Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 septembre 2017 1 25 /09 /septembre /2017 09:44

Voici le message que j'adresse ce matin au médiateur de France 2:

Monsieur le médiateur,

Une fois de plus, france 2 , avec ses confrères de france info et de cnews, annonce de fausses nouvelles visant à tromper les téléspectateurs. A l'occasion des élections sénatoriales en effet, France 2 annonce des sénateurs LFI/PCF élus. Or, vous le savez pertinemment il n'y a aucun sénateur LFI. Vous le savez aussi pour l'avoir évoqué sur votre antenne, à escient, que LFI ne participerait pas au sénatoriales en raison du manque d'élus intermédiaires (Maires et conseillers municipaux) qu'il s'en désintéresse et qu'il est pour la suppression du sénat qu'un d e ses membre parodie, et de plus qu'il n'appellerait pas à voter pour le seul groupe qui s'oppose à la politique de Macron, le groupe Communiste républicain et Citoyen. Cela n'a pu vous échapper ou alors...Je vous demande instamment de rectifier l'information et de donner la parole à un représentant du groupe CRC. Je crois savoir, par expérience que vous ne tiendrez pas compte de cette protestation, ce qui confirme votre allégeance au pouvoir et à ses objectifs. En l'occurrence, faire l'impasse sur le Parti Communiste au profit du seul opposant officiel défini par votre Maître Macron, à savoir justement le groupe LFI et son chef, pour lequel, avec vos confrères, vous organisez une propagande éhontée. Salutations. Bruno Fornaciari

Repost 0
6 septembre 2017 3 06 /09 /septembre /2017 14:48

2017 : qu’est devenu l’électorat communiste ?

, par  pam, popularité : 100%
 

Beaucoup de communistes qui s’étaient engagés à fonds pour le vote Jean-Luc Mélenchon ont été meurtris par les résultats des législatives. Dans certaines villes, ils avaient le sentiment d’avoir été la force principale plaçant Jean-Luc Mélenchon à un très haut niveau, au dessus de son score national, voire en tête, pour se retrouver quelques semaines plus tard avec un vote PCF aux législatives très bas, historiquement le plus bas depuis 1958 au plan national. Ces militants s’interrogent : comment un tel écart est possible ? Pour beaucoup d’entre eux, les deux votes avaient le même sens politique, le programme de la France insoumise semblant proche de celui du Front de Gauche. Dans beaucoup de quartiers, de marchés, ce sont les mêmes militants qui avec à peu près les mêmes arguments ont mené campagne, en avril pour Jean-Luc Mélenchon, en Juin pour un candidat communiste après l’échec de discussions locales avec la France Insoumise qui presque partout se terminaient par le renvoi au national...

De premières réactions ont cherché une réponse dans la critique de la France insoumise, mais les communistes doivent regarder en face leur propre campagne, la cohérence de leurs choix, notamment depuis qu’ils ont confiés à Jean-Luc Mélenchon en 2012 le soin de les représenter à l’élection principale de la 5ème république.

Sauf à penser que le peuple est stupide et n’a rien compris, il faut constater que le vote Mélenchon était autre chose qu’un vote communiste, ce qui met en cause le sens que les communistes lui ont donné en première analyse. Si les 15% de Marchais en 81 n’ont pas été suffisant pour empêcher la dérive du gouvernement de gauche vers l’austérité, c’était un vote communiste, affirmant un choix de classe que porte la formule mémorable "au dessus de 4 millions, on prend tout". Pour bien comprendre le rapport de forces actuel, comment éclairer en quoi le vote Mélenchon porte ou non un vote communiste. Cette étude comparative du vote Marchais de 1981 et du vote Mélenchon de 2017 donne un éclairage utile.

Les communistes ont d’autant plus besoin de cette analyse que tous ceux qui jouent depuis des années la recomposition politique sur la fin du PCF regardent les résultats de 2017 avec satisfaction. Aurélien Bernier, promoteur d’une gauche radicale qui renouerait avec la souveraineté populaire étudie « les résultats cachés du 11 juin 2017 ». Il est souvent cité depuis les partisans de la décroissance jusqu’aux communistes du PRCF. Son constat est direct :

Quant au Parti communiste français, il réalise le 11 juin le pire score de toute son histoire : 1,29 % des inscrits. C’est moins qu’en juin 2007 (2,54 % des inscrits) et encore en dessous du résultat de Marie-George Buffet à la présidentielle deux mois plus tôt (1,59 % des inscrits).

Mais où est passé le vote communiste ?

Si tant de militants sont désemparés, c’est que le discours politique du parti communiste depuis la création du Front de Gauche, et notamment pendant cette année 2017 est incapable d’expliquer un tel écart entre le résultat des présidentielles et des législatives, alors qu’il affirme que le PCF portait le même choix politique dans les deux échéances, assimilant ainsi le choix communiste avec la gauche radicale sous la forme du Front de Gauche. Selon cette stratégie, les 19,58% du vote Mélenchon d’avril 2017 devraient avoir une forte dimension communiste, bien au-delà des 2,72% des législatives. Pourtant, des 7 millions d’électeurs de Jean-Luc Mélenchon, seuls 650 000 ont été des électeurs communistes aux législatives. En 1981, les 4,46 millions de voix de Georges Marchais et ses 15,35% avaient été suivis de 4,07 millions de voix et 16,13% aux législatives...

Comparons donc ces deux élections présidentielles de 1981 et de 2017 [1]

Bien sûr, le vote Mélenchon est relativement lié au vote Marchais [2]. Mais à vrai dire, le vote Marchais était aussi fortement lié au résultat global de la gauche. C’est dans les villes communistes que Mitterrand faisait ses plus hauts scores de deuxième tour... Il faut entrer dans le détail au niveau des villes pour étudier ce lien entre vote communiste et vote Mélenchon. Le graphique suivant présente les résultats de toutes les villes de plus de 9000 habitants représentée chacune par un point placé au résultat de Marchais en 1981 sur l’axe horizontal et au résultat de Mélenchon sur l’axe vertical. On obtient un nuage de point qui est très majoritairement au dessus de la diagonale, mais surtout sur la gauche, alors qu’il se retrouve en dessous sur la droite, vers les plus hauts résultats de Marchais. L’axe du nuage représentant la moyenne de tous les points illustre cet écart, il croise la diagonale autour de 15%. Autrement dit, en dessous de 15%, Mélenchon est au dessus de Marchais, et plus on va vers des résultats élevés, plus Mélenchon est en dessous de Marchais. C’est le premier constat. Mélenchon fait beaucoup mieux que Marchais là ou Marchais était faible, et moins bien, là ou Marchais était fort.

On peut représenter autrement cette forte différence entre les deux votes en représentant pour chaque ville le score de Marchais (point rouge) et le score Mélenchon (point vert), après avoir classé les villes par ordre croissant de résultat de Marchais. Cela conduit à une ligne rouge croissante, illustrant la forte concentration du vote communiste sur ses points forts au dessus de 30%, alors que de nombreuses villes sont très en dessous de 10%, et au contraire un nuage de point vert relativement concentré autour de sa moyenne [3], entre 10 et 30%, bien entendu en croissance selon le vote Marchais, mais plus faiblement.

Cette différence n’est pas une question de taille de ville comme le montre le même graphe trié par nombre d’inscrits en 1981, même si on constate aussi que dans les très grandes villes, Marchais était faible et Mélenchon nettement au dessus.

La répartition géographique comparée

Cette différence est éclairée fortement par les répartitions géographiques comparées du vote Marchais et du vote Mélenchon comme le montre les deux cartes des résultats par département. La coloration du département est proportionnelle au résultat en % des inscrits, et la taille du cercle est proportionnelle au nombre de voix, ce qui permet de représenter à la fois le poids local dans le département et la contribution au résultat national.

On peut noter l’écart en faveur de Marchais dans les départements les plus ouvriers (nord, pas de calais) et à l’inverse l’écart en faveur de Mélenchon dans des départements socialistes notamment dans l’ouest.

Cette première analyse géographique se confirme au niveau des villes. 
- Dans les 50 villes de plus de 9000 habitants ou Marchais faisait ses plus haut scores (en moyenne 33,37%), Mélenchon fait nettement moins avec 23,25 % en moyenne, et des écarts plus importants encore à Escaudin (Nord, Marchais 40,2 %, Mélenchon 17,71 % soit - 22,49 %), Port-Saint-Louis du Rhône (Marchais 49,13 %, Mélenchon 30,28%), Port-de-Bouc (Marchais 49,71 %, Mélenchon 32,02%), Rouvroy (Pas de Calais, Marchais 35,80 %, Mélenchon 18,05%) ou Raismes (Nord, Marchais 35,89 %, Mélenchon 18,05%) 
- Par contre, dans les 50 villes de plus de 9000 habitants ou Marchais faisait ses scores les plus bas (en moyenne sur ces 50 villes 4,32%), Mélenchon fait nettement mieux avec 11,45 % en moyenne, et des écarts plus importants à Strasbourg (Marchais 3,76 %, Mélenchon 18,78%), Mulhouse (de 5,39% à 15,28%) et des écarts de plus 10 % à Plougastel, Mende, Landerneau...

Cette analyse n’est pas propre aux villes les plus clivées politiquement. Elle peut être généralisée. 
- Dans les 144 villes où Marchais dépassait les 20 % des inscrits, Mélenchon perd dans 125 et ne gagne plus de 1 % que dans quelques villes de région parisienne (Montreuil, Le Blanc-Mesnil, Pierrefite sur seine, Tremblay en France, Bagneux,Choisy-le-roi, Villeneuve-Saint-Georges, ) et quelques villes communistes de province (Saint-Martin d’Hères) ou anciennes (Bègles) 
- Dans les 292 villes où Marchais n’atteignait pas les 10 % des inscrits, Mélenchon les dépasse nettement (13,80%) et progresse de plus de 5 % dans 202 villes, et de plus de 10 % dans 22 villes principalement de province (Alsace, Ouest, Haute-Garonne) et de grandes villes (Lyon, Nantes, Grenoble, Créteil, Cannes, Evry)

La force du vote Mélenchon ne dépend donc que très peu de la force ancienne du vote communiste. Il est au contraire fortement lié au vote de gauche historique, notamment dans les grandes agglomérations, et donc de fait, au vote socialiste.

Le vote communiste se perd dans la fracture Française

La deuxième analyse géographique illustre ce que tous les commentateurs ont évoqué, une fracture Française entre les régions ouvrières ou rurales en déshérence et les métropoles attractives. Elle se lit directement dans les comparaisons régionales. Dans les 70 villes ou Mélenchon est très en dessous de Marchais [4], on trouve 19 villes du Pas de Calais, 19 villes du Nord, 11 villes des bouches du rhone, et... une seule de la région parisienne (Arcueil). A l’opposé, dans les 109 villes ou Mélenchon fait beaucoup mieux que Marchais [5], on trouve 10 villes de Loire-Atlantique et du Bas-Rhin, 9 du Haut-rhin, 5 de Moselle, Ille et Vilaine et Moselle, 4 de la manche, du Finistère ou de la Gironde… et dans la région parisienne, Vincennes, Créteil, Sceaux, Marly le roi, Cergy, Ville d’Avray, Bourg la reine, Evry, Le Vésinet et… Paris !

La situation dans les villes qui ont eu ou ont un maire communiste confirme cette distance du vote Mélenchon avec le vote historique communiste cristallisé dans le vote communiste municipal. En effet, dans les 98 villes qui ont eu un maire communiste, Mélenchon fait 1,5% en moyenne de moins que Marchais (Marchais 23,6 %/inscrits, Mélenchon 22,12%/inscrits), alors qu’il fait 4 % de plus dans les autres villes (Marchais 11,43 %, Mélenchon 16,09 %). Il gagne d’abord là où le vote communiste historique est faible…

Cette cassure avec le vote communiste est masqué par de très fortes disparités régionales révélant la fracture Française, avec des des baisses d’au moins 30 % dans des villes du nord et du midi [6], mais des progressions d’un tiers dans des villes de la région parisienne [7].

Au total, Mélenchon ne remobilise pas le vote communiste historique de Marchais dans les régions Nord, Provence et Corse, mais l’élargit fortement en Bretagne et dans la région Loire.

Cette fracture française est aussi illustrée par la situation des grandes métropoles. Sur les 14 villes de plus de 100 000 inscrits en 1981, Marchais faisait 10,49% et Mélenchon atteint 17,78%, proche de son score national, dans des villes ou l’opération Macron a pourtant largement absorbé le vote socialiste.

Ces analyses électorales confirment les sondages sur le caractère social du vote, avec un vote Mélenchon faiblement marqué socialement, réalisant 
presque autant chez les ouvriers (24%) et employés (22%) que chez les professions intermédiaires (22%) et les cadres (19%), restant en dessous de Le pen chez les ouvriers (37%) et les employés (32%), plus faible chez les non bacheliers que chez les formations supérieures. De fait, ce sont les ouvriers et employés qui se sont le plus abstenus. Marchais en 1981 s’approchait encore des 30% chez les ouvriers, et beaucoup plus dans ses places fortes !

Lors du dernier conseil national de l’ANECR, association des élus communistes et républicains, une présentation par un expert de l’IPSOS montrait comment les sondages pendant la campagne permettent de comprendre la dynamique des votes... sans aucun recul sur la place des sondages dans la campagne justement, et sans aucune question sur la dimension sociologique du vote. Pourtant la question posée dans cet article s’était fortement exprimée, même si certains insistaient pour voir dans le vote Mélenchon un vote communiste équivalent au vote Marchais.

Le vote communiste et la "gauche radicale".

Au contraire, cette analyse est essentielle pour ceux qui ne se résignent pas à considérer la "gauche radicale" comme une réponse politique à la hauteur de la crise du capitalisme mondialisé, notamment en France, pays où les luttes politiques sont exacerbées. Les analyses d’Aurélien Bernier répondent à sa recherche d’une gauche radicale qui renoue avec la souveraineté populaire, mais les communistes savent qu’il ne suffit pas d’un "bon programme" pour imposer la rupture avec le capitalisme. De fait, ils ont le souvenir d’avoir tout fait pour renégocier un "bon programme" qui a permis la victoire de 81 et... sa rapide trahison.

L’électorat Mélenchon et sa traduction législative confirme la recomposition politique réussie à gauche avec la quasi disparition du PS, et la naissance d’une nouvelle force politique "vraiment" de gauche qui fait la synthèse d’une part de l’électorat communiste et d’une part de l’électorat socialiste. La comparaison des scores de François Mitterrand et Georges Marchais en 1981 et de Jean-Luc Mélenchon en 2017 confirme cette lecture du résultat de la France Insoumise comme un mix d’une part de l’électorat communiste non ouvrier et d’une part de l’électorat socialiste peu métropolisé...

La France insoumise est donc une force politique progressiste ancrée dans le refus de l’austérité et la dérive antisociale du gouvernement socialiste. Dans la résistance à l’arrogance patronale macronisée, elle peut être une force politique utile au mouvement social.

Mais elle n’exonère pas les communistes de leur réflexion sur leur avenir, leur utilité pour le peuple, en commençant par regarder où sont passés les électeurs communistes des milieux populaires, du monde ouvrier et paysan qui faisait les zones "rouges" et avaient été marquées par la résistance. Si le résultat des législatives est si décevant, c’est d’abord que le vote communiste perdu depuis 20 ans n’a pas été réveillé par la campagne Mélenchon, dont la force était d’abord un vote "de gauche". Ce vote fait souvent confiance aux élections locales aux communistes, mais en portant faiblement le projet communiste, et donc fragile dans une élection à fort enjeu national.

La France insoumise ne répond pas à la question posée par le coup d’état au chili de 1973, question que le PCF a ignorée depuis sa stratégie d’union de la gauche, à cette même question posée par la guerre menée la révolution bolivarienne au Vénézuela en ce moment même. C’est la question de l’organisation du peuple pour imposer le changement de société, question centrale pour l’utilité d’un parti communiste.

C’est ce que les communistes doivent reconstruire, un parti utile au monde du travail pour réouvrir la perspective du changement de société. Ils ne le feront pas caché derrière la FI ou le Front de Gauche. Ils le feront en affirmant la place et l’ambition de leur parti.

[1Pour cette comparaison, tous les résultats sont exprimés en % des inscrits pour des comparaisons indépendantes du niveau d’abstention...

[2pour les statisticiens, le coefficient de corrélation entre les deux séries de résultats dans les villes de plus de 9000 habitants est de 0,64

[3l’écart-type des résultats pour Marchais est de 7,4% autour de sa moyenne de 14% et seulement de 4,3% pour Mélenchon autour de sa moyenne de 16,5%

[4où il réalise moins des 2/3 du résultat Marchais

[5où il réalise au moins le double

[6Port-de-Bouc, Septèmes-les-Vallons, Aniche, Aulnoye-Aymeries, Denain, Douchy-les-Mines, Escaudain, Raismes, Somain, Vieux-Condé, Waziers, Calais, Harnes, Méricourt, Rouvroy, La Seyne-Sur-Mer

[7Thionville, Champs-sur-Marne, Les Mureaux, Grigny, Massy, Aulnay-Sous-Bois, Noisy-le-Sec, Pantin, Sevran, Garges-lès-Gonesse, Sarcelles

Repost 0
22 janvier 2017 7 22 /01 /janvier /2017 13:47
 
Bruno Bonin,

je t’informe que nous avons fait une adhésion sur Airvault. Il s’agit de Claude C. Je te saurai gré de bien vouloir nous informer dès la réception de sa carte à la fédération. (il a rempli de formulaire d’un tract du PCF Thouarsais sur la Poste)
Par ailleurs, j’ai eu une conversation téléphonique avec Daniel R. (ex CNL 92) que tu connais et qui me fait part de son regret de n’être pas en possession de sa carte 2016 et il revendique celle de 2017, comme tous les communistes du département. Au passage, j’attends toujours la mienne et celle de Joël Grellier  et celle de Ernest Levindré. (je sais les complications que nous t’avons invité à plusieurs reprises à venir nous rencontrer pour les solutionner)

Autre question. J’ai vu que dans la liste des candidats intronisés par la « France Insoumise » figure la camarade Nathalie  Séguin Une clarification doit être faîte auprès des communistes du département. Un certain nombre d’entre eux, si j’en juge pas le résultat de la consultation du 26 novembre doit être « éclairé ».
Cette candidature, à ce jour n’est pas validée, pour l’heure,  par la direction du PCF, et en aucun cas, elle ne peut se prévaloir d’une investiture PCF.  Pour ma part, je plaide pour une lisibilité d’un rassemblement profitable à toutes les organisations qui soutiennent aujourd’hui la candidature à a présidentielle de JEAN-luc Mélenchon. Un tel rassemblement ne saurait faire l’impasse sur le PCF. Et c’est la raison pour laquelle, les communistes du Nord Deux-Sèvres de Thouars-Airvault_St-Varent optent pour un candidat communiste. C’et pourquoi aussi, nous souhaitons être invité aux débats organisés par la fédération dans ses instances.

Comme c’est ton droit de citoyen, tu as participé à un appel et une initiative de « communistes insoumis » quel euphémisme trompeur, à La Courneuve. Je suis en droit de te demander si les déplacements et les frais inhérents à cet engagement, ne sont pas supportés par les finances provenant  des cotisations des communistes, et donc des miennes et de ceux des communistes qui possèdent une carte confirmant, avec les statuts, leur qualité de communiste.
Tu le sais, je suis en désaccord avec l’orientation fédérale qui semble être majoritaire, mais constitue une déviance et une opposition à la politique définie par le dernier congrès et plus récemment par l’organisme,de direction confirmée par le vote majoritaire des communistes tout récemment.
Tu as moqué dans un précédent mail, mon indifférence au projet d’une réunion du comité fédéral à Thouars pour laquelle tu ne m’as pas précisément invité. Je serai ravi d’y participer le cas échéant. Tout comme à toute convocation des organismes régulier du parti auquel je sera convié.
Naturellement, je reste à ta disposition  pour toute autre information ou avis auxquels tu pourrais apporter intérêt.

Bien à toi

Bruno Fornaciari
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF 79 PCF THOUARSAIS
commenter cet article
11 janvier 2017 3 11 /01 /janvier /2017 08:56

Le : 03 janvier 2017 à 16:21 (GMT +01:00)
De : "Bruno Fornaciari" <bciari@orange.fr>
À : "PCF 79" <pcf79@orange.fr>
Cc : "Bonnin Bruno" <boninbruno@orange.fr>"Bruno Ciari" <bciari@orange.fr>"joel" <joelgrellier@live.fr>

 

Bonjour Bruno Bonnin,
 
Tu es ou tu t’apprêtes à rentrer de vacances. Après le repos la vie reprend son cours. Celui de l’année nouvelle, pour laquelle je te présente mes meilleurs voeux, sera, sans aucun doute, marqué par les débats qui nourrirons la campagne électorale des présidentiels législatives.
 
D’ores et déjà, la FD a dû recevoir affiches et tracts. Ici à Thouars nous sommes preneurs.
 
Nous nous sommes réunis à plusieurs reprises ces derniers temps et avons examiné, pour ce que nous en savons, la situation politique sur la 3e circonscription. Nous en avons tiré la nécessité, à nos yeux, de proposer une candidature soutenu par le parti communiste dans cette circonscription. Les camarades ont considéré que ma candidature pourrait dynamiser une campagne communiste, conformément aux décisions qu’ils ont prises, d’appeler à voter JL Mélenchon aux présidentielles, en menant une campagne autonome et sans intégrer le cadre, trop étroit, de la « france Insoumise » et de proposer une candidature soutenue par le Parti Communiste pour faire connaître et promouvoir ses propositions. 
 
Nous soumettons cette proposition à la fédération et serions heureux que nous puissions échanger sur cette orientation politique et examiner son éventuelle mise en oeuvre. Comme tu le sais, à quelque niveau que ce soit, les communistes peuvent faire acte ou présenter des candidatures qui sont examinées par l’instance dont ils dépendent et s’agissant des législatives, conjointement par une commission nationale des candidatures.
 
Nous réitérons notre invitation à venir nous rencontrer, à Thouars, pour faire le point et discuter de tous les sujets que les uns et les autres nous voudrions voire aborder, sans aucune condition, et poursuivre la réactivation du militantisme dans le Nord-Deux Sèvres avec les communistes désireux d’y participer dans un cadre fédéral, et solutionner des  éventuels désaccords qui peuvent persister.
 
Nous sommes animés d’un état d’esprit ouvert, et sommes déterminés à consacrer, dans la période qui s’ouvre, notre activité au rayonnement de la politique et des orientations décidées par notre Parti Communiste.
 
Cette rencontre pourrait se dérouler à Airvault (ce qui raccourcirait la distance par rapport à Thouars) le 9 ou le 10 ou le 11 janvier à partir de 17 h 30.
 
Je te remercie de me confirmer la date et l’heure qui te conviens le mieux, et te prie d’accepter mes salutations communistes.
 
Bruno fornaciari

 

 

RÉPONSE DU SECRÉTAIRE FEDERAL BRUNO BONIN LE 9 janvier2017

 

Bonsoir,

 

Le conseil départemental s'est réuni la semaine dernière à Bressuire avec les camarades du bocage.

 

La question de ta candidature a été abordée comme je te l'avais indiqué.

 

Les camarades du bocage, pourtant situés dans la troisième circonscription ont été très surpris de l'annonce de ta candidature soi-disant de "rassemblement". J'ai également contacté les camarades adhérents et à jour de cotisation de la troisième circonscription, pas un n'a été informé de ta proposition de candidature.

 

Au delà de ne rassembler absolument personne ni au parti, ni en dehors (à part un quarteron de non-adhérents), ta décision est en parfaite violation de l'article 19-2 des statuts du parti que tu méprises visiblement autant que les camarades qui le composent. Je te rappelle d'ailleurs qu'in fine les candidats sont désignés par le conseil national sur proposition du conseil départemental.

 

J'ai transmis tous les éléments aux camarades du CN afin qu'ils puissent constater par eux-mêmes la violation manifeste des statuts dont tu es l'auteur.

 

La volonté de la fédération est de contribuer à créer un très large mouvement de rassemblement. Ce que nous faisons depuis maintenant des mois.

 

Un rassemblement uni au sein de la France Insoumise qui va bien au-delà des frontières du front de gauche de 2012, réunissant militants du PCF, du PG, d'Ensemble, de Nouvelle Donne, des syndicalistes issus de plusieurs centrales syndicales, des militants associatifs et de nombreuses personnes qui militent pour la première fois, tout l'inverse de ta candidature aussi étriquée qu'isolée dont le parti a déjà fait les frais en 2011 avec ton résultat aux élections départementales de 2, 97 % (64 voix).

 

Ce que le PCF 79 souhaite, c'est que la vraie gauche l'emporte, c'est pour cette raison et a fortiori suite à ton passage en force que le conseil départemental ne présentera pas ta candidature au CN, l'ayant rejetée à l'unanimité. 

 

Cordialement,

 

Pour le conseil départemental,

 

Bruno BONIN

Secrétaire départemental

---------------------------------------------------------------------------------

ma réponse le 9 janvier à 22 H 35 

Bonsoir,

 
Je suis très surpris de la teneur et du ton de ton message.
 
En effet, dans mon courrier je t’indiquais que nous étions favorable à discuter de tous les points que vous désireriez voir aborder, et cela sans restriction, et que pour ce faire, nous serions heureux de te recevoir à Airvault. 
 
Je note, avec regret,  le mépris que tu portes « au quarteron de non-adhérents» qui se mobilise et s’inquiète du PCF et de sa politique dans les Deux-Sèvres.
 
Je note aussi la mauvaise foi dont tu fais montre. En effet, nous n’avons rien, ni décidé, ni imposé comme tu le dis, au reste du parti. Au contraire, j’ai écris "Nous soumettons cette proposition à la fédération et serions heureux que nous puissions échanger sur cette orientation politique et examiner son éventuelle mise en oeuvre. Comme tu le sais, à quelque niveau que ce soit les communistes peuvent faire acte ou présenter des candidatures qui sont examinées par l’instance dont ils dépendent et s’agissant des législatives, conjointement par une commission nationale des candidatures. »
 
Je lis plus loin dans ta réponse que, comme tu le fais depuis plusieurs mois, tu as décidé, non seulement de te ranger derrière Mélenchon, mais aussi que tu intègres, avec d’autres communistes notamment « la France Insoumise » dont plusieurs ont voté la charte. Et cela en contradiction avec le vote à 90 % des communistes des deux-sèvres qui ont voté pour l’option 1 qui stipulait un appel à voter JLMélenchon, avec une campagne autonome du Parti Communiste et tout cela sans intégrer la « France Insoumise » en présentant ou en soutenant des candidature présentées par le PCF. De mon point de vue, ce n’est pas moi qui transgresse nos statuts et la  politique  qu’ils ont décidé majoritairement au 37e  congrès et plus récemment  encore en choisissant la stratégie électorale, le 26 novembre dernier,  mais bien toi et quelques autres qui de fait se mettent en dehors du Parti.
 
Bien évidemment, je transmets aussi ta réponse et la mienne à la direction du parti qui prendra ses responsabilités.
 
Salutations communistes
 
Bruno Fornaciari

 

 
                                                             proposition d'un
 
APPEL DU COMITÉ DE SOUTIEN 
« UNIS POUR L’HUMAIN D’ABORD »
PCF-FRONT DE GAUCHE
 
 
Les millions de français  et les jeunes qui se sont manifestés contre la loi travail, qui s’opposent aux politiques d’austérité sans fin, refusent d’accepter les régressions sociales, sociétales et démocratiques que prévoient les candidats de droite et d’extrême-droite. Ils refusent de baisser les bras et veulent relever la tête. Avec l’émergence de mouvements citoyens comme « nuits debout », l’irruption des luttes syndicales dans le débat public pour la satisfaction des revendications des travailleurs et notamment pour une hausse des salaires et du SMIC ou la lutte pour une sécurité d’emploi et de formation, pour la défense du service public, à la Poste, ou dans les hôpitaux. Ils ont été déçu par le Président, la majorité et leur propre député, socialiste, qui ont trahis leurs engagements. Cette fois-ci ils ne peuvent représenter ni l’espoir, ni le changement. Après avoir apporter leur soutien dans le cadre d’une campagne autonome, à Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle,  les communistes Thouarsais proposent à Bruno Fornaciari d’être le candidat du rassemblement de la gauche dans le 3e circonscription. Il portera nos exigences et nos espoirs. Cette candidature « unis pour l’Humain d’abord » se veut porteuse d’une vraie politique de gauche en rupture avec la politique menée par le gouvernement, face à une droite revancharde.
 
  • porter, face aux dangereux projets de la droite et de l’extrême-droite et à la faillite du quinquennat Hollande-Valls, un autre projet pour la France, un pacte d'engagements pour une nouvelle politique de progrès social, démocratique, écologique, à même de sortir notre pays de la crise dans laquelle il est plongé et de répondre à l'énorme attente de changements qu'exprime notre peuple.
  • construire, pour faire avancer ce projet, le rassemblement du maximum de forces jusqu'à rendre possible une nouvelle majorité politique de gauche alternative à l'austérité. 
  • nous engager dans l'élection présidentielle en portant ces objectifs et présenter ou soutenir, dans toutes les circonscriptions législatives de France, des candidate-s à la députation utiles à faire progresser ce projet et cette démarche de rassemblement. 
  •          Cette candidature sera soumise aux instances fédérales et nationales qui accorderont les investitures  le 14 janvier prochain. D’ores et déjà  nous soutenons  Bruno Fornaciari qui nous paraît être le  candidat  le mieux à même de traduire les orientations du PCF  pour rassembler les progressistes pour une politique de progrès social et démocratique. 
 
Soyons «UNIS POUR  l’HUMAIN D’ABORD »
 
Ernest LEVINDRÉ Président du Comité de soutien
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF THOUARSAIS PCF 79
commenter cet article
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 07:42

Je reviens ici sur un "papier" paru dans la NR le 26 novembre 2016 intitulé "Le Front d gauche veut mobiliser"

L'article d'une trentaine de ligne sur une colonne indique que les dirigeants du FDG n'ont pu s'entendre sur une stratégie commune et JLM qui a prématurément annoncé sa candidature avec la "france Insoumise" a pu choquer. 

En rappelant qu'en 2012 "plusieurs centaines de personnes ont fait campagne" (sic)  le "FDG (divisé donc) organise une première réunion publique pour "soutenir JLM17 et de créer des comités "France Insoumises" pour faire connaître le programme "l'avenir en commun".

Voilà pour les faits.

Maintenant le commentaire. 

Il est pour le moins curieux que l'article véhicule une telle confusion qui n'éclaire en rien les débats et les enjeux. Car enfin, de quoi s'agit-il pour les prochaines échéances électorales ?

Ni plus ni moins que de trouver les moyens politiques tout à la fois d'empêcher la main-mise de la droite extrêmisée et de l'extrême droite sur les rênes du pays et de relancer l'espoir pour parvenir à une candidature de gauche avec un programme progressiste partagé, pour une politique de progrès social, écologique, démocratique et de paix.

Or le programme du Front de gauche "l'Humain d'abord" se trouve éliminé, supplanté, remplacer par "l'avenir en commun" qui du coup n'est plus commun. Sur plusieurs points importants les différences, voire les divergences sont notables. Aussi est-il hasardeux d'impliquer le Front de gauche que d'ailleurs JLM17 , après que le  candidat auto-proclamé ait déclaré lui-même le FDG dépassé. Désormais, selon lui,  seul le cadre de la "France Insoumise" caractérise son projet. Donc clarté et vérité doit s'imposer dans le débat public. Donc, honnêtement, ce n'est pas le FDG qui se range dans la "France Insoumise" mais un certain de nombre de personnes, ex-front de gauche, qui font ce choix.

Pour ce qui concerne les communistes, inclus dans le front de gauche, ils ne souscrivent pas au cadre, selon eux étroit, de la FI. Ils militent depuis toujours pour élargir le rassemblement du front de gauche ce qui implique nécessairement de rassembler au-delà de nous-mêmes.

C'est paradoxalement l'inverse que produit du coup la "france insoumise" en refusant de s'ouvrir à la discussion aux autres et en exigeant comme seule solution politique, non pas la discussion et le compromis, mais le ralliement, au programme, à la candidature présidentielle auto-proclamée, puis aux candidatures de la FI aux législatives, dans le cadre de la FI et ses règles.

J'interroge : comment avec ces exigences unilatérales, réussir le rassemblement ?

Les communistes ont décidé majoritairement de ne pas ajouter leur  candidature à d'autres candidats déjà trop nombreux à gauche. Leur combat pour rassembler sur des propositions progressistes à gauche, avec comme fond le programme du FDG l'"Humain d'abord" guide leur action. Ils sont favorables et militent pour des discussions avec tous ceux qui le veulent pour d'aboutir à des propositions communes, viables. Pour ce faire et comme tremplin vers le rassemblement, ils ont décidé majoritairement appeler à voter JL Mélenchon en mobilisant par une campagne autonome, sur les moyen's économiques et politiques nécessaires pour un vrai changement, sans intégrer le cadre de la France insoumise et en créant les conditions de l'élection de nombreux députés communistes et de gauche "hétérodoxe"

C'est d'ailleurs ce que les communistes de Thouars, dont l'activité fût mise en sommeil consécutivement au changement de responsables décidé par la fédération et qui a abouti à son mutisme et sa paralysie, ont décidé de faire. Depuis quelques semaines, la direction nationale du PCF a fait droit aux militants "exclus" et ceux-ci reprennent le flambeau du combat. Ils ont ainsi édité et distribué un tract pour s'opposer à la disparition de La Poste à Saint Varent, ils se sont réunis à plusieurs reprises pour tenter de rétablir des relations normales avec les instances fédérales, ils proposent une orientation et une candidature pour les législatives dans la 3e circonscription, ils entendent participer aux débats qui auront lieu durant la campagne électorale. 

Pour ma part, je suis persuadé que la presse locale jouera le jeu du pluralisme, de la clarté et de l'équité en donnant à voir la réalité de l"action des forces politiques qui agissent sur notre territoire. Ce blog y prendra part.

 

Repost 0
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 13:10

Mario Guzzo,

 
Tu t’interroges de savoir s’il y a un pilote dans la  FD 79, alors que tu connais la réponse.
Le secrétaire Bruno Bonin est en vacances jusque début janvier pour bénéficier d’un repos bien mérité dû à la grande activité qu’il a produite pour soutenir Jean-Luc Mélenchon. Il s’est enorgueillit être à la tête de la première fédération du PCF qui a rejoint la « France Insoumise ».Position qu’il a réitéré dans la presse a plusieurs reprises.
 
Il est vrai, et pas seulement eux, que des communistes du nord deux sèvres encartés ou pas s’inquiètent de la tournure des évènements politiques. Les présidentielles s’annoncent marquées par la personnalisation des candidatures et des projets, par la droitisation des esprits et des politiques proposées. A gauche c’est la dispersion. JLM 17 et les « insoumis » veulent recomposer la gauche et siphonner les forces du PCF, militants et élus, à leur bénéfice. Celui qui se présente « comme le seul capable » refuse d’entamer quelque discussion, et à plus forte raison, quelque négociation que ce soit pour unir la gauche au mépris du danger de droite et d’extrême-droite avec les communiste et d’autres à gauche. Le PS s’engage dans une primaire ou les frondeurs sont dispersés (Montebourg, Hamon, Filoche, Marie Noelle Linemann) tandis que les écologistes affirment présenter une candidature de témoignage et de propagande en dépit des dangers de marginalisation d toute la gauche .Pourtant dans la configuration actuelle, tous les sondages, prédisent l’élimination de la gauche et une chambre des députés bleu-horizon et bleu-foncé, avec quelques réminiscences socialistes et quelques unités communistes. Une catastrophe démocratique ou la moitié de l’électorat ne serait quasiment plus représentée à l’assemblée nationale si la gauche ne s’unit pas. Mais elle ne peut pas le faire sur n’importe quel projet, c’est pourquoi, tous les efforts déployés par les communistes pour favoriser discussions et rapprochements.
 
Le députés PS sortant  de la 3e circonscription Jean Grellier n’a pas tenu  sa promesse de soutenir la politique définie au Bourget. Le soutien aveugle au Président de la République François Hollande et à sa politique qui a tourné le dos à ses engagements et à aux électeurs socialistes et ceux du Front de gauche qui avaient voté pour lui afin d’écarter Nicolas Sarkozy qui prétend d’ailleurs revenir pour appliquer une politique plus à droite encore la droite a écarter pour lui préférer Fillon. Le  PS ne peut prétendre rassembler la gauche derrière lui et ses candidats. Le soutien et le vote du député PS des loi l’ANI, ad CICE qui finance les profits et les actionnaires sans aucun effet sur l’emploi les disqualifient. Les reculs des services publics et la de santé, la restrictions des moyens donnés aux collectivités locales, une fiscalité accrue qui pèse sur les populations les plus modestes avec l’augmentation de la TVA notamment parachèvent cette orientation droitière. L’augmentation de la TVA et de la fiscalité locale, départementale et régionale en raison des transferts de compétence non accompagnés des moyens financiers fait porter tous les efforts sur ceux qui vivent de leur travail. L’absence d’une vrai politique de soutien à la jeunesse,  du sport de masse, de l’éducation et la formation, la financiarisation de l’économie avec un poids excessif des actionnaires dans la conduite des politiques publiques, du prolongement de "l’état d’urgence » ne peut plus durer. Sans compter le rôle agressif de notre diplomatie et la tension à laquelle elle participe dans les affaires internationales où l’on voit refleurir sous nos yeux des relents de guerre froide, lorsqu’elle n’est pas chaude comme au Moyen Orient, Palestine, Irak, Syrie… d’où résultent des déplacements de populations et de réfugiés de la guerre, 
 
Devant ce danger, les communistes du Nord-Deux sèvres entendent ne pas rester les bras croisés. Pour relever la tête et redonner l’espoir et conserver la circonscription à gauche, les communistes entendent agir pour éviter les dangers de régressions sociales et démocratiques qui nous menacent tous.
Ils ont décidé de reprendre leur activité politique interrompue quelques temps en raison d’un boycott-exclusion de la fédération, sans que l’opposition à cette mesure se manifeste. Des communistes du nord de Sèvres sont favorables à a présentation d’un candidat  présenté ou soutenu par le parti communiste français  aux législatives dans la 3e circonscription, des candidatures de rassemblement de la gauche authentique,  pour le progrès social et la démocratie. Il se sont réunis à plusieurs reprises et ont consulté autour d’eux. 
 
Dès le début de l’année ils informeront la direction fédérale et nationale de leur proposition.
Mais d’ores et déjà, je te mets dans la confidence (que tu garderas pour toi jusqu’à l’information publique) de nos intentions qui se résument au communiqué que nous rendront public en début d’année.
 
 
 
 
"APPEL DU COMITÉ DE SOUTIEN 
« UNIS POUR L’HUMAIN D’ABORD »
 
 
Les millions de français  et les jeunes qui se sont manifestés contre la loi travail, qui s’opposent aux politiques d’austérité sans fin, refusent d’accepter les régressions sociales, sociétales et démocratiques que prévoient les candidats de droite et d’extrême-droite. Ils refusent de baisser les bras et veulent relever la tête. Avec l’émergence de mouvements citoyens comme « nuits debout », l’irruption des luttes syndicales dans le débat public pour la satisfaction des revendications des travailleurs et notamment pour une hausse des salaires et du SMIC ou la lutte pour une sécurité d’emploi et de formation, pour la défense du service public, à la Poste, ou dans les hôpitaux. Ils ont été déçu par le Président, la majorité et leur propre député, socialiste, qui ont trahis leurs engagements. Cette fois-ci ils ne peuvent représenter ni l’espoir, ni le changement. Après avoir apporter leur soutien dans le cadre d’une campagne autonome, à Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle,  les communistes Thouarsais proposent à Bruno Fornaciari d’être le candidat du rassemblement de la gauche dans le 3e circonscription. Il portera nos exigences et nos espoirs. Cette candidature « unis pour l’Humain d’abord » se veut porteuse d’une vraie politique de gauche en rupture avec la politique menée par le gouvernement, face à une droite revancharde. Cette candidature sera soumise aux instances fédérales et nationales qui accorderont les investitures  le 14 janvier prochain. D’ores et déjà  nous soutenons  Bruno Fornaciari qui nous paraît être le meilleur  candidat  pour rassembler les progressistes pour une politique de progrès social et démocratique. 
 
Soyons «UNIS POUR  l’HUMAIN D’ABORD »
 
Ernest LEVINDRÉ Président du Comité de soutien"
 
Comme tu le vois il y a des pilotes dans le Nord Deux-Sèvres
 
Fraternellement 
 
Bruno Fornaciari
 
 
PS Meilleurs voeux à tous les camarades
Repost 0
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 03:14

« Régionales – Les adhérents du PCF s’inquiètent

Un certain nombre de militants deux-sévriens du Parti communiste français (PCF) se posent des questions. À quelques semaines du scrutin régional, ils s’étonnent de ne disposer d’aucune information : « Nous ne connaissons que deux noms : celui de l’homme qui va mener la liste régionale du Front de gauche, Olivier Dartigolles (PCF) » sans que les adhérents du PCF deux-sévrien ne soient consultés. Ces derniers ajoutent : « En ce qui concerne le département des Deux-Sèvres, une élue municipale de Niort, Isabelle Godeau (Parti de gauche) serait pressentie pour être tête de liste. Au PCF, les portes sont fermées aux adhérents et personne n’est au courant de qui se trame rue des Fossés. Les adhérents ne sont pas consultés et laissé à l’abandon »,Ils posent la question : « Y aura-t-il des communistes sur la liste de 14 noms en Deux-Sèvres? Il est vrai que le PCF 79 a perdu beaucoup d’adhérents et deviens un bateau qui tangue ». »

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF 79
commenter cet article
29 décembre 2016 4 29 /12 /décembre /2016 15:39

Contre l'austérité : pour un service public du XXIème siècle !

 

► LA DROITE VEUT DETRUIRE LES SERVICES PUBLICS PAR UN COUP DE FORCE!

François Fillon a remporté la primaire de la droite avec un programme destructeur pour les services publics : moins 500 000 fonctionnaires, prise en charge des seules maladies longue durée pour la Sécurité sociale....

La droite nous refait le coup des fonctionnaires inutiles et coûteux! Pour donner des services utiles à la population en pâture au privé et aux frais des citoyens! La fonction publique, au 70ème anniversaire de sa création, c'est un statut pour les besoins fondamentaux de la population, assurés de manière démocratique et efficace! Mais il faut mettre les moyens! Non aux classes à 35 élèves, non à la suppression des zones d'éducation prioritaire, non au surmenage des personnels hospitaliers toujours plus surchargés! Le passage aux 39 heures ne réglerait pas le problème et causerait du chômage supplémentaire. 

 

► NON A LA SUPPRESSION DE POSTES DANS LA FONCTION PUBLIQUE !

Les services publics, nos biens communs, méritent mieux que le traitement qui leur est infligé. Dans un moment de crise sociale et économique profonde, la question des services publics resurgit au cœur des débats comme une réponse incontournable structurante d’une nouvelle société plus humaine et solidaire. Partout dans nos territoires les luttes se multiplient contre les politiques d’austérité pour empêcher la fermeture du bureau de poste du quartier, la fermeture des services de l’hôpital voisin, de la classe de l’école communale ou la suppression d’une ligne ferroviaire. Mettons un coup d’arrêt à la diabolisation de « la dépense publique » pour obtenir des avancées concrètes pour le service public du XXIème siècle !

 

► POUR UN MONDE SOLIDAIRE ET FRATERNEL, PLUS DE SERVICES PUBLICS!

Un appel citoyen de CONVERGENCE NATIONALE SERVICES PUBLICS «pour les services publics et la protection sociale du XXIème siècle », lancé par les Assises du service public du 21ème siècle, le 19 novembre dernier, s’adresse à l’ensemble des citoyens qui devront se prononcer à travers leurs votes au printemps prochain, sur l’avenir des services publics, pour conjuguer toutes les initiatives et les actions nécessaires pour faire des services publics un enjeu sociétal et environnemental majeur, pour que renaisse l’espoir d’une société solidaire.

Rejoignons cet appel et rassemblons nous pour un égal accès au service public sur tout le territoire, que l'on habite à la ville ou à la campagne! C'est une question démocratique de la plus haute importance: répondre aux besoins de la population grâce à une fiscalité plus juste, au lieu de la suppression de l'impôt sur la fortune, en s'attaquant aux profits financiers des grands groupes et à l'évasion fiscale (60 à 80 milliards d'euros par an), grâce à une sécurité sociale reconquise par le peuple. C'est ce que porte le Parti communiste français dans son programme La France en commun. 

 

 

 

 
Repost 0
20 décembre 2016 2 20 /12 /décembre /2016 11:14
STOP à la dégradation des services publics et de la Poste.                                              
Développons les services publics

 

 
 
Après la disparition à Saint Varent de la trésorerie principale il y a quelques années, voilà maintenant que la fermeture du bureau de Poste est programmée.
 
De réorganisations des tournées de facteurs (suppression de préposés et allongement des tournées), en changements d’horaires d’ouverture et de réduction d’emploi du bureau de Poste près de la mairie, ce sont des services de la Poste, et de proximité,  courrier, colis, banque postale, mandats,  présence humaine  et de vie sociale qui sont enlevés à nos concitoyens.
 
Pourtant d’autres choix eussent été possible. En effet, l’Etat n’accorde-t-il pas 300 millions d’euros au titre du CICE pour…créer des emplois ? C’est l’inverse qui se produit alors que la Poste a fait un bénéfice de 635 millions d’euros soit une hausse de 23, 9 % les réductions de postes sont de 7500 cette année.
 
Le usagers, les élus locaux, le personnel avec ses syndicats doivent être consultés et écoutés. Dans nos petits villages, la désertification gagne. Comment en effet relancer leur attractivité en supprimant les services aux habitants ? 
 
Nous nous félicitons que des commerçants, conscients des dangers qui menacent notre village,  aient eu la bonne initiative de lancer une pétition pour empêcher cette fermeture.
 
Nous la soutenons, et comme nous l’avions fait il y a quelques années lors de la votation citoyenne contre la privatisation de la Poste, nous nous associons à cette démarche citoyenne. Nous demandons que le Maire et le conseil municipal de Saint-Varent votent une motion de défiance contre cette décision. Les élus de la communauté de communes pourraient d’ailleurs en faire autant.
 
S’opposer aux fermetures de bureaux et de réduction d’horaires et de personnels dédiés est une oeuvre de salut public.
 
Les services publics sont utiles à nos concitoyens. Ce qui est moderne,  ce n’est sûrement pas de les réduire mais de les re-dynamiser en réinvestissant dans les territoires. Pour la Poste,  mais aussi pour  les équipements de santé, en créant des emplois utiles, dans les hôpitaux, les services de l’emploi, de la culture, de l’énergie, de l’eau, menacés eux aussi par les « économies » budgétaires drastiques, défaisant notre modèle social dont les pus modestes d’entre nous en  subiront les premiers, les effets dévastateurs.
 
NE LAISSONS PAS FAIRE !
 
PCF SAINT-VARENT - THOUARS - AIRVAULT
Repost 0
25 septembre 2016 7 25 /09 /septembre /2016 13:05

2 h · Luzay ·

Des camarades réagissent parfois sur des posts ou des réactions que je publie ou partage. Elles ont(mes réactions) des intérêts et de l'importance différents. Aussi je suis surpris et donc je m'interroge, que très peu de commentaires, de protestations ou de soutiens, me soient adressées, concernant le refus de la fédération des Deux-Sèvres, (qui se range derrière Mélenchon) refuse de remettre la carte 2016 à 3 camarades qui la réclament à corps et à cris. Les FB qui lisent mes posts le savent aussi, la direction du parti a été interpellée plusieurs fois depuis 3 ans, jusqu"au plus haut niveau du parti, et ce, personnellement, et le déni démocratique continue. Comme si notre direction nationale était incapable de faire appliquer, par une direction fédérale, les plus élémentaires droits de ceux qui veulent agir avec et au sein du PCF. Avec les 2 autres camarades concernés, nous avons fait plusieurs tentatives d'alertes, nous avons reçu des promesses d'interventions, mais hélas, aux oubliettes. A force, à force, nous allons nous lasser. Nous qui croyions que le PCF voulait se renforcer, qu'il était accueillant, que nous étions invités à l'investir, quelle désillusion ! J'ai publié une photo des presque 50 cartes du parti depuis 1966, avec le commentaire : impossible d'obtenir la carte 2016, c'est fort, non ?

J’aimeAfficher plus de réactions

5Gilbert Leconte et 4 autres personnes

Lila Adelina Segal Fatigant.....

Je n’aime plus · Répondre · 1 · 2 h

Jean-Robert Franco Incroyable! Qui plus est de la part d'une fédération qui ne respecte pas les décisions du CN.

J’aime · Répondre · 1 · 1 h

Aurore Mathe Qui ? Toi ?

J’aime · Répondre · 1 h

Bruno Fornaciari oui

J’aime · Répondre · À l’instant

Aurore Mathe Bruno Fornaciari Ben quand on s'est vus à la Fête ...

J’aime · Répondre · À l’instant

Bruno Fornaciari j'étais déjà exclu par ma FD

J’aime · Répondre · À l’instant

Votre réponse...

Alain Hochart Toi qui n est pas un perdreau de l annee tu devrais savoir comment on fabrique dans le parti une majorite
C est cequi fait que nous ne soyons plus en phase avec le peuple

J’aime · Répondre · 2 min

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF 79
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre