Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 13:35

 

Monde - le 30 Novembre 2011

Grève historique contre la rigueur au Royaume-Uni

Les salariés du secteur public britannique étaient en grève mercredi pour protester contre les projets du gouvernement de renforcer encore le plan d'austérité draconien du gouvernement Cameron. Les syndicats tablaient sur une mobilisation sans précédent.


"Je suis en colère de payer 50% de contributions en plus, de travailler plus pour au final avoir moins", résumait Russ Aitken, un policier de Liverpool. "J'espère que le gouvernement va modifier sa position. La situation, on la doit au gouvernement et aux banques et c'est aux salariés du secteur public qu'on demande de payer", ajoute-t-il.

 

Trente centrales syndicales ont appellé à la mobilisation pour ce mouvement social d'une ampleur inédite depuis "l'hiver du mécontentement" de 1978-79 sous le gouvernement travailliste de James Callaghan et qui avait vu l’arrivée au pouvoir de la conservatrice Margaret Thatcher. Certains syndicats appellaient à la grève pour la première fois en 114 ans d'existence.

 

Des employés manifestent devant l'hôpital de Manchester


Plus d'un millier de manifestations étaient prévues à travers le pays et les organisateurs espèraient que deux millions de personnes observeront cet arrêt de travail, bien plus que lors de la précédente journée de grève organisée en juin pour le même motif. Le gouvernement veut repousser l'âge de départ à la retraite dans le secteur public à 66 ans en 2020 - contre 60 ans pour la plupart actuellement- et augmenter les cotisations, dans le cadre de son plan de rigueur.

 

 

Le ministre des Finances, George Osborne prolonge l'austérité


Les négociations qui se déroulent depuis plusieurs mois sont actuellement dans l'impasse, les syndicats protestent contre une réforme des retraites des fonctionnaires qui prévoit augmentation des cotisations et baisse des pensions. Mardi, George Osborne, le ministre des Finances britannique lors de son discours semestriel sur le budget, a annoncé que la hausse des salaires du secteur public, gelée jusqu'à fin 2012, serait plafonnée à 1 % à partir de 2013. Parallèlement, la réforme des retraites du secteur public aboutira à une hausse de 3,2 % en moyenne des cotisations vieillesse des fonctionnaires. L'âge de départ à la retraite, aujourd'hui entre 60 et 65 ans, sera porté à 66 ans dès 2020 et jusqu'à 68 ans d'ici une trentaine d'années. George Osborne a, par ailleurs, annoncé le lancement d'un plan de grands travaux de 35 milliards d'euros pour soutenir l'économie.

 

 

"Le gouvernement s'est mis à dos les salariés", selon les syndicats


De son côté, l'opposition travailliste a accusé le gouvernement de se servir de la zone euro comme bouc émissaire aux mauvaises performances du pays, avant tout dues selon elle à une rigueur trop marquée « qui a un effet boomerang » sur la croissance et l'emploi. Brendan Barber, secrétaire général du Trades Union Congress, une confédération regroupant une soixantaine de syndicats, a estimé qu'il ne s'agissait plus pour les travailleurs de consentir à un "sacrifice temporaire" mais d'accepter une "forte diminution permanente" de leur niveau de vie. "Il n'est pas surprenant que le gouvernement se soit mis à dos l'ensemble des salariés", a-t-il commenté en se félicitant de cette unité syndicale "sans précédent".

 

De grandes manifestations sont prévues à Londres, Leeds, Manchester, Liverpool, Brighton et d’autres grandes villes.

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bernard Thibault a apporté son soutien aux salariés britanniques. "Au nom de la CGT, je tiens à vous faire part de notre entière solidarité et de tous nos voeux à l'occasion de votre journée d'action", écrit le leader de la CGT, dans une lettre à Brendan Barber, secrétaire général de la confédération syndicale TUC. "Travailler plus, plus longtemps, pour moins de revenus: voilà les réponses que les gouvernements européens entendent apporter à la crise. Les citoyens de nos pays paient une facture dont ils ne sont en rien responsables. C'est intolérable!", affirme Bernard Thibault.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans LUTTES ET SOLIDARITÉ
commenter cet article
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 04:25

- le 28 Octobre 2011

« Le gouvernement veut tuer la Confédération Nationale du Logement (CNL) » (Catherine Peyge - PCF)

Frédéric Lefebvre, Secrétaire d'État au Commerce, Artisanat, PME, Tourisme et Consommation vient de retirer l’agrément « d’association de consommateurs » à la CNL, agrément qui lui était octroyé depuis 1980. Le retrait de l’agrément entraîne également la suppression de la subvention d’Etat de 270 000 euros qui lui était attribuée.

 

Cette mesure est lourde d’implication pour cette association et les dizaines de milliers de locataires et de demandeurs de logements qu’elle représente.

 

La CNL ne pourra plus défendre en justice les locataires dont les droits sont bafoués.

 

Il ne fait aucun doute que cette décision est une mesure de rétorsion politique contre une des principales associations de défense des locataires.

 

A la tête de ce Secrétariat d'État, Hervé Novelli puis Frédéric Lefebvre ont inventé tous les prétextes pour tenter de justifier cette décision, prétendant par exemple que la CNL n’avait pas les 10.000 membres cotisants indispensables, alors qu’elle en a 70 000.

 

En réalité, après bien d’autres, cette mesure est une nouvelle illustration des attaques de ce gouvernement contre le logement social.

 

Après être, à plusieurs reprises, intervenue auprès du secrétariat d'État pour soutenir la CNL dans sa demande de renouvellement de son agrément, j’appelle aujourd'hui, au nom du PCF, à être de toutes les actions décidées par la CNL pour soutenir son combat.

 

Catherine Peyge
Responsable de la Commission logement pour le PCF
Maire de Bobigny

Paris, le 28 octobre 2011.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans LUTTES ET SOLIDARITÉ
commenter cet article
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 04:04

Social-Eco - le 27 Octobre 2011

Fonderies du Poitou Alu : reprise du travail après deux mois de grève

Les salariés de la Fonderie du Poitou Alu (FDPA, groupe Montupet), paralysée depuis deux mois par une grève et placée en redressement judiciaire, ont voté jeudi en assemblée générale la reprise du travail pour vendredi, selon la CGT.


Environ "95% des 300 grévistes" qui ont participé à l'AG en milieu de journée ont voté la reprise du travail pour vendredi, a indiqué Géry Bégeault, représentant CGT de l'intersyndicale CGT, CFE-CGC, FO et UDT.

 

Les salariés ont accepté "l'accord de fin de conflit" qui constate "la caducité du plan de compétitivité", voulu par la direction du groupe Montupet, à l'origine du conflit et qui prévoyait jusqu'à 25% de baisses de salaire", a-t-il ajouté.

 

"La production va reprendre progressivement (...). Mais la production" du site, qui fabrique des culasses principalement pour Renault, "ne reprendra normalement qu'en fin de semaine prochaine", a estimé le syndicaliste.

 

Par ailleurs, le ministre de l'Industrie, Eric Besson, a annoncé jeudi qu'il avait commandé un audit du site et cherchait un repreneur pour cette entreprise en redressement judiciaire. Le ministre a fait savoir dans un communiqué que ce plan n'était "acceptable ni sur le fond ni sur la forme". Il ajoute qu'il a commandé un audit industriel du site, qui a démarré le 24 octobre, et il attend les conclusions "sous dix jours".

 

Entre-temps, Carlos Ghosn, PDG de Renault, s'est engagé à continuer à s'approvisionner auprès de la FDPA, dont il est le principal client "permettant d'assurer le plan de charges du futur repreneur, sous réserve que celui-ci continue de satisfaire aux exigences industrielles".

 

Les salariés de la Fonderie du Poitou Aluminium (FDPA) de Châtellerault sont en grève depuis le 2 septembre pour s’opposer à la volonté de leur direction, le groupe Montupet, de baisser leurs salaires de 25 %.

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans LUTTES ET SOLIDARITÉ
commenter cet article
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 20:39

 

« Plutôt que de doubler la taxe soda, doublons la taxe caviar » (PCF)

Valérie Pécresse la porte parole du gouvernement et accessoirement ministre du Budget propose de doubler la taxe soda qui devrait ainsi rapporter 240 millions d'euro au prochain budget 2012.

Plutôt que de doubler la taxe soda, doublons la taxe caviar ! Le doublement de l'ISF comparé au montant de 2010 (estimation de janvier 2011)  permettrait à l'État de gagner près de 9 milliards d'euros avec l'insigne avantage de cibler les grandes fortunes, quand la taxe sur les sodas  touche toutes les catégories quel que soit leur niveau de revenus. Qu'on se le dise, l'estomac d'un riche ne lui permet pas de consommer plus qu'un pauvre!

L'urgence est, comme le réclame le Front de gauche, de cesser le bricolage fiscal qui n'a pour but que d'exonérer ceux qui peuvent et doivent payer ! Le Front de gauche dans son programme l'humain d'abord ! propose de rétablir une fiscalité qui redonne toute sa place à un impôt sur le revenu réellement progressif.

 
 « Plutôt que de doubler la taxe soda, doublons la taxe caviar » (PCF)

le 05 octobre 2011

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans LUTTES ET SOLIDARITÉ
commenter cet article
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 17:13

Société - le 26 Septembre 2011

Education : où manifester mardi en France ?

La grève des enseignants de demain mardi s’annonce non seulement très suivie, mais les syndicats entendent bien occuper la rue. Des manifestations sont prévues dans tous les départements français, voici toutes les informations pratiques.


Les syndicats estiment que plus d’un enseignant sur deux suivra le mouvement. Et nouveauté, les professeurs du privé se sont joints à la mobilisation. Pour en savoir plus sur le contenu des revendications, lire : Forte mobilisation attendue mardi pour la grève des enseignants

 

La liste des villes et horraires dans lesquels des manifestations sont prévues, par ordre alphabétique :


Agen, 10H30, manifestation (départ place de la mairie)  -  12H00 Picnic
Ajaccio, 10H00 rassemblement devant le rectorat
Albi, 15H00, manifestation (départ place du Vigan)
Alençon, 10H00, manifestation (départ « cité administrative »)
Amiens, 14H30, manifestation (départ rectorat)
Angers,  14H00, manifestation  (départ Place Imbach)
Angoulême, 10H00, manifestation (départ inspection académique)
Annecy, 14H30, rassemblement (préfecture)
Auch, 10H30, manifestation (départ patte d'oie)
Aurillac, 10H30, (départ Place de la Paix)
Auxerre, 15H00, manifestation (départ inspection académique)
Avignon, 11H00, manifestation (départ gare centre)
Bastia, 10H00 rassemblement devant l'inspection académique
Beauvais, 14H30, manifestation (départ place jeanne hachette)
Belfort, 10H45, manifestation (départ maison du peuple)
Besançon, 14 H 30, manifestation (départ Place de la Révolution)
Blois, 14H30, manifestation (départ Préfecture)
Bordeaux, 11H00 audience au rectorat et 11H30, rassemblement devant le rectorat
Bourg-en-Bresse, 14h30,  manifestation (départ Marché couvert)
Bourges, 10H30,  manifestation (départ place Séraucourt)
Caen, 10H30, (départ place du théâtre)
Cahors, 10H30, manifestation (départ place C.DeGaulle)
Calais, 9H30 rassemblement devant la préfecture Montreuil-sur-Mer, 9H30 rassemblement devant la sous préfecture
Carcassonne, 10H30, rassemblement (préfecture)  -  Narbonne, 18H00, rassemblement (sous-préfecture)
Cayenne, 10H00 (heure locale), rassemblement devant le rectorat
Chalon-Sur-Saône, 15H00, manifestation (départ lycée Mathias)
Chambéry, 10H00,  manifestation (départ Place de la Sasson)
Charleville-Mézières, 10H00, manifestation (départ inspection académique)
Chartres, 14 H 30 (départ Place des Halles)
Châteauroux, 10H00, manifestation (départ Place de la République)
Chaumont, 17 h 30 rassemblement (devant l'inspection académique)  -  Saint-Dizier, 17H00 rassemblement (à la mairie)
Clermont-Ferrand, 10H00, manifestation (départ place Delisle)
Digne les Bains, 11h30, Rassemblement devant l'inspection académique et conférence de presse.
Dijon, 14H30, manifestation (départ place de la Libération)
Epinal, 14H00, manifestation (départ préfecture des Vosges)
Evreux, 10H00, manifestation (départ salle omnisport)
Foix, 10H30, manifestation (départ inspection académique)
Gap, 10h30, manifestation devant l'inspection académique
Grenoble, 14H00, manifestation (départ place de la gare)
Guéret,  10H00, manifestation  (départ mairie).
La Roche Sur Yon, 15H30, manifestation (départ place Napoléon)
La Rochelle, 10H30, manifestation (départ place de Verdun)  /  Saintes, 11H00, manifestation (palais de justice)
Laon, 10h00, rassemblement devant l'inspection académique  -  St-Quentin, 10h00 rassemblement devant l'hôtel de ville
Laval, 10H30, manifestation (départ Place du jet d'eau)
Le Mans, 10H30, manifestation (départ maison des syndicats)
Le-Puy-en-Velay, 11H00, manifestation (départ place Cadelade)
Lille, 14H30, manifestation (départ porte de Paris)
Limoges, 10H30 manifestation devant le rectorat
Lons Le Sonnier, 14H00, rassemblement (place de la liberté)
Lorient, Vannes, Plouay, Ploermel, 9H00, rassemblement devant les permanences des députés  -  Vannes, 11H00, manifestation (départ IA)
Lyon, 10H30,  manifestation (départ place Guichard)
Marseille, 14H30, manifestation (départ place Castellane)
Mende, 11H00, manifestation
Metz, 14H30, manifestation (départ Gare Sncf)  
Montargis, 10H30, rassemblement (sous préfecture)  -  Orléans, 10H30, rassemblement (inspection académique)
Montauban, 14h30, manifestation (départ préfecture)
Mont-de-Marsan, 10H30, manifestation devant l'inspection académique
Montpellier, 14H30, manifestation (départ place Tessali)
Moulins, 16H00, manifestation (départ du « Colysée »)
Mulhouse, 10H00,  manifestation (départ place de la bourse)
Nancy, 14H00, manifestation (départ place Maginot)
Nantes, 10H30, manifestation devant la préfecture suivie d'un "forum-débat-barbecue"
Nevers, 10H00, manifestation (départ inspection Académique)
Nice, 10H00, manifestation (départ place Masséna)
Nîmes, 14H00, manifestation (départ « maison carrée »)
Niort, 11H30, rassemblement devant l'inspection académique
Paris, 14H30, manifestation (départ Luxembourg)
Périgueux, 11H30, manifestation (départ Palais de Justice)
Perpignan, 11H00, manifestation (départ place de la Victoire)
Pointe-à-Pitre, 8H30 (heure locale), rassemblement devant la Mairie
Poitiers, 10H30, manifestation (départ place d'Armes)
Privas, 10H00, manifestation (départ préfecture)
Quimper, 10H30 manifestation  -  Brest 10H30 manifestation
Rassemblements et manifestations dans les Pyrénées Atlantiques Pau : 10h30, Complexe de la République Bayonne : 10h30, Bourse du Travail
Reims, 10H00 manifestation (départ maison des syndicats)  -  11H30 rassemblement devant le rectorat
Rennes, 11H00, manifestation (départ place de la mairie)
Rouen, 10H30, manifestation (départ cours Clémenceau) Dieppe, 11H00, manifestation (départ Pont Ango) Le Havre, 14H00, manifestation (départ Franklin)
Saint Etienne AG 9 h 00 bourse du travail manifestation 10 h 30 bourse du travail Roanne ag 9 h 00 bourse du travil manifestation 10 h 30 bourse du travail
Saint-Brieuc, 10H30, rassemblement Place de Robien
St-Lot, 10H30, manifestation (départ place verte) - Cherbourg, 10H30, manifestation (départ place Napoléon)
Strasbourg, 10H30, manifestation (départ place Kléber)
Tarbes, 10H30, rassemblement à  la Bourse du Travail
Toulon, 10H30, manifestation (départ place de la liberté)
Toulouse, 10H30, manifestation (départ  Place Jeanne d'Arc)
Tours, 14H30, manifestation (départ devant l'inspection académique)
Troyes, 14h30, manifestation (départ  place de la bourse)
Tulle, 10H30, manifestation (départ place de la cité administrative)
Valence, 14H00, manifestation (départ champs de Mars)
Verdun, 10H00, manifestation (départ parking du 8 mai)  -   Bar Le Duc, 14H30, manifestation (départ  place de la Gare)
Vesoul, 10H00, manifestation (départ inspection académique)

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans LUTTES ET SOLIDARITÉ
commenter cet article
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 08:40

Social-Eco - le 16 Mai 2011

austérité

La Confédération européenne des syndicats, qui réunit son congrès à Athènes à partir d’aujourd’hui, s’oppose 
frontalement au pacte euro plus qui sanctifie l’austérité.

Athènes, 
envoyée spéciale. « L’âge d’or pour les riches doit prendre fin. Ceux qui nous ont conduits à cette pagaille financière doivent payer cher le prix du redressement. » Nous sommes en octobre 2008. La crise des subprimes submerge l’Europe. John Monks publie une tribune dans le Financial Times, avertissant que la Confédération européenne des syndicats qu’il dirige ne pourra « tolérer une amplification de la pauvreté et des inégalités ». Le verbe est dur. Deux ans plus tard, le 9 avril 2011, il récidive. Calé à la tête de l’euromanifestation de Budapest, en Hongrie, il lance : « Nous ne voulons pas payer le prix de la cupidité des banquiers. »

 

les euromanifestations se sont multipliées

À l’heure où s’ouvre aujourd’hui à Athènes le 12e congrès de la CES, les euromanifestations se sont multipliées : en six mois, pas moins de trois, le 29 septembre à Bruxelles, le 15 décembre dans tous les pays, le 9 avril à Budapest. Le syndicalisme s’est affirmé comme « la principale force en Europe qui s’oppose aux politiques d’austérité », assure Joël Decaillon, secrétaire général adjoint, issu de la CGT française. « Les mobilisations suscitent l’intérêt des opinions publiques. Le syndicalisme est devenu un acteur beaucoup plus visible en Europe, grâce au combat qui se déroule aussi dans la rue, pas seulement à la table des négociations. Les travailleurs réagissent très vivement, notamment dans le sud de l’Europe. Dans le centre, en Roumanie, Pologne, Hongrie, les problèmes sont énormes », ajoute Jozef Niemiec, qui vient du syndicat polonais Solidarnosc. Aujourd’hui secrétaire confédéral, il devrait, à l’issue du congrès, devenir secrétaire général adjoint.

« Depuis notre dernier congrès, le contexte politique, économique et social a énormément changé », développe John Monks. Pour lui, « la CES demande, hier comme aujourd’hui, aux autorités européennes de rétablir l’équilibre entre les libertés des marchés économiques et les droits fondamentaux. »

 

la crise a fait évoluer la donne

Parmi les 83 organisations affilié----Nicolas Sarkozy et Angela Merkel, sanctifie l’idée d’une austérité généralisée comme seule variable d’ajustement pour réduire les déficits publics. Avec lui, l’objectif de la CES de parvenir à « intégrer un protocole de progrès social dans les traités de l’UE » s’éloigne dangereusement. Résultat, l’opposition est frontale. La CES développe au contraire l’idée que l’économie ne peut pas retrouver le chemin de la croissance sans miser sur la satisfaction des besoins sociaux. « Ce qui se joue est important, explique Anne Demelenne, secrétaire générale de la FGTB belge. La crise a été déclenchée par l’ultralibéralisme et les gouvernements appliquent des recettes ultralibérales pour tenter d’en sortir. On va dans le mur. L’Europe ne nous entend pas. Elle est en train de dresser les travailleurs contre elle. »

La FGTB et les autres syndicats belges ont organisé le 23 mars dernier à Bruxelles une manifestation monstre contre l’austérité. Et Anne Demelenne n’écarte pas l’idée d’aller plus loin. « La grève est parfois la seule issue », souffle-t-elle.

Une eurogrève ! La CES n’est jamais allée jusque-là et, à n’en pas douter, beaucoup de syndicats n’y aspirent pas.

Ce qui est sûr, c’est que l’idée de ne pas se laisser imposer l’austérité sans réagir fait l’unanimité. D’autant plus fortement qu’elle creuse le lit des partis nationalistes. « La CES doit combattre l’euroscepticisme et l’extrême droite qui saccagerait l’Europe si elle arrivait au pouvoir », alerte John Monks. En portant des revendications qui favorisent un alignement par le haut des salaires, de la protection sociale et des services publics, l’Europe serait sans nul doute bien plus attractive aux yeux des salariés.

 

Paule Masson

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans LUTTES ET SOLIDARITÉ
commenter cet article
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 14:35

Front uni contre la vie chère

Hausse des prix, gel des salaires et baisse du niveau de vie ! Gaz, électricité, logement, matière première. Face aux mesures d'austérité, des milliers de français ne semblent plus pouvoir subvenir à leurs besoins élémentaires. Les tentatives du gouvernement pour masquer la réalité sont bien nombreuses ... et tellement frileuses : du "panier des essentiels" de Frédéric Lefèbvre à la prime de 1000 euros de Nicolas Sarkosy. Il est bien beau le "président du pouvoir d'achat" ! Mais personne n'est dupe. Car dans ces dérives des marchés et de la spéculation, les prix flambent en même temps que les salaires des actionnaires. Et ils laissent derrière eux des millions de français face à des mesures d'austérité draconiennes.

Ce dossier se propose de revenir sur le pouvoir d'achat. Il dénonce le caractère  insuffisant et inégal des propositions du gouvernement en la matière et ouvre les portes sur les solutions du front de gauche.

Le panier alibi du sieur Lefebvre

franck-lefebvre.jpg

 

Vie chère, toujours plus chère ? Salaires à la diète ? En guise de parade, le gouvernement nous offre un festival de gadgets. Alors que la baudruche de la «prime aux salariés des entreprises versant des dividendes aux actionnaires» se dégonflait hier, le secrétaire d’État à la Consommation, Frédéric Lefebvre, en balade chez Leclerc, faisait la promo de son « panier des essentiels». Tout consommateur se verrait garantir une sélection de produits alimentaires de qualité à des prix attractifs. Une opération tout bénef pour la grande distribution qui va pouvoir redorer un peu son blason et continuer de pressurer producteurs et consommateurs. Aucune mesure n’est prise pour limiter les marges des enseignes, lesquelles annoncent déjà pour les prochains mois une flambée de leurs prix sur des produits de base (10 % sur les pâtes, 20 % sur le café et la farine, etc.) Le panier du sieur Lefebvre a, pour elles, tout de l’alibi rêvé. Quant aux consommateurs à revenus modestes, il a, pour eux, le goût amer d’une énième stigmatisation, après la couverture maladie minimum (CMU), avec son « panier de soins », après le « tarif de première nécessité » de l’électricité, qui légitime d’autant les hausses d’EDF, après les « essentiels de la rentrée scolaire ». La vie au mini pour les uns, le maximum sans limite pour la caste du Fouquet’s et assimilés... Ne rêvez pas, M. Lefebvre, votre panier ne cache pas l’indécence de cette société-là.

Yves Housson

le 19 Avril 2011

Article issu de l'humaniité.fr


aff_vie_chere_hauteur_v2-pdf-image.jpg
 Download (pdf)
  • de loin, leur pouvoir d’achaLes travailleurs, les chômeurs, les jeunes et les retraités subissent une double peine, une double pénalisation, un double pillage. Les produits indispensables à la vie quotidienne ne cessent d’augmenter alors que les salaires, les retraites, les allocations  sont bloqués. Le budget des familles consacré à l’alimentation représente près de 14% du total. Il s’envole ! Café, farine, pâtes, pain, beurre, huile, fromages, biscuits, chocolat ont augmenté de 5 à 20%. L’habillement et les chaussures sont en passe de faire un bond. Les médicaments comme la consultation chez le médecin sont toujours moins bien remboursés.Toggle
Connexion utilisateur
Page actions
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans LUTTES ET SOLIDARITÉ
commenter cet article
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 14:35

Front uni contre la vie chère

Hausse des prix, gel des salaires et baisse du niveau de vie ! Gaz, électricité, logement, matière première. Face aux mesures d'austérité, des milliers de français ne semblent plus pouvoir subvenir à leurs besoins élémentaires. Les tentatives du gouvernement pour masquer la réalité sont bien nombreuses ... et tellement frileuses : du "panier des essentiels" de Frédéric Lefèbvre à la prime de 1000 euros de Nicolas Sarkosy. Il est bien beau le "président du pouvoir d'achat" ! Mais personne n'est dupe. Car dans ces dérives des marchés et de la spéculation, les prix flambent en même temps que les salaires des actionnaires. Et ils laissent derrière eux des millions de français face à des mesures d'austérité draconiennes.

Ce dossier se propose de revenir sur le pouvoir d'achat. Il dénonce le caractère  insuffisant et inégal des propositions du gouvernement en la matière et ouvre les portes sur les solutions du front de gauche.

Le panier alibi du sieur Lefebvre

franck-lefebvre.jpg

 

Vie chère, toujours plus chère ? Salaires à la diète ? En guise de parade, le gouvernement nous offre un festival de gadgets. Alors que la baudruche de la «prime aux salariés des entreprises versant des dividendes aux actionnaires» se dégonflait hier, le secrétaire d’État à la Consommation, Frédéric Lefebvre, en balade chez Leclerc, faisait la promo de son « panier des essentiels». Tout consommateur se verrait garantir une sélection de produits alimentaires de qualité à des prix attractifs. Une opération tout bénef pour la grande distribution qui va pouvoir redorer un peu son blason et continuer de pressurer producteurs et consommateurs. Aucune mesure n’est prise pour limiter les marges des enseignes, lesquelles annoncent déjà pour les prochains mois une flambée de leurs prix sur des produits de base (10 % sur les pâtes, 20 % sur le café et la farine, etc.) Le panier du sieur Lefebvre a, pour elles, tout de l’alibi rêvé. Quant aux consommateurs à revenus modestes, il a, pour eux, le goût amer d’une énième stigmatisation, après la couverture maladie minimum (CMU), avec son « panier de soins », après le « tarif de première nécessité » de l’électricité, qui légitime d’autant les hausses d’EDF, après les « essentiels de la rentrée scolaire ». La vie au mini pour les uns, le maximum sans limite pour la caste du Fouquet’s et assimilés... Ne rêvez pas, M. Lefebvre, votre panier ne cache pas l’indécence de cette société-là.

Yves Housson

le 19 Avril 2011

Article issu de l'humaniité.fr


aff_vie_chere_hauteur_v2-pdf-image.jpg
 Download (pdf)
  • de loin, leur pouvoir d’achaLes travailleurs, les chômeurs, les jeunes et les retraités subissent une double peine, une double pénalisation, un double pillage. Les produits indispensables à la vie quotidienne ne cessent d’augmenter alors que les salaires, les retraites, les allocations  sont bloqués. Le budget des familles consacré à l’alimentation représente près de 14% du total. Il s’envole ! Café, farine, pâtes, pain, beurre, huile, fromages, biscuits, chocolat ont augmenté de 5 à 20%. L’habillement et les chaussures sont en passe de faire un bond. Les médicaments comme la consultation chez le médecin sont toujours moins bien remboursés.Toggle
Connexion utilisateur
Page actions
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans LUTTES ET SOLIDARITÉ
commenter cet article
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 07:48

Les syndicats FO, CFDT et CGT appellent à la grève samedi dans tous les hypermarchés Carrefour pour exiger de la direction qu'elle revoit à la hausse ses propositions salariales pour 2011 afin de maintenir le pouvoir d'achat des 65.000 salariés.

Cet appel intersyndical, peu habituel chez le géant de la grande distribution (le dernier remonte à février 2008), fait suite aux négociations salariales au cours desquelles la direction a proposé une augmentation de 1% en mars et de 1% en octobre, assortie d'une remise de 10% (au lieu de 7%) sur les achats dans les magasins de l'enseigne et d'une participation aux frais d'entretien des tenues de travail de 6 euros par trimestre.

FO, premier syndicat chez Carrefour (environ 45% des voix), a jugé ces propositions "minimalistes" et refusé de signer un projet d'accord "qui n'augmente pas les salaires à la mesure de l'inflation annoncée à 2% en 2011". La direction de Carrefour a de son côté annoncé vendredi à l'AFP qu'elle allait "rouvrir les négociations" et proposait "à ses partenaires sociaux de se retrouver à la table des négociations la semaine prochaine", selon le directeur des ressources humaines, Jean-Luc Masset.

Pour les trois syndicats, la direction "tente de casser la grève et de faire diversion en annonçant une nouvelle réunion de +négociations+ à la veille d'un mouvement social national qui s'annonce d'ampleur". "Cela ne change rien pour nous, c'est une tentative de déstabilisation, ça montre que notre mobilisation porte, le mouvement va être très suivi", a affirmé à l'AFP Dejan Terglav, délégué FO. "Depuis trois ans, nous avons perdu 10% de pouvoir d'achat", a expliqué M. Terglav, "alors que les profits explosent et que nos dirigeants viennent de mettre en vente les magasins Ed avec à la clé six milliards qui vont aller dans les poches des actionnaires".

"Les hausses proposées par la direction correspondent à une augmentation de 1,64% sur l'année 2011", selon Serge Corfa, délégué CFDT. Il a déclaré à l'AFP être "surpris de l'ampleur que prend le mouvement". Pour la CGT, "les bénéfices sont au rendez-vous, ils ne doivent pas servir qu'à gonfler le portefeuille déjà très grassouillet des dirigeants du groupe".

Carrefour a annoncé en mars des bénéfices en hausse de 11% en 2010 (382 millions d'euros), malgré des charges importantes dues notamment à la réorganisation du groupe au Brésil. Le groupe a aussi récemment annoncé sa volonté de scinder son activité de hard-discount (enseigne Dia) et 25% de sa filiale Carrefour Property (propriétaire des murs des magasins).

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans LUTTES ET SOLIDARITÉ
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre