Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 décembre 2014 7 14 /12 /décembre /2014 13:30

Israël:les chanteuses Noa et Mira Awad signent la lettre pour l'Etat palestinien

Le Parlement européen doit débattre mercredi une motion appelant à la reconnaissance de la "Palestine"

Les chanteuses israéliennes Noa (Achinoam Nini) et Mira Awad ont annoncé qu'elles allaient signer la pétition israélienne appelant à les parlements européens à reconnaître l'Etat palestinien aux côtés d'Israël.

Noa, qui est d'origine yéménite et Mira Awad, arabe israélienne avaient représenté Israël à l'eurovision en 2009 en chantant un duo une chanson à la gloire de la paix : There must be another way

La lettre qui sera envoyée dimanche au parlement européen a été signée par 900 personnalités publiques israéliennes, parmi lesquels les auteurs Amos Oz, A.B. Yehoshua et David Grossman.

Le Parlement européen doit débattre et voter mercredi une motion appelant à la reconnaissance de l'Etat palestinien,

Les signataires de la pétition ont annoncé leur intention de poursuivre leur campagne et d'envoyer des lettres identiques à tous les parlements aux pays amis d'Israël afin de lancer un débat similaire.

"Nous, les citoyens d'Israël qui veulent la sécurité et la paix, sommes préoccupés par l'impasse politique et l'occupation persistante (...) qui a conduit aux conflits avec les Palestiniens et torpillé toute les chances possibles de parvenir à un accord," indique la pétition.

"Il est clair pour nous que les chances de survie d'Israël et de sa sécurité dépendent de la création de l'Etat de Palestine, sur la base des frontières de 1967 ainsi que la reconnaissance par Israël de la Palestine et la Palestine d'Israël.", poursuit le document.

"Votre décision de reconnaître l'Etat de Palestine participera à la promotion des chances de paix et encouragera Israéliens et Palestiniens à résoudre le conflit," conclut la lettre.

Parmi les autres signataires figurent d'anciens Prix Nobel, mais aussi l'ancien ambassadeur Alon Liel, plusieurs universitaires et membres du parti travailliste.

La Suède, la Grande Bretagne, l'Irlande, l'Espagne, la France, et le Portugal ont reconnu dans un vote non-contraignant l'"Etat de Palestine" dans une série de sessions qui a débuté fin octobre.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans INTERNATIONAL PALESTINE ISRAÊL EUROPE
commenter cet article
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 20:30
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans INTERNATIONAL PALESTINE
commenter cet article
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 13:58

Reconnaissance de l’État palestinien : "À François Hollande d'agir" (PCF)

Aujourd'hui 11 décembre, les sénateurs français viennent à leur tour d'adopter une résolution invitant le gouvernement français à reconnaître l'État de Palestine. Ce vote historique positif est une victoire de tous les partisans d'une paix juste et durable en Palestine, en Israël, en France et dans le monde. Il est conforme à la responsabilité de la France, membre du Conseil de sécurité de l'ONU, d'agir pour le respect du droit international et la dignité des peuples.

Au lendemain de l'assassinat du ministre palestinien Abou Ziad tué lors d'une manifestation pacifiste contre la colonisation, ce scrutin envoie le signal d'espoir attendu de la France : un avenir de paix et de développement au Proche-Orient ne pourra s'écrire que par la reconnaissance, aux côtés d'Israël, d'un État palestinien dans les frontières de 1967, avec Jérusalem-Est pour capitale.
Nous voulons saluer les sénateurs qui n'ont pas failli à leur mandat, en particulier les sénateurs du groupe CRC pour leur action déterminée et leur esprit de rassemblement.

La mobilisation doit s'amplifier et s'élargir. Elle pourra continuer de compter sur l'engagement du Parti communiste et de tous ses élus porteurs du respect des résolutions de l'ONU et du droit international, de la solution à deux États, de l'exigence de libération des prisonniers politiques et de la levée du blocus de Gaza.

La reconnaissance de l’État palestinien n'attend plus. À François Hollande d'agir. Et le président et l'exécutif français ne peuvent plus se dérober : ils doivent incarner la voix du peuple français qui est favorable à la reconnaissance immédiate – en première instance et sans condition – de l’État palestinien et à la fin de la colonisation israélienne.

Notre mobilisation générale et la solidarité internationale peuvent obliger les dirigeants, en particulier de la France, à appuyer à l'ONU l'initiative du président de l'Autorité palestinienne pour obtenir la fin de l'occupation et de la colonisation au plus tard dans un délai de deux ans. Les parlementaires européens auront à se prononcer en décembre, à l'initiative notamment de la Gauche unitaire européenne (GUE-NGL).

Le Parti communiste français appelle à ce que « l'Europe » manifeste par ce vote sa détermination à agir pour la paix et le droit international, la fin de la colonisation et l'avènement d'une nouvelle ère de démocratie, de paix et de développement au Proche-Orient.

Repost 0
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 19:52

Les "pour" et les "contre" pour s'y reconnaître un peu mieux....

 

Mouvement citoyen Havrais de soutien au peuple Palestinien

Nous vous l'avions promis, voici la liste des députés ayant voté Contre la reconnaissance de l'Etat Palestinien, ou s'étant abstenus, nous l’appellerons la liste de le HONTE Républicaine, partagez la, et faites le savoir !!!

Groupe socialiste, républicain et citoyen (288 membres)

Contre: 1 : René Rouquet
Abstention: 5
Laurent Cathala, David Habib, Monique Iborra, Armand Jung, François Pupponi

Groupe de l'union pour un mouvement populaire (197 membres)
(Le Maire du Havre E. Philippe n'a pas jugé bon de venir voter!!!)

Contre: 136

Damien Abad
Bernard Accoyer
Yves Albarello
Benoist Apparu
Laurence Arribagé
Patrick Balkany
Jean-Pierre Barbier
Jacques Alain Bénisti
Sylvain Berrios
Xavier Bertrand
Étienne Blanc
Valérie Boyer
Philippe Briand
Bernard Brochand
Luc Chatel
Gérard Cherpion
Guillaume Chevrollier
Alain Chrétien
Dino Cinieri
Éric Ciotti
Philippe Cochet
Jean-François Copé
François Cornut-Gentille
Jean-Louis Costes
Édouard Courtial
Jean-Michel Couve
Marc-Philippe Daubresse
Bernard Debré
Bernard Deflesselles
Rémi Delatte
Patrick Devedjian
Nicolas Dhuicq
Jean-Pierre Door
David Douillet
Marianne Dubois
Christian Estrosi
Daniel Fasquelle
Georges Fenech
Yves Foulon
Marc Francina
Yves Fromion
Claude de Ganay
Sauveur Gandolfi-Scheit
Annie Genevard
Guy Geoffroy
Bernard Gérard

Alain Gest
Georges Ginesta
Charles-Ange Ginesy
Jean-Pierre Giran
Claude Goasguen
Jean-Pierre Gorges
Philippe Gosselin
Philippe Goujon
Claude Greff
Arlette Grosskost
Françoise Guégot
Jean-Claude Guibal
Christophe Guilloteau
Michel Herbillon
Patrick Hetzel
Guénhaël Huet
Sébastien Huyghe
Christian Jacob
Denis Jacquat
Christian Kert
Nathalie Kosciusko-Morizet
Jacques Kossowski
Valérie Lacroute
Marc Laffineur
Jacques Lamblin
Jean-François Lamour
Laure de La Raudière
Guillaume Larrivé
Thierry Lazaro
Alain Leboeuf
Frédéric Lefebvre
Marc Le Fur
Pierre Lellouche
Bruno Le Maire
Jean Leonetti
Pierre Lequiller
Céleste Lett
Geneviève Levy
Véronique Louwagie
Lionnel Luca
Jean-François Mancel
Thierry Mariani
Hervé Mariton
Alain Marleix
Olivier Marleix
Franck Marlin

Philippe Armand Martin
Patrice Martin-Lalande
Alain Marty
Jean-Claude Mathis
Jean-Claude Mignon
Pierre Morange
Yannick Moreau
Pierre Morel-A-L'Huissier
Alain Moyne-Bressand
Dominique Nachury
Yves Nicolin
Patrick Ollier
Jacques Pélissard
Jean-Frédéric Poisson
Josette Pons
Didier Quentin
Frédéric Reiss
Bernard Reynès
Franck Riester
Arnaud Robinet
Camille de Rocca Serra
Sophie Rohfritsch
Paul Salen
François Scellier
Claudine Schmid
André Schneider
Fernand Siré
Thierry Solère
Michel Sordi
Claude Sturni
Alain Suguenot
Michèle Tabarot
Lionel Tardy
Jean-Charles Taugourdeau
Guy Teissier
Jean-Marie Tetart
Dominique Tian
Catherine Vautrin
Patrice Verchère
Jean-Sébastien Vialatte
Jean-Pierre Vigier
Philippe Vitel
Laurent Wauquiez
Éric Woerth

Abstention: 4

Virginie Duby-Muller
Laurent Furst

Isabelle Le Callennec
Dominique Le Mèner

Non inscrits (9 membres)

Abstention: 3

Gilbert Collard

Jean Lassalle

Marion Maréchal-Le Pen

 

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PALESTINE
commenter cet article
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 09:23

Obama envoie pour 82 millions $ d'armes à Israël (Smart bombs)

29 NOVEMBRE 2014 | PAR STEPHANE M.

Les Etats-Unis vont envoyer 3000 nouvelles bombes intelligentes à Israël, semblables à celles utilisées contre la Bande de Gaza lors de la récente attaque, a rapporté le Ha'aretz. L'information n'a pas encore été annoncée sur le site du Département d'état américain.

D'après le quotidien israélien, les nouvelles bombes américaines incluront les J-Dam (Joint Direct Attack Munitions), qui disposent d'un guidage par GPS pour préciser les cibles.

Les bombes intelligentes coutent 82 millions de dollars et sont fabriquées par Boeing.

Israël ne paie pas ce genre de livraison d'armes, d'après le Ha'aretz cité par le journal palestinien Al-Resalah ; les sommes sont déduites de l'aide financière annuelle que l'Amérique verse à Tel Aviv depuis la signature des accords de Camp David.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans INTERNATIONAL PALESTINE
commenter cet article
29 novembre 2014 6 29 /11 /novembre /2014 09:45

Aubervilliers vote un voeu pour la reconnaissance de l’Etat de Palestine

Dans sa séance du jeudi 27 novembre 2014, le Conseil municipal d’Aubervilliers a, à l’unanimité, voté un voeu demandant au président de la république de reconnaître l’Etat de Palestine.

Vœu au Conseil Municipal du 27 novembre 2014

Vœu adressé par le Conseil municipal d’Aubervilliers au Président de la République pour la reconnaissance de l’Etat Palestinien

En s’appuyant sur la légalité internationale notamment la résolution 181 du 29 novembre 1947 de l’Assemblée Générale des Nations Unies qui adopte le plan de partage de la Palestine en deux Etats indépendants.

Ce droit à un Etat souverain pour le peuple palestinien a été reconnu à maintes reprises, par le Conseil de Sécurité de l’ONU. On peut citer les deux résolutions majeures la 242 du 22 novembre 1967 qui condamne « l’acquisition de territoires par la guerre » et demande « le retrait des forces armées israéliennes des territoires occupés en affirmant « l’inviolabilité territoriale et l’indépendance politique » de chaque Etat de la Région, la 1515 du 19 novembre 2003 et la 1860 du 8 janvier 2009 où il réaffirme son attachement « à une région où deux Etats démocratiques, Israël et la Palestine, vivent côte à côte, en paix, à l’intérieur de frontières sûres et reconnues ».

Afin de mettre fin à la colonisation illégale de la Cisjordanie, de son accélération à Jérusalem Est, des offensives répétées de l’armée israélienne sur Gaza, des destructions et des milliers de pertes parmi la population civile, de lever le blocus instauré en 2007, nous appuyons toutes initiatives politiques de nature à répondre aux droits des palestiniens et des israéliens à vivre en paix.

Un premier pas a déjà été salué par notre conseil municipal, de reconnaissance, par la France, de la Palestine comme Etat membre de l’UNESCO et Etat membre observateur de l’ONU, en 2012.

Par la voix du Ministre des Affaires étrangères la Palestine devait être reconnue comme Etat « le moment venu », ce moment, historique, il est aujourd’hui et maintenant.

L’annexion de terres, la poursuite de la construction du Mur, la multiplication de colonies fait partie de la stratégie de l’occupation israélienne de rendre irréversible toute existence d’un Etat viable, avec une continuité territoriale et une souveraineté totale sur les territoires occupés en 1967 avec Jérusalem Est comme capitale.

Dans ce contexte une prise de position forte et déterminée de la France, membre permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU et 2ème puissance économique de l’Union Européenne créera comme en 2012, un effet d’entraînement d’autres pays du continent.

L’Assemblée Nationale en débattra le 28 novembre et votera le 2 décembre. Si le vote favorable semble acquis, nous appelons le Sénat qui a inscrit la question à l’ordre du jour du 11 décembre, à confirmer ce vote solennel et à encourager le Chef de l’Etat, à reconnaître au nom de la France, la Palestine comme Etat, rejoignant la liste actuelle des 135 pays.

La Ville d’Aubervilliers, solidaire depuis de longues années avec le peuple palestinien et attachée à la paix et la sécurité de tous les habitants de cette Région, représentée à la Conférence internationale de clôture de l’année de l’ONU pour la Palestine, à Ramallah les 21 et 22 novembre dernier, entretient des liens d’amitié et de coopération depuis plus de 15 ans avec la Ville de Beit Jalah.
Les populations des deux villes se connaissent, se retrouvent souvent. On ne compte plus les échanges de délégations d’élus, d’habitants et de jeunes entre Aubervilliers et Beit Jalah.

Le Conseil Municipal d’Aubervilliers émet le vœu que le Président de la République, Mr François Hollande :

Déclare la reconnaissance officielle, par la France, de l’Etat palestinien. D’appuyer l’initiative du Président Palestinien, accepté par deux membres permanents, La Russie et la Chine, d’inscrire à l’ordre du jour du prochain Conseil de Sécurité de l’ONU, le processus de reconnaissance de la Palestine, comme 194ème Etat souverain, au sein de la communauté internationale.

Aubervilliers le jeudi 27 novembre 2014.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PALESTINE pcf
commenter cet article
29 novembre 2014 6 29 /11 /novembre /2014 08:20
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PALESTINE groupe GDR
commenter cet article
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 19:34
Repost 0
27 novembre 2014 4 27 /11 /novembre /2014 18:35

Reconnaissance d'un Etat de Palestine: qui est pour, qui est contre (et pourquoi)

PALESTINE - Le vote a beau être symbolique, il n'en est pas moins explosif. Une proposition de résolution socialiste "invitant le gouvernement français à reconnaître l’État de Palestine" doit être débattue ce vendredi 28 novembre par les députés en commission, avant un vote solennel à l'Assemblée mardi 2 décembre. A l'initiative d'élus communistes et écologistes, un vote similaire est prévu au Sénat le 11.

En attendant de connaître les consignes de vote propres à chacun des groupes (et de voir jusqu'à quel point elles seront respectées), des élus ont déjà exprimé leur intention de voter pour ou contre cette résolution, illustrant les clivages qui existent entre les différents partis, mais aussi en leur sein concernant le conflit israélo-palestinien. Du PS au FN en passant par EELV, voici qui est pour, qui est contre et pourquoi.

Le PS (presque) unanime

Redevenu député des Yvelines fin septembre après son départ du gouvernement, Benoît Hamon fait partie des principaux initiateurs du projet de résolution de reconnaissance d'un État palestinien qui doit être débattu puis voté à l'Assemblée nationale. Porté par la présidente socialiste de la commission des Affaires étrangères Elisabeth Guigou et soutenu par le groupe socialiste majoritaire, le texte a été déposé à l'Assemblée le 20 novembre.

Sur cette question, les députés socialistes n'ont pas forcément besoin de convaincre le gouvernement et le président de la République, qui soutiennent la solution des deux Etats. Interrogé par le JDD, Benoît Hamon assure d'ailleurs qu'"il y a un soutien (du gouvernement) à la démarche qui est la nôtre", tandis qu'un autre élu socialiste estime: "nous avons convaincu Laurent Fabius".

Il faudra reconnaître l’État palestinien "le moment venu", répète depuis fin août le ministre des Affaires étrangères, dont l'entourage n'a pas souhaité confirmer officiellement le soutien à la résolution socialiste. "La question c'est quand, et comment. Il faut que cette reconnaissance soit utile à un règlement définitif du conflit", a précisé Laurent Fabius à l'AFP. Une position qu'il a réaffirmé mardi 25 novembre sur Twitter:

Chez les députés et sénateurs socialistes, la reconnaissance devrait donc être votée largement, à l'exception peut-être de quelques élus proches d'Israël. Dans une lettre ouverte à l'initiative des présidents des groupes d’amitié France-Israël à l’Assemblée nationale et au Sénat, plusieurs d'entre eux avaient déjà écrit en 2011 au président de la République de l'époque, Nicolas Sarkozy, pour lui demander d'opposer son veto à la reconnaissance d'un Etat palestinien à l'ONU.

Au PS, une dizaine de députés (sur 289) n'ont pas signé la résolution. Parmi eux, le maire de Sarcelles (Val d'Oise) François Pupponi, où vit une importante communauté juive, ainsi que l'Alsacien Armand Jung. Député du Bas-Rhin et président du groupe d'amitié France-Israël, il a exprimé ses réserves sur le vote à venir à l'Assemblée nationale, qu'il a reformulées après l'attaque meurtrière de deux Palestiniens contre une synagogue à Jérusalem le 18 novembre.

"Notre fonction n'est pas de mettre de l'huile sur le feu. Je me demande s'il ne faut pas avoir un peu de mesure, un peu de retenue et si on ne ferait pas mieux de reporter ce débat par prudence et par esprit de responsabilité", a affirmé Armand Jung au JDD.

L'UMP plus divisée qu'elle n'y paraît

A droite, l'UMP "envisage de ne pas participer au vote", a d'abord annoncé Christian Jacob. Pour justifier sa position, le chef de file des députés UMP met notamment en doute la conformité du texte à la Constitution, "qui ne permet pas par une résolution de donner une injonction au gouvernement". Mardi matin, il a déclaré que le groupe UMP oscillait désormais "entre la non-participation et le vote contre".

"On calera définitivement notre position mardi prochain en réunion de groupe, puisqu'il y aura un vote solennel. Aujourd'hui, nous sommes très majoritairement entre la non participation au vote et le vote contre", a expliqué l'élu de Seine-et-Marne lors d'une conférence de presse. Le groupe UMP persiste à penser qu'on est "clairement dans le domaine réservé de l'exécutif et qu'entre une invitation (à la reconnaissance) et une injonction, la marche est limitée". "Nous disons simplement que nous ne pensons pas que ce soit le bon moyen de passer par le Parlement", a aussi estimé le président du groupe UDI Philippe Vigier.

Au-delà de ces motifs techniques, plusieurs élus UMP ont exprimé leur opposition. C'est le cas de Hervé Mariton, Thierry Mariani ou encore Christian Estrosi, qui estime qu'un vote favorable "se retournerait contre les Palestiniens eux-mêmes, parce que c’est soutenir le Hamas, qui est un mouvement terroriste, allié du jihadisme".Interrogé par RFI, le député des Alpes-Maritimes estime aussi que le contexte ne s'y prête pas, après l'attaque meurtrière d'une synagogue à Jérusalem.

Sur la même ligne, Nicolas Sarkozy a appelé mardi soir son parti, dont il brigue la présidence, à voter contre la proposition de résolution, quelques jours après "les attentats odieux et sanglants de Jérusalem". "Je demande à mes amis de voter contre", a déclaré l'ancien président de la République lors d'un meeting à Boulogne-Billancourt, dénonçant "une reconnaissance unilatérale" alors qu'il n'y a "aucun processus de paix".

Derrière cette opposition affichée se cachent pourtant de vraies dissensions. Selon la direction du groupe UMP citée par l'Obs, "la moitié des parlementaires ne participera pas au vote, un quart votera pour, et un quart contre". “Sur le fond, on est plutôt d'accord, mais ce qui me gêne, c’est ce côté partisan", explique le député de Paris Pierre Lellouche.

Son collègue Michel Poniatowski, élu du Val d'Oise, va plus loin et a clairement exprimé son soutien à la résolution socialiste, préférant "qu'on se prononce sur le fond plutôt que sur la forme". Député des Yvelines, Jacques Myard, votera aussi la résolution "pour donner un élan à une négociation complètement coincée", a-t-il indiqué.

Le FN officiellement pour mais...

Au Front national, la question divise aussi, alors que la ligne officielle du parti est de reconnaître un Etat palestinien, comme l'a rappelé le vice-président frontiste Louis Aliot au Figaro: "Nous sommes pour la reconnaissance de deux Etats qui vivent dans la sécurité, qui se reconnaissent l'un l'autre, [...] à charge pour l'Etat palestinien de reconnaître l'Etat d'Israël et de lutter contre le terrorisme en son sein ce qui n'est pas toujours le cas aujourd'hui".

Une position que partage Marion Maréchal-Le Pen, mais pas Gilbert Collard, député sans étiquette mais apparenté FN et membre du Rassemblement Bleu Marine. Tandis que la première annonçait mardi 18 novembre sur BFMTV qu'elle voterait pour la reconnaissance de l'Etat palestinien, l'avocat médiatique a lui exprimé une opinion inverse sur Twitter:

L'eurodéputé Aymeric Chauprade, conseiller de Marine Le Pen aux affaires internationales, a également indiqué qu'"à titre personnel", il n'aurait "pas voté la reconnaissance de l'Etat palestinien", voyant le texte sur cette résolution comme le fruit d'une "mode" dans la "continuation d'un agenda du Parlement européen". A propos du Hamas, il a aussi estimé qu'"on ne peut pas faire la paix avec des gens qui ont pour objectif final, dans leur charte, de vous faire disparaître".

Un grand "oui" à la gauche de la gauche

A gauche du PS, en revanche, les positions exprimées sont plus claires, voire unanimes. Les députés du Front de Gauche voteront ainsi la résolution socialiste car,ont-ils expliqué dans un communiqué, ils "ne peuvent que souscrire à cet appel salutaire à la raison et à la justice qui, malheureusement, n'a jusqu'ici jamais été entendu par le gouvernement français".

Ils ont même annoncé qu'ils feraient "la fête si la proposition de résolution est adoptée". "C'est un des combats historiques des députés communistes et du Front de gauche. Que cela arrive à l'Assemblée, c'est un geste fort et ça a une dimension historique", a souligné leur chef de file André Chassaigne. Au Sénat, des élus communistes ont d'ailleurs déposé leur propre proposition de résolution.

Les députés du rassemblement de gauche radicale regrettent cependant que le débat ne porte pas sur l'ensemble des résolutions (socialiste, Front de gauche et écologiste) déposées à l'Assemblée et au Sénat sur le sujet, car "une décision aussi cruciale pour la paix au Proche-Orient aurait dû faire l'objet d'une démarche rassembleuse", selon eux.

Même son de cloche du côté d'Europe Ecologie-Les Verts, en pointe sur la question de la reconnaissance de la Palestine puisque plusieurs de ses sénateurs (dont Esther Benbassa et Jean-Vincent Placé) ont déposé une proposition de résolution en ce sens le 23 octobre.

"Au delà de la charge symbolique d’une telle décision, la reconnaissance d’un Etat palestinien par la France serait un signal fort dans la perspective de la création de deux Etats, seule solution viable pour résoudre le conflit israélo-palestinien qui a trop duré" écrivent dans un communiqué les porte-parole du mouvement écologiste, Julien Bayou et Sandrine Rousseau.

----------------------------------------------------------------------------------------------------

S'il faut saluer l'initiative socialiste à laquelle les élus communistes et du front de gauche souscrivent sans hésitation, il est bon de rappeler que les députés communistes ont réclamé cette reconnaissance à 24 reprises. Une paille !

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PALESTINE Israël - Palestine
commenter cet article
25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 15:21
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans INTERNATIONAL ISRAÊL PALESTINE
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre