Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 01:44
L'assemblée générale des communistes des Deux-Sèvres à laquelle ont participé 25 personnes a confirmé, ce que chacun peut constater : une crise générale de la fédération qui touche à tous les aspects. Une crise de gouvernance évidente d'où résulte une crise de confiance. C'est ce qu'ont exprimé très fortement la quasi totalité de ceux qui sont intervenus ce samedi matin à tel point qu'un camarade nouvel adhérent a pu dire qu'il ne s'attendait pas à un tel déluge de critique d'une direction qui est apparue dépassée et dé-légitimée. Les critiques portent sur l'absence de démocratie dans la direction fédérale et des décisions qui sont prises à quelques-uns, sans consultations de communistes eux-mêmes, et mise en oeuvre sans mandats. D'ailleurs le rapport présenté par le secrétaire fédéral n'a pas porté ni sur la situation économique, politique du département, ni sur le bilan de l'activité fédérale, ni sur la proposition d'objectifs politiques et d'un plan de travail en correspondance avec les combats de notre parti, ni sur la situation organisationnelle, ni sur celle des finances pour lesquels les camarades se sont plaints de ne pas disposer, depuis plusieurs années de compte-rendus du comité exécutif ni de bilans financiers, de sorte que les communistes ne connaissent pas l'état de leur organisation ni le nombre d'adhérents. Ils ne sont pas non plus informé des moyens de la fédération qui s'amenuisent en raison du déficit des contributions financières d'élus disparus après les municipales. Ils s'interrogent naturellement sur la nécessité politique et sur la capacité financière à poursuivre le maintien de deux demi permanents à la fédération qui grève le budget fédéral en diminution. D'autant que l'activité de l'un et l'autre sont très critiqués pour leur inefficacité. Dans son exposé le secrétaire fédéral a mis en cause la stratégie du PCF de rassemblement de toute la gauche pour lui préféré celle de la sélectivité à gauche reprochant à la direction du parti une analyse erronée du PS et des frondeurs. Selon lui la cause des difficultés actuelles de notre parti et du front de gauche réside "dans notre démarche multicarte "aux municipales rendant inaudibles et illisibles nos positions assimilées, selon lui encore, à une certaine "connivence" avec la politique gouvernementale. A tel point qu'il réclame, avec quelques communistes dans une motion minoritaire adressée illégitimement au nom de la FD une réorientation de la politique du parti et l'exigence d'un congrès national. Là encore beaucoup d'intervention pour considérer cette motion comme illégitime en raison se son caractère minoritaire dans la FD. Pour lui il s'agit de renouveler la ligne politique du Parti et de reprendre le programme du CNR et le moderniser, renationaliser les autoroutes et les banques". IL rappelle qu'un effort est à réaliser dans la formation des militants et soutient qu'il n'y a pas de "bons et de mauvais communistes" en contradiction avec les récents propos haineux qui se sont exprimées à l'endroit de camardes femmes notamment, et à la décision d'exclusion d'un camarade du Thouarsais. D'entrée, un camarade se lance te assène des critiques factuelles : "vous proposez de reprendre les thèmes du FN (allusion à la sortie de l'euro pour laquelle la fédération a organisé une conférence avec la participation de J. Nikonoff du M'PEP) en contradiction avec la position du parti pour un nouvel euro et la lutte pour une autre orientation de l'Europe et de la BCE avec un parlement européen démocratisé et plus responsable. "des questions graves se posent à la FD 79" ajoute-t-il. "son attitude vis-à-vis de la politique du CN et celle de la section de NIORT est insupportable". La désinvolture avec la quelle a été interprété, quand ce n'est pas souhaité, la démission de Nicolas Marjault ancien adjoint communiste à la culture, du conseil municipal ET du PCF, a choqué plus d'un communiste. Il prête des propos (contestés) d'un responsable communiste de la section de NIORT selon lequel "on a, muselé Nicolas Marjault il faut faire de même avec Frank MICHEL" (candidat PG sur la liste front de gauche qui ne compte plus aujourd'hui qu'une seule conseillère municipale communiste (contre 2 adjoints et une conseillère dans l'ancienne équipe dirigée par Anne gaillard PS). Selon ce camarade expérimenté "il y a autre chose à faire que de mettre la section et la FD n danger" et de poursuivre "il faut renforcer le front de gauche et réfléchir à une politique alternative. Un autre intervenant, qui assume sa responsabilité à la direction fédérale, exprime lui aussi des critiques. Les communistes ne discutent pas assez entre eux parce que les conditions ne sont pas réunies. Manque d'informations et absence de participation à la politique du parti. Absences du parti sur le terrain, sur ce qui bloque l'alternative comme la dette, le coût du capital, où l'échec de la FD sur Heuliez, lutte emblématique, remplacés par un verbiage révolutionnaire. Il faut selon lui, et de beaucoup d'autres dans leurs interventions, "réorganiser la FD, redéfinir une ligne politique et s'interroger sur le départ de Nicolas Marjault". Un membre de la direction de section de Niort explique la campagne des municipales définie majoritairement, avec la mobilisation de nombreux communistes au sein d'un collectif élargi qui perdure aujourd'hui, a permis de reprendre contact avec la,population et de construire et populariser un programme sur lequel se sont rassemblés 10,37 % d'électeurs, score inédit à NIORT. Ce qui justifie une remise en cause de la politique nationale "d'alliance" avec le PS dans des élections locales. A cela s'ajoute la proposition de sortir de l'euro et la justification de l'organisation d'une conférence anti-euro, anti-Europe avec la venue de Jacques Nikonoff, contestée par ailleurs. Prenant la parole un autre adhérent de la section de NIORT déplore "qu'un courant avec "La Riposte" s'est structuré au sein de la section (et de la FD) qui fait reposer son action essentiellement dans le contexte électoral. Il déplore également une direction très autoritaire qui a imposé cette motion de défiance à l'égard de la direction du Parti au moment de la fête du Parti 79 à NIORT, et mis les communistes devant le fait accompli. Il considère que le score aux municipal ne peut être attribué uniquement à l'activité du parti et que le contexte local mérite une analyse plus fine, rendant compte des mouvements idéologiques et politiques opérés lors de cette campagne avec un discrédit national et local du PS et de l'équipe dirigeante socialiste dont les divisions ont sapé les bases du rassemblement de son électorat. D'autant que l'absence de la section sur le terrain est patent, "pas d'affiches, pas de tracts". Dans le cadre de la campagne pourtant rappelle un autre camarde, une trentaine d'adhésions ont été réalisées (avec l'espoir suscité par le front de gauche ) mais, compte tenu des divisons internes, du manque de débats et des rapports conflictuels parfois violents, nombre d'entre eux ont démissionné 6 à NIORT parmi lesquels un ancien secrétaire de section de Niort et 6 dans le Nord Deux Sèvres parmi lesquels 2 candidats du PCF front de gauche ont été soit exclu soit écarté du Parti. Et il prophétise la poursuite de l'hémorragie due en partie à l'agressivité dont sont victimes plusieurs camarades. Plusieurs ont exigé un débat serein sur la stratégie du parti et les tactiques électorales qui, pour certains, sont responsables de l'incompréhension voire de l'opposition à une stratégie et des tactiques qui sont mis en accusation de connivences avec le PS et partant du gouvernement. Dans la foulée, un nouvel adhérent, met lui aussi l'accent sur le caractère antidémocratique de la direction fédérale. "J'ai bien senti qu'il y avait de l'eau dans le gaz" dit-il "mais il y a urgence à se revoir pour améliorer l'information et la démocratie interne et faire la transparence sur la façon dont se prennent les décisions au nom du Parti". "Çà fait flipper" s'émeut-il. "Ce qui m'intéresse c'est le projet politique, on est pas obliger de s'aimer et on peut débattre sans s'invectiver" et de proposer de "débattre sur le programme politique avant les cantonales". Un autre nouvel adhérent prend la parole pour s'inquiéter" du manque de repère et constater le rejet du politique". Il réclame "un discours clair et rappelle l'importance de la pratique. Une camarade explique la cohérence des décisions démocratiques définies lors de la campagne des municipales à NIORT et des conditions nouvelles à la poursuite de la bataille politique et de l'engagement communiste et citoyen. Elle insiste sur l'autonomie assumée vis-à-vis du PS et de l'ex-majorité municipale, pour promouvoir des propositions et des luttes que seules les deux élus du front de gauche ne pourraient mener sans la mobilisation d'un collectif qui joue le rôle de "directeur de cabinet" dans l'étude et les décisions politiques portée par les deux édiles au conseil municipal. Le refus de "poser" sur une photo avec les élu du PS au sujet d'une action commune laisse entier l'interrogation que l'on peut avoir sur la politique de rassemblement et d'union. Une autre adhérente de la section de NIORT intervient sur les finances de la section qui regrette que le travail fourni, (à savoir le bilan financier distribué au CD) n'ait servi à rien, car cela n'a été suivi d'aucune discussion i décision pour traiter cette question. Car, selon elle, "l'avenir des salariés de la FD est posé". Il faut donc un débat atour des questions financières qui posent la nécessité et la possibilité de financer éventuellement un permanent et une secrétaire. Elle s'insurge contre le fait que la secrétaire "ait été agressée par un certain nombre d'entre vous" ce qui est caractéristique d'" une conception autoritaire" illustré par cet exemple. La camarade était complètement effondrée, on l'a récupérée à la ramasse" conclut-elle. A quoi de façon intempestive, un autre répond "s'il faut pleurer pour faire voir qu'on est pas d'accord où va-t-on" laissant un blanc dans l'assistance. Sur les municipales à Niort un dirigeant de la section de Niort fait valoir la complexité de la situation en rappelant que Baloge (droit) fait une liste comprenant des socialistes et que le front de gauche ne participe pas à la confusion. Il confirme cependant l'absence du parti sur le terrain et revendique le "travailler ensemble" même si les faits contredisent ces belles déclarations. Un camarade, de son côté adresse un soutien appuyé aux deux camarades femmes agressées qui s'entendent comme une condamnation de pratiques et de méthodes indignes. Lui aussi s'étonne d'une motion adoptée dont il "ignorait l'existence", décision qu'il considère comme "anti-démocratique" et au sujet de laquelle il a manifesté son désaccord auprès des auteurs. La domination de la section de NIORT sur la fédération conduit celle-ci à ignorer les autres parties du département où le parti est inorganisé et elle ne joue pas son rôle d'aide et d'impulsion. Par ailleurs il déplore la faillite de l'action de la FD sur Heuliez qui n'a pas été à la hauteur des enjeux industriels et politiques. Il évoque de plus l'absence du Parti sur la réforme des collectivités territoriales qui laisserait, sans une bataille politique et idéologique intense et coordonnée, un boulevard pour le FN qui se présente sans vergogne, comme anti-système et comme un parti neuf et vierge à l'opposé de tous les autres. Un camarade qui revendique bientôt 40 année d'appartenance au parti s'étonne de l'ambiance et de la tension perceptible dans cette assemblée. " Je n'ai pas d'adversaire dans le PCF" déclare-t-il d'emblée. Il exprime ainsi, en creux, les différences d'appréciation de la politique de rassemblement, voire d'alliance avec les frondeurs où même avec le PS. Car comment s'allier avec ceux qui sont responsables d'une "politique encore pire que la droite" J'avoue que je suis en désaccord avec la direction nationale mais si je suis favorable au débat, j'entends qu'il se déroule sereinement sans invectives.Ce qui est sûr, à l'expérience, "il faut réorganiser le PCF 79. Il signale aussi un déséquilibre à l'intérieur de la fédération dont les recettes proviennent à plus de 60% de la section de NIORT. Il en est de même au niveau de l'organisation ou seule subsiste la section de NIORT et où dans le reste du département l'on ne compte que des communistes isolés. Les désaccords profonds et des méthodes anti démocratiques mettent en péril selon lui, l'existence même de la section et de la FD. D'autant termine-t-il que l'on ne connaît pas ni le nombre d'adhérents ni le nombre des cotisants. Un camarade du thouarsais, rappelle qu'après avoir été exclu du parti par la fédération, il a ré-adhéré à la fête de l'huma ainsi que l'ont fait deux autres camarades du thouarsais écartés eux aussi, il brandit sa carte du PCF qu'il vient de recevoir, "ce qui lui permet de siéger valablement à l'AG du 79 et de prendre part au débat". Il souligne que la discussion a "fait ressortir nettement une crise de la gouvernance de la FD et que s'est exprimé la défiance à l'égard de la direction" quasi absente dont le mutisme interroge. Une crise politique où la direction actuelle est incapable d'organiser les débats que suscitent des analyses différentes sur la stratégie du Parti. Une crise démocratique aussi, car les critiques portent surtout sur des méthodes autoritaires ou les différences se règlent non par le débat mais par des décisions autoritaires visiblement minoritaires, qui génère ressentiments et agressivité destructrice. Il relève une fraternité en recul indispensable pourtant au collectif communiste. "De nombreux camarades se sont fait l'écho de leur insatisfaction quant à l'organisation de l'intervention politique sur le terrain sur les grandes préoccupations, comme la dette, la lutte contre l'austérité, l'apport des communistes pour une VIe République, la bataille contre la réforme des collectivités territoriales etc.. en un mot notre présence sur le terrain, notre militantisme. Il exige une démocratisation du parti dans les deux sèvres et propose que rapidement s'organise une conférence fédérale extraordinaire et statutaire permettant de redéfinir une politique départementale du PCF, de faire la clarté sur le front de gauche, le rassemblement à gauche et celui des communistes, de remettre "en ordre de marche' une fédération déconnectée de la politique du PCF et de la "praxi" comme l'a souligné un intervenant. concrète. N'ayant pas assisté à la fin de l'AG, je ne peux poursuivre et incorporer l'éventuel "conclusion" du secrétaire fédéral face aux critiques exprimées, pour élaborer un nouveau plan de travail et proposer des réponses à l'insatisfaction générale. Je ne peux non plus aborder la délégation à la conférence nationale ni le mandat reçu pour son exprssion ce jour-là. Bruno Fornaciari
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF 79
commenter cet article
9 octobre 2014 4 09 /10 /octobre /2014 19:10

Deux-Sèvres - Niort - Politique

La démission coup-de-poing de Nicolas Marjault

10/10/2014 05:41

L’élu d’opposition, ex-adjoint à la culture de Geneviève Gaillard, démissionne du conseil municipal. Il quitte aussi les rangs du Parti communiste.

Ceci est une lettre de démission. Bien dans son style direct, c'est par cette brève formule que Nicolas Marjault démarre la lettre envoyée mercredi à Jérôme Baloge.
L'élu communiste d'opposition, emblématique adjoint à la culture de Geneviève Gaillard entre 2008 et 2014, y annonce sa démission du conseil municipal, et du même coup de la communauté d'agglomération. Par ailleurs, celui qui a incarné la génération montante et le renouveau chez les communistes niortais dans les années 2000, a indiqué hier qu'il quittait le PCF.

" La défaite des municipales aurait dû être un séisme. "

Avec ce triple départ, l'élu tire à sa façon la leçon de l'échec aux municipales de mars. Un bilan critique qu'il reproche précisément aux partis de gauche de ne pas avoir fait : « Niort, comme Limoges, était une ville imperdable. La défaite aurait dû être un séisme. Or, au final, il ne se passe rien. A gauche, aucun bilan critique, aucun renouvellement des cadres, aucun changement de méthode. Tout le monde semble s'accommoder de ce qui s'est passé. Ça me choque ».
Sévère avec la gauche (le PS « gouverne contre le peuple », écrit-il et le PCF et le Front de Gauche « vivent sous leur bulle »), Nicolas Marjault l'est évidemment aussi avec la nouvelle majorité municipale « ni droite ni gauche », bien dans l'air du temps, juge-t-il, « l'alliance de la carpe et du lapin où les valeurs se brouillent au nom des intérêts personnels ».

Jérôme Baloge : la victoire de la " niorstalgie "

A ses yeux, la victoire de Jérôme Baloge est celle de la « niorstalgie », joli néologisme. La « niorstalgie », c'est ce regret, partagé par une frange de la population, d'une époque où Niort cultivait une image de petite ville tranquille. « On est aujourd'hui sur une parenthèse réactionnaire, estime-t-il. La municipalité veut mettre le paquet sur la Foirexpo qui est clairement un marqueur de l'identité rurale de Niort. Elle présente le retour de la voiture en centre-ville comme une évidence. Et pendant ce temps-là, Claude Roulleau, notable rural, a pris le contrôle de l'agglomération niortaise (1), ce que tout le monde sait chez les élus. »
Nicolas Marjault part parce qu'il juge qu'un mandat d'élu ou la carte d'un parti ne sont plus les moyens les plus efficaces pour agir. Il se défend de le faire par dépit et ne se retire pas sur l'Aventin. Il considère plus utile une action de terrain comme simple citoyen engagé. « Je ne peux pas rester cinq ans inactif à voir Jérôme Baloge se faire réélire. Je serai un combattant au sein de ce qui se mettra en place. » Qu'on s'en afflige ou qu'on se rassure, promis, on entendra encore parler de lui.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF 79
commenter cet article
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 03:05

Lorsque fin 2011 on m'a dénié le droit d'être communiste, je n'ai cessé de revendiquer et réclamer ma carte du PCF, à tous les niveaux du Parti, et de mes droits de militants qui lui sont consubstantiels. J'ai donc (ré)adhéré à la fête de l'Huma 2014. Quand donc pourrai-je, avec mes camarades participer aux débats et aux combats pour une alternative progressiste ?

J'ai posté ce petit coup de gueule sur Facebook, où me "amis" pour l'instant sont restés silencieux sauf 2 dont aucun n'est adhérent au PCF. Pour les autres qui le sont, cela semble normal ? . Bof !

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

J'ai donc, avec un autre camarade ré-adhéré au PCF au stand de la Vendée à la fête de l'Huma. A la mi octobre j'ai reçu un coup de fil de la secrétaire fédérale de la Vendée pour m'informer qu'ils avaient bien reçu du CN nos cartes qu'elle tenait à notre disposition. Quelques jours plus tard, en effet, je reçu nos carte éditée le 26 septembre 2014 par le secteur "vie du Parti". Qu'elle en soit ici remerciée.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF 79
commenter cet article
9 mai 2014 5 09 /05 /mai /2014 06:35
  1. Et pourquoi pas un référendum ?

    A côté de l'action en justice, pourquoi ne pas imaginer un référendum d'initiative populaire ? C'est la proposition que porte depuis plusieurs mois le communiste Bruno Fornaciari, présent hier dans

    29% – /Deux-Sevres/Actualite/Econ…-pourquoi-pas-un-referendum – 06/11/2011 05:28

  2. Porcherie : un référendum ?

    L'ancien candidat du Front de gauche pour le canton de Saint-Varent, Bruno Fornaciari, réagit au feu vert donné par la préfète au projet de maternité porcine géante à Luzay. Pour lui, cette

    32% – /Deux-Sevres/Communes/Luzay/n/Cont…/2011/09/30/Porcherie-un-referendum – 30/09/2011 05:21

  3. Intercommunalité : B. Fornaciari d'accord avec le maire

    Candidat communistes malheureux aux dernières élections cantonales, Bruno Fornaciari réagit aux propos du maire de Saint-Varent, Pierre Rambault, évoquant « le massacre de la ruralité » à l ... Intercommunalité : B. Fornaciari d'accord avec le maire

    95% – /Deux-Sevres/Communes/Frontenay-Ro….-Fornaciari-d-accord-avec-le-maire – 14/05/2011 05:25

  4. '' La saine colère du maire de Saint-Varent ''

    Bruno Fornaciaride Saint-Varent

    90% – /Deux-Sevres/Communautes-NR/n/Cont…ine-colere-du-maire-de-Saint-Varent – 13/05/2011 05:30

  5. Une gauche adroite

    Terminus
    sourire après la réélection aux cantonales de leur camarade Patrice Pineau. A droite sur la photo (mais plus à gauche dans le paysage), Ernest Levindré et Bruno Fornaciari, candidats Front de gauche

    24% – /Deux-Sevres/n/Contenus/Art…11/04/05/Une-gauche-adroite – 05/04/2011 05:27

  6. Claude Aubin (DVD) réélu

    Canton de Saint-Varent
    Front national a réalisé un score comparable à 2004. Quant à Bruno Fornaciari (Front de gauche), il a légèrement baissé par rapport au score réalisé par Ernest Levindré, n'atteignant pas les 3 %.

    24% – /France-Monde/Actualite/n/Contenus…s/2011/03/21/Claude-Aubin-DVD-reelu – 21/03/2011 05:29

  7. Une équation à quatre inconnues

    Saint-varent
    local de ses candidats. Bruno Fornaciari (PC-Front de gauche) connaît le Saint-Varentais depuis plus de 30 ans et y est propriétaire d'une maison depuis 2002. Néanmoins, le remuant candidat PC-Front de

    19% – /France-Monde/Actualite/n/C…equation-a-quatre-inconnues – 08/03/2011 05:38

  8. Les 65 candidats pour le 20 mars

    (Estelle Drillaud-Gauvin). Saint-Varent : Bruno Fornaciari, PC (Sandrine Salaün) ; Claude Aubin, SE, sortant (Any Drochon) ; Michel Fiévet, FN (Rebecca Touraine) ; Serge Retailleau, DVG, MD (Karine Geffard

    11% – /France-Monde/Actualite/n/Contenus…22/Les-65-candidats-pour-le-20-mars – 22/02/2011 05:42

  9. Un candidat FN aux cantonales

    Saint-varent
    Après Claude Aubin (opposition départementale), Serge Retailleau (soutenu par le PS et les Verts) et Bruno Fornaciari (parti communiste), le Front national a désormais son candidat pour le Saint

    19% – /France-Monde/Actualite/n/C…-candidat-FN-aux-cantonales – 14/02/2011 05:26

  10. L'état des forces à deux mois des élections cantonales

    municipal de Saint-Varent, Bruno Fornaciari (autoproclamé Front de gauche). THÉNEZAY : Muriel Bénelhadj (1), Hervé de Talhouet-Roy (2). THOUARS 1 : Patrice Pineau (1), maire de Thouars, Sylvain Sintive (2

    11% – /France-Monde/Actualite/n/C…is-des-elections-cantonales – 21/01/2011 05:46

  1. Chemin de Volbine : le maire interpellé

    Saint-varent
    solution ? Bruno Fornaciari, propriétaire du terrain où se situe le mur, se défend de jouer la montre : «�Je comprends les impatiences mais il ne faut pas voir autre chose dans mon attitude que la

    19% – /Deux-Sevres/Communes/Saint…le-maire-interpelle-1642866 – 09/10/2013 05:36

  2. Le mur de la discorde chemin de Volbine

    Saint-varent
    est engagée et la prison, c'est pour moi�». Placé au pied… du mur, Bruno Fornaciari, le propriétaire, justifie son attente pour des raisons juridiques : «�Si je faisais réparer ce mur, je

    21% – /Deux-Sevres/Communes/Saint…e-chemin-de-Volbine-1460374 – 11/05/2013 05:29

  3. Parti communiste : le cas insoluble de Bruno Fornaciari

    Politique
    Mal aimé de la Fédération du Parti communiste Bruno Fornaciari ? Il en a le sentiment que les instances départementales du PCF lui en veulent. Par la voix de Jean-Pierre Gelot, la Fédération a fait ... Parti communiste : le cas insoluble de Bruno Fornaciari

    100% – /Deux-Sevres/Actualite/Poli…de-Bruno-Fornaciari-1408589 – 12/04/2013 05:26

  4. Ex- communication

    Terminus
    L'ancien candidat du PCF-Front de gauche Bruno Fornaciari n'a plus le droit d'émettre des avis officiels puisqu'il n'est plus en odeur de sainteté au parti auquel il n'appartient plus. Les

    38% – /Deux-Sevres/Actualite/Economie-so…2013/04/08/Ex-communication-1401789 – 08/04/2013 05:21

  5. Le PCF écrit à Jean Grellier : " Un Ani qui nous veut du mal "

    Dans une lettre ouverte à Jean Grellier, député PS de la 3e circonscription, Bruno Fornaciari et Ernest Levindré, ex-candidats PCF-Front de gauche aux cantonales à Saint-Varent et à Thouars 1

    20% – /Deux-Sevres/Actualite/Politique/n…Un-Ani-qui-nous-veut-du-mal-1386093 – 26/03/2013 05:25

  6. Echos de campagne

    pas ces candidats " divers gauche " de témoignage, hostiles à l'application des accords et par conséquent à un Front de gauche dans le nord Deux-Sèvres.�» Bruno Fornaciari, Ernest

    19% – /Deux-Sevres/Actualite/Politique/n…icles/2012/06/02/Echos-de-campagne2 – 02/06/2012 05:22

  7. Front de gauche : en attendant le candidat

    Politique
    deux-sévrienne (Thouars-Bressuire). Alors que les communistes ont fait scission autour du choix du candidat (NR de mardi). D'un côté la section Airvault-Saint-Varent, menée par le duo Bruno Fornaciari

    18% – /Deux-Sevres/Actualite/Politique/n…-de-gauche-en-attendant-le-candidat – 17/03/2012 05:27

  8. Le Flou de gauche

    Le billet
    et suppléant : Bruno Fornaciari et Ernest Levindre. Mais la fédération départementale du parti désavoue cette initiative, expliquant qu'au nom de l'unité, d'autres candidats seront désignés. Bref, on n

    27% – /Deux-Sevres/Communautes-NR/n/Cont…ticles/2012/03/16/Le-Flou-de-gauche – 16/03/2012 05:23

  9. PC : un candidat et une scission

    Politique
    PC : un candidat et une scission Lors d'une réunion du PC Nord Deux-Sèvres, à Airvault, lundi, les participants ont décidé que «�Bruno Fornaciari sera le candidat titulaire du Front de Gauche

    29% – /Deux-Sevres/Actualite/Politique/n…3/14/PC-un-candidat-et-une-scission – 14/03/2012 05:23

  10. Front de gauche : au nord du nouveau

    candidats potentiels se déclareront à Bressuire, mardi prochain.�» Jean-Pierre Gay (Fase-Front de gauche à Thouars) s'inscrit en faux contre les déclarations de Bruno Fornaciari qui revendique un

    27% – /Deux-Sevres/Actualite/Politique/n…/Front-de-gauche-au-nord-du-nouveau – 10/03/2012 05:22

  11. Rififi au sein du PC

    (Thouars-Bressuire), comme l'ont rappelé les communistes Fornaciari, Levindré et Grellier (NR d'hier). «�Cela n'engage qu'eux-mêmes, s'agace Jeanine Zeekaff, l'une des responsables du PC dans le nord 79

    24% – /Deux-Sevres/Communes/Thouars/n/Co…les/2012/03/09/Rififi-au-sein-du-PC – 09/03/2012 05:21

  12. Législatives : le PC veut sa place

    une brèche. Lors d'une récente assemblée citoyenne, Jean-Pierre Gay (Fase) a été désigné comme candidat. Le PC ne l'entend pas ainsi et, hier, lors d'une conférence de presse, Bruno Fornaciari, Ernest

    22% – /Deux-Sevres/Actualite/Politique/n…08/Legislatives-le-PC-veut-sa-place – 08/03/2012 05:21

  13. Jean Grellier déçoit le Front de Gauche

    Politique
    S'adressant au député Jean Grellier, Bruno Fornaciari (Front de Gauche) dit regretter l'absention de l'élu du nord Deux-Sèvres lors du débat à l'assemblée nationale concernant le MES (mécanisme

    22% – /Deux-Sevres/Actualite/Politique/n…-Grellier-decoit-le-Front-de-Gauche – 27/02/2012 05:25

  14. Que de mensonges !

    Vous le dites
    dégradée, la précarité sanitaire, qui n'est pas réservée à un petit groupe, tend à se développer. M. Bruno Fornaciari de Saint-Varent (Deux-Sèvres) Emplois et énergie Cinquante pour cent des panneaux

    14% – /France-Monde/Communautes-N…2011/12/22/Que-de-mensonges – 22/12/2011 05:31

  15. Que de mensonges !

    Vous le dites
    dégradée, la précarité sanitaire, qui n'est pas réservée à un petit groupe, tend à se développer. M. Bruno Fornaciari de Saint-Varent (Deux-Sèvres) Emplois et énergie Cinquante pour cent des panneaux

    14% – /France-Monde/Actualite/24-…011/12/22/Que-de-mensonges2 – 22/12/2011 05:31

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF 79
commenter cet article
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 08:47

 

Mardi 7 mai 2013

Vous trouverez ci-dessous notre réponse au communiqué publié aujourd'hui par les Verts dans le  "Courrier de l'Ouest":

 

EDF-GDF_100pc_public.gifL’indispensable débat sur la transition énergétique comporte un point aveugle : quel modèle de distribution des énergies renouvelables ? En effet, la production de l’énergie éolienne ou solaire, la bio-méthanisation ou la production de bois-énergie sont mal distribuées dans les territoires (le soleil brille plus au Sud) et dans le temps (le vent ne souffle pas en permanence). Les Verts voudraient, au prétexte de circuits courts, utiliser ces caractéristiques pour proposer des modèles ouvrant la porte à la privatisation généralisée de la distribution d’énergie…

La lumière suppose la clarté et réciproquement…

Nous pensons au contraire que la distribution doit redevenir un service public puissant car l’accès à l’énergie est un besoin universel. Le programme du Front de Gauche "L'Humain d'abord", est  d’ailleurs très précis sur ce sujet (page 38) : "Nous réaffirmons l'exigence de la maîtrise publique, sociale et démocratique du secteur de l'énergie, seule garante de la transparence, de l'indépendance, de l'expertise et de la qualité des installations et des exploitations. Nous créerons un pôle 100% public de l'énergie comprenant EDF, GDF, Areva et Total renationalisé." 

Ministre ? Vous avez dit Ministre ?

Au niveau local, il est donc important d’adosser les concessions à la seule structure monopolistique encore contrôlée par l’Etat. C’est pourquoi, lors du dernier Conseil Municipal, nous avons voté pour la concession de la Ville de Niort à ERDF... C’est pourquoi nous combattrons avec les parlementaires du Front de Gauche toute privatisation, même rampante de cette entreprise… C’est pourquoi nous tendons désespérément l’oreille pour entendre ne serait-ce qu’un semblant de prise de position des ministres Verts sur les cessions de parts de l’Etat dans EADS et Safran…

privatisation-edf.jpgOn ne joue pas avec les lumières…

« Faut pas jouer les riches quand on a pas l’sou » chantait Brel… La gauche n’est pas qu’une poétisation de l’histoire ; elle repose aussi et surtout sur des faits… Et on peut toujours draper toutes ses circonvolutions dans les plis de la vertu ; au final, il ne restera que les faits et les faits eux, sont impitoyables : brader ERDF à Paris et se lancer dans un tout sauf ERDF sur Niort, ce n’est pas de gauche… Nous, nous ne calculons pas nos prises de positions au regard de nos strapontins dans les ministères et dans les conseils d’administration locaux.

Vessies et lanternes renouvelables…

Si l’enjeu n’était pas d’une telle importance ; nous ne pourrions que sourire de ce tour de passe-passe visant à nous faire prendre des vessies pour des lanternes mais nous ne mesurons que trop bien les conséquences collectives de tels choix politiques (hausse des tarifs, inégalités territoriales, etc…).

Franck MICHEL et Nicolas MARJAULT

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF 79
commenter cet article
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 07:49

 

Lundi 8 avril, La Nouvelle République publie un article selon lequel je ne serai plus communiste. Moi qui suis au premières loges je m'étonne. Tiens tiens, j'aurai démissionné du Parti ? Pourtant j'ai adhéré sans discontinué depuis 1966, un an après être entré à l'imprimerie CHAIX à Saint-Ouen comme apprenti typographe. Je n'ai pas changé d'opinion, je pense toujours communiste, et comme c'est mon droit, il m'arrive effectivement dêtre critique et  (ou) en désaccord sur certaines questions politiques et singulièrement dans la fédération des Deux-Sèvres.

C'est sans doute cela qui me vaut cette énième tentative de m'exclure du Parti Communiste dans notre département.

 

Je revendique mon appartenance au PCF tout autant que n'importe quel adhérent, malgré l'acrimonie personnelle que me voue le 1er secrétaire fédéral, permanent depuis maintenant plus de 16 ans, contrairement à la préconisation des statuts qui recommandent de limiter au maximum à 9 ans cette fonction et ce statut. 


Bref, je n'ai pas démissionné.  

 

Il est tout de même curieux qu'un "dirigeant" communiste déploie autant d'énergie à exclure un militant, énergie qui lui manque d'ailleurs pour réaliser des adhésions.De plus faire des déclarations à la presse locale pour leur signifié que je ne suis plus communiste et, qu'à ce titre, je ne peux plus m'exprimer en tant que communiste, et qui plus est du Front de gauche dont chacun sait  maintenant qu'il n'est pas nécessaire d'être adhérent à un parti politique pour s'en réclamer. Ainsi l'individu se croit autoriser a décider à ma place de mon appartenance ou non au PCF et au concept Front de Gauche.


Mais pourquoi ne pas décider aussi à ma place pendant qu'on y est où je dois passer     éventuellement mes prochaines vacances, ou choisir ma femme et mes amis, mes relations. On est en plein délire ! Et je pèse mes mots : c'est du totalitarisme. Que des dérives autoritaires et anti démocratiques de celui qui préside aux destinée de l'organisation communiste, affaiblie ces derniers temps dans les Deux-Sèvres, soient empreintes de méthodes que l'on croyait disparues, montre bien qu'il faut être attentifs et vigilants et surtout ne pas céder à ces pressions aussi insensées qu'inadmissibles.

 

Que ceux qui expriment des désaccords au Parti Communiste n'ont qu'à bien se tenir. C'est ce message subliminal que JP Gelot adresse aux militants. Ce n'est sans doute pas de cette façon que l'on encouragera ceux qui en avaient le projet, de rejoindre notre Parti pour le combat libérateur.

 

Il est peu probable que je décide de suivre cet oukase. Et d'ailleurs, pour illustrer mon propos sur la conception que je me fais du Parti Communiste, je publie ci-après une partie de l'interview de Jacques Chabalier à l'Humanité au mois d'octobre 2012 que je partage. Ce responsable de "la vie du Parti" définit ci-après la conception d'un parti démocratique et de masse.

 

 

QUESTION : ON PARLE D’UNE NOUVELLE CARTE EN 2013 ?


Jacques Chabalier : La mobilisation de nos adhérents passera en effet par cet événement que va être la remise de la nouvelle carte du Parti qui sera disponible dans les fédérations au début du mois de décembre (2012). Il faut faire de cette remise de carte une grande bataille politique, associer les adhérents, notamment ceux avec qui nous n’avons pas de contacts réguliers. Il faut prendre leurs coordonnées, les aider à participer à nos choix et à nos débats.

 

On est en situation de dynamique, on peut aborder la période en situation de conquête.Nous voulons vraiment redevenir un véritable parti de masse, et je crois qu’avec 130 000 adhérents nous sommes en train de le redevenir, un parti à la fois nombreux et creuset de toutes les richesses, de toutes les diversités, de tout l’apport de tous ceux qui ont choisi de rejoindre ce parti. La remise de la carte doit être l’affaire de tous les adhérents, et il faut que ce soit aussi un grand moment public, visible.

 

 

Voilà, on ne peut pas être plus clair, n'est-ce pas ?

 

Et à une question que j'ai posé à Pierre Laurent à la fête de l'Humanité en septembre 2012, à l'occasion de la réception des nouveaux adhérents au stand du comité national concernant l'exclusion prononcée contre moi par le serétaire fédéral du 79 pour raison politique, Pierre Laurent m'a répondu, contredit hélas par les faits,  que le Parti communiste n'excluait plus pour désaccord  politique. Ce que confirme les nouveaux statuts adoptés au 36e congrès de février 2013.

 

Et pourtant, ni moi-même, ni Ernest Levindré, ni Joël Grellier notamment, n'ont été contacté pour la remise de la carte 2013 à laquelle ils ont droit, normalement disponible à la fédération, pour leur intégration à l'activité du Parti. Ils n'ont pu obtenir leur carte 2013.


Pour information, ces 3 camarades totalisent aux bas mots environ 80 années d'appartenance au Parti Communiste.

 

Il est vrai que ces derniers temps (depuis environ 1 an), des personnes qui se considèrent comme des responsables de la fédération des Deux-Sèvres ont pris la lourde responsabilité d'écarter ces camarades et de tenter d'en exclure un en dehors de tout principe statutaire, ce que confirme l'extrait d'un compte-rendu récent du CD 79 où l'on peut lire : d. questions diverses :

 

L’attitude d’un ancien membre du parti dans le nord du département devient intolérable, qu’il s’agisse des attaques personnelles auxquelles il se livre contre des militants, ou de l’utilisation des logos du parti et du FDG dont il n’est pas membre. La décision est prise de mandater le secrétaire fédéral pour prendre toutes les dispositions pour faire cesser cette situation, et récupérer un solde de prêt consenti par la fédération lors des élections cantonales à Thouars.

 

Encore des accusations mensongères et diffamatoires selon lesquelles j'aurai d'une part utilser le logos du PCF et du Front de gauche et souscris un prêt à la fédération pour les élections cantonales que je refuserai de rembourser. Je démens formellement ces accusations et je mets au défi Jean-Pierre Gelot d'apporter les preuves de ce qu'il avance. Encore que pour ce qui concerne les logos, ils n'appartiennent pas à Jean-Pierre Gelot et un adhérent du PCF a la faculté de les utiliser  dans sa communication personnelle. Ce qui est en cause, c'est mon expression dans la presse en tant qu'ex-candidat PCF-Front de gauche aux cantonales. Gelot voudrait refaire l'histoire.Quant à l'aspect financier, à aucun moment je n'ai contracté de prêt à la Fédé. Tout au contraire, c'est sur mes deniers personnels que j'ai dû avancer les frais occasionnés par mon activité militante en raison du refus de la secrétaire de section de les prendre en charge. D'ailleurs plusieurs camarades s'étonnent de l'impossibilité de connaître la situation de la trésorerie. Je l'ai demandé à plusieurs reprises y compris à JPG, mais à ce jour il nous a été impossible d'y parvenir. Et de quelles "attaques personnelles" parle-t-il ? Les critiques seraient-elles assimilées à des attaques ? Nous voilà bien. Bonjour le débat, bonjour la démocratie, bonjour la liberté.


 Ces accusations mensongères révèlent à la fois le manque de scrupule et de sérieux de son auteur et sa malhonnêteté intellectuelle. Ces insinuations mettent en doute ma probité militante auprès des communistes du département et me portent préjudice ainsi qu'à ma famille. Je relève en outre le manque de courage dont il fait preuve car à aucun moment il ne s'est adressé à moi, personnellement pour me faire part de ses reproches.

 

Je demande donc à l'auteur de ces fausses nouvelles  démenti et rectification ainsi que des excuses.

 

Naturellement je me réserve la possibilité d'obtenir des dommages par les voies judiciaires. 

 

 


Mais, une question se pose :  pourquoi un communiste qui ne serait plus membre du PCF et qui s'en réclame n'est-il pas contacté par les responsables locaux ou départementaux du Parti pour le rejoindre et contribuer ainsi au rayonnement de sa politique ? Et cela pose un problème en effet. Non pas celui que semble retenir  JP Gelot, comme un dommage, mais plutôt comme une lacune de ne pas savoir intégrer ce  ou ces camarades.


Mon cas n'est pas personnel. Ernest Levindré, communiste depuis des lustres, et Joël Grellier  ne sont, tout comme moi, ni l'un, ni l'autre en possesion, de leur carte 2013.

 

Cette volonté d'exclusion portée, revendiquée et mise en oeuvre par le premier responsable de la fédération du Pcf augure mal de la politique de rassemblement que nous devrions mettre en oeuvre sur des bases politiques et stratégiques solides et conformes à la stratégie décidée par les commuistes en février dernier.

 

Mais cette attitude pose une autre question qui touche à mon honneur et ma probité. En effet, si les statuts du parti ne prévoient pas d'exclusion pour désaccords politiques, l'exclusion est possible pour des faits extrêmement  graves. Donc, ce serait pour des faits extrêmement graves pour lesquels je serai mis à l'écart. Un peu comme Cahuzac, ou en raison de déclaration racistes, ou d'actes de corruption, ou de m'être présenté à une élection contre un autre candidat du Parti par exemple ?

 

J'attends que Jean-Pierre Gelot expose les raisons pour lesquelles, il a prononcé, seul, l'exclusion, sans passer par les procédures prévues aux satuts, et qu'il en expose les motifs. Je n'ai pas été saisi par quiconque d'une procédure d'exclusion à l'exception de la déclaration péremptoire de Jean-Pierre Gelot qui s'octroi tous les pouvoirs.

 

Décidemment oui, nous avions raison, et tout nous pousse à confirmer et à renouveler notre demande de destitution des responsabilités de Jean-Pierre Gelot qui en est indigne et porte ombrage à tout les militants du Parti dans les Deux-Sèvres, en raison de ses méthodes autoritaires et anti-démocratiques. Le Parti communiste n'est pas la propriété personnelle de JP Gelot.


Les communistes ont certes des devoirs mais ils ont aussi des droits.


Y-a-t-il eu contestation de la personne incriminée ? A-t-elle eu la possibilité de se défendre ? de s'expliquer?  de contester la "decision". Quelle réponse lui a-t-il été apportée ?. La commission des conflits, si elle a eu à traiter ce dossier,  a-t-elle entendu toutes les parties, a-t-elle statué. Le ou les camarades ont-t-ils eu connaissance de ses décisions ? NON, NON trois fois NON.

 

Les  statuts concernent tous les communistes qui les acceptent lorsqu'ils adhérent. Ils font loi entre nous et chacun doit s'y conformer, y compris JP Gelot. Mais c'est une habitude chez lui de les ignorer, nous avons plusieurs exemples qu'il serait trop long de détailler ici. Et ceux qui ne les respectent pas, d'autant plus qu'ils sont les premiers dirigeants ont une énorme responsabilité dans la dégradation des relations entre communistes qui pèse sur l'activité.

 

Ceux-là doivent prendre  le soin de consulter les instances Parti pour se prémunir contre d'éventuelles fausses routes. Car les statuts appuient les procédures internes et  peuvent  être opposables en matière judiciaire, comme chacun le sais d'ailleurs. Les règles de fonctionnement du Parti, font force de loi entre nous, et à l'extérieur.


Les pratiques déviantes mettant en cause la liberté personnelle, d'adhérer ou non à un parti politique, mettant en cause la moralité de la personne en proférant des insinuations mensongères et indignes sont à banir tout comme ceux qui les professent, et elles sont intolérables.L'acrimonie personnelle ne peut se substituer aux droits des communistes.

 

Je sollicite une fois de plus la direction du Parti Communiste pour qu'elle se penche sur ce cas qui hélas n'est pas isolé.

 

 

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF 79
commenter cet article
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 09:18

Synthèse de l'assemblée générale de la section de NIORTdes Deux Sèvres - 79

 

 

le 01 juin 2011

Quatre assemblées de sections ont précédées la tenue de l’assemblée générale fédérale.

D’une façon générale, l’ensemble des réunions a montré l’attachement des communistes à privilégier le programme sur le nom du candidat ou de la candidate. L’essentiel des débats a donc porté sur le contenu du programme populaire partagé.

Pour autant des questions de fonds sur le fonctionnement du parti sont posées. En particulier, sur l’exigence que se soient bien les communistes qui effectuent le choix de leur candidat. Et que le bulletin de vote soumis à leur vote porte l’ensemble des noms des camarades qui ont fait acte de candidature.

Le choix qui a été effectué a été de transmettre l’ensemble des réflexions des communistes, qu’elles soient orales ou écrites, sans les soumettre au vote de l’AG.

Paragraphe 1

Sous chapitre « Abolir …. » : Réaffirmer notre volonté d’un retour aux 40 années de cotisations dans un premier temps – Retraite mini au SMIC – Remise en ordre d’une véritable grille des salaires – demande d’une campagne d’explication du parti sur les moyens à mettre en œuvre pour y parvenir.

Sous chapitre « Plan d’urgence pour le logement…. » : Abolir les ponctions de l’Etat sur les agences et autres bailleurs sociaux.

Paragraphe 2

Sous chapitre « La laïcité …… » : Réaffecter les moyens détournés vers l’école privé à l’école publique.

Paragraphe 3

Sous chapitre « Agir tout de suite » : Introduction de critères de proportionnalité des revenus dans la fiscalité locale des ménages.

Sous chapitre « L’argent des banques » : Préciser la nationalisation des banques.

Paragraphe 4

Sous chapitre « Agir tout de suite » : Indiquer les grandes lignes de nos propositions constitutionnelles.

Sous chapitre « Une Constitution démocratique.. » : Ajouter la notion de l’acquisition de droits nouveaux pour la fonction publique, équivalents aux droits des CE dans le privé.

Paragraphe 5

Sous chapitre « Agir pour un changement durable » : Besoin d’explications très détaillées sur le rôle de l’argent, de la BCE, et le rôle des services publics pour lutter contre la crise et les injustices de la société.

Enfin, il importe de bien faire le distinguo entre les notions de court et de long terme, entre le programme et le projet. Revenir à un taux obligatoire d’emploi de 10% de handicapés, tant dans le privé que le public.

Trois amendements écrits ont été déposés et discutés, mais eux non plus n’ont pas été soumis au vote des participants.

Proposition de motion à la section de Niort

présentée à la conférence départementale du 21 mai 2011

Sur la base du programme populaire et partagé « Ce que nous voulons »

Depuis bien longtemps, nous, militants communistes, n’avions pas eu entre les mains un programme aussi offensif. Pour autant, ce texte n’expose toujours pas clairement la manière de rompre avec le système capitaliste. Aussi, nous nous proposons de réécrire certains paragraphes sous forme d’amendements, afin de passer de l’offensive à la rupture.

D’autres parties mériteraient d’être amendées. Nous avons pris l’option de nous focaliser sur quatre axes majeurs du PPP.

Amendement 1

1 ) Droits sociaux et partage des richesses

Un pacte pour les services publics, page 3

Suppression de tout le chapitre et de son titre, remplacé par :

« Au fil des années, le service public a été amputé de pans entiers, bradés au secteur privé. Affaibli, morcelé, territorialisé, il ne répond plus aux besoins des citoyens. Nous exigeons le retour d’un service public fort, contrôlé à 100% par les salariés et les usagers eux-mêmes. C’est pourquoi l’éducation, la santé, la protection sociale, la recherche, la Poste, les télécommunications, la Justice mais aussi l’industrie pharmaceutique, l’énergie, l’eau, les transports, les banques et assurances, le logement, l’industrie agroalimentaire et la grande distribution doivent être intégralement arrachés des mains du privé, sans indemnité».

Le chapitre est renommé : « Vers l’appropriation sociale des moyens de production »

Amendement 2

2) Une république solidaire et fraternelle

La laïcité, pilier de la République, page 4

Suppression du paragraphe « La part de financement… jugées nécessaires ».

« Nous récupérerons l’intégralité des fonds publics, aujourd’hui versés aux écoles privées, dans le but de développer et d’améliorer le service public de l’Education nationale. Nous supprimerons le concordat d’Alsace Moselle afin que les principes de laïcité soient respectés sur l’ensemble du territoire ».

Amendement 3

3) Reprendre le pouvoir sur l’argent

L’argent des banques, page 6

Suppression du premier paragraphe, de « Nous créerons… compagnies d’assurances ». Cf. amendement 1

     

    A propos de cette contribution

    le 01 juin 2011

     

     

    Extrait

    Quatre assemblées de sections ont précédées la tenue de l’assemblée générale fédérale.

    D’une façon générale, l’ensemble des réunions a montré l’attachement des communistes à privilégier le programme sur le nom du candidat ou de la candidate. L’essentiel des débats a donc porté sur le contenu du programme populaire partagé.

    Pour autant des questions de fonds sur le fonctionnement du parti sont posées. En particulier, sur l’exigence que se soient bien les communistes qui effectuent le choix de leur candidat. Et que le bulletin de vote soumis à leur vote porte l’ensemble des noms des camarades qui ont fait acte de candidature.

    Le choix qui a été effectué a été de transmettre l’ensemble des réflexions des communistes, qu’elles soient orales ou écrites, sans les soumettre au vote de l’AG.

    Paragraphe 1

    Sous chapitre « Abolir …. » : Réaffirmer notre volonté d’un retour aux 40 années de cotisations dans un premier temps – Retraite mini au SMIC – Remise en ordre d’une véritable grille des salaires – demande d’une campagne d’explication du parti sur les moyens à mettre en œuvre pour y parvenir.

    Sous chapitre « Plan d’urgence pour le logement…. » : Abolir les ponctions de l’Etat sur les agences et autres bailleurs sociaux.

    Paragraphe 2

    Sous chapitre « La laïcité …… » : Réaffecter les moyens détournés vers l’école privé à l’école publique.

    Paragraphe 3

    Sous chapitre « Agir tout de suite » : Introduction de critères de proportionnalité des revenus dans la fiscalité locale des ménages.

    Sous chapitre « L’argent des banques » : Préciser la nationalisation des banques.

    Paragraphe 4

    Sous chapitre « Agir tout de suite » : Indiquer les grandes lignes de nos propositions constitutionnelles.

    Sous chapitre « Une Constitution démocratique.. » : Ajouter la notion de l’acquisition de droits nouveaux pour la fonction publique, équivalents aux droits des CE dans le privé.

    Paragraphe 5

    Sous chapitre « Agir pour un changement durable » : Besoin d’explications très détaillées sur le rôle de l’argent, de la BCE, et le rôle des services publics pour lutter contre la crise et les injustices de la société.

    Enfin, il importe de bien faire le distinguo entre les notions de court et de long terme, entre le programme et le projet. Revenir à un taux obligatoire d’emploi de 10% de handicapés, tant dans le privé que le public.

    Trois amendements écrits ont été déposés et discutés, mais eux non plus n’ont pas été soumis au vote des participants.

    Proposition de motion à la section de Niort

    présentée à la conférence départementale du 21 mai 2011

    Sur la base du programme populaire et partagé « Ce que nous voulons »

    Depuis bien longtemps, nous, militants communistes, n’avions pas eu entre les mains un programme aussi offensif. Pour autant, ce texte n’expose toujours pas clairement la manière de rompre avec le système capitaliste. Aussi, nous nous proposons de réécrire certains paragraphes sous forme d’amendements, afin de passer de l’offensive à la rupture.

    D’autres parties mériteraient d’être amendées. Nous avons pris l’option de nous focaliser sur quatre axes majeurs du PPP.

    Amendement 1

    1 ) Droits sociaux et partage des richesses

    Un pacte pour les services publics, page 3

    Suppression de tout le chapitre et de son titre, remplacé par :

    « Au fil des années, le service public a été amputé de pans entiers, bradés au secteur privé. Affaibli, morcelé, territorialisé, il ne répond plus aux besoins des citoyens. Nous exigeons le retour d’un service public fort, contrôlé à 100% par les salariés et les usagers eux-mêmes. C’est pourquoi l’éducation, la santé, la protection sociale, la recherche, la Poste, les télécommunications, la Justice mais aussi l’industrie pharmaceutique, l’énergie, l’eau, les transports, les banques et assurances, le logement, l’industrie agroalimentaire et la grande distribution doivent être intégralement arrachés des mains du privé, sans indemnité».

    Le chapitre est renommé : « Vers l’appropriation sociale des moyens de production »

    Amendement 2

    2) Une république solidaire et fraternelle

    La laïcité, pilier de la République, page 4

    Suppression du paragraphe « La part de financement… jugées nécessaires ».

    « Nous récupérerons l’intégralité des fonds publics, aujourd’hui versés aux écoles privées, dans le but de développer et d’améliorer le service public de l’Education nationale. Nous supprimerons le concordat d’Alsace Moselle afin que les principes de laïcité soient respectés sur l’ensemble du territoire ».

    Amendement 3

    3) Reprendre le pouvoir sur l’argent

    L’argent des banques, page 6

    Suppression du premier paragraphe, de « Nous créerons… compagnies d’assurances ». Cf. amendement 1

     

    Repost 0
    Published by bruno fornaciari - dans PCF 79
    commenter cet article
    5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 08:50

    Le 2 février 2013

     

    Le PCF 79 serait-il devenu clandestin ?

     

    Si nous n’avons pas su grand-chose de la préparation des discussions de la base commune ni des éventuelles initiatives prises dans les sections, nous ne savons rien non plus de la conférence fédérale qui s’est déroulée vendredi soir et samedi  dernier.

     

    Nous ne savons rien du nombre de particpants aux 3 séances dont l'une programmée à la dernière minute pour le vendredi soir..Nous ne savons pas non plus la qualité des "délégués" des sections participants ce vendredi et ce samedi. Nous serions ravis de connaître aussi nombre de votants présents et ceux qui ont éventuellement voté par " pouvoir " ou procuration pour valider ou s'opposer au texte. ou même par correspondance, ces précisions combleraient notre curiosité.  Combien y-a-t-il eu d'amendements, quelle en est la nature,


    Nous n'avons pas non plus été informés d'un éventuel  texte de résolution de la conférence, et celui-ci, en tous cas n’est rendu public, de sorte que les adhérents du Parti qui n’ont pas participé à la conférence ne savent rien non plus des orientations politiques et des objectifs retenus.

     

    Il est de tradition dans nos statuts de composer une commission de "la transparence et la démocratie" qui veille à la liberté des débats et procède à l'examen et proposition des candidature au comité fédéral. Celle-ci doit  être composée d'un représentant par section au moins.Nous ne savons rien, de l'existence de cette commission pas plus que de ces  travaux. En outre un commission des mandats analyse et valide les mandats. Là encore, aucune information. Il semblerait que le vote pour élire le comité fédéral se soit déroulé en toute fin de séance le samedi soir, sans que ni le dépouillement ni la  proclamation des résultats soient aller à leur terme.

     

    Les communistes ne sauront pas non plus l’état d’organisation de leur Parti. Le nombre d’adhérents, par section,  le nombre d’adhésions réalisées depuis la dernière conférence, l’état des finances des sections et de la FD avec comme corollaire le nombre d’adhérents à jour de leurs cotisation qui ont participé à la conférence et aux votes etc.  

     

     

    Nous ne connaissons pas le résultat du vote concernant la nouvelle direction fédérale élue, ni encore moins, la composition du bureau exécutif et du (de la) Secrétaire de la Fédération.

     

    Si nous connaissons (par la bande) les candidatures, à l’heure actuelle nous ne savons rien non plus des débats et opinions qui ont traversé la conférence.

     

    Certaines « mauvaises langues » pourraient s’étonner de l’absence totale des élus communistes de Niort au sein de la direction fédérale, et pourraient y déceler des « désaccords » ou pire une défiance compte tenu  du « poids» des élus communistes Niortais dans la représentativité publique du PCF Niortais.

     

     Ayant pris connaissance de la liste des candidatures au "comité fédéral" dont nous ignorons toutefois l'origine, je suis "rassuré" sur la continuité de notre "direction" fédérale avec des représentants comme Jeannine Zeekaff dont la fulgurance de la pensée m'a encore échappé. Je me questionne  aussi sur la présence du couple Morisson qui trône au CF comme représentants de à Puy Hardy  dont ils sont les seuls communistes d'une section qui n'existe pas.Donc, qu'ils ne représentent qu'eux-mêmes. Sans doute ont-ils des qualités ou spécificité propre qui justifient leur présence.

     

    Mais  en dehors de leur efficacité politique locale dont ils n’ont pas encore fait  preuve, je ne peux que me référer à mon expérience personnelle, en matière de respect des statuts du parti et de la démocratie. En cela JC Morisson est incontestablement l’un des meilleurs  « experts » de la FD en matière de ... censure et d’autoritarisme. Ce qui lui vaut sans doute cette pérennité.  

     

    Quant à Elie Maudet, qui est lui aussi reconduit, il a prouvé aussi son efficacité à dynamiser la cellule locale à laquelle il est attaché, à peu près dans les mêmes termes et les mêmes résultats que JC Morisson. Lui aussi est à peu près seul dans son secteur, ce qui lui permet de s’autoproclamer représentant du PCF dans le Nord –Deux-Sèvres. En outre il est doté, comme le précédent nommé,  lui aussi d’une facilité à développer la fourberie et le mensonge.  Le  manque de courage et la malhonnêteté politique en plus. Chacun le sait maintenant, ce dernier,  après avoir nié être l'un des fondateurs de la FASE dont il était le vice-Président (voir la NR) "s'autonomise" du Parti Communiste et se comporte vis-à-vis de la Fase et de son Chef Jean-Pierre Gay comme l'élève à son maître.

     

    Donc, personne ne sait rien. Le PCF, notre Parti  serait-il entré en clandestinité ?A l'insu de son plein gré ?


    Nous voilà donc bien doté pour affronter les défis à venir avec  une direction fédérale avec laquelle, nous pouvons malheureusement, craindre que le "dynamitage" du parti se poursuive. A moins que les nouveaux venus puissent y changer quelque chose. Qui vivra verra ! Nous leur souhaitons bonne chance.


    Mais restons optimistes ! Mais ça c’est de l’humour…rouge? 

    -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    extraits d'une déclatation de Jacques Chabalier responsable de la "vie militante" au sein de l'éxécutif du PCF :

     

     "permettre une participation maximale de tous nos adhérents et donner à cette préparation (du congrès)  une grande dimension publique"

    ON PARLE D’UNE NOUVELLE CARTE EN 2013 ?


    J. C. : "La mobilisation de nos adhérents passera en effet par cet événement que va être la remise de la nouvelle carte du Parti qui sera disponible dans les fédérations au début du mois de décembre. Il faut faire de cette remise de carte une grande bataille politique, associer les adhérents, notamment ceux avec qui nous n’avons pas de contacts réguliers. Il faut prendre leurs coordonnées, les aider à participer à nos choix et à nos débats. On est en situation de dynamique, on peut aborder la période en situation de conquête. Nous voulons vraiment redevenir un véritable parti de masse, et je crois qu’avec 130 000 adhérents nous sommes en train de le redevenir, un parti à la fois nombreux et creuset de toutes les richesses, de toutes les diversités, de tout l’apport de tous ceux qui ont choisi de rejoindre ce parti. La remise de la carte doit être l’affaire de tous les adhérents, et il faut que ce soit aussi un grand moment public, visible."

    Jacque Chabalier le 31 décembre 2012

    Repost 0
    Published by bruno fornaciari - dans PCF 79
    commenter cet article
    6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 12:54

    Si le Front de gauche la concrétisation d'une initiative stratégique du PCF pour résoudre les contradictions que nous n'avons pu surmonter en 2007 avec les collectifs anti-libéraux qui se sont avérés finalement destructeurs pour le combat unitaire et le PCF lui-même, il a fallu, pour le constituer d'abord, trouver des forces qui, pour une part, convergeait avec note analyse de la situation politique. Cette force était incarnée par deux hommes, Mélenchon et Dolez, dont ce dernier vient de claquer la porte du parti de Gauche créé alors pour permettre la mise en œuvre stratégique. Venus de la gauche du PS, ils n'épousent cependant pas toutes les analyses du PCF, sinon ils seraient des nôtres. Donc le FG historique est composé de deux forces politiques inégales, avec des points communs et des différences qui peuvent s'avérer être des contradictions à retombées stratégiques. C'est pourquoi, à mon sens, si ce rassemblement permet l'union et le combat sur des points communs à partir d'analyses similaires, déclinés sur des propositions, des mots d'ordre ou des programmes qui nous sont communs, il demeure des différences et des contradictions, ce qui est normal. Aussi, est-il fondamental et impérieux que notre Parti travail ses propres conceptions et analyses sur toutes les questions, politiques, économiques, anthropologiques, écologiques etc... Car la conception même du FG, ou la particularité de chacune des composante est préservée, assumée. Ce faisant elle conçoit également la lutte des idées à l'intérieur du FG pour faire prévaloir chacun ses options. Ainsi, les désaccords enregistrés dans les négociations sur la nature du FG, sur son organisation, son périmètre, son programme, son candidat à la Présidentielle et la répartition des candidats aux législatives, et aujourd'hui, sur le rôle de l'ex-candidat commun, les débats sur les adhésions directes au FG, le rôle dévolu aux assemblées citoyenne, leur conception, le rôle du PCF etc... sont encore, pour une part, d'actualité. Il faut constater que le Front de gauche a une dynamique propre, qui imprègne tout autant qu'elle résulte des différents composantes. Mais il ne saurait remplacer la particularité de chacune, "en compétition" en quelque sorte pour faire prévaloir ses solutions. C'est raison pour laquelle, il nous faut, au cours de ce congrès faire la clarté sur ce que nous comprenons de la nécessité du Parti communiste, de son rôle propre, de sa participation et de son apport au Front de Gauche, de ses objectifs et des moyens qu'il compte mettre en œuvre pour y parvenir. Il y a, sur de nombreuses questions, des différences et parfois, des désaccords entre nous. Il nous faut donc débattre. L'expérimentation ne peut se faire en dehors de la stratégie décidée en commun. Nous avons des règles de fonctionnement qu'il nous faut revoir et affiner pour permettre aux communistes de décider de leur politique et de la faire vivre sans effets pervers. La liberté d'opinion et d'option doit pouvoir s'exprimer dans le respect de chacun par la décision démocratique, et fraternelle si possible.

    Par FORNACIARI BRUNO, le 06 janvier 2013 à 11:17.

     

    Repost 0
    Published by bruno fornaciari - dans PCF 79
    commenter cet article
    29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 05:01

     

    Madame la Députée,

     

    Au mois d'octobre, vous allez être appelée à vous prononcer sur la ratification du traité pour la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG). Le candidat François Hollande avait pris l'engagement (engagement n°11 de ses 60 propositions) de conditionner la ratification de ce traité à une renégociation aboutissant à de sérieuses modifications. Il avait précisé lui-même les trois points clés de cette renégociation : la possibilité pour la Banque centrale européenne de financer directement les États, la mise en place d’euro-obligations pour que les pays de la zone euro puissent emprunter solidairement, et des mesures de relance de la « croissance » en Europe. Il a donc été élu sur la base de cette promesse, comme tous les députés de sa majorité.

     

    Or, le traité soumis à votre vote est exactement celui concocté par A.Merkel et N.Sarkozy, hormis les maigres mesures d'un pacte de croissance non pérenne adoptées par le Conseil européen fin juin. L'objectif de ce traité est clair : une institution non élue, la Commission Européenne, va contrôler le budget des États pour imposer l'austérité partout, y compris pour les collectivités territoriales. Il prévoit des sanctions automatiques contre les pays contrevenants aux mesures de discipline budgétaire, mettant la politique économique des états européens sous la coupe de la Troika (BCE, FMI, Commission Européenne) au détriment du choix des peuples.

     

    Vous comprendrez aisément que l'austérité que cela implique sur tout le continent aura des conséquences catastrophiques sur l'économie et sur la vie des peuples. Ceux de Grèce, d'Espagne, du Portugal en sont déjà grandement victimes. Dans une démocratie, un tel choix ne peut se faire sans l'accord du peuple. Les peuples d'Europe attendent de la France, parce qu'il y a eu un changement de majorité, qu'elle cesse de promouvoir cette politique qui mène le continent dans le mur. Cette logique austéritaire conduit l’Europe à la catastrophe, et approfondit encore le gouffre qui sépare les peuples et les institutions européennes.

     

    La seule façon d'y remédier, c'est qu'une majorité vote clairement non à ce traité et qu'elle initie une réflexion pour avancer vers une toute autre conception de l'Europe. En respect des engagements du candidat Hollande et de sa majorité, c'est ce vote de résistance et d'avenir que je souhaite vous voir exprimer. Il faut en finir avec les renoncements de la gauche face au pouvoir de la finance.

     

    Je vous prie d'agréer, Madame la députée, mes respectueuses salutations.

     

     

    J. Coutant

     

     

    Lettre ouverte adressée à ggaillard@assemblee-nationale.fr  députée de la 1ère circonscription des Deux-Sèvres

     

    Repost 0
    Published by bruno fornaciari - dans PCF 79
    commenter cet article

    BRUNO FORNACIARI

    HPIM3303

    Recherche

    Texte Libre