Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 16:36

 

 

 

 

Je réagis à votre article paru il y a quelques jours dans vos colonnes car il est savoureux de lire  que JP Gay et Ph. Cochard tentent de s’approprier le score que j’ai obtenu au dernières cantonales de 2011 comme candidat communiste pour le Front de Gauche à Thouars, tandis que l’un et l’autre ont combattu ma candidature tout comme celle de Bruno Fornaciari à Saint-Varent. Chacun se souvient qu'ils s'étaient "fendus" d'un communiqué dans lequel  qu’ils  considéraient mon score de 8,41 % comme étriqué et dérisoire, les voilà maintenant qu’ils prétendent utiliser cette influence au service d’ambitions "politicardes" qui fleurent bon l’opportunisme au dépend du militantisme de terrain.

 

Je le note, d’autant plus amusé, qu’ils sont bien en peine de s’enorgueillir du  propre score (3,2% ) de leur comparse aux législatives.  Ils  avaient en effet refusé d’appliquer les accords nationaux passés au sein du Front de Gauche qui désignaient un candidat communiste pour la 3e circonscription,  refusé d’appelé à voter François Hollande pour battre Sarkozy,   refusé aussi d’appeler à voter pour Jean Grellier au 2e tour des législatives, candidat socialiste placé en tête de la gauche, pour battre la droite. J’ai lu qu’ils convoitaient les voix qui se sont portées sur mon nom et donc du Parti Communiste pour d’obscures marchandages pour les municipales.

 

Cette « nouvelle façon de faire de la politique » qui consiste à « adorer aujourd’hui ce qu’ils ont brûlé hier» ou du « fais ce que je dis mais pas ce que je fais » est aux antipodes de la morale politique dont la sincérité désintéressée doit être, selon moi, l’une des dimensions.

 

Si j’en croit la photo, c’est Ph. Cochard, (lui qui a agi en contradiction avec le PCF et le Front de gauche sur deux dossier importants : le financement de l’école privée et son accord militant pour le plateau technique  de Faye-l ’Abbesse, contesté d'abord par le PCF, puis par le Front de Gauche), et bien sûr par l’Association de défense des hôpitaux de proximité organisée à Thouars, qui  serait à la manœuvre.

 

Il serait incohérent pour moi que je puisse soutenir une liste qui comprendrait les noms de ceux qui se sont comportés comme des ennemis à l’égard de mon Parti et de moi-même et (ou)  de celui qui a pris le contre-pieds et mis en œuvre des décisions contraires aux orientations du Front de gauche en matière de santé, qu’il ne pourra naturellement pas représenter

 

Ernest Levindré

 

Ex-candidat PCF/Front de Gauche  aux cantonales de 2011 à Thouars 1

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF THOUARSAIS
commenter cet article
25 août 2013 7 25 /08 /août /2013 08:02
Voici le billet posté sur Face de bouc et sur le blog de Mélenchon


Mélenchon lance des invectives à qui mieux mieux. Après les dirigeants socialistes, voici venu le tour des communistes auxquels il reproche de lui tirer dans le dos et de se tenir les doigts sur la couture du pantalon socialiste. Décidément, cet homme ne sait pas garder ses nerfs qui brouillent son cerveau. Il n'en est pas à son coup d'essai. Déjà, à propos d'une autre sortie contestée, il avait déclaré "n'avoir rien à faire de la réaction des communistes" , qui avaient peur. Y-en-à-marre de cette façon de nous considérer comme ses "valet" à lui qui a passé 25 ans de sa vie au PS dont il fût l'un des dirigeants et ministre. Alors : "ta boîte camenbert" Ne te prend pas pas pour le nouveau messie ! Les communistes, dont le parti fêtera son centenaire dans 7 ans en ont vu d'autres, de plus coriace. Alors, met un bémol, sinon, ce sera sans toi. A bon entendeur !! 

Bruno fornaciari un communiste sans carte ulcéré
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF THOUARSAIS
commenter cet article
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 07:52

 

 

Lundi 8 avril, La Nouvelle République publie un article selon lequel je ne serai plus communiste. Moi qui suis au premières loges je m'étonne. Tiens tiens, j'aurai démissionné du Parti ? Pourtant j'ai adhéré sans discontinué depuis 1966, un an après être entré sage à l'imprimerie CHAIX à Saint-Ouen comme apprenti typographe. Si je n'ai pas changé d'opinion, je pense toujours communiste, il m'arrive effectivement dêtre critique sur certaines questions politiques et singulièrement dans la fédération des Deux-Sèvres.

C'est sans doute cela qui me vaut cette énième tentative de m'exclure du Parti Communiste dands notre département. Mais peine perdue, je n'ai pas l'intention de me conformer aux injonctions du "gourou" fédéral. Je revendique mon appartenance au PCF tout autant que n'importe quel adhérent, malgré l'acrimonie personnelle que me voue le 1er secrétaire fédéral permanent depuis maintenant plus de 16 ans, contrairement à la préconisation des statuts qui recommandent de limiter au

maximum à 9 ans cette fonction et ce statut


Bref, si je n'ai pas démissionné, et que je me revendique communiste, si, un individu fait des déclarations à la presse locale pour leur signifié que je ne suis plus communiste et, qu'à cetitre, je ne peux plus m'exprimer en tant que communiste, c'est c'est ce même individu qui a décidé à ma place de mon appartenance ou non au PCF.

Mais pourquoi ne pas décider aussi à ma place où je dois éventuellement partir en vacances, ou choisr ma femme et mes amis. On est en plein délire ! Et je pèse mes mots : c'est du totalitarisme. Que des dérives autoritaires et anti démocratiques de celui qui préside aux destinée de l'organisation communiste affaiblie, dans les Deux-Sèvres, sont empreintes de méthodes que l'on croyait disparues, montre bien qu'il faut être attentifs et ne pas céder à ses pressions inadmissibles. Que ceux qui expriment des désaccords au Parti Communiste n'ont qu'à bien se tenir. Ce n'est sans doute pas de cette façon que l'on encouragera ceux qui en avaient le projet, de rejoindre notre Parti pour le combat libérateur et à se tourner vers d'autres cieux.


Et ce n'est pas par hasard que l'info paraît dans la presse à ce moment. En effet elle avait été décidée, visiblement majoritairement, par le dernier comité fédéral dont je vous donne lecture du compte-rendu concernant cette question :


"L’attitude d’un ancien membre du parti dans le nord du département devient intolérable, qu’il s’agisse des attaques personnelles auxquelles il se livre contre des militants, ou de l’utilisation des logos du parti et du FDG dont il n’est pas membre. La décision est prise de mandater le secrétaire fédéral pour prendre toutes les dispositions pour faire cesser cette situation, et récupérer un solde de prêt consenti par la fédération lors des élections cantonalesà Thouars."

 

 

 

Il est peu probale que je décide de suivre cet oukase. Et d'ailleurs, pour illuster mon propos sur la conception que je me fais du Parti Communiste, je publie ci-après une partie de l'interview de Jacques Chabalier à l'Humanité au mois d'octobre 2012. Ce responsable de "la vie du Parti" définit ci-après la conception d'un parti démocratique et de masse.

 

 

QUESTION : ON PARLE D’UNE NOUVELLE CARTE EN 2013 ?


Jacques Chabalier : La mobilisation de nos adhérents passera en effet par cet événement que va être la remise de la nouvelle carte du Parti qui sera disponible dans les fédérations au début du mois de décembre. Il faut faire de cette remise de carte une grande bataille politique, associer les adhérents, notamment ceux avec qui nous n’avons pas de contacts réguliers. Il faut prendre leurs coordonnées, les aider à participer à nos choix et à nos débats.

 

On est en situation de dynamique, on peut aborder la période en situation de conquête.Nous voulons vraiment redevenir un véritable parti de masse, et je crois qu’avec 130 000 adhérents nous sommes en train de le redevenir, un parti à la fois nombreux et creuset de toutes les richesses, de toutes les diversités, de tout l’apport de tous ceux qui ont choisi de rejoindre ce parti. La remise de la carte doit être l’affaire de tous les adhérents, et il faut que ce soit aussi un grand moment public, visible.

 

 

Voilà, on ne peut pas être plus clair, n'est-ce pas ?

 

Et pourtant, ni moi-même, ni Ernnest Levindré, ni Joël Grellier notamment, n'ont été contacté pour la remise de la carte 2013 à laquelle ils ont droit, normalement disponible à la fédération, pour leur intégration à l'activité du Parti.

Pour information, ces 3 camarades totalisent environ 80 années d'appartenance au Parti Communiste.

 

Il est vrai que ces derniers temps (depuis environ 1 an), des personnes qui se considèrent comme des responsables de la fédération des Deux-Sèvres ont pris la lourde responsabilité d'écarter ces camarades et d'en exclure un en dehors de tout principe statutaire, ce que confirme l'extrait d'un compte-rendu récent du CD 79 où l'on peut lire : d. questions diverses :

 

L’attitude d’un ancien membre du parti dans le nord du département devient intolérable, qu’il s’agisse des attaques personnelles auxquelles il se livre contre des militants, ou de l’utilisation des logos du parti et du FDG dont il n’est pas membre. La décision est prise de mandater le secrétaire fédéral pour prendre toutes les dispositions pour faire cesser cette situation, et récupérer un solde de prêt consenti par la fédération lors des élections cantonalesà Thouars.

 

A une question que j'ai posé à Pierre Laurent à la fête de l'Humanité en septembre 2012, à l'occasion de la réception des nouveaux adhérents au stand du comité national concernant l'exclusion prononcée contre moi par le serétaire fédéral du 79 pour raison politique, Pierre Laurent m'a répondu, contredit hélas par les faits,  que le Parti communiste n'excluait plus pour désaccord  politique. Ce que confirme les nouveaux statuts adoptés au 36e congrès de février 2013.


Mais, une question se pose :  pourquoi un communiste qui ne serait plus membre du PCF et qui s'en réclame n'est-il pas contacter par les responsbles locaux ou départementaux du Parti pour le rejoindre et contribuer ainsi au rayonnement de sa politique ? Et cela pose un problème en effet. Non pas celui que semble retenir  JP Gelot, comme un dommage, mais plutôt comme une lacune de ne pas savoir intéger ce  ou ces camarades.


Mon cas n'est pas personnel. Ernest Levindré, commujiste depuis des lustres, et Joël Grellier  ne sont, tout comme moi, ni l'un, ni l'autre en possesion, de leur carte 2013.

 

 

Cette volonté d'exclusion portée, revendiquée et mise en oeuvre par le premier responsable de la fédération du Pcf augure mal de la politique de rassemblement que nous devrions mettre en oeuvre sur des bases politique set stratégiues solides et conformes à la stratégie décidée par les commuistes en février dernier.

 

Mais cette attitude pose une autre question qui touche à mon honneur et ma probité. En effet, si les statuts du parti ne prévoient pas d'exclusion pour désaccords politiques, l'exclusion est possible pour des faits extrêmement  graves. Donc, ce serait pour des faits extrêmement graves pour lesquels je serai mis à l'écart. Un peu comme Cahuzac, ou en raison de déclaration racistes, ou d'actes de corruption, ou de m'être présenté à une élection contre un autre candidat du Parti par exemple.

 

J'attends que Jean-Pierre Gelot expose les raisons pour lesquelles, il a prononcé, seul, l'exclusion, sans passer par les procédures prévues aux satuts. Je n'ai pas été saisi par quiconque d'une procédure d'exclusion à l'exception de la déclaration péremptoire de Jean-Pierre Gelot qui s'octroi tous les pouvoirs.

 

Décidemment oui, nous avions raison, et tout nous pousse à confirmer et à renouveler notre demande de destitution des responsabilités de Jean-Pierre Gelot qui en est indigne et porte ombrage à tout les militants du Parti dans les Deux-Sèvres, en raison de ses méthodes autoritaires et anti-démocratiques. Le Parti communiste n'est pas la propriété personnelle de JP Gelot.


Les communistes ont certes des devoirs mais ils ont aussi des droits.


Y-a-t-il eu contestation de la personne incriminée ? A-t-elle eu la possibilité de se défendre ? de s'expliquer?  de contester la "decision". Quelle réponse lui a-t-il été apportée ?. La commission des conflits, si elle a eu à traiter ce dossier,  a-telle entendu toutes les parties, a-t-elle statué. Le ou les camarades ont-t-ils eu connaissance de ses décisions ? NON, trois fois NON.

 

Les  statuts concernent tous les communistes qui les acceptent en y adhérent. Ils font loi entre nous et chacun doit s'y conformer, y compris JP Gelot. Mais c'est une habitude chez lui de les ignorer, nous avons plusieurs exemples qu'il serait trop long de détailler ici. Et ceux qui ne les respectent pas, d'autant plus qu'ils sont les premiers dirigeants ont une énorme responsabilité. Ceux-là doivent prendre  le soin de consulter les instances Parti pour se prémunir contre d'éventuelles fausses routes. Car les statuts appuient les procédures internes et  peuvent  être opposables en matière judiciaire, comme chacun le sais d'ailleurs. Les règles de fonctionnement du Parti, font force de loi entre nous, et à l'extérieur.

 




Les pratiques déviantes mettant en cause la liberté personnelle, d'adhérer ou non à un parti politique, mettant en cause la moralité de la personne en proférant des insinuations mensongères et indignes sont à banir tout comme ceux qui les professent et sont intolérables.L'acrimonie personnelle ne peut se substituer aux droits des communistes.

 

Je sollicite une fois de plus la direction du Parti Communiste pour qu'elle se penche sur ce cas qu hélas n'est pas isolé.

 

 

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF THOUARSAIS
commenter cet article
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 08:12

Ces jeunes héros thouarsais qui ont défendu la liberté

09/12/2012 05:38
Guy Krovospissko, conservateur au musée de la Résistance de Champigny-sur-Marne et Virginie Daudin, directrice du Centre régional Résistance et Liberté à Thouars.Guy Krovospissko, conservateur au musée de la Résistance de Champigny-sur-Marne et Virginie Daudin, directrice du Centre régional Résistance et Liberté à Thouars.

Le livre de Maurice Rouzier “ Jeunes résistants en nord Deux-Sèvres ” a une portée nationale. Explications d’un spécialiste.

Décédé il y a peu, Maurice Rouzier a laissé un livre-témoignage puissant sur l'implication des jeunes Thouarsais dans la Résistance. Guy Krovospissko, pour vous, historien et conservateur au musée de la Résistance de Champigny-sur-Marne, quels intérêts revêt ce livre ?

« C'est une vraie découverte de l'Organisation spéciale (OS) mise en place par le parti communiste au plan national pendant l'Occupation. Le sujet a été évoqué dans plusieurs ouvrages, mais il n'a jamais été approché d'aussi près. On y découvre la première forme de résistance des jeunes communistes, ici l'OS 680, à Thouars. Ce livre fait référence. Maurice Rouzier était communiste lui-même. »

L'ouvrage s'appuie sur de nombreux témoignages, mais est-ce suffisant pour en faire un livre d'histoire ?

« Non, il faut pour ça un travail d'historien. Et c'est ce qu'a fait Maurice Rouzier pendant cinq ans. Il s'est intéressé à l'histoire des autres, des récits de vies simples et exemplaires, recoupés, décortiqués avec la rigueur et la méthodologie de l'historien. »

Cette histoire méconnue jusqu'à présent peut-elle servir d'autres intérêts que la vérité historique ?

« Assurément. Maurice Rouzier a consacré une seconde partie à la mémoire familiale. Les familles des résistants fusillés ou déportés ont, elles aussi, subi la répression. Elles en ont durablement souffert et, pour elles, il n'y a pas eu de reconnaissance, ni la gloire. Leur deuil a été impossible. Avec ce livre, le deuil des familles va pouvoir se faire. Et ça vaut tous les monuments aux morts. »

Le monde des anciens combattants, les mouvements de résistance tentent d'élargir leurs cercles aux jeunes avec plus ou moins de réussite. Ce livre contient-il un message pour eux ?

« Un grand message actuel, c'est celui de l'insoumission devant la tyrannie, de la désobéissance civile. La citoyenneté s'appuie là-dessus. La vigilance pour la démocratie, la liberté, l'égalité… jusqu'au prix de sa vie. »

nr.thouars@nrco.fr

 « Jeunes Résistants en nord Deux-Sèvres », de Maurice Rouzier, Geste éditions, 25 €

en savoir plus

> Virginie Daudin, directrice du CRRL : « C'est un ouvrage généreux, minutieux, recoupé. S'il n'était pas sûr d'un détail, Maurice Rouzier laissait la question posée pour les historiens de demain. Il a retracé ce combat pour bâtir une société différente ». 
> Patrice Pineau, maire de Thouars : « Il a mis en lumière le sacrifice de Thouarsais exemplaires. Comme Joseph Barthou qui, avant d'être fusillé, a dit : " La France retrouvera la liberté et le bonheur. Je suis heureux de mourir pour cela ». 
> Stéphane Rouzier, fils de l'auteur (accompagnant sa mère, Maryse) : « C'est aujourd'hui le 70e anniversaire de l'exécution de huit résistants du réseau, à Biard. Le vœu de mon père était d'inscrire leur nom dans l'histoire de Thouars ».

Propos recueillis par Dominique Hérault
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF THOUARSAIS
commenter cet article
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 19:22
Deux-Sèvres - Thouars - Entre vous et nous

Agent communal mis à pied :  "Une sanction excessive "

31/01/2013 05:36
Jeanine Zeekaff désapprouve la décision du maire de Louzy.Jeanine Zeekaff désapprouve la décision du maire de Louzy. - (Photo archives NR)

Jeanine Zeekaff, secrétaire du PC en Thouarsais, enjoint le maire de Louzy à faire preuve “ d’humanité ” à l’égard de l’agent, en grande difficulté financière.

Excessive et d'une extrême gravité. C'est ainsi que Jeanine Zeekaff, secrétaire de la section thouarsaise du Parti communiste, qualifie la prise de position du maire de Louzy à l'encontre d'un agent de sa commune. Sous le coup d'une mise à pied de deux ans pour comportements agressifs et hostiles – faits qu'il nie en bloc – l'adjoint technique de deuxième classe est aujourd'hui en grandes difficultés financières(>> lire également "Mis à pied deux ans, l'agent communal ne s'en sort plus")

« Votre décision, monsieur le maire, écrit l'ancienne conseillère régionale dans un courrier adressé à la NR, me paraît disproportionnée par rapport aux motifs invoqués.S'il y avait des rapports difficiles avec l'équipe, peut-être aurait-il mieux valu chercher pourquoi et calmer les choses. Pour les autres motifs [« méconnaissance des règles de sécurité » et utilisation du téléphone portable de service à des fins personnelles, NDLR], le conseil de discipline ne les a pas retenus, ce qui semble normal, car il n'est certainement pas le seul dans ce cas. »

 " Je vous demande de vous montrer plus juste "

  ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

le 1er février 2013

MISE AU POINT DE ERNEST LEVINDRE DEFENSEUR (CGT) DES SALARIES AUX PRUD'HOMMES 

Suite à l'article de presse et  à sa demande, la CGT a rencontré la personne concernée, adjoint technique territorial de seconde classe, autrement dit l'un des 4 cantonniers de la commune. Et si nous apportons sans réserve à ce dernier notre soutien, ce n'est qu'après avoir examiné les pièces et décision rendues dans cette affaire.

 

 1°) Faits matériellement vérifiables et vérifiés.

         a) le salarié a été sanctionné par un avertissement le 25 mai 2010 où  deux  motifs sont invoqués.

         b) le salarié conteste cette sanction devant le Tribunal Administratif de Poitiers comme il lui est précisé dans la lettre de sanction qui doit taire état des moyens de recours.

          c) Le Tribunal rend sa décision à l'audience du 4 avril 2012, et en fait lecture le 19 avril 2012. L'avertissement est annulé et la Commune de LOUZY doit payer 1000€ au salarié.

           d) Le maire saisit alors le 16 avril 2012 la Commission Administrative Paritaire du centre de gestion des DEUX SEVRES pour avis en vue d'une sanction disciplinaire en l'occurrence la révocation.

            e) La Commission rend son avis le 4 juillet 2012, elle propose 15 jours d'exclusion temporaire dont 8 avec sursis.

             f) Le 24 novembre 2012, le maire notifie une exclusion de 2 ans.

             g) Le salarié a donc de nouveau saisi le Tribunal Administratif.............Pour annulation.......et réparation.

 

2°) plusieurs remarques s'imposent :

             a)°Le Maire avait sans doute sous-estimé la capacité du salarié à contester légalement la première sanction,

             b)° il a ignoré le risque que pendant les 2 ans d'attente devant le TRIBUNAL ADMINISTRATIF la situation relationnelle allait être difficile à vivre,

             c) Le Maire n'a rien fait de concret pour jouer la carte de l'apaisement,

             d) Après avoir eu connaissance du jugement du TA qui minimisait la proposition de sanction,  il a eu une maladroite réaction, en saisissant le conseil de discipline,

              e)  il refuse de suivre les préconisations du dit Conseil et assène une sanction très disproportionnée et injuste. Ça fait beaucoup de chose pour un seul qui homme qui n'a pas voulu composer avec l'ensemble du Conseil Municipal.......

 

3°) Nous réaffirmons notre soutien à ce salarié et organiserons la protestation devant la MAIRIE de LOUZY. La situation a assez duré, cela devient insupportable. Nous demandons aux élus se retrouver autour de la table pour négocier et clore cette affaire afin de préserver les intérêts du salarié dont la légèreté des reproches qui lui sont adressés ne méritent certainement un des sanctions suprêmes, En outre, vous estimons que l'argent du contribuable, doit être utilisé à bon escient.

 

4°) Enfin que ceux  qui colportent toutes formes de ragots, s'adressent soit à ce salarié , soit au Maire, en demandant bien entendu les preuves de ces rumeurs.

 

 Ernest Levindré CGT

Défenseur des salariés au conseil des Prud'hommes

INTERVENTION DE  ERNEST LEVINDRE

VOS CONTRIBUTIONS

Chère eau la facture

concernant une fuite d'eau, une toute nouvelle loi du 17/05/2...

pbjardin

Le commissariat de Thouars " valsera " cet été

Je suis surpris de lire que l' existence du Commissariat de Th...

idrz

Un cycle de cours sur le concept de la laïcité

Bonjour,
Bonne idée que ces cours. 
Pour le Belg...

mithys

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF THOUARSAIS
commenter cet article
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 13:24

Ci-dessous le courrier adressé à la FD 79le 23 janvier 2013

 

Ne vous apercevez vous pas que le parti à Thouars est moribond ? Nous pourrions si nous y croyions nous même le faire revivre .Nous sommes plein de bonnes volontés et les forces existent . Nous n’avons aucune prétention mais nous connaissons le terrain et il ne nous est pas hostile .... bien au contraire . Mais au lieu de nous soutenir , de nous encourager ,vous vous empressez de nous empêcher d’agir par tous les moyens , jusqu’ à l’exclusion de fait de notre camarade Bruno Fornaciari décidé par J P Gelot qui ne reçoit plus aucune invitation , ni même d’information d’aucune sorte . Pourtant , par son impulsion , nous étions en train de redynamiser le parti avec les adhésions que nous avions réalisé et celles que nous espérions vu les contacts que nous avions pris à l’occasion de différentes démarches que nous réalisions sur les marchés ou dans les entreprises (tel la poste , l’hôpital ,la retraite , l’élection présidentielle etc. ...) .Maintenant , depuis huit mois , il ne se passe plus rien. Ces nouveaux camarades nous ont quitté mais nous ne désespérons pas de les voir revenir dans de meilleures circonstances . Des gens me disent qu’ ils n’en peuvent plus et qu’ il faudrait réagir . Je leur dit que je suis d’accord . Nous devrions être à l’avant garde sur la plupart des problèmes posés , mais comment faire dans une telle situation . Je ne leur dis pas tout , je veux jusqu’ au  dernier moment préserver l’image du parti , mais si cela continue ,il faudra bien que la vérité éclate au grand jour . Cette attitude anti démocratique ne peux plus durer . On est épuisé car on dépense plus d’énergie à combattre à l’intérieur de notre propre parti pour faire respecter les  droits des militants qui sont bafoués et dont toutes les instances même nationales , n’ont eu à cœur de solutionner . Voilà ce que j’avais personnellement sur le cœur et qui rejoint la lettre que nous vous avons déjà envoyé . Je garde tout de même espoir dans un parti qui mérite mieux que les actuels “ dirigeants fédéraux “ , l’avenir pouvant en décider autrement        

            

Salutations    

         

Joël Grellier

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF THOUARSAIS
commenter cet article
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 08:35
Saint-Varent le 16 janvier 2013

Cher Pierre Laurent, secrétaire National du PCF …
A la veille du 36e congrès, il est de notre devoir de communiste de t'alerter une dernière fois avant la tenue du congrès des conditions détestables dans lesquelles les communistes des Deux-Sèvres se débattent et tentent de militer.
Notre département qui comprend 380 000 habitants est à la fois un département rural et urbain, agricole, touristique et industriel. Avec des atouts, sur lesquelles n'influent que les seules forces politiques de droite et du PS qui se partagent les villes. Les 3 députés et le conseil général sont socialistes. Une dizaine d'élus communistes, essentiellement à NIORT. Voilà tout.
Lors du vote sur le choix des textes proposés comme base commune des discussions des communistes pour notre prochain congrès, seulement 69 communistes y ont participé et parmi eux, 33 ont choisi le texte proposé et défendu par la direction nationale sortante du Parti.
Tu as bien lu  33 (trente-trois) communistes. 
33 Deux-Sèvriens,  sur 380 000 habitants, ont choisi de faire de ce texte l'objectif de leur action politique. 
Voilà, en de début d'année 2013, à quel niveau en est notre organisation communiste dans notre département. 
Peux-t-on parler encore de Parti Communiste? Tout porte à croire que non. On a même plutôt l'impression que nous sommes devenus une espèce de secte, rétrécie, sans organisation, sans projet commun, sans importance, sans influence, sans militants et sans élus ou presque.
Nous avons alerté à plusieurs reprise la direction nationale sur le danger de disparition du Parti  et notamment dans le Nord du département, ce ci sans réaction à notre grand dam. Nous y sommes maintenant. Encore pas tout à fait, mais nous y approchons à grands pas. Le chemin emprunter depuis plusieurs années, à défaut de changement de cap, nous y conduira sans coup férir.
De fédération il n'existe déjà plus depuis belle lurette. En ce sens que fédérer les communistes, c'est entre autre, les rassembler, les consulter les organiser et les aider à agir. Car ceci est une responsabilité que l'on ne peut assumer en dilettante . Ne parlons pas non plus de démocratie interne ni de souveraineté des communistes, bafouées en permanence et à de nombreuses occasions par la "direction" fédérale étriquée et son chef Jean-Pierre Gelot qui ne supporte pas les désaccords et qui ne voit que lui-même. Tu le sais, il est contesté depuis longtemps, et aujourd'hui à grand échelle, par des communistes de plus en plus nombreux qui font l'amère expérience de ces dérives.
Cela aboutit à ce que de nombreux camarades se mettent en retrait de l'activité militante comme forme d'expression de leurs mécontentement. Parodie de démocratie, humiliations; infantilisation, manoeuvre déloyale, exclusion autoritaire d'un militant dont nous sommes solidaires, non respect des statuts et, tous comptes faits, des  militants eux-mêmes.  
Tout cela fait du tort à notre Parti, à ses combats, à ses adhérents. C'est ce bilan désastreux auquel nous sommes confrontés aujourd'hui, hélas! On peut même dire, sans se tromper que la "direction fédérale" actuelle, est responsable, bien davantage que nos adversaires politiques de la division, de la destruction et de la crise que connaît notre Parti, qui ne compte déjà plus dans le paysage politique départemental.
Pour ces raisons nous sommes à juste titre dépités et avons donc décidé de ne pas participer à cette parodie de conférence fédérale qui , selon nos informations n'est prévue sur une seule journée, de 9 h à 17 h. Elle n'aura pas été précédée non plus par sa préparation dans la,plupart des sections. Le temps accordé sera insuffisant  pour aborder tout à la fois la base commune, l'amender, mener les débats sur nos objectifs politiques dans notre département, discuter du rôle de la direction et élire son comité fédéral et de la démocratisation  indispensable de ses pratiques internes, etc…Nous craignons que ce ne soit , au final qu'une assemblée formelle qui risque d'aviver encore les mécontentements. L'actuelle direction fédérale en est même à quémander, à la cantonade, des volontaires pour composer la "délégation" au congrès national.
Bref, une situation ubuesque invraisemblable, dramatique dans laquelle nous avons décidé de ne pas nous inscrire. A la fois pour protester et ne pas donner quitus à cette "direction"  et à la fois comme un appel au ressaisissement des communistes Deux-Sévriens. Nous avons déjà décidé, depuis plusieurs mois aussi, de ne plus participer au financement (dont un salaire de demi-permanent) de la Fédé en ne payant plus nos cotisations prélevées jusqu'alors. 
Nous sommes les orphelins du Parti Communiste actuellement et notre voeux le plus cher est que nous y retrouvions notre place. 
Mais cela, est une autre histoire, qui si l'on se réfère à l'inertie de la direction nationale du Parti à notre sujet, , n'est pas écrite.
Les signataires sont adhérents au Parti depuis 15 ans pour le plus récent et depuis 46 ans pour le plus ancien.
Bruno Fornaciari, Ernest Levindré et Joël Grellier membres du beureau de la section Thouarsaise du PCF
Pour terminer je me permets de t'adresser personnellement un ode au 36e congrès écrit récemment.
ODE au 36e congrès du PCF et à Pierre Laurent

 

QUOI DE PIRE ?

 

Quoi de pire que de ne pouvoir  dire
Dans le pays des droits d' l'homme
Ne pouvoir s'exprimer dans son propre parti
Celui que l'on a choisit et qui a écrit
La liberté faut voir comme.
Quoi de pire que de ne ne pouvoir partager
Avec ceux avec qui  on vit et  respirent
Le meilleur de soi-même avant qu'on expire
La créativité qu'on est prêt à donner
Par  tous ces actes utiles que l'on dit militants
Ils sont encore Deux à former cette Sèvres
Soixante-dix-neuf avez-vous dit
Le chuchotant du bout des lèvres
Ils étaient sur la brèche autant comme autant
Quatre-vingt-treize, il a dit. (1793)
Si nous sommes  dans la nasse
Et l'eusses-tu cru ?
L'autre y voit parti de masse.
En cheminant sur cet isthme
Et si nous avions su ?
Dire son mot, mais il faudrait qu'on le taise.
Quoi de pire que d'en être empêché
Démocratie et parti communiste
Y comprendre oxymore ou antithèse ?
Toujours,  toujours communiste
Peut-être même en dehors ,
Mais que sommes-nous devenus ?
Ainsi nous avons chu
Je ne my résous pas je resiste
Mais il n'est pas encore trop tard 
Si l'on s'y prend à  temps,
Restons pas sur le bord
On est sur un  un boulevard,
De  changer vraiment
De changer maintenant.

 

Bruno Fornaciari le 6 janvier 2013
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF THOUARSAIS
commenter cet article
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 18:53

 

 

 

QUOI DE PIRE ?

 

Quoi de pire que de ne pouvoir  dire

Quoi de pire que d'en être empêché

Dans le pays des droits d' l'homme

Ne pouvoir s'exprimer dans son propre parti

Celui que l'on a choisit et qui a écrit

La liberté faut voir comme.

Quoi de pire que de ne ne pouvoir partager

Avec ceux avec qui  on vit et  respirent

Le meilleur de soi-même avant qu'on expire

La créativité qu'on est prêt à donner

Par  tous ces actes utiles que l'on dit militants

Ils sont encore Deux à former cette Sèvres

Soixante-dix-neuf avez-vous dit

Le chuchotant du bout des lèvres

Ils étaient sur la brèche autant comme autant

Quatre-vingt-treize, il a dit. (1793)

Si nous sommes  dans la nasse

L'aurais-tu cru ?

  L'autre y voit parti de masse.

En cheminant sur cet isthme

Et si nous l' avions vu 

Toujours,  toujours communiste

Peut-être même en dehors ,

Que sommes-nous devenus

Mais il n'est pas  trop tard 

Même si nous avons chu

Si l'on s'y prend à  temps.

Restons pas sur le bord

Nous sommes sur un boulevard,

Mais il est grand temps

Pour  changer vraiment

De changer maintenant.

 

Bruno Fornaciari le 6 janvier 2013

Cher-e-s camarades,

>
Début octobre 2011, nous attirions l'attention des communistes thouarsais et ceux du département des Deux-Sèvres, sur les orientations politiques erronées et contestables , ainsi que des pratiques anti-démocratiques de la direction de la fédération du PCF des Deux-Sèvres.

>
Au fil des jours, et singulièrement depuis le début de l'année, quelques possesseurs de la carte du PCF, qui s'auto-proclament direction, tentent de confisquer les décisions politiques et la désignation des responsables locaux et des candidats communistes aux élections législatives.

>
Nous y voyions le danger de marginalisation du PCF se profiler avec la bénédiction de la direction fédérale actuelle dont c'est d'ailleurs la seule ligne constante, depuis plusieurs années.

>
Nous avions alerté à plusieurs reprises la direction du Parti Communiste et son premier responsable Pierre LAURENT de pratiques autoritaires et anti-démocratiques qui, selon nous, sont contraires à l'authenticité communistes et préjudiciable à son organisation dans le Nord Deux-Sèvres. Ces faits relatés dans plusieurs courriers justifiaient selon nous, la saisie de la commission nationale des conflits.

>
A notre grand regret, nous constatons hélas à ce jour le 19 février 2012, que ni Pierre Laurent, ni la direction du Parti, ni la commission nationale des conflits sollicités n'ont pris la peine de nous répondre et de porter attention à nos demandes.

>
Au déni démocratique de notre fédération du PCF dans le 79 s'ajoute maintenant celui sa direction nationale d'où notre étonnement et notre colère.

 

En effet, comme nous l'avions craint et dénoncé, ce ne seront pas finalement les communistes de la 3e circonscription qui désigneront les candidats aux législatives, mais les participants des assemblées citoyennes du Nord Deux-Sèvres réunies pour l'occasion, avec l'objectif de "porter les valeurs, les propositions du Front de Gauche et la nouvelle façon de faire de la politique que nous sommes en train d'inventer" au nom "d'une véritable alternative sociale, écologique (FASE) et démocratique". Et "Parce que nous sommes cohérents avec nos idées, nous voulons que la désignation des candidatures à l'élection législative dans notre circonscription soit l'aboutissement d'une réflexion commune et d'une décision partagée, sans omettre d’évoquer les accords et les discussions au plan national entre les partis et les formations qui composent le Front de Gauche". 

>
Voilà à quoi aboutit l'orientation politique et militante de notre "direction fédérale" et des organisations locales FASE et PG.
A ce sujet, il est bon de préciser que le PG dans le Nord Deux-Sèvres n'est composé que de 3 personnes et que la présence de la FASE  ne tient qu'à quelques personnes organisée à Thouars ,  à l'exception du reste du département où elle n'existe pas.

>
Les communistes du thouarsais qui, depuis plusieurs années inaugurent des pratiques politiques nouvelles, se mobilisent et agissent  se voient contester les décisions qui les concernent, notamment la désignation de ses candidats pour les législatives. Ils ont fait connaître leur choix de Bruno FORNACIARI comme titulaire et de Ernest LEVINDRE comme suppléant. Les communistes présents à l'assemblée n'ont pas pu donner leur avis par  vote en raison du refus autoritaire d'une "direction fédérale" discréditée.

>
Nous maintenons donc ces candidatures et seront amenés, dans les tous prochains jours, à en faire part publiquement, le cas échéant.

>
Il serait dommageable qu'il y ait plusieurs candidats différents émanant de plusieurs formations "rassemblées" dans le Front de Gauche, chacun le comprend.

>
Aussi, nous appelons une dernière fois la direction du PCF et la commission nationale des conflits à se saisir rapidement de cette situation thouarsaise.

>
Ernest LEVINDRE, Joël GRELLIER, Bruno FORNACIARI

>
_______________________
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF THOUARSAIS
commenter cet article
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 05:49

Assemblée Nationale. Boycott des Députés Front de Gauche

Les Députés du Front de Gauche boycotteront lundi une séance de l'Assemblée sur « la prise en compte des orientations budgétaires européennes par le projet de loi de finances », refusant que le Parlement soit « la chambre d'enregistrement des directives européennes ».

 

« Après les cours magistraux, les travaux pratiques ! Sitôt le Traité budgétaire européen et son corollaire, la règle d'or, approuvés par l'Assemblée Nationale, les Député-e-s sont conviés à accueillir les technocrates de la Commission européenne flanqués de quelques présidents de commissions, tous diligentés pour passer à la loupe le prochain budget de la France », s'indignent ces Députés dans un communiqué publié hier.

 

« Encore faut-il préciser que de débat il n'y aura point, puisque chaque Député disposera de deux minutes pour poser une question aux "personnalités conviées" de Bruxelles », ajoutent-ils.

 

« Cette parodie de dialogue en dit long sur le respect de la souveraineté budgétaire dont les membres du Gouvernement, Premier Ministre en tête, ont répété en boucle qu'elle n'était en rien écornée par le Traité Sarkozy-Merkel désormais ratifié par la France », poursuit le communiqué.

 

Les Députés du Front de Gauche « n'acceptent pas que le Parlement soit ainsi relégué au rang de chambre d'enregistrement de directives européennes aussi néfastes pour les peuples que dangereuses pour les économies des pays de la zone euro ».

« Poursuivant leur action pour une autre construction européenne, ils ne participeront pas à la farce qui leur est proposée et boycotteront ce faux débat lundi », conclut le texte.

 

Cette séance de l'Assemblée aura lieu en présence de la Vice-Présidente de la Commission européenne, Viviane Reding, de présidents de commissions du Parlement européen.

 

Section Thouarsaise du PCF

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF THOUARSAIS
commenter cet article
30 septembre 2012 7 30 /09 /septembre /2012 17:54

Un débat sur le pacte budgétaire et le traité "Merkpzy" (celui initié par Sarkpozy et Merkel) est programmé au nom du Front de gauche (par qui?) le 12 octobre prochain. Soit plusieurs jours après que le vote ait eu lieu à l'assemblée le 9 octobre.

 

L' "organisateur" aurait été mieux inspité de consulter les partenaires du Front de gauche, et singulièrement le Parti communiste Thouarsais. Hélas, une fois encore, les appétits personnels de celui qui s'est proclamé "porte parole'" du Front de gauche sont pris en défaut d'efficacité et de crédibilité. Il est temps de changer cette façon de faire si: l'on veut donner une chance au Front de gauche dans le Nord-Deux-Sèvres.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF THOUARSAIS
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre