Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 mai 2013 7 05 /05 /mai /2013 08:38

 

 Comme nous l'apprend le "Petit Journal", c'est bien le service com du FN qui tourne et fourni les images du meeting aux médias. France2 entre autre, dans son repotage sur le 1er mai donne à voir, pour argent comptant  la "réalité" FN du meeting, sans préciser aux téléspectateur la provenance des images. Qui sont pure et simple falsification et manipullation.

 

Bravo le service public qui promeut des tricheurs et des menteurs.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MEDIAS et PLURALISME
commenter cet article
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 06:27

 

 

MÉDIAS -  le 3 Mai 2013

 

Retrouvez dans l’HD cette semaine : D’accord pour une nouvelle politique à gauche

 

 

L’Humanité Dimanche publie cette semaine une rencontre entre Pierre Laurent, secrétaire National du PCF et Emmanuel Maurel de l’aile gauche du PS. Avant la marche du 5 mai, ils confrontent leurs propositions et idées pour une nouvelle politique à gauche. Extraits.

HD. Comment expliquer les renoncements du gouvernement et l’en empêcher ?

Emmanuel Maurel: C’est une sorte de social-défaitisme. Certains de mes amis socialistes qui sont au pouvoir anticipent un rapport de forces défavorable, contre le patronat ou la droite allemande et sont à la recherche d’un compromis a priori. Or, c’est parce qu’on est en période de crise, et précisément parce que le rapport de forces est défavorable, qu’il faut mener le combat au bout. Nous aurons le soutien de tous ceux qui n’en peuvent plus, qui ne supportent plus ces politiques et le monde dans lequel on vit. Je repensais, en écoutant Pierre Laurent, au slogan du Front de gauche pendant la campagne présidentielle : « l’Humain d’abord ». Mais pourquoi nous sommes-nous engagés à gauche, socialistes comme communistes ? C’est parce que nous refusons que l’argent soit la mesure de toute chose. Parce que les inégalités sociales nous révoltent et que nous avons la volonté de faire émerger un monde où l’égalité serait réalisée. Je ne dis pas qu’il n’y a pas des phases de découragement mais l’objectif politique reste là.

Pierre Laurent : Le social-défaitisme dont parle Emmanuel Maurel, chacun peut le constater en France et en Europe. Cette logique qui anticipe un rapport de forces défavorable ne conduit en aucune façon à l’amélioration de la situation. On constate partout qu’il se passe l’exact inverse. En France beaucoup de gens, qui jugeaient nécessaires des paroles dites « raisonnables » au début, constatent que ce manque de combativité risque au contraire de nous conduire dans une situation dégradée. Je ne cherche pas à régler des comptes. Je ne dis pas à ceux qui n’ont pas voté comme moi l’an dernier ou ceux qui n’ont pas pensé comme moi depuis un an, « vous avez eu tort et moi raison ». J’appelle chacun à réfléchir à la situation. Elle montre une chose : si nous continuons sur ce cap-là, nous n’allons pas nous sortir de la situation, nous allons mettre le pays et la gauche en difficulté. Ce qui me frappe, c’est qu’un nombre de plus en plus important de voix à gauche sont en train de faire le même constat. J’ai envie de me tourner vers l’avenir et leur dire que, si nous parvenons à un diagnostic qui converge sur la nécessité d’un changement de cap, alors, construisons-le ensemble. C’est le sens des assises du 16 juin. Cette démarche de confrontation positive est indispensable si nous voulons réenclencher une dynamique pour enrayer le mouvement actuel qui entraîne la résignation et conduit au retour de la droite.

Retrouvez l'intégralité de l'entretien, réalisé par Cédric Clérin et Stéphane Sahuc, dans l'Humanité Dimanche de cette semaine.


Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MEDIAS et PLURALISME
commenter cet article
21 avril 2013 7 21 /04 /avril /2013 00:09

 

Imprimer

Recommander cet article � un ami

  • delicious
  • facebook
  • netvibes
  • twitter

En direct des ondes patronales (extraits)

par Benjamin AccardoBlaise MagninDenis Peraisle 19 avril 2013

Les « matinales » et les « rendez-vous » politiques des grandes radios, bien qu’ils n’aient pas l’impact des JT en termes d’audience, font référence dans le paysage de l’information. Aussi, la qualité du traitement des grands dossiers socio-économiques y apparaît-elle particulièrement cruciale. La comparaison, au sein de quelques-unes de ces émissions radiophoniques, du nombre d’invitations réservées aux représentants du patronat et des milieux d’affaires d’un côté, et des syndicats de salariés de l’autre, peut constituer un bon indice du pluralisme qui y a cours. Résultat ? Une victoire par KO des représentants du patronat.

Une présence démesurément patronale

Le décompte détaillé des invitations (voir ci-dessous) montre que les « grands rendez-vous » de l’information des principales radios ne s’encombrent pas avec la recherche d’un quelconque équilibre : 151 invitations pour les représentants du patronat et des milieux d’affaires (71,9 %), et 59 seulement (28,1 %) pour ceux des syndicats de salariés. La distorsion devient même vertigineuse lorsque l’on sait que la France compte 2,7 millions d’entreprises, et donc autant d’entrepreneurs, pour… dix fois plus d’actifs (28,4 millions) !

Pis encore : en dehors de Laurence Parisot, ce sont des représentants de la centaine d’entreprises qui dépassent le seuil de 5 000 salariés qui monopolisent la parole, les représentants des petites et moyennes entreprises n’ayant pas droit de cité au micro des « grands intervieweurs ». Ce qui ne veut pas dire que leur situation n’est pas régulièrement convoquée à l’antenne par les éditocrates pour justifier des politiques toujours plus favorables à toutes les entreprises. RMC s’illustrant particulièrement dans cet exercice (voir p. 32-33, « À quoi sert RMC ? »).

Décompte précis par station

- Europe 1 : entretiens matinaux de Bruce Toussaint et de Jean-Pierre Elkabbach (18 juin 2012-11 mars 2013) + « Le Grand Rendez-Vous » (2 janv. 2011-10 mars 2013) : 
- Patronat, milieux d’affaires et de la finance (MAF) : 68, dont Laurence Parisot (8), Jacques Attali (5), Alain Minc (3) 
- Syndicats : 17. CFDT (6) + CGT (8) + FO (2) + Solidaires (1)

- RTL : entretiens matinaux de Jean-Michel Aphatie (18 juin 2012- 11 mars 2013) + « Le Grand Jury » (3 sept. 2006-10 mars 2013) : 
- Patronat et MAF : 39. Laurence Parisot : 10 
- Syndicats : 17. CFDT (6) + CGT (10) + FO (1)

- RMC : entretiens matinaux de Jean-Jacques Bourdin (18 juin 2012-11 mars 2013) : 
- Patronat et MAF : 13. Laurence Parisot : 4 
- Syndicats : 5. CFDT (2) + FO (2) + CGT (1)

- France Inter : entretiens matinaux de Patrick Cohen (18 juin 2012-11 mars 2013) + « Radio France Politique » devenu « Tous politiques » (4 sept. 2011-10 mars 2013) : 
- Patronat et MAF : 18. Laurence Parisot : 1 
- Syndicats : 11. CFDT (5) + CGT (4) + FO (2)

- France Info : entretiens matinaux de Raphaëlle Duchemin (18 juin 2012-11 mars 2013) : 
- Patronat et MAF : 13, dont Laurence Parisot (3), Jacques Attali (1)
- Syndicats : 9. CFDT (5) + CGT (2) + FO (2)

- Total  : 
- Patronat et MAF : 151, dont 26 rien que pour Laurence Parisot, 8 pour Jacques Attali et 5 pour Alain Minc [1
- Syndicats : 59. CFDT (24) + CGT (25) + FO (9) + Solidaires (1)

[…]

***

Si vous souhaitez en savoir plus sur la domination médiatique des thèses et des représentants patronaux, vous trouverez la suite de cet article et tout un dossier consacré aux « Médias de démobilisation sociale » dans le dernier numéro de notre magazine trimestriel, Médiacritique(s), disponible au numéro, ou sur abonnement.

Notes

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MEDIAS et PLURALISME
commenter cet article
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 11:22

Marcel Trillat: "Tant que l’Huma est là, il y a de l’espoir"

Urgence pour l'Humanité
Féru d’histoire, Marcel Trillat, journaliste et documentariste, demeure attaché à l’Humanité pour la parole qu’elle donne à la classe ouvrière et aux intellectuels.

L'Humanité et l'Humanité Dimanche sont en grand danger. Des difficultés de trésorerie les menacent gravement. Pour faire face à cette situation, l'Humanité et ses équipes font appel à leurs lectrices et lecteurs, aux organisations progressistes et démocratiques, à toutes les personnes attachées au pluralisme des idées et de la presse

L’Humanité est dans une situation de trésorerie très délicate. Comment réagissez-vous à l’idée qu’elle soit menacée 
de disparaître?

Marcel Trillat. Mes raisons d’être attaché à l’Huma sont multiples et évidentes. D’abord, c’est le journal fondé par Jaurès, pour qui j’ai toujours eu une grande admiration. Ce titre est né avec l’apport de la classe ouvrière, à laquelle il était d’abord destiné, mais aussi avec celui des grands intellectuels de l’époque. C’était quelque chose, dans le contexte ! Mais je songe également à l’Huma durant la Seconde Guerre mondiale, clandestine, avec ses exemplaires ronéotés avec les moyens du bord, par des gens qui risquaient leur vie. Tout cela a une valeur sentimentale. Et puis, je suis né à la politique pendant la guerre d’Algérie, j’avais quatorze ans en 1954. Avec d’autres jeunes, on se battait comme des chiens contre les horreurs de cette guerre. Et je me souviens de l’Huma paraissant avec des grands espaces blancs sur la première page, à l’emplacement d’articles censurés parce que jugés trop fraternels. Nous avions eu des parents résistants, nous faisions le rapprochement. Cette période d’horreurs, de tortures en Algérie m’a définitivement marquée. Et l’Huma, malgré des moments moins glorieux, dus aux aveuglements du Parti communiste à une époque, participe de cet imaginaire-là.

 

Pour la réalisation de vos films historiques, il vous a été précieux de consulter ses archives?

Marcel Trillat. Oui, je m’y suis replongé souvent! Mais mon attachement a aussi des raisons plus actuelles. Je lis tous les journaux. Je cherche mon miel un peu partout, il faut admettre que j’en trouve de moins en moins. Qu’est-ce qui resterait comme journal de gauche s’il n’y avait plus l’Huma?

 

Justement, que serait, selon vous, le monde médiatique sans l’Humanité?

Marcel Trillat. Ce serait un véritable désastre. Certes, le manque de moyens se ressent parfois à la lecture. Je me mets parfois à votre place, me disant que ne plus avoir les moyens de multiplier les reportages doit être un crève-cœur. Mais, malgré cela, vous avez réussi à continuer à faire un grand journal. En faisant participer de grands intellectuels, notamment. Cela apporte énormément de choses. Je me jette dessus! Et puis, j’adore le supplément Cactus du jeudi et le suivi des grandes luttes sociales. L’Huma est souvent désespérément seul pour défendre ceux dont la vie est en train d’être bousillée par la finance. L’Huma leur donne la parole et explique pourquoi tout cela est insupportable et comment les choses pourraient se passer autrement. Ça, c’est irremplaçable! Oui, pour tous les gens qui se battent aujourd’hui, l’Huma est irremplaçable. Laisser disparaître ce journal aujourd’hui, ce serait comme leur mettre un bâillon sur la bouche. Tant que l’Huma est là, il y a de l’espoir!

Faire un don en ligne à l'Humanité

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MEDIAS et PLURALISME
commenter cet article
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 06:17

 

MÉDIAS -  le 18 Avril 2013

 

Découvrez les éditions numériques de l’Humanité

Nous lançons aujourd’hui les éditions numériques de l’Humanité, de l’Humanité Dimanche et de La Terre. Cette offre nouvelle s’inscrit dans les projets de développement et de modernisation de vos journaux, afin de mieux répondre à la diversité de vos usages et modes de lecture de la presse. Les éditions numériques de nos trois titres ne s’opposent pas à la diffusion des journaux papier. Elles renforcent et élargissent notre offre éditoriale au service des luttes sociales et des idées alternatives au capitalisme.

Cet espace va évoluer progressivement au fil des mois. Il va connaître des améliorations et des évolutions afin, notamment, d’enrichir les articles par des contenus digitaux. De nouveaux titres, exclusivement sur support numérique, vous seront bientôt proposés. Une offre tarifaire spéciale sera proposée dans les prochaines semaines aux abonnés de nos titres papier.
La liseuse numérique de l’Humanité.fr vous permet de feuilleter et lire en mode texte l’Humanité, l’Humanité Dimanche et La Terre depuis votre ordinateur, mais également depuis votre tablette ou votre smartphone. Il vous faut pour cela télécharger l’application mobile depuis les différents opérateurs. Vous pouvez également lire vos éditions achetées hors connexion, à l’aide de votre bibliothèque personnelle et vos identifiants de compte l’Humanite.fr
Nous vous invitons à découvrir via le kiosque numérique de l’Humanité.fr un exemplaire en démonstration.
Cette nouvelle étape pour l’Humanité.fr est une première pierre d’un projet ambitieux de développement de notre plateforme numérique, afin d’être toujours plus utile au rassemblement des forces populaires et citoyennes, intellectuelles et culturelles, de la transformation sociale et écologique, toujours plus utile au combat émancipateur contre toute forme de domination et d’exploitation : enrichissement des contenus éditoriaux, nouveaux outils numériques : “social média”, fil rouge géolocalisé de l’actualité politique, syndicale et associative…
L’Humanité travaille à s’adapter à vos besoins, à vos envies, à vos combats.  Aidez-nous à porter toujours mieux la confrontation d’idées, le refus du fatalisme, l’espoir d’une société plus humaine. Faites-nous part de nos remarques, achetez nos titres, partagez nos articles sur les réseaux sociaux, intervenez, commentez. Ensemble déployons l’Humanité au service de tous les débats et de tous les combats.

Merci par avance,

Patrick Le Hyaric, directeur de l’Humanité


Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MEDIAS et PLURALISME
commenter cet article
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 17:59

Chaque vendredi en fin d'APM sur France Inter  (FIRPO ou france Inter Radio Pourrie) la voix de son maître (le libéralisme) avec Coroline Fourest, François Colombani et Dominique  Régnier.

 

Mauvaise foi et propagande garanties.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MEDIAS et PLURALISME
commenter cet article
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 11:15

QUI CONFINE AU PARTI PRIS

 

En effet, dans sa page d'accueil de ce jour FRANCE TV INFO publie des informations parmi lesquelles la plainte déposée par Anne Hidalgo 1ere adjointe à Paris et tête de liste aux prochaine municipales en 2014, contre Nathalie Kosico Morizet. En appui et comme illustration une photo avenate de Anne Hidalgo tout sourire, belle comme un coeur.

 

Puis une autre info selon laquelle Jean-Luc Mélenchon, après l'intervention fadasse du Président Hollande à France 2,  souhaite la bienvenue en enfer comme à Chypre. Mais là, il n'est pas question de la photo du Mélenchon goguenard. Mais d'une pboto ou le visage dur, rigide saute aux yeux.

 

Ah pluralisme, honnêteté, je n'ose pas dire objectivité, sont à ranger aux oubliettes.

Seuls ont le droit de citer : propoagande et parti pris.

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MEDIAS et PLURALISME
commenter cet article
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 07:55

Jeudi 4 avril à 17h : Carte blanche à Acrimed

Basée à Paris, l’association Action Critique Médias (Acrimed) se délocalise le temps d’une soirée et propose à l’IUT de Tours Nord la projection du film «Les Nouveaux Chiens de Garde» de Gilles Balbastre et Yannick Kergoat.Mais à quoi sert la critique des médias ? Eléments de réponse dans le débat qui suivra cette projection.

Synopsis : Les médias se proclament « contre-pouvoir ». Pourtant, la grande majorité des journaux, des radios et des chaînes de télévision appartiennent à des groupes industriels ou financiers intimement liés au pouvoir. Au sein d’un périmètre idéologique minuscule se multiplient les informations prémâchées, les intervenants permanents, les notoriétés indues, les affrontements factices et les renvois d’ascenseur. Sur le mode sardonique, le film dresse l’état des lieux d’une presse volontiers oublieuse des valeurs du pluralisme, d’indépendance et d’objectivité qu’elle prétend incarner.

Infos pratiques : Projection suivie d’un débat, le jeudi 04 avril à 17h, Amphithéâtre Rabelais (29 rue du pont volant, IUT Nord – Tours). GRATUIT.

Interview de Yannick Kergoat, réalisateur des Nouveaux Chiens de Garde (Ce soir ou jamais, France 3).

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MEDIAS et PLURALISME
commenter cet article
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 09:11

Cuba : lettre ouverte à M. Daniel Schneidermann, Responsable de l’émission Arrêt sur Image,

CARTAGENA & BRIATTE

M. Daniel Schneidermann, Directeur de l’émission Arrêt sur Image,

Votre émission et publication annonce comme objectif de décrypter l’actualité traitée par les médias sous un angle différent.

Le 19 novembre 2012 vous avez publié un article signé par Céline Maguet et consacré aux conséquences de l’ouragan Sandy sur Cuba ainsi qu’aux réactions de certains blogueurs cubains. Selon la journaliste, des blogueurs "indépendants du régime" auraient rapidement offert à la population cubaine des nouvelles plus fiables que celles des journalistes professionnels et des autorités du pays.

Si l’on choisit de s’abstenir de commenter les raisons de Mme Maguet pour qualifier le gouvernement cubain de "régime", on peut en revanche lui demander de s’expliquer sur plusieurs autres affirmations concernant Cuba qui, de toute évidence, n’ont rien à voir avec la réalité.

Nous allons les passer en revue une à une, comme aurait dû le faire le programme appelé "Arrêt sur image".

La première affirmation est donc -en prenant uniquement comme source deux journaux nord-américains-, que les Cubains seraient informés plus rapidement et de manière plus fiable par des blogueurs indépendants, comme Yoani Sanchez. Mme Maguet donne comme exemple les informations publiées par le blog "Havana Times". Effectivement, ce site a publié le 25 octobre 2012 le détail -y compris avec le nom des victimes-, des dégâts provoqués par Sandy (1), le jour même où l’ouragan quittait l’île (2) et où l’information était publiée officiellement par le gouvernement cubain (3).

Cette information recueillie par les services de l’Etat Major de la Défense Civile Cubaine n’a pu évidemement être connue des blogueurs indépendants ou des journaux basés aux USA qu’après la publication dans des journaux nationaux cubains. L’affirmation de la journaliste Mme Maguet est donc sujette, dès le départ, à des controverses.

Ensuite Mme Maguet affirme que pendant que "certains se contentaient de restituer les faits ou d’appeler à la solidarité", (et elle présente comme exemple le site Havana Times, cité plus haut), seuls certains blogueurs, tels que Yoani Sanchez, ont été capables de dénoncer "l’incapacité du gouvernement cubain à faire face à cette situation de crise".

Quand on sait que le gouvernement cubain est reconnu comme un exemple à suivre par les instances internationales spécialisées de l’ONU en matière de protection des populations (4), on s’aperçoit que les propos rapportés par Mme Maguet ne sont pas tellement compatibles avec l’opinion des experts internationaux (y compris français), ni, encore une fois, conformes à la réalité.

L’article de Mme Maguet continue en faisant la promotion des recommandations publiées par un groupe de blogueurs cubains dissidents, dans une lettre ouverte (5), pour l’établissement d’"une autre Cuba" (Por otra Cuba). Dans cette lettre, entre autres, l’existence d’un monopole d’une "solidarité bureaucratique" y est dénoncée. Par ailleurs, le lien proposé par Mme Maguet pour étayer cette accusation n’est toujours pas accessible (6).

A ce sujet rappelons que la "solidarité bureaucratique" cubaine a fait preuve de bien plus d’efficacité que tous les pays riches et occidentaux réunis. Ceci a été mis en évidence notamment lors du tremblement de terre en Haïti en 2010 (7). D’autres exploits solidaires, tels que la formation des médecins (8) ou les missions médicales et d’alphabétisation un peu partout dans le monde (9), n’ont jamais été "décryptés" par les médias français.

L’article de Mme Maguet se termine par un reportage et la dénonciation de la répression subie par deux membres (Yoani Sanchez et Antonio Rodiles) de l’organisation "Por otra Cuba", dont l’un d’eux serait emprisonné sous l’accusation de "résistance". Il n’est pas inutile de rappeler que la carrière de la blogueuse Y. Sanchez a été fulgurante grâce aux stimulations financières de pays hostiles au gouvernement cubain tels que les USA et certains pays européens. Sanchez elle-même a reconnu ces soutiens dans des entretiens (10). Son travail consiste, donc, à promouvoir la politique de déstabilisation de Washington contre l’Etat cubain par n’importe quel moyen (11). D’ailleurs ses campagnes mensongères ont à maintes reprises été dénoncées sur la toile (12) . C’est dans ce contexte qu’il faut placer les "faits" rapportés par Mme Maguet (répression, arrestation), faits dont on ne trouve aucune trace dans les rapports de centaines de journalistes étrangers permanents crédités à la Havane (13).

M. Le Directeur, si vous souhaitez vraiment que votre émission continue d’être une référence d’éthique journalistique en vous arrêtant à des faits et informations sur lesquels le regard mérite de se poser pour dévoiler l’essentiel de l’actualité, nous vous incitons à exiger plus d’honnêteté et de rigueur de vos collaborateurs, même de ceux ou celles qui ne font qu’un passage de stagiaires dans vos locaux.

Nous nous permettons de vous proposer, finalement, comme sujet de décryptage ce qui se passe actuellement en Amérique Latine en matière de coopération solidaire, à commencer, vous avez pu le découvrir en lisant notre écrit, par Cuba. Si vous ne faites pas un tel reportage, d’autres le feront.

Cette lettre sera diffusée sur le web.

Nous vous prions, M. le Directeur, d’agréer nos sentiments distingués.

J.C. Cartagena et Nadine Briatte.

Massy, le 27 janvier 2012.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MEDIAS et PLURALISME
commenter cet article
14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 09:53
a FIRPO
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MEDIAS et PLURALISME
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre