Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 19:56

 

 

Repost 0
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 19:55

 

 

Repost 0
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 19:52

 

 

Repost 0
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 02:08

 

 

Repost 0
2 août 2011 2 02 /08 /août /2011 10:39
le mardi 12 juillet 2011 Dominique Paillé

Dominique Paillé

"J'ai l'impression que les moins favorisés n'intéressent pas l'UMP"

le lundi 11 juillet 2011 Chantal Jouanno

Chantal Jouanno

Rumeurs : "La stratégie d'Aubry est très étrange, et pas très saine"

le vendredi 8 juillet 2011 Jean Arthuis

Jean Arthuis

Candidatures centristes : "Sortons de ce championnat d'egos"

le jeudi 7 juillet 2011 Laurent Fabius

Laurent Fabius

Fabius se veut le premier soutien de la candidate Aubry

le mercredi 6 juillet 2011 Benoist Apparu

Benoist Apparu

«L'UMP doit marcher sur deux jambes»

le mardi 5 juillet 2011 Thierry Mariani

Thierry Mariani

Thierry Mariani ne souhaite pas revenir sur les 35 heures

le lundi 4 juillet 2011 Pierre Moscovici

Pierre Moscovici

Si DSK "est innocenté, il ne doit pas être empêché de participer aux primaires"

le vendredi 1er juillet 2011 Marisol Touraine

Marisol Touraine

"Aujourd'hui, avant même que Dominique Strauss-Kahn soit définitivement innocenté, il serait candidat ?"

le jeudi 30 juin 2011 Hervé Morin

Hervé Morin

Redistribution des postes dans la majorité

le mercredi 29 juin 2011 Marylise Lebranchu

Marylise Lebranchu

Marylise Lebranchu vante le bilan de Martine Aubry

le mardi 28 juin 2011 Christine Boutin

Christine Boutin

Présidentielle: Christine Boutin ne s'arrêtera pas en route

le lundi 27 juin 2011 Jean-Louis Borloo

Jean-Louis Borloo

Jean-Louis Borloo veut voir plus loin que l'élection présidentielle de 2012

le vendredi 24 juin 2011 Jean-François Copé

Jean-François Copé

«L'UMP se met en ordre de bataille»

le jeudi 23 juin 2011 Gérard Collomb

Gérard Collomb

Collomb presse Aubry et Hollande à faire alliance

le mercredi 22 juin 2011 François Zocchetto

François Zocchetto

Zocchetto appelle Bayrou et Borloo à s'entendre

le mardi 21 juin 2011 Bernard Poignant

Bernard Poignant

«Hollande est très préparé, très déterminé»

le lundi 20 juin 2011 Pierre Laurent

Pierre Laurent

Pierre Laurent prône une «campagne collective»

le vendredi 17 juin 2011 Pierre Charon

Pierre Charon

"Je n'ai aucun doute sur le succès de Nicolas Sarkozy. (...) Il transforme le plomb en or."

le jeudi 16 juin 2011 Yannick Jadot

Yannick Jadot

En s'en prenant à Hulot, Joly fait «déraper» la primaire

le mercredi 15 juin 2011 Christian Jacob

Christian Jacob

Jacob ne croit pas au départ de Borloo et des radicaux

le mardi 14 juin 2011 Bruno Le Roux

Bruno Le Roux

"Candidate ou pas, Aubry a un rôle éminent à jouer dans la campagne"

le vendredi 10 juin 2011 Vincent Peillon

Vincent Peillon

"Aubry et Hollande doivent se parler très vite"

le jeudi 9 juin 2011 Pierre Lellouche

Pierre Lellouche

Lellouche veut faire cesser "les batailles rangées"

le mercredi 8 juin 2011 Claude Goasguen

Claude Goasguen

La venue de Fillon à Paris serait une «mauvaise idée»

le mardi 7 juin 2011 Najat Belkacem

Najat Belkacem

Les partisans de Royal veulent toujours y croire

le lundi 6 juin 2011 Bruno Le Maire

Bruno Le Maire

Le Maire au chevet des agriculteurs et maraîchers

le vendredi 3 juin 2011 Pierre Larrouturou

Pierre Larrouturou

"On va vers un tsunami sur les marchés financiers"

le mercredi 1er juin 2011 Arnaud Montebourg

Arnaud Montebourg

Arnaud Montebourg doute de la volonté de Martine Aubry

le mardi 31 mai 2011 Christian Estrosi

Christian Estrosi

«N'utilisons pas le chantage avec les centristes»

le lundi 30 mai 2011 Marielle de Sarnez

Marielle de Sarnez

Sarnez ne croit pas à une candidature de Borloo.

le vendredi 27 mai 2011 Thierry Mariani

Thierry Mariani

AF 447: "Il est trop tôt aujourd'hui pour dire qui est responsable"

le jeudi 26 mai 2011 Harlem Désir

Harlem Désir

2012: "Il ne faut pas être dans le 'tout sauf' mais dans le 'tous pour'"

le mercredi 25 mai 2011 Philippe Goujon

Philippe Goujon

Radars: "Il faut être à l'écoute de sa majorité"

le mardi 24 mai 2011 Bernard Accoyer

Bernard Accoyer

Radars: "Le gouvernement a parfaitement raison de prendre des mesures"

le lundi 23 mai 2011 Jean-Christophe Cambadélis

Jean-Christophe Cambadélis

"Moscovici peut très bien incarner les strauss-kahniens dans cette primaire"

le vendredi 20 mai 2011 Me Christopher Mesnooh

Me Christopher Mesnooh

"Même si DSK plaide coupable, il sera obligé de faire de la prison, quoiqu'il arrive"

le jeudi 19 mai 2011 Stéphane Le Foll

Stéphane Le Foll

Hollande ne doit pas changer de stratégie

le mercredi 18 mai 2011 Michel Vauzelle

Michel Vauzelle

"Des chefs du PS vont peut-être se rassembler pour freiner Hollande"

le mardi 17 mai 2011 Nathalie Kosciusko-Morizet

Nathalie Kosciusko-Morizet

DSK : "Entre un tempérament de séducteur et un acte de violence, il n'y a rien à voir"

le lundi 16 mai 2011 Roselyne Bachelot

Roselyne Bachelot

"La candidature de DSK est évidemment pratiquement impossible"

le vendredi 13 mai 2011 Robert Rochefort

Robert Rochefort

Robert Rochefort estime que "Bayrou est le seul candidat du centre"

le jeudi 12 mai 2011 Jean-François Lamour

Jean-François Lamour

Paris : Lamour veut «apaiser» la droite

le mercredi 11 mai 2011 Jean-Pierre Chevènement

Jean-Pierre Chevènement

«Je serai candidat en 2012»

le mardi 10 mai 2011 André Vallini

André Vallini

"Comme Mitterrand, François Hollande a cet amour de la France rurale"

le lundi 9 mai 2011 Gilles Carrez

Gilles Carrez

Gilles Carrez votera la fin du bouclier fiscal «sans regret»

le vendredi 6 mai 2011 Jean-Christophe Lagarde

Jean-Christophe Lagarde

Le centre a vocation à jouer les "premiers rôles"

le jeudi 5 mai 2011 Marylise Lebranchu

Marylise Lebranchu

"Aubry ne doit pas prendre sa décision maintenant»

le mercredi 4 mai 2011 Axel Poniatowski

Axel Poniatowski

Juppé envisage un retrait d'Afghanistan avant 2014

le mardi 3 mai 2011 Pierre Moscovici

Pierre Moscovici

2012: DSK "est le mieux placé pour répondre aux problèmes du pays"

le lundi 2 mai 2011 Chantal Jouanno

Chantal Jouanno

"Je n'ai jamais demandé la tête" de Laurent Blanc

le vendredi 29 avril 2011 Daniel Vaillant

Daniel Vaillant

"La gauche aurait pu gagner en 2007"

le jeudi 28 avril 2011 Maurice Leroy

Maurice Leroy

François Hollande "est la candidature la plus dangereuse"

le mercredi 27 avril 2011 Marie-Luce Penchard

Marie-Luce Penchard

"Il faut revoir le processus de Schengen"

le mardi 26 avril 2011 Claude Goasguen

Claude Goasguen

"Un plan Marshall pour le sud de la Méditerranée serait le bienvenu"

le vendredi 22 avril 2011 Nadine Morano

Nadine Morano

Morano invite Borloo à se ranger derrière Sarkozy

le jeudi 21 avril 2011 Alain Madelin

Alain Madelin

Les antilibéraux «jouent avec le feu»

le mercredi 20 avril 2011 Arnaud Montebourg

Arnaud Montebourg

Montebourg veut une mesure d'éloignement pour Guérini

le mardi 19 avril 2011 Nicolas Dupont-Aignan

Nicolas Dupont-Aignan

Dupont-Aignan n'accepte pas les "boniments" de l'UMP

le lundi 18 avril 2011 Bruno Le Roux

Bruno Le Roux

Les amis de Hollande pressent DSK d'entrer dans le débat

le vendredi 15 avril 2011 Claude Allègre

Claude Allègre

Allègre apporte son soutien à Strauss-Kahn, mais pas au PS

le jeudi 14 avril 2011 Jean-Paul Besset

Jean-Paul Besset

La campagne des écolos démarre sur les chapeaux de roues

le mercredi 13 avril 2011 Hervé Mariton

Hervé Mariton

"Le président y croit, c'est nécessaire mais ça ne suffit pas"

le mardi 12 avril 2011 François Pupponi

François Pupponi

François Pupponi attend DSK et fait l'éloge d'Aubry

le lundi 11 avril 2011 Jean-Louis Bourlanges

Jean-Louis Bourlanges

"Le moment venu, il faudra faire un pacte, avec la droite ou avec la gauche"

le vendredi 8 avril 2011 Philippe Douste-Blazy

Philippe Douste-Blazy

Douste-Blazy ne se présentera pas aux législatives en 2012

le mercredi 6 avril 2011 Hervé Morin

Hervé Morin

Morin invite Borloo à "couper les liens avec l'UMP"

le mardi 5 avril 2011 Eric Besson

Eric Besson

"La France n'a rien contre la religion musulmane"

le lundi 4 avril 2011 Eva Joly

Eva Joly

"La popularité n'est pas un critère pour être président"

le vendredi 1er avril 2011 Valérie Rosso-Debord

Valérie Rosso-Debord

"Il aurait été bizarre que Fillon vienne".

le jeudi 31 mars 2011 Marine Le Pen

Marine Le Pen

"Une alliance avec l'UMP est impossible"

le mardi 29 mars 2011 Frédéric Lefebvre

Frédéric Lefebvre

«Un débat sur la laïcité est une excellente chose»

le lundi 28 mars 2011 Christian Jacob

Christian Jacob

"Le pire serait de mettre un couvercle sur les débats"

le vendredi 25 mars 2011 Aurélie Filippetti

Aurélie Filippetti

«Sarkozy fait perdre son âme à la droite républicaine»

le jeudi 24 mars 2011 Jean-François Copé

Jean-François Copé

Laïcité : "La lâcheté du PS est inacceptable"

le mercredi 23 mars 2011 Jérôme Fourquet

Jérôme Fourquet

"La droite a vu se dérober sous ses pieds toute une partie de son électorat qui a basculé vers le FN"

le mardi 22 mars 2011 Jean-Christophe Cambadélis

Jean-Christophe Cambadélis

Face au FN, Cambadélis appelle "à la responsabilité"

le lundi 21 mars 2011 Claude Guéant

Claude Guéant

Guéant relativise les résultats du PS et de la droite

le vendredi 18 mars 2011 Stéphane Le Foll

Stéphane Le Foll

PS: "Le problème est de savoir quand on aura un candidat"

le jeudi 17 mars 2011 Luc Chatel

Luc Chatel

"Il faut combattre le FN sur le fond"

le mercredi 16 mars 2011 Valérie Pécresse

Valérie Pécresse

"Le principal adversaire du FN aujourd'hui, c'est l'UMP"

le mardi 15 mars 2011 Pierre Méhaignerie

Pierre Méhaignerie

"Le débat sur l'énergie est nécessaire."

le lundi 14 mars 2011 Bruno Gollnisch

Bruno Gollnisch

"Il faut élargir la famille FN avant 2012"

le vendredi 11 mars 2011 Yannick Jadot

Yannick Jadot

Yannick Jadot: "construire une alternative"

le jeudi 10 mars 2011 Georges Tron

Georges Tron

Tron : «Aucune concession à l'égard du Front national»

le mercredi 9 mars 2011 Xavier Bertrand

Xavier Bertrand

Xavier Bertrand appelle la majorité à l'unité

le mardi 8 mars 2011 Gérard Collomb

Gérard Collomb

«DSK se présentera et Aubry se ralliera à lui»

le lundi 7 mars 2011 Roland Dumas

Roland Dumas

Marine Le Pen exprime «des idées nouvelles», selon Roland Dumas

le vendredi 4 mars 2011 Rachida Dati

Rachida Dati

Laïcité: "Il faut un débat sur toutes les religions"

le jeudi 3 mars 2011 Roger Karoutchi

Roger Karoutchi

Hortefeux «sera l'élément-clé de la campagne de 2012»

le mercredi 2 mars 2011 Jean-Marc Ayrault

Jean-Marc Ayrault

"Assez de cette France de la peur !"

le mardi 1er mars 2011 Hervé Novelli

Hervé Novelli

Les trois motifs de satisfaction d'Hervé Novelli

le lundi 28 février 2011 Jean-Pierre Raffarin

Jean-Pierre Raffarin

Raffarin veut un "nouvel élan" pour 2012

le vendredi 25 février 2011 Rama Yade

Rama Yade

Débat sur l'islam, les reserves de Rama Yade

le jeudi 24 février 2011 Jean-Marie Bockel

Jean-Marie Bockel

Jean-Louis Borloo doit s'engager "rapidement"

le mercredi 23 février 2011 Christine Boutin

Christine Boutin

Boutin: "L'extrême droite devient la référence du débat"

le mardi 22 février 2011 Harlem Désir

Harlem Désir

Islam : «Sarkozy est dans une course-poursuite avec le FN»

le lundi 21 février 2011 Dominique Paillé

Dominique Paillé

Paillé ne redoute pas Strauss-Kahn

le vendredi 18 février 2011 Bruno Le Maire

Bruno Le Maire

«La campagne de pub de FNE détruit des années de travail»

le jeudi 17 février 2011 Henri Emmanuelli

Henri Emmanuelli

Emmanuelli «verrait bien DSK à la tête de la BCE»

le mercredi 16 février 2011 Jean Arthuis

Jean Arthuis

Sarkozy encourage le trio Borloo-Morin-Arthuis mais fixe une ligne rouge aux centristes de l'UMP

le mardi 15 février 2011 Guillaume Garot

Guillaume Garot

PS : «Royal ne retirera pas sa candidature aux primaires»

le lundi 14 février 2011 Axel Poniatowski

Axel Poniatowski

Pour Poniatowski, DSK n'est pas un candidat dangereux

le vendredi 11 février 2011 Elisabeth Guigou

Elisabeth Guigou

Guigou: Nicolas Sarkozy sur TF1 a "renouvelé les promesses qu'il n'a pas tenues"

le jeudi 10 février 2011 Claude Bartolone

Claude Bartolone

"Après le G8, DSK pourra s'exprimer"

le mercredi 9 février 2011 Henri de Raincourt

Henri de Raincourt

Voyages au soleil : les temps ont changé

le mardi 8 février 2011 Renaud Muselier

Renaud Muselier

Muselier : "Quand on est très lié, on perd l'objectivité"

le lundi 7 février 2011 Cécile Duflot

Cécile Duflot

Duflot : "Pas de désistement automatique en faveur du PS"

le vendredi 4 février 2011 Patrick Devedjian

Patrick Devedjian

Hauts-de-Seine : "L'époque où l'argent coulait à flots finie"

le jeudi 3 février 2011 Jean-Marie Le Guen

Jean-Marie Le Guen

Déficits : "Le gouvernement n'a pas de leçon à donner"

le mercredi 2 février 2011 Jean-François Copé

Jean-François Copé

TVA : "Il faut accepter que les débats existent"

le mardi 1er février 2011 Marielle de Sarnez

Marielle de Sarnez

Sarnez regrette la "timidité" de l'Europe sur le Maghreb

le lundi 31 janvier 2011 Jean-Paul Huchon

Jean-Paul Huchon

Ile-de-France : "Le prix des transports n'est pas exagéré"

le vendredi 28 janvier 2011 Jean-Vincent Placé

Jean-Vincent Placé

Jean-Vincent Placé veut qu'il y ait un candidat écologiste en 2012

le jeudi 27 janvier 2011 Bernard Debré

Bernard Debré

Conflits d'intérêts : Bernard Debré souhaite éviter une "loi de circonstance"

le mercredi 26 janvier 2011 Jérôme Cahuzac

Jérôme Cahuzac

Jérôme Cahuzac invite le Parti de gauche à ne pas se tromper de cible

le mardi 25 janvier 2011 Maurice Leroy

Maurice Leroy

"Je suis pour rassembler tous les centristes, jusqu'à Bayrou"

le lundi 24 janvier 2011 Michèle Tabarot

Michèle Tabarot

Michèle Tabarot : "Copé a la volonté d'impliquer le plus de monde dans le fonctionnement de l'UMP"

le mardi 18 janvier 2011 Christian Estrosi

Christian Estrosi

Estrosi: "N'agitons pas de chiffons rouges!"

le lundi 17 janvier 2011 Noël Mamère

Noël Mamère

Noël Mamère répond à François Hollande

le vendredi 14 janvier 2011 Jean-Marie Le Pen

Jean-Marie Le Pen

Le Front national change pour la première fois de président

le jeudi 13 janvier 2011 Benoist Apparu

Benoist Apparu

"Il n'y a pas de chasse aux sorcières à l'UMP"

le mercredi 12 janvier 2011 Michel Sapin

Michel Sapin

"La stratégie de François Hollande est la bonne"

le mardi 11 janvier 2011 François Sauvadet

François Sauvadet

Sauvadet plaide en faveur de primaires au centre

le lundi 10 janvier 2011 Patrick Ollier

Patrick Ollier

Ollier annonce "un ordre du jour plein à craquer"

le vendredi 7 janvier 2011 Jean-François Lamour

Jean-François Lamour

Lamour : "Il est encore trop tôt pour parler des municipales à Paris"

le jeudi 6 janvier 2011 Nadine Morano

Nadine Morano

"Les partenaires sociaux doivent être entendus"

le mercredi 5 janvier 2011 Julien Dray

Julien Dray

Primaires PS : "Une liberté de parole à respecter"

le mardi 4 janvier 2011 Nicolas Dupont-Aignan

Nicolas Dupont-Aignan

Nicolas Dupont-Aignan critique le refus catégorique du chef de l'État d'abandonner l'euro

le lundi 3 janvier 2011 Bruno Le Roux

Bruno Le Roux

Repost 0
2 août 2011 2 02 /08 /août /2011 09:04

 

 

Repost 0
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 01:36

Éloge du journal

« Faire vivre l’Humanité 
est un combat quotidien. »

 

Chacune et chacun d’entre nous 
a aujourd’hui accès par une diversité de canaux, de la radio à Internet, du téléphone portable à la télévision, à une multitude d’informations instantanées et en continu. Ce roulis ininterrompu donne le sentiment d’être toujours informé. Parfois, il assiège plus les citoyens qu’il ne les libère. Cette surinformation chasse l’information et sa hiérarchisation. Les autoroutes de l’information font défiler sans arrêt 
des images et des mots sans que l’auditeur, le téléspectateur ne puissent avoir prise sur les événements. Les réseaux sociaux, les blogs contrecarrent un peu cette tendance. Mais, c’est le journal, la presse écrite qui reste l’outil 
de l’information vérifiée, du décryptage, de l’analyse, 
du débat, de la confrontation, contrecarrant 
une sorte de dictature de la consommation rapide 
et de l’uniformisation culturelle et médiatique. Autrement dit, plus nous sommes surinformés, plus l’information va vite, plus nous avons besoin de la presse écrite d’informations générale et d’opinion.

Malheureusement, dans le monde entier, 
la crise fait mal aux journaux. La crise économique s’ajoute à la crise des idées, de la démocratie, 
de la politique. Il est devenu quasi impossible d’équilibrer les finances d’un journal. Presque tous sont devenus 
la propriété de grands groupes industriels et financiers. 
Et pourtant, tous sont contraints par les lois 
du capitalisme de réaliser sans cesse des économies qui ne peuvent porter 
ni sur le coût du papier, 
de l’impression, ni sur ceux
du routage et du transport. C’est le cœur de nos métiers qui est atteint avec 
les économies faites sur la masse salariale des rédactions, handicapant nos moyens d’enquête, de reportages, d’analyses diversifiées, de réalisation de dossiers tel que nous le souhaiterions, de promotion et de conquête de lectrices et lecteurs. C’est ainsi, en faisant de l’information 
une marchandise aux goûts, couleurs et saveurs uniformisés que meurt une part de la démocratie.

Étant indépendante des puissances d’argent et subissant trop un ostracisme publicitaire, l’Humanité est encore plus mise en difficulté. 
Plus que tout autre, notre journal souffre du recul 
de la confrontation d’idées et de la crise de la politique. Or, le nombre de celles et ceux, d’opinions diverses 
à gauche, qui cherchent des idées nouvelles, des issues 
à la crise, grandit. Peut-être sont-ils majoritaires dans la société. Voilà qui ouvre un espace considérable pour l’Humanité et l’Humanité Dimanche qui décryptent l’actualité du point de vue des urgences sociales, démocratiques et écologiques ; de l’avenir de la jeunesse, du monde du travail et des retraités ; qui stimulent la confrontation de points de vue de celles et de ceux qui ne croient pas à la fin de l’histoire et sont plus qu’hier encore attachés au projet d’un système social supérieur au capitalisme en crise.

Faire vivre l’Humanité est un combat quotidien. C’est le combat pour la démocratie. C’est l’un 
des moyens pour bousculer le rapport de forces en faveur d’une alternative progressiste transformatrice. Vous 
le faites, chères lectrices et lecteurs, en le faisant découvrir autour de vous, en participant à la souscription, 
en préparant une grande Fête de l’Humanité.

Ce sera la force commune de celles et ceux qui aspirent à des futurs d’humanité.

 

Patrick Le Hyaric

Repost 0
12 juin 2011 7 12 /06 /juin /2011 09:28
Repost 0
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 06:30

On sait qui ils sont : qui veut en être. On connaît leurs inspirations : la colère, les révolutions arabes, l’appel de Stéphane Hessel... Mais qu’en est-il du fond ? Heureuse coïncidence, ce mercredi soir ce tenait un débat entre Indignés : « Qu’est-ce qui nous rassemble, quels sont nos buts ».

En avant propos, il faut décrire rapidement l'organisation du débat, tout à fait intéressante. Dans un premier temps, 25 personnes s’inscrivent pour un tour de parole. Chacun a ses 3 minutes. Des volontaires choisis en début de séance s’attachent à noter les thèmes principaux ainsi dégagés. Les tours de paroles plus thématisés reprennent ensuite. Malgré sa lenteur, le processus est efficace, chacun respectant la parole de l’autre, le débat avance réellement selon un principe que n’aurait pas renié Bourdieu qui soulignait la force de «l’intellectuel collectif ».  

  • Ce que nous voulons…

Comme le débat avait pour thème les objectifs du mouvement, nous nous attendions à une conséquente  liste de revendications, et nous ne fûmes pas déçus. Sortie du bipartisme, augmentation des minimas sociaux et plafonnement des hauts revenus, casser le pouvoir des banques, renforcer les services publics, principalement de l’éducation et de la santé, réelle séparation des pouvoirs, sortir du nucléaire… 
Mais rapidement, une étonnante alchimie prend et deux lignes de forces se dessinent nettement. D’un côté, ceux qui veulent mettre de côté toutes les revendications trop concrètes, qui risquent d’être sources de division. Il faut selon eux se concentrer sur la démocratie réelle, c'est-à-dire se réapproprier le pouvoir. « Il faut avant tout reprendre le pouvoir, car n’avoir que des revendications, c’est déjà accorder à d’autres le pouvoir d’y remédier » synthétise l’un des intervenants. 
Un jeune homme, l’écharpe rouge au vent prend la parole ensuite : « Demander plus de démocratie, c’est bien gentil, mais il faut remettre le social au cœur de notre mobilisation, sinon on ne restera qu’entre petits bourgeois ». « Il faut foutre par terre le capitalisme » conclut un autre.

Les débats peuvent donc se poursuivre autour de ces deux thèmes qui font consensus : comment renverser le capitalisme, et quelle démocratie veut-on.

  • Renverser le capitalisme.

Le débat s’affine et les idées se révèlent solides. Premier consensus, il faut faire converger les luttes sociales. Une femme de ménage au chômage, venue de banlieue, s’exclame avec émotion « c’est l’égoïsme de nos luttes qui fait la force de ceux d’en face », avant d’être chaleureusement applaudie. Elle raconte : « En 2005, pour les émeutes de banlieue, on était tous seuls. Les syndicats, les politiques n’étaient pas avec nous. Alors aujourd’hui je suis ici avec vous pour ne pas qu’on puisse dire qu’on n’était pas là. Mais en banlieue, on est le Lumpenprolétariat d’aujourd’hui ». 
Outre la convergence des luttes, deux idées avancées ont reçu une belle approbation. Sortir de la dictature de l’argent, dès l’échelle de l’individu, du consumérisme acharné, du tout jetable. Un autre Indigné rappelle l’importance de la télévision dans l’immobilité, la soumission des masses. Comme il faut faire sortir les gens dans la rue à l’heure de Plus Belle La Vie, la télévision est devenue un ennemi.

  • Quelle démocratie ?

Le débat devient ici plus complexe. Deux points recueillent l’approbation générale : la révocabilité des élus, et l’importance de pouvoir prendre librement et directement la parole, comme ils sont en train de le faire. De là, il reste compliqué de monter un système, de se mettre d’accord sur quelques principes constitutionnels. Certains réclament des élections à la proportionnelle stricte, d’autres un tirage au sort. Des Espagnols rappellent leur révolution de 1936, comme bel exemple de démocratie directe dont il faudrait s’inspirer. 
Mais une chose est sûre, pour les Indignés, ils veulent plus de démocratie en politique comme en entreprise. Le pouvoir revient à ceux qui travaillent, français comme étrangers. Que soit utilisé le mot de coopérative ou d’autogestion, l’idée est bel-et-bien là. Et si on leur demande, à qui faut-il prendre le pouvoir, leur réponse est simple, l’ennemi identifié : à l’oligarchie financière. Ils tiennent les rênes du travail, mais aussi de la politique.

Ils sont encore bien loin d’un programme politique clair avec propositions concrètes, ne parlons pas d’un projet constitutionnel, ou même simplement de la formation d’une structure politique à eux. Ils en ont conscience. Le débat tend pour l’instant à déconstruire, revenir à des fondamentaux pour se construire un socle commun. Les Indignés nous rappellent que la politique, c’est surtout et étymologiquement un vivre ensemble, dans la cité, et que cela passe avant tout par l’écoute et le respect de la parole d’autrui. Avant 2012, les nombreux candidats qui ambitionnent de « réenchanter la politique » devraient peut-être s’assoir quelques heures avec eux, et écouter.

Pour aller plus loin :

Des portraits de trois des Indignés ayant participé au débat : paroles d'Indignés de France
Et aussi :
Indignés de Paris : le melting pot
indignés de france : témoignez

Pierric Marissal

 

Repost 0
22 mai 2011 7 22 /05 /mai /2011 07:27

TRIBUNES -  le19 Mai 2011

 

Un texte de loi dangereux pour les libertés, et pour la vie privée

Par Paul Machto, Psychiatre des Hôpitaux, Membre du collectif des 39.

 

Nous y avons cru le mardi 10 mai, lors de la manifestation que le Collectif des 39 contre la Nuit sécuritaire a organisée avec de nombreuses associations et organisations syndicales et politiques comme la Ligue des droits de l’homme, les syndicats de psychiatres et tous les partis politiques de gauche, devant le Sénat, pour obtenir le retrait du projet de loi relatif aux soins sous contrainte en psychiatrie. L’imbroglio du Sénat, entre le mardi 3 mai et le 10 mai, nous aura fait espérer que le courage de la présidente de la commission des Affaires sociales du Sénat, Muguette Dini, serait suivi, soutenu par les autres sénateurs centristes. Ce texte est dangereux pour les libertés et l’intrusion dans la vie privée, il renforce la peur des malades et leur stigmatisation, facilite le renfermement, le dispositif et le projet qu’il véhicule peuvent concerner tout un chacun confronté à un passage douloureux dans son existence, enfin il transforme les soignants en des auxiliaires du maintien de l’ordre. De plus, il risque d’aboutir à l’exact inverse de ce à quoi il est censé répondre, la sûreté des personnes, en poussant les malades les plus en souffrance, persécutés, à vouloir échapper à la surveillance et au contrôle obligatoires qu’il instaure.

Il ne répond en rien à la prévention et à une continuité des soins, qui nécessitent une relation basée sur la confiance.

Ce projet de loi a passé la barrière de la discrétion, et il a déjà fait couler beaucoup d’encre. Grâce à l’action, à l’inventivité politique du Collectif des 39 contre la Nuit sécuritaire, le débat public a fait irruption. Dans de nombreux médias, on ne parle plus de la folie et de la psychiatrie de la même façon qu’il y a un an : ce n’est plus « le schizophrène dangereux » qui est au premier plan mais les questions d’accueil, de soins, d’hospitalité pour la folie. De nombreuses associations, organisations professionnelles et politiques se sont mobilisées et ont été très actives sur cette question de société, de civilisation même.

En réponse à notre action, la politique du boniment de ce gouvernement s’est déployée crescendo. Comme dans d’autres domaines, la justice, l’éducation, nous avons entendu des bonimenteurs professionnels. Et la palme d’or revient bien sûr à la secrétaire d’État à la Santé, Nora Berra, et dans le meilleur premier rôle, au député Guy Lefrand.

Que ne nous ont-ils pas dit sur l’immense soutien dont bénéficierait ce projet de loi, « particulièrement bien équilibré », comme l’a déclaré le ministre Xavier Bertrand au Sénat, mardi soir !

« Tous les professionnels soutiennent le projet ! Toutes les associations de patients, les familles sont d’accord ! »

Peu importe que toutes les organisations syndicales de psychiatres publics aient appelé à la grève et aux manifestations, le 15 mars, lors du passage à l’Assemblée nationale, et le 10 mai, pour l’examen au Sénat. Peu importe que l’Association des directeurs des établissements de santé mentale ait dénoncé le caractère inapplicable et incohérent de ce texte.

Peu importe que la Commission nationale consultative des droits de l’homme, fait exceptionnel, se soit autosaisie de ce projet de loi en cours d’examen au Parlement. Dans un avis circonstancié de huit pages, elle conclut en déclarant : « Ce projet de loi manque de maturité, la réflexion n’est pas aboutie, la question des moyens dont la psychiatrie devrait être dotée est absente de la réflexion » !

Peu importe que le Syndicat de la magistrature et l’Union syndicale des magistrats se soient joints aux initiatives du Collectif des 39, de la Ligue des droits de l’homme, des associations et des organisations de soignants en psychiatrie pour rejeter ce texte.

Peu importe que de nombreuses associations de patients, des associations régionales de familles et de parents dénoncent aussi ce texte, et que d’autres, qui soutiennent le gouvernement, aient émis des critiques sévères sur le texte.

Peu importe que près de 30 000 citoyens aient signé l’Appel des 39 : « Une déraison d’État ».

Peu importe que de nombreux intellectuels, des artistes, des comédiens, des plasticiens, des cinéastes soutiennent notre action et se soient engagés pour lutter contre ce texte sécuritaire.

Les patients et leurs familles se plaignent de l’insuffisance de réponses des équipes psychiatriques à leurs appels à l’aide : ils ont raison !

Les patients et leurs familles se plaignent de l’insuffisance de suivi, de continuité des soins et de la prévention : ils ont raison !

Mais, usant d’une mystification, d’une falsification totale, d’une démagogie honteuse pour des questions si douloureuses, la souffrance psychique, le gouvernement s’appuie sur ces appels à l’aide pour proposer cette loi, sans s’attaquer aux causes qui génèrent ces demandes légitimes : la tromperie « des soins sans consentement en ambulatoire ».

Les causes du mécontentement des patients et des familles ?

– La formation indigente des professionnels depuis une quinzaine d’années.

– Une formation qui s’appuie sur une conception de la maladie mentale, de la folie, très médicale, qui met trop souvent à distance des soins les familles.

– L’absence de moyens et de budgets spécifiques pour la psychiatrie, qui est dans un état de délabrement insupportable, une pénurie d’effectifs infirmiers, une diminution du nombre de psychiatres et des psychologues, alors qu’il y a une explosion de demandes de soins, notamment en rapport avec des conditions de vie et de travail de plus en plus violentes, inhumaines, insupportables.

– La politique de restriction budgétaire des hôpitaux qui incite les directeurs à faire des économies sur les budgets des personnels.

Comment dans ces conditions, que le projet de loi ignore totalement, au grand dam des sénateurs, y compris de l’UMP, répondre aux demandes ?

Certes avec la soumission des sénateurs centristes, malgré leur opposition au texte, le Sénat va adopter ce texte. Mais il doit repasser à l’Assemblée le 24 mai, et revenir au Sénat le 16 juin. Alors, nous devons continuer notre lutte. Ce n’est qu’un début !

Repost 0

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre