs d’optique » (30).

    Pour ce révolutionnaire vietnamien, la réalité paysanne est beaucoup plus complexe et ce sont surtout les paysans pauvres qui ont un potentiel révolutionnaire dans la mesure où des militants révolutionnaires les éveillent aux idées nouvelles. Les études historiques de Benjamin Stora et surtout d’Henri Alleg, confirment ce point de vue. Fanon, même s’il était un citadin noir, agnostique, avec des connaissances limitées de la langue arabe, dans un milieu paysan musulman, a vécu et sûrement compris cette complexité du monde paysan. En d’autres termes, on peut se demander si la façon dont il présente la paysannerie n’a pas pour objet de créer une illusion psycho-politique utile au FLN !

    On pourrait en effet avancer que la notion fanonienne du paysan algérien est à la fois descriptive et politique, mais aussi une illusion au sens psychologique freudien du terme, donc une force, comme l’est la religion par exemple. Il est en effet difficilement imaginable que Fanon n’ait pas connu l’existence des luttes entre les paysans riches, les paysans moyens et les paysans pauvres en Russie révolutionnaire ou en Chine durant la Longue Marche. En Algérie, en 1963, lors de la nationalisation des terres, on recensait que 27% des terres utiles avaient appartenu aux colons, soit 3 millions d’hectares et 23% des terres utiles appartenaient à 1,3 % des propriétaires algériens. A cela s’ajoutait les petits propriétaires et les ouvriers agricoles. Pendant la Guerre d’indépendance, le FLN a été confronté à de nombreux problèmes dans les campagnes et la réalité ne ressemblait nullement au tableau idyllique présenté par Fanon ! Sartre, qui coupe souvent les coins ronds, en rajoutait dans sa préface desDamnés de la Terre : « Ainsi l’unité du tiers monde n’est pas faite : c’est une entreprise en cours qui passe par l’union, en chaque pays, après comme avant l’indépendance, de tous les colonisés sous le commandement de la classe paysanne. Voilà ce que Fanon explique … » (31).

    * Deuxième partie

    Dans quelle mesure nos réflexions sur la vie et la pensée fanoniennes peuvent-elles nous aider à comprendre et à influer sur la conjoncture actuelle. Pour répondre partiellement à cette question, nous aborderons trois “études de cas”. L’hypothèse de travail qui sous-tend nos trois études de cas est que les notions-outils de Fanon sont d’une importance encore plus grande aujourd’hui qu’elles ne l’étaient de son vivant. En effet, l’URSS n’existe plus (actuellement du moins), le mouvement communiste international s’est affaibli, et beaucoup de partis eurocommunistes ont évolué vers l’eurocentrisme et vers la social-démocratie, ce qui rend la marche vers le socialisme des pays africains indépendants encore plus difficile. Heureusement, la République populaire de Chine, devenue le premier partenaire commercial de l’Afrique, peut dans une certaine mesure compenser la perte de l’Union Soviétique dans la lutte contre le néocolonialisme, au grand dam de l’impérialisme qui peut moins imposer sa loi.

    * Les valises

    On se souvient du réseau Jeanson et de ses porteurs de valises remplies de billets (provenant surtout de la classe ouvrière algérienne et des petits commerçants algériens travaillant en France) où se côtoyaient communistes et autres progressistes pour aider financièrement le FLN. Quelle triste ironie du sort de voir, comme l’a bien expliqué l’avocat Robert Gourbi (lui-même porteur de valise en sens inverse) qu’aujourd’hui ce sont, entre autres, les Bongo père et fils maintenus au pouvoir par la France Afrique, qui alimentent les caisses électorales présidentielles françaises avec leurs valises Bongo-Bongo. Selon la thèse de Verschave, une grande majorité de présidents et dictateurs africains des anciennes colonies françaises ont été mis en place, soutenus et protégés par l’État français. Il cite ainsi Omar Bongo (Gabon), Gnassingbé Eyadéma (Togo), Paul Biya (Cameroun), Denis Sassou-Nguesso (Congo), Blaise Compaoré (Burkina Faso), ou Idriss Déby (Tchad) (32). Fanon avait bien prévu la dérive des bourgeoisies nationales des pays nouvellement indépendants. La justice française a bien entendu classé l’affaire parce que prescrite ! Ce qui est particulièrement attristant, c’est de voir que la presse française, de droite comme de gauche, s’est concentrée sur les destinataires des valises de billets. S’agit-il de Balladur seulement, ou de Chirac, Mitterrand en a-t-il bénéficié aussi, etc. ? En fait cette politique néocoloniale compromet tous les partis politiques français de l’extrême droite lepéniste à la gauche mitterrandienne, et par complicité passive, les eurocommunistes. Peu se sont préoccupés du fait que cette politique néocoloniale affame littéralement la population africaine et qu’elle constitue un véritable crime contre l’humanité. Fanon n’a pas réussi à guérir la gauche européenne de son européocentrisme. Ce dernier s’est en fait considérablement aggravé depuis la chute du Mur de Berlin ! Ceux et celles qui tentent de leur mieux d’être ses continuateurs ont une lourde tâche à accomplir ! Cependant, aujourd’hui la situation a changé et toutes les valises « Bongo-Bongo » ne changeront pas le fait que, même si l’URSS n’existe plus actuellement, la Chine communiste existe, et que la sphère de l’impérialisme occidental se rabougrit. Durant la période 2001-2010, la croissance annuelle moyenne du commerce sino-africain a atteint 28%. La Chine est ainsi devenue le partenaire commercial le plus important de l’Afrique. Selon un responsable du ministère du Commerce chinois « .. ayant des missions et des expériences similaires, la Chine et l’Afrique sont tous les deux en voie de développement. Amie sincère de l’Afrique, la Chine maintient toujours un esprit d’égalité, d’efficacité, d’avantages réciproques et de développement commun. De plus, la Chine cherche à partager avec l’Afrique ses expériences de développement et à réaliser des avantages mutuels et du développement commun via les investissements et les aides » (33).

    * Un pays, la Lybie

    Demba Moussa Dembele, économiste sénégalais, cite le Guardian du 24 août 2011 qui nous apprend que « ce sont les principaux pays de l’OTAN qui ont soutenu et financé le CNT, qui comprend des membres liés de longue date à la CIA et au M15 ». C’est pourquoi ces puissances occidentales avaient aidé le CNT à créer une société pétrolière en vue de remplacer la compagnie étatique libyenne et une « Banque centrale libyenne ». Toujours selon Demba Moussa Dembele, l’appel a une intervention extérieure par le CNT était la suite logique de la coordination étroite entre celui-ci et les pays occidentaux. Ainsi donc, le déroulement de la campagne de destructions massives et de terreur de l’OTAN a-t-elle montré que la « protection » des civils n’était que le voile servant à masquer le vrai objectif des Etats-Unis, de la France et de la Grande Bretagne : à savoir abattre le régime de Kadhafi pour installer à sa place un régime plus docile, qui serait « reconnaissant » à ses « protecteurs » occidentaux qui seraient ainsi amplement « récompensés » par le contrôle et le pillage des ressources de la Libye. Porté au pouvoir par une coalition de mercenaires composée des forces de l’OTAN, de leurs forces spéciales, d’agents de la CIA, de combattants d’Al Qaeda et des monarchies du Golfe et de l’Arabie Saoudite, le CNT aura un grand problème de crédibilité et même de légitimité auprès du peuple libyen. En effet, l’appel à l’intervention extérieure montre clairement que le CNT ne jouissait pas de soutien populaire capable de faire tomber le régime de Kadhafi, contrairement à ce qui s’est passé en Tunisie et en Egypte. Outre le fait d’avoir été installé par une force étrangère, le CNT est un regroupement très hétéroclite, composé d’islamistes radicaux liés à Al Qaeda, de royalistes, de tribalistes et de représentants de la petite bourgeoisie. Par ailleurs, l’image du CNT a été ternie par l’attitude foncièrement raciste observée à l’égard des libyens noirs et des Africains du Sud du Sahara qui travaillaient en Libye. Occupée à atteindre ses objectifs de changement de régime, l’OTAN, avec la complicité des Nations Unies, a rejeté systématiquement tous les appels au cessez-le-feu et appels à la négociation formulés par l’Union africaine. L’OTAN a même tout fait pour entraver les efforts des pays africains auprès du CNT, en empêchant la visite des Chefs d’Etat mandatés par l’UA au tout début des frappes aériennes ou en soumettant Tripoli à d’intenses bombardements durant le séjour de ces derniers. Les Etats-Unis, la France et la Grande Bretagne ont non seulement ignoré les propositions de l’Afrique mais également tenté de diviser celle-ci en se servant de certains de leurs pions ou marionnettes pour affaiblir la position de l’Union africaine.

    Le refus de prendre en compte la position de l’Afrique découle du manque de respect, voire du mépris, que les dirigeants occidentaux éprouvent à l’égard des dirigeants africains. Ces derniers sont presque toujours diabolisés par les médias occidentaux, les présentant presque tous comme des « dictateurs », des « corrompus » et des « oppresseurs » de leurs peuples. Et ce sont les pays occidentaux qui se chargeraient de « protéger », voire de « sauver », les pauvres peuples africains de ces « dictateurs », de ces oppresseurs », de ces « tyrans » ! Il y a certes des dictateurs en Afrique, mais la plupart sont les « protégés » des puissances occidentales. Aussi longtemps qu’ils servent loyalement les intérêts de ces dernières, on continue à les protéger et même à les présenter comme « démocrates ». Ce n’est que quand ces dictateurs n’arrivent plus à servir les intérêts de leurs maîtres qu’on les lâche, tout en cherchant à assurer leur relève, dans la mesure du possible.

    Le philosophe italien Losurdo observe : « …barbare comme toutes les guerres coloniales, la guerre actuelle contre la Libye démontre comment l’impérialisme se fait de plus en plus barbare. »

    La critique de Frantz Fanon, dansLes Damnés de la terre, est encore plus acerbe et dévastatrice : « Quittons cette Europe qui n’en finit pas de parler de l’homme tout en le massacrant partout où elle le rencontre, à tous les coins de ses propres rues, à tous les coins du monde. Voici des siècles que l’Europe a stoppé la progression des autres hommes, les a asservis à ses desseins, à sa gloire ; des siècles qu’au nom d’une prétendue ‘aventure spirituelle’ elle étouffe la quasi-totalité de l’humanité… L’Occident a voulu être une aventure de l’Esprit. C’est au nom de l’Esprit, de l’esprit européen s’entend, que l’Europe a justifié ses crimes et légitimé l’esclavage dans lequel elle maintenait les quatre cinquièmes de l’humanité » (34).

    « Après ce qui s’est passé en Libye, le danger de recolonisation de certains pays africains n’est plus une vue de l’esprit. Ceux qui avaient encore des doutes sur la réalité de l’impérialisme et de sa nature perverse, despotique, terroriste et barbare, doivent se réveiller. La Libye doit faire taire leurs doutes et balayer leurs illusions. La Libye est un test majeur pour l’Afrique. Et cela, quel que soit ce que l’on peut penser de Kadhafi et de son régime » (35).

    En effet, la doctrine de « droit d’ingérence humanitaire » est la version moderne du « fardeau de l’homme blanc » qui avait servi de force motrice à la colonisation de l’Afrique au 19e siècle, dans le but de « civiliser » ses populations « sauvages » ! On sait ce que cette entreprise « civilisatrice » a produit : des génocides en série, des massacres à répétition, la destruction des cultures autochtones, le pillage éhonté des ressources et du patrimoine de l’Afrique. « Le droit d’ingérence humanitaire » vise les mêmes objectifs. A la place de la « civilisation » on évoque la « protection » des populations contre leurs « dictateurs », leurs « tyrans » !

    Comme le dit bien à partir du Sénégal, Demba Moussa Dembele, vice-président du Réseau International Frantz Fanon, et digne continuateur de Frantz Fanon, « Il est temps de se réveiller ! Partout ailleurs, les peuples sont en train de prendre leur destin en main en secouant le joug de la domination impérialiste. En Amérique latine, que l’impérialisme ‘yankee’ appelait il n’y a pas si longtemps son « arrière-cour », les peuples sont en train de réécrire leur propre histoire, déformée et dénaturée par des siècles de domination, ponctués de génocides, de massacres, de pillage et de négation des cultures autochtones. Il n’y a aucune fatalité que l’Afrique reste le seul continent dominé et humilié » (36). Selon Franklin Lamb, « Au nord du Sahel, un Front de Libération de la Libye est déjà en train de s’organiser, car contrairement à ce qu’on a pu lire dans une publication de la gauche française, beaucoup regrettent déjà la Libye du temps du Livre Vert ” » (37).

    * Une femme madame Nafissatou Diallo

    Après avoir traité de relations entre Etats avec les Bongo-Bongo, d’une guerre pour le pétrole, parlons maintenant d’une simple et modeste personne.

    Fanon disait à propos des rêves d’Européens qu’il a traités : « Avec la femme algérienne, il n’y a pas de conquête progressive, révélation réciproque, mais d’emblée, avec le maximum de violence, possession, viol, quasi-meurtre. L’acte revêt une brutalité et un sadisme paranévrotiques même chez l’Européen normal... L’agressivité de l’Européen va également s’exprimer dans des considérations sur la moralité de l’Algérienne. Sa timidité et sa réserve vont se transformer selon les lois banales de la psychologie conflictuelle en leur contraire et l’Algérienne sera hypocrite, perverse, voire authentique nymphomane » (38). Nafissatou Diaollo est guinéenne et ce n’est pas un rêve mais un cauchemar bien réel ! A part cela, la ressemblance avec la description des faits par Nafissatou est frappante ! Luiz Eduardo Prado de Oliveira, psychanalyste francobrésilien, professeur de psychopathologie à l’Université de Paris 7 écrit sur Le triple viol de Nafissatou Diallo et nous dit à propos du “présumé” viol au Sofitel de New-York : « Une femme de chambre d’un grand hôtel nord-américain a été violée par un ancien président du Fonds monétaire international. Sans que l’on le remarque autant, elle a été violentée une deuxième fois par un procureur public des États-Unis, en bande avec des policiers. De manière flagrante, elle a subit une troisième violence lorsqu’un plateau de la télévision française a ouvert ses portes au violeur sans se soucier un seul instant de l’interviewer, elle, pour entendre sa version des faits. D’ailleurs, les journaux français ne semblent pas pressés d’entendre Diallo » (39).

    Aimé Césaire disait dans sonDiscours sur le Colonialisme, « Chaque fois qu’il y a eu au Vietnam une tête coupée et un œil crevé et qu’en France on accepte, une fillette violée et qu’en France on accepte, un Malgache supplicié et qu’en France on accepte, il y a un acquis de la civilisation qui pèse de son poids mort, une régression universelle qui s’opère, une gangrène qui s’installe » (40).

    Il ne s’agit évidemment pas d’établir la vérité ici, même si la démonstration de ce psychiatre, entre autres, est convaincante ! Mais il y a deux camps ici : ceux et surtout celles, Blancs et surtout Noirs, qui veulent qu’il y ait un procès juste et équitable pour Nafissatou (Ce sont ceux et celles qui luttent pour les droits de la personne)… et il y a les autres !

    Ironie de l’histoire, c’est quelques jours après l’anniversaire de l’abolition de l’esclavage, qu’une étincelle a mis le feu aux poudres et a fait sauter l’invraisemblable montage politico-médiatique qui allait faire du violeur de l’Afrique et du présumé violeur de l’Africaine, le président de la France et de son empire néocolonial en voie de rabougrissement !

    Celle qu’on appelait Ophélia, Madame Nafissatou Diallo, la paysanne noire de Guinée devenue prolétaire dans l’industrie hôtelière à New York City confronte DSK, le patron du capitalisme international, déguisé en humaniste rose, avec le soutien regrettable de beaucoup de « Rouges ».

    La détermination de Nafissatou à ne pas courber l’échine, à se tenir debout (« fam doubout » comme on dit en créole haîtien) contre l’esclavage sexuel, comme l’ont fait les esclaves d’Haïti qui ont battu Napoléon et ses troupes en 1804, mérite selon moi, l’admiration des fanoniens.

    Et pourtant en France, ministres d’État, hommes et femmes politiques en vue, de droite comme de gauche, crient au complot contre leur bon ami Strauss-Kahn qui serait soi-disant un séducteur invétéré, mais pas un prédateur sexuel.

    On ne donne guère le bénéfice du doute à cette modeste femme de chambre noire de trente-deux ans, qui, si elle est sincère, a eu l’immense courage de porter plainte contre un puissant de ce monde, avec tous les dangers que cela comporte ! Et si cette femme de chambre disait la vérité ? Et si le gros patron mentait ? Ce sera alors une Noire, d’un pays d’où sont venus beaucoup d’esclaves, qui aura sauvé par son courage, la France du déshonneur et de l’humiliation. Tout un symbole ! Et cela avant qu’il ne soit trop tard, avant que DSK ne soit candidat à la présidence du pays, ou même président de la France. Une blanche petite-bourgeoise, Tristane Banon, victime elle aussi de l’esclavagisme strausskhanien, s’est jointe à la lutte. Aragon avait bien raison de dire « L’avenir de l’homme, c’est la femme. Elle est la couleur de son âme » (41).

    Tout cela dans un silence assourdissant de la « gauche » européenne, de sa presse, de ses organisations partenaires ! Même des mouvements sociaux féministes ou antiracistes quand ils sont liés à la gauche officielle, des psychiatres connus comme progressistes, etc. hésitaient ou même carrément refusaient de lutter simplement pour que Nafissatou ait droit à un procès équitable ! Les prétextes sont des plus fallacieux : C’est un complot contre DSK, c’est sa présomption d’innocence, cela n’intéresse pas les Français, c’est une noire immigrée, forcément fragile, donc consentante ; ce n’est pas parce qu’elle est noire qu’il faut la défendre automatiquement, etc. Et quoi encore !

    Quand cela devenait vraiment impossible, des résistants ou résistantes de la dernière heure dans la gauche officielle ont fait leur apparition ! Marie-George Buffet, ex-secrétaire générale du PCF est une exception, car elle s’est courageusement investie dans la défense de Nafissatou Diallo et de Tristane Banon. Fanon disait, à tort d’ailleurs, car il ne peut pas avoir toujours raison ! (L’action clandestine du PCF est encore mal connue même aujourd’hui) : « La Gauche n’a rien fait depuis longtemps en France. Mais par son action, ses dénonciations, et ses analyses, elle a empêché un certain nombre de choses » (43). Dans le cas qui nous préoccupe, la gauche officielle n’a rien dénoncé du tout, si ce n’est qu’on s’intéressait trop à ’’l’affaire’’ » !

    Comme le pensait Frantz Fanon, l’esclavage est aboli, mais les attitudes esclavagistes ne le sont pas encore... Pour des considérations électoralistes, soit pour ne pas indisposer un Parti socialiste français colonialiste et néocolonialiste et un possible président de la République dont les débauches machistes sont célèbres depuis longtemps dans le cercle des intimes, il y avait une sorte d’omerta sur son cas ! Ceux et celles qui veulent faire vivre les idées-force de Fanon ont beaucoup de pain sur la planche !

    Frantz Fanon ne pouvait sans doute même pas imaginer que le PCF puisse collaborer avec le Parti socialiste pour avoir, au second tour des élections présidentielles de 2012, un certain Dominique Strauss-Kahn !

    Un dirigeant du Parti Communiste Ouvrier de Tunisie (PCOT) disait récemment que quelques semaines avant le récent soulèvement populaire de 2011 en Tunisie, DSK félicitait encore le dictateur Ben Ali de sa « gouvernance » et souhaitait longue vie à sa dictature ! Nous n’allongerons pas notre intervention avec les récits parus dans la presse de la traite transatlantique des femmes noires et des blanches pratiquée présumément par DSK en association avec Dodo la Saumure et consorts...

    Nafissatou a gagné contre DSK, la contreviolence de l’esclave a vaincu la violence du maître blanc. Cependant la strausskhanie se pavane encore et le strauskhanisme, ce corps étranger infiltré dans la gauche, ce « germe de pourriture » dirait Fanon, est loin d’être extirpé !

    * Conclusion

    Quel est le lien entre les valises “Bongo-Bongo”, le renversement de la Libye du Livre vert , la lutte pour les droits humains fondamentaux menée par Nafissatou Diallo, et Frantz Fanon qui nous a quitté il y a 50 ans ? C’est que Fanon nous a laissé des outils puissants, son exemple et ses idées, et qu’il faut s’habituer à utiliser ces outils dans le monde d’aujourd’hui. Le rapport de forces international entre les forces impérialistes et les forces communistes a changé, entre autres, l’Union Soviétique a subi une défaite, mais la Chine communiste a réussi à s’imposer. La recommandation de Lénine semble toujours d’actualité :

    « Travailleurs et travailleuses de tous les pays et peuples opprimés, unissez-vous » , et comme l’a si bien montré Fanon, cela commence par la simple confrontation quotidienne du corps, du geste, du langage, des actes simples qui font partie intégrante de la lutte des classes et de la lutte anti-impérialiste.

    La solidarité transatlantique des indignées et indignés, noirs ou blancs, a déboulonné la statue en stuc rosâtre de DSK, mais, comme nous l’avons dit, les strauskhaniens se pavanent encore et le strausskhanisme est toujours vivant ! Le strausskhanisme est un virus pervers dans le logiciel de la gauche, c’est une forme déguisée de l’impérialisme néocolonial, c’est la maladie sénile de la gauche molle !

    Le strausskhanisme, nous le percevons comme l’ennemi de l’esprit de Frantz Fanon et l’outil par excellence du néocolonialisme. Et c’est une femme noire, paysanne devenue prolétaire immigrée, à qui certains moralisateurs hypocrites demandent d’être parfaite pour être crédible, qui a levé le voile sur cette plaie.

    Oui, la camarade Nafissatou Diallo est symboliquement fanonienne et son ultime prière pourrait être celle-ci : « O mon corps, fait de moi une femme qui interroge » !

    Nous dirons pour conclure ce que Fanon disait : « Chaque fois qu’un homme a fait triompher la dignité de l’esprit, chaque fois qu’un homme a dit non à une tentative d’asservissement de son semblable, je me suis senti solidaire de son acte » . Il n’y a rien à changer sauf peut-être, car la langue évolue, remplacer Homme par Être Humain.

    Notre démarche a consisté à garder le logiciel du fanonisme et de tenter une mise à jour de ce logiciel en fonction des nombreux logiciels malveillants ennemis qui se sont développés dans le monde depuis que Fanon nous a quittés il y a un demi-siècle. Nous nous sommes ensuite livré à trois études de cas pour mettre à l’épreuve aujourd’hui ces notions-outils que nous a légués Fanon. Il nous a semblé que l’épreuve était concluante et que c’est l’ensemble des cas particuliers qui doit être abordé aujourd’hui dans une perspective fanonienne pour aboutir à un universel qui soit vraiment universel et qui permette la convergence des luttes progressistes. Nous disons en effet, pour paraphraser la logique de Hégel que « L’Universel doit être tel, qu’il accueille en lui la richesse du Particulier » ! Il faut, selon nous, comme le disent Marx et Fanon, chacun à leur façon, humaniser l’humain !

    Notes

    (1) Frantz Fanon, Peau Noire, masques blancs, Œuvres, La Découverte, 2011, p.251

    (2) Domenico Losurdo, Reconstruire le Parti Communiste, Intervention au 6e Congrès national du PdCI,http://www.legrandsoir.info/reconst...

    (3) Frantz Fanon, Peau noire, masques blancs, Seuil, 1952, p.20

    (4) Alice Cherki, Frantz Fanon : portrait, Seuil,2000, p. 27 (5)http://fr.wikisource.org/wiki/Progr...

    (6) Lettre de Frantz Fanon à ses parents, Memorial International Frantz Fanon : 31 mars-3 avril 1982 Fort-de-France. Dakar : Présence Africaine, 1984, p.269

    (7) Antoine Porot - Notes de psychiatrie musulmane - Annales medico-psychologiques, 1918, 74, 377-384.

    (8) Antoine Porot et C. Arrii, L’impulsivité criminelle chez l’indigène algérien ; ses facteurs : Annales médico-psychologiques, 1932, 90 : 588-611.

    (9) Alice Cherki, Frantz Fanon, portrait, p. 31

    (10) Yvon Quiniou, L’Homme selon Marx, éditions Kimé, 2011, p. 99

    (11) Yvon Quiniou, L’Homme selon Marx, éditions Kimé, 2011, p. 95

    (12) Yvon Quiniou, L’Homme selon Marx, éditions Kimé, 2011, p. 127

    (13) Frantz Fanon, Les Damnés de la Terre (1961), La Découverte poche, 2002, p.53-54

    (14) Frantz Fanon, Pour la révolution africaine, La Découverte poche, 2001, p. 39

    (15) Frantz Fanon, Les Damnés de la Terre, La Découverte poche, 2002, p. 45

    (16) Plate-forme de la Soumamhttp://www.elmouradia.dz/francais/s...

    (17) Imre Marton, Contribution au mémorial, p.127

    (18) Imre Marton, A propos des thèses de Fanon, Action, Revue du Parti communiste martiniquais, 1965, numéro 7, p.45

    (19) Appel pour le remboursement à Haïti de la rançon exigée par la france pour la reconnaissance de son indépendance

    (20) Frantz Fanon, Pour la révolution africaine, Oeuvres, La Découverte ,p.868-869

    (21) Plate-forme de la Soumamhttp://www.elmouradia.dz/francais/s...

    (22)http://canempechepasnicolas.over-bl...

    (23) Michel Branchi, Portée politique et idéologique de la « Lettre à Maurice Thorez » : Aimé Césaire entre théorie et pratique dansWWW.JOURNAL-JUSTICE-MARTINIQ...(lundi 1er juin 2009)

    (24) Sadek Hadjeres, « Réflexions autour de trois décennies de “socialisme spécifique” en Algérie », dans Francis Arzalier (coordination), Expériences socialistes en Afrique 1960-1990, Le Temps des Cerises, 2010, p.138

    (25) Macey David, Frantz Fanon. Une vie, La Découverte, 2011, p.296

    (26) Alain Ruscio, « Viet-Minh, 34 ans de combats pour leur indépendance », L’Humanité Dimanche, 24 novembre 2011, p.86

    (27) Frantz Fanon, Pour la Révolution africaine, Oeuvres, La Découverte 2011, p.781

    (28) Les Damnés de la Terre, p.46

    (29) Les Damnés de la Terre, p.95

    (30) Nguyen Nghe, Frantz Fanon et les problèmes de l’indépendance, La Pensée, 107, février 1963, p. 31

    (31) Jean-Paul Sartre, Préface à l’édition, Les Damnés de la Terre, Oeuvres, La Découverte, p. 434

    (32) François-Xavier Verschave, La Françafrique, le plus long scandale de la République, Tribordhttp://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C...) (28 novembre 2011)

    (33) Le Quotidien du Peuple en lignehttp://french.peopledaily.com.cn/96...(28 novembre 2011)

    (34) Fanon Frantz, Les Damnés de la Terre (1961), éd. La Découverte poche, 2002, p.301 et 303

    (35) Dembele Demba Moussa, Réflexions sur une guerre,http://frantzfanoninternational.org...

    (36) Dembele Demba Moussa, Réflexions sur une guerre,http://frantzfanoninternational.org...

    (37) Franklin Lamb, Libya’s Liberation Front Organizing in the Sahel,http://www.counterpunch.org/2011/11...

    (38) Frantz Fanon, L’An V de la Révolution algérienne, Oeuvres, p. 283

    (39) Luiz Eduardo Prado de Oliveira, Le triple viol de Nafissatou Diallo, psychanalyse de l’exil et de l’immigrationhttp://pradodeoliveira.wordpress.co...

    (40) Aimé Césaire, Discours sur le colonialisme.

    (41) Louis Aragon, Le fou d’Elsa, 1963.

    (42) Alfred Gerson, Jean Vendart et Daniel Vernhettes, “Esprits de résistance”, Maison du Livre,http://ihs.livreparisien.fr

    (43) Frantz Fanon, L’An V de la révolution algérienne, Oeuvres, Découverte 2011, p.381

    (44) Fanon Frantz, Peau noire, masques blancs, Seuil 1952

    *Bibliographie

    Aragon Louis, Elsa , 1963

    Arzalier Francis (coordination), Expériences socialistes en Afrique 1960-1990, Le Temps des Cerises, 2010

    Césaire Aimé,Discours sur le colonialisme,

    Chaulet Achour Christiane (coordination), Mon Fanon à moi, Frantz Fanon et l’Algérie,Marsa, 2011

    Cherki Alice, Frantz Fanon : portrait, Seuil, 2000

    Davis Angela, Women, Race and Class, New-York, Vintage 1983

    Delphy Christien (coord), Un troussage de domestique,Syllepse 2011

    Dembele Demba Moussa, Réflexions sur une guerre,http://frantzfanoninternational.org...

    Frantz, Peau noire, masques blancs, Seuil 1952

    Fanon Frantz, Les Damnés de la Terre (1961), éd. La Découverte poche, 2002

    Fanon Frantz, Oeuvres, La Découverte, 2011

    Fanon Frantz, Pour la révolution africaine, Oeuvres, La Découverte 2011

    Fuyet Hervé, co-auteur, Decolonisation et classes sociales dans « La tragédie du Roi Cristophe » d’Aimé Césaire, French Review, mai 1973

    Fuyet Hervé, co-auteur, Bernstein : Master of Deceit, East-West Dialogue, Grüner,1973

    Gerson Alfred, Jean Vendart et Daniel Vernhettes « Esprits de résistance », Maison du Livre,http://ihs.livreparisien.fr

    Hadjeres Sadek “Réflexions autour de trois décennies de “socialisme spécifique” en Algérie, dans La Lutte du Parti Communiste Français contre le colonialisme, Editions Sociales, 1962

    Le Quotidien du Peuple en ligne, Pékin

    Macey David, Frantz Fanon. Une vie, La Découverte, 2011

    Marton Imre, « A propos des thèses de Fanon », Action, Revue du PCM, 1965, numéro 7,8 et 9

    Memorial International Frantz Fanon : 31 mars-3 avril 1982 Fort-de-France. Dakar : Présence Africaine, 1984.

    Nghe Nguyen, « Frantz Fanon et les problèmes de l’indépendance », La Pensée, 107, février 1963

    Plate-forme de la Soumamhttp://www.elmouradia.dz/francais/s...

    Porot Antoine- Notes de psychiatrie musulmane - Annales medico-psychologiques, 1918

    Porot Antoine et C. Arrii - L’impulsivité criminelle chez l’indigène algérien ; ses facteurs - Annales médico-psychologiques, 1932, 90 : 588-611.

    Programme du Conseil National de la Résistancehttp://fr.wikisource.org/wiki/Progr...

    Quiniou Yvon, L’Homme selon Marx, éditions Kimé, 2011

    Ruscio Alain, « Viet-Minh, 34 ans de combats pour leur indépendance », L’Humanité Dimanche, 24 novembre 2011

    Sartre Jean-Paul, Préface à l’édition, Les Damnés de la Terre, Oeuvres, La Découverte 2011

    Verschave François-Xavier, La Françafrique, le plus long scandale de la République, Tribord 2005

    Repost 0
    19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 07:41

     

    l'Humanité de ce mardi 19 mars 2013

    SOCIÉTÉ -  le 18 Mars 2013

     

    Dans l'Humanité ce mardi: on ne lâche pas le droit de vote des étrangers

     

     

    Le gouvernement a fait machine arrière sur l'engagement du candidat Hollande d'accorder le droit de vote aux étrangers. Ses partisans se mobilisent en rappelant toutes les options constitutionnelles à la disposition de la gauche.

    A lire dans notre édition:

    • Il faut sauver l'engagement numéro 50!
    • "Un enjeu de cohésion sociale", entretien avec Françoise Dumont (LDH)
    • Les points de vue d'Esther Benbassa (sénatrice EELV), Alexis Bachelay (députéPS), Brigitte Gonthier-Maurin (sénatrice PCF) et Francine Blanche (CGT)
    • Une reculade, l'édito de Maurice Ulrich

    A lire aussi dans l'Humanité ce mardi:

    • 50ème Congrès de la CGT:

    --> Thierry Lepaon lance un appel à se rapprocher des salariés

    --> "Il a parlé d'un syndicat efficace et ça me plaît", réactions des délégués CGT après le discours de Lepaon

    --> Portrait Lepaon: "Le rassemblement, c'est notre seule force à nous"

    --> Débat des syndiqués: Accroître la rapport de forces pour sauver les retraites

    • Le PS sanctionné lors de la législative partielle 
    • SNCM et chantier naval de Saint-Nazaire: des bateaux dans la brume
    • Economie: les dépréciations d'actifs ou comment maquiller ses comptes en toute légalité
    • Refondation de l'école: Peillon ne rassemble pas à l'Assemblée
    • Reportage: A Longjumeau, l'association qui réunit enfants des villes et des bidonvilles
    • Proche-Orient: Obama fait toujours profil bas
    • Culture: la danse s'échaufe à la Briqueterie de Vitry-sur-Seine

    Toute l'actualité sur l'Humanité.fr

    Repost 0

    BRUNO FORNACIARI

    HPIM3303

    Recherche

    Texte Libre