Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 07:09

 

Arrêt sur images 29/03/2012 à 10h36

Chez Calvi, séquence Mélenchon en casque et saharienne

Arretsurimages.net"
Daniel Schneidermann | Fondateur d'@rrêt sur images
 

Pauvres éditorialistes ! Il faut tout faire, dans ce métier. Voici qu’il s’agit, puisque c’est dans l’air, de louer Mélenchon. N’exagérons rien : d’expliquer la percée sondagière de Mélenchon. Sur France Inter, Thomas Legrand délivre un scoop : son dentiste va voter Mélenchon. Il n’est pas à plaindre, le dentiste : il joue au golf. Pourtant, trop c’est trop. Qu’un riche gagne vingt fois le SMIC, passe encore. Mais ce déluge de millions !

Dans l’exercice, Yves Calvi est pourtant imbattable. Sous l’apparence d’une entreprise à « créer de l’air du temps », à « donner le ton », le plateau quotidien de Calvi sur France 5 est un exercice d’illustration des derniers sondages parus, sur le mode « voilà pourquoi ça devait se passer ainsi ». Bref, nous sommes dans une « séquence Mélenchon », et Calvi est donc condamné à une peine d’intérêt général d’une heure de mélenchologie appliquée, sous l’intitulé : « Mélenchon affole la campagne ».

Problème : dans le vivier des habitués de l’émission qui s’autoradicalisent en quarté à longueur d’année, pas un seul mélenchonnien estampillé. Il va donc falloir faire avec les moyens pluralistes du bord, entendez Dominique Reynié (politologue sarkoziste), Renaud Dely (éditocrate hollandiste), et Raphaëlle Bacqué (Le Monde, hollandiste de centre-droit) et Judith Waintraub (Le Figaro, sarkoziste de centre-gauche). Quarté qui, le mois dernier encore, considérait l’affolant d’aujourd’hui comme un malodorant populiste à la tête d’une meute de moches, agitant des drapeaux rouges à grands moulinets menaçants.

Entre exposition coloniale et salon de l’agriculture

Mais curiosité commande : voici donc le plateau, en casques et sahariennes, en expédition ethnologico-animalière, à mi-chemin entre l’exposition coloniale et le salon de l’agriculture. Quel beau spécimen, ce Mélenchon ! Du talent, ça oui. Beaucoup de talent. Et vous savez quoi ? Il sait même lire ! « Il faut aller à ses meetings : il lit Victor Hugo et remporte un très grand succès » (Bacqué). Attention tout de même, ne pas trop s’approcher, l’animal est susceptible : « Il réclame une sorte de respect » (Calvi). Il serait même doté d’une âme : « Il ne veut pas paraître celui qui voudra se vendre » (Bacqué).

Quant à son public (n’allons tout de même pas jusqu’à parler d’électorat) eh bien, considéré de près, il est beaucoup moins fruste qu’on pourrait le penser. « C’est du surdiplômé, du Bac + 5 qui vit pas mal, du centre ville, de l’urbain, la clientèle des indignés, peu d’ouvriers » (Waintraub). « Pas seulement des bobos, mais tout un public de ptits fonctionnaires » (Bacqué). Bref, « je le dis avec le plus de simplicité possible : il fait une très bonne campagne. » (Calvi). Quant à son brâme, tâtez donc le caractère : « Ses idées, on peut les entendre, les retenir, c’est extrêmement saillant. » (Reynié). Aux dernières nouvelles, tous sont rentrés indemnes.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MEDIAS et PLURALISME
commenter cet article
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 11:19
A écouter
FAITS DIVERS POLITIQUE SUD OUEST SUD OUEST

Mélenchon sur RTL : "Ne politisons pas cet idiot !"

Créé le 21/03/2012 à 19h08

Jean-Luc Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon / AFP

"Récupération" et "dérapages indignes" : l'unité n'était que de facade. Mercredi après-midi, les politiques se déchirent : l'équipe de campagne de François Hollande a dénoncé mercredi des "dérapages indignes" de l'UMP, après que plusieurs ténors du parti présidentiel ont accusé le candidat PS d'"instrumentaliser" les tueries de Montauban et Toulouse à son profit et de "briser l'unité nationale". Sur RTL, mercredi soir, Jean-Luc Mélenchon (Front de Gauche) et François Rebsamen (PS) ont débattu. Le candidat du Front de Gauche a affirmé avec vigueur : "N'acceptons pas de politiser cet idiot !" en parlant de Mohammed Merah, suspect n°1 dans l'affaire du "tueur au scooter". 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MEDIAS et PLURALISME
commenter cet article
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 10:06

Médias - le 8 Mars 2012

Le Front de gauche porteur d’espérance

À lire aujourd'hui, dans l'Humanité. La campagne engagée autour de Jean-Luc Mélenchon a franchi un cap, mardi, avec le meeting de Rouen, réunissant 10 000 personnes, qui a coïncidé avec la publication du sondage CSA créditant le candidat à la présidentielle de 10 % d’intentions de vote. Et aussi : numéro spécial "journée internationale des droits des femmes".


«Résistance. Résistance. Résistance. » Les gorges se déploient, ça crie, ça applaudit dans le Parc des expositions de Rouen quand Pierre Laurent lance, mardi soir, en avant-première : « Jean-Luc Mélenchon a atteint la barre symbolique des 10 % d’intentions de vote. » La foule de 10 000 personnes comprend alors qu’un « tournant », selon l’expression du secrétaire national du PCF, est pris dans la campagne du Front de gauche. Ce « quelque chose » qui s’y passe, encore indéfinissable pour beaucoup, commence à se mesurer, y compris dans plusieurs enquêtes d’opinion, qui relèvent une progression de 0,5 à 1,5 point au cours de la semaine passée.

>>> Lire la suite dans l'Humanité du 8 mars.


>>> À lire aujourd'hui, dans l'Humanité, le compte-rendu du meeting de Rouen par nos envoyés spéciaux.

 

>>> L'analyse de directeur-adjoint du département politique du CSA sur la progression dans les sondages des intentions de votes pour Jean-Luc Mélenchon.

 

>>> "Elles", notre chronique du front sur les "bafouées" des 3 Suisses.

 

>>> Cinq pages spécial 8 mars : "les invisibles prennent la parole". femme de ménage, salariée en lutte, caissière, précaires de l'Éducation, cheminote ou chercheuse... elles témoignent et revendiquent.

 

À lire également, notre sondage exclusif : L'égalité hommes-femmes a régressé depuis 2005.

 

Et notre cahier central Cactus : Marine Le Pen, la candidate anti-droits des femmes

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MEDIAS et PLURALISME
commenter cet article
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 10:29
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MEDIAS et PLURALISME
commenter cet article
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 01:08
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MEDIAS et PLURALISME
commenter cet article
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 11:29

il y a pire que la telerealite il y a le journal de 20 h

 

 

 

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MEDIAS et PLURALISME
commenter cet article
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 16:13

La chronique politique

Marine Le Pen bien en peine

Par Patrick Apel-Muller

 

La technique Jivaros ou l’effet réducteur de tête. Le regard fuyant, ne parvenant pas à lire les journaux comme elle 
se l’était promis avant l’émission, répétant en boucle qu’elle avait été insultée… Marine Le Pen, qui avait promis un éclat sur le plateau de France 2 jeudi soir, ne semblait plus dans le coup. Le réquisitoire de Jean-Luc Mélenchon sur le mauvais sort que l’extrême droite destine aux femmes n’en était pas affaibli. Son adversaire était à la peine, remplaçant l’affrontement par des lamentations. La candidate d’extrême droite craignait à ce point la confrontation qu’elle avait choisi la posture de la victime. Quelque chose est en train de se dégonfler dans la baudruche FN. Les derniers meetings du père à Lille et de la fille à Strasbourg étaient loin de remplir des salles modestes. Il a fallu pour faire nombre, lors de la dernière prestation de la bénéficiaire de l’héritage des ciments Lambert, faire venir des militants d’Avignon jusque dans le Nord, relate Paris-Match. Afin 
de mieux mobiliser les troupes traditionnelles de l’extrême droite, Jean-Marie Le Pen fait appel aux provocations symboliques. Il est revenu une nouvelle fois sur son exaltation de Brasillach, ce collaborateur antisémite, en le décrivant comme un « jeune journaliste de trente-quatre ans, fusillé à la Libération pour ses articles. Ce qui devrait lui valoir une certaine compréhension de la part de ses collègues. Après tout, “Pauvre de moi qui pourrait être à sa place”, pourraient-ils se dire ». Comme si la provocation ne suffisait pas, il a conclu par une citation de Mussolini. Un dérapage ? Pas du tout. Il s’agit d’un signal à resserrer les rangs lancé vers le noyau des partisans frontistes qui, ajouté à la posture de victime adoptée par son héritière, témoigne d’une inquiétude. Le danger que représente l’extrême droite n’est pas jugulé, mais elle a perdu son élan. Lors de l’émission Des paroles 
et des actes, Marine Le Pen a cependant bénéficié de deux lots de consolation : 
un échange avec le conseiller du président candidat, Henri Guaino, qui, empêtré dans ses contradictions et la stratégie sarkozyste de séduction des ultra-droite, s’est montré bien falot ; la complaisance de Franz-Olivier Giesbert à l’égard du bidonnage frontiste sur la viande halal. Ce dernier, qui dirige le Point, était le lendemain matin l’invité de France Inter dans l’émission Comme on nous parle, en compagnie de Natacha Polony (le Figaro) et Bruno Jeudi (le Journal du dimanche). Choisir trois représentants de la presse de droite pour commenter la campagne présidentielle illustre la place dévolue au pluralisme sur une antenne publique.

Le retour d’un refoulé. Les mots sont les mêmes 
et les mines affichées identiques. En parlant de la révolte des pauvres contre la vie chère à La Réunion, des envoyés spéciaux réactivent le vocabulaire de 2005, celui qui stigmatisait les « émeutiers » des banlieues. Les uns après les autres – la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane, Mayotte et maintenant La Réunion –, les départements d’outre-mer se soulèvent contre l’aggravation insupportable des conditions de vie, 
mais le pouvoir continue à ne parler que maintien 
de l’ordre et à ne lâcher que des miettes. Il faut avoir 
le courage de dire que les incendiaires habitent l’Élysée.

D’ici au 8 mars… Rachida Dati est devenue plus 
discrète depuis qu’elle a retrouvé une place tout 
près de Nicolas Sarkozy dans son dispositif de campagne. Sans doute lui a-t-on garanti une monnaie d’échange suffisamment scintillante pour qu’elle abandonne sa guérilla contre le parachute en or que François Fillon a capté à Paris. Mais, désormais, 
c’est Nora Berra, assez médiocre secrétaire d’État à la Santé, qui s’indigne des discriminations dont elle fait l’objet à Lyon alors qu’elle convoite la 4e circonscription abandonnée par l’ancien ministre Dominique Perben : « On m’a fait comprendre que mes origines pouvaient poser un certain problème à certains électeurs. » Pas facile d’être une femme, d’origine immigrée, dans 
la galaxie Sarkozy-Guéant-Copé.

Patrick Apel-Muller

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MEDIAS et PLURALISME
commenter cet article
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 10:29

Jean-Luc Mélenchon auprès des salariés d'Arkema

  le 22 Février 2012

 

Jean-Luc Mélenchon remonte sur le ring face à Marine Le Pen

 

 

Bastia, envoyé spécial. « Pas de préparation particulière » pour Jean-Luc Mélenchon qui, sauf indication de dernière minute, devrait débattre avec Marine Le Pen, jeudi soir sur France 2, lors de l’émission Des paroles et des actes. Un duel que la chaîne maintenait toujours, mercredi soir.

« Je préfère qu’elle ait bossé », ironise le candidat du Front de gauche à l’élection présidentielle. En marge d’un meeting électoral dans le quartier populaire de Montesoro, à Bastia (Haute-Corse), qui a réuni  un millier de personnes, celui-ci a déclaré qu’il ne ferait pas de cadeau à la présidente du Front national, qui a tenté de faire plier la chaîne de télévision pour ne pas affronter Jean-Luc Mélenchon, mais un « UMP ou un PS ».

"Je ne la raterai pas"

« Je vais vous lire le communiqué du Front national », commence Jean-Luc Mélenchon. « Ouh ! », répond la salle. Lui : « ça, c’est le refrain. Voyons les paroles. » Le parti d’extrême droite estime que France 2 « rompt avec tous les usages (en) imposant un débat avec Jean-Luc Mélenchon » qui cherche, ce que le candidat n’a pas caché, à « pourrir sa campagne ». Plus tôt, il expliquait lors d’une conférence de presse :  « Elle a intérêt  à avoir bien lu son Maurice Allais (prix Nobel français d’économie, dont Marine Le Pen cite souvent les travaux pour appuyer ses théories sur la sortie de l’euro, NDLR) avant de le citer, parce que je ne la raterai pas. »

Jean-Luc Mélenchon avait déjà affronté la candidate du FN lors d’un débat sur BFMTV, début 2011, qui n’avait pas tourné à l’avantage de cette dernière. Une raison sans doute, qui lui faisait redouter de rencontrer à nouveau le tribun sur un plateau de télévision. « Une campagne électorale ne peut pas se résumer à une stratégie d’évitement permanente », souligne Mélenchon.

Fini le discours "pseudo-social" du FN sur le terrain

Sa détermination à ferrailler avec la présidente du parti d’extrême droite trouve un écho sur le terrain, où les militants du Front de gauche ne laissent plus s’installer le discours « pseudo-social » mais vraiment nationaliste et xénophobe. « Si Marine Le Pen a l’intention de venir avec des caméras devant les portes d’usine, elle devra s’attendre à y trouver des ouvriers et des militants communistes qui vont lui chanter Manon. »

Lors de ce même meeting, et après avoir salué la CGT, première organisation à « désintoxiquer la classe ouvrière » sur les mensonges du FN, il a déclaré : « la promenade de santé que ces gens avaient entrepris dans le pays, pendant que tant d’élites sidérées leur décernaient à tout propos les brevets de respectabilité, de laïcité, de modernité et même de féminité, (elle) est terminée ».

  • A lire:

"Marine la pétoche" fuit encore

Marine Le Pen fuit à nouveau le débat avec Jean-Luc Mélenchon

Grégory Marin

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MEDIAS et PLURALISME
commenter cet article
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 06:41

 

MÉDIAS -  le 20 Février 2012

 

Après la polémique sur sa nouvelle page sur le réseau social Facebook, le site de micro-blogging Twitter, qui a supprimé plusieurs comptes parodiques de Nicolas Sarkozy ou de son slogan, a suscité l'indignation des internautes qui crient à la censure.

"Compte suspendu, le profil que vous essayez de visionner a été suspendu", c'est le message qu'y s'affiche désormais, depuis l'entrée en campagne du candidat-président, le 15 février dernier, sur la page d'accueil des comptes :@MaFranceForte, @ForteFrance, @SarkozyCaSuffit et @_NicolasSarkozy. Des associations s'indignent, comme Internet Sans Frontières (ISF) qui se dit "préoccupée par la censure politique opérée par ce réseau social à moins de 62 jours de l'élection présidentielle française". 

"@_NicolasSarkozy est celui dont la fermeture fera sans doute le plus polémique, puisqu'il avait été créé dès septembre 2010, et qu'il était connu pour son caractère parodique, et décrit comme tel", souligne Numerama, site d'information consacré au numérique. Pour ISF, ce compte "ne violait donc pas les conditions générales d'utilisation de Twitter, qui précisent qu'en cas de compte parodique, la mention précisant le caractère caricatural ou parodique du compte doit figurer dans l'intitulé de celui-ci". Une "censure inacceptable" martèle l'association qui défend la liberté d'expression sur Internet. Une "censure" à l'origine de la création du hashtag "#sarkocensure", qui s'est développé sur le réseau.

Un responsable de l'équipe Internet de Nicolas Sarkozy a expliqué avoir demandé à Twitter par l'intermédiaire d'un formulaire en ligne la fermeture de comptes qui "pouvaient prêter à confusion les internautes cherchant à suivre Nicolas Sarkozy sur Twitter", rapporte Lemonde.fr. La semaine dernière, selonle Canard enchaîné et L'Express.fr, les équipes de Nicolas Sarkozy ont pu travailler à l’élaboration d’une Timeline (véritable biographie sur la toile) depuis octobre 2011 sur la page Facebook du candidat à la présidentielle alors que le public n’a eu accès à cette option qu’en décembre. «L'implication de Facebook dans la campagne présidentielle française est inacceptable, avait dit Fleur Pellerin, responsable du numérique au sein de l'équipe de François Hollande.

La Silicon Valley s'invite-t-elle dans la campagne présidentielle en privilégiant Nicolas Sarkozy ?

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MEDIAS et PLURALISME
commenter cet article
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 22:36

 

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MEDIAS et PLURALISME
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre