Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 08:01

Jean-Luc Mélenchon à Hénin-Beaumont ou la pédagogie de l'effacement du PCF en France et en Europe. La candidature de Jean-Luc Mélenchon en remplacement d'Hervé Poly, secrétaire départemental du PCF 62, est riche d'enseignements.

 

 

 

Ainsi, dans la lutte contre le FN, Hervé Poly, sur proposition de Pierre Laurent cède la responsabinilté de la lutte contre le FN représenté par Marine Le Pen dans cete circonscription du Pas-de-calais, offrant ainsi une tribune médiatique à Mélenchon que s'empresse d'entretenir les médias, friands de combats qualifiés de "titanesques". Hervé Poly et les communistes ne seront que suppléants, aux yeux du monde politique. Sur le terrain, ce sont pourtant les communistes qui feront le tracvail, le nombre de militants du Parti de gauche étant fort modeste.

 

Mais l'on peut constater que Jean-Luc "la grande gueule" est un cumulard. Député européen, il convoite un fait d'arme en escomptant une victoire  et une revanche victorieuse cette fois sur Marine le Pen, l'intronisant comme le "héros" terrassant le monstre fasciste. N'oublions cependant pas que la circonscription est détenue actuellement pas le PS. Il est vrai que celui-ci, embourbé dans des affaires plus ou moins louche est déconsidéré et qu'il n'est sans doute pas le mieux placé aujourd'hui pour promouvoir une politique nouvelle. Et cet "honneur" aurait très bien pu être celui d'Hervé Poly" secrétaire fédéral du PCF et candidat titulaire du Front de Gauche avant ce céder sa place à Jean-Luc. Cumulard, donc. Député européen, Président du Parti de gauche, "leader du Front de Gauche" selon la presse, y compris le journal communiste "l'Humanité", "Président du Front de gauche" selon France Info et quelques autres médias, négociateur avec le PS sur les circonscriptions à risque FN et décideur d'un éventuel accord (en l'occurence pas d'accord au final, laissant entier le risque FN et l'absence de la gauche au 2e tour dans certaines circonscriptions),  interlocuteur principal du groupe Front de gauche à l'assemblée nationale, bien que le groupe soit composé de 16 députés communistes et apparenté et de 3 députés parti de gauche, où l'on prête à Jean-Luc Mémenchon le "souhait" de devenir en cas d'élection à l'assemblée Nationale le "Président" du groupe parlementaire Front de Gauche. Et, accessoirement il fait aussi office de porte-parole du PCF, Pierre laurent et les dirigeants communistesétant placés sous l'éteignoir.

Ainsi, l'effacement du PCF est en marche contredisant les stratégies politiques validées au 34e et 35e congrès, réaffirmant l'utilité d'un fort Parti Communiste.

Il est fort probable que ces questions stratégiques, avec celles des statuts du Parti,  soient au centre du 36e congrès qui devrait se dérouler en fin d'année ou au début 2013.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF-FRONT DE GAUCHE
commenter cet article
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 07:25

Ainsi, comme le laisse supposer cette article de France Soir JLM compte bien « s’approprier » et dominer personnellement le Front de gauche. Ce n’est pas tant sa position sur la participation ou non de communistes au gouvernement que la prétention de  considérer comme une aventure personnelle ceux qui en prendraient la responsabilité. Et comme ce sont les communistes qui voteront, cela revient à dire ,que si t’es pas d’accord avec Monsieur Mélenchon du Front de gauche, tu n’es plus le Front de gauche, et tu deviens candidat « autoproclamé »

 

France Soir

Mélenchon veut dissuader les communistes d'entrer au gouvernement

Élections législatives 2012

 

Si Jean-Luc Mélenchon a clairement fait savoir qu'aucun membre du Parti de gauche ne ferait son entrée au gouvernement en cas de victoire, dimanche, de François Hollande, les communistes tardent encore à tirer un trait sur d'alléchants maroquins.

 

Jean-Luc Mélenchon et sa garde rapprochée - dont l'un des membres nous a assuré vendredi soir, en marge du meeting anti-Sarkozy organisé Place Stalingrad à Paris, que toute entrée d'un communiste au gouvernement serait considérée comme « une aventure personnelle n'engageant en rien le Front de gauche »

_______________________________

« Le Monde »

PARI RISQUÉ

Dans l'accord national entre les formations, c'est le Parti communiste qui a raflé la mise sur les législatives. Et qui compte bien en profiter. Un cadre du PCF assure même que "ça ne rendrait pas service" à M. Mélenchon de rejoindre les bancs de l'Assemblée. "Il y a des tas de votes sur lesquels cela risque d'être bancal. Il serait obligé de choisir : soit s'aligner, au risque d'en sortir affaibli, soit voter contre, au risque que le groupe apparaisse désuni", ajoute cet élu.

On l'a souvent annoncé dans le Val-de-Marne. "Je n'irai pas, a-t-il répété jeudi. Je n'ai pas quitté l'Essonne pour le Val-de-Marne !" La 6e circonscription de Paris (11e et 20e arrondissements) a longtemps fait figure de favorite. Même s'il y a fait de bons scores à la présidentielle, affronter la patronne des écologistes Cécile Duflot, soutenue par le PS, demeure risqué. Marseille, Aubagne ou Gardanne ont aussi été évoquées. Dans les deux dernières existe un risque FN. Elles pourraient faire l'objet d'un accord avec le PS et les écologistes.

"Si c'est pour aller taper un FN, pourquoi pas", glisse le député européen, avec les précautions d'usage sur son autonomie vis-à-vis du PS. Mais il faudrait que les candidats PCF locaux lui cèdent la place. Finalement, rester député européen pourrait ne pas présenter que des désavantages. "Depuis le début, je dis que le mieux, c'est d'être là où le suffrage universel vous a placé", juge-t-il. Même son bras droit, François Delapierre, estimait cette semaine que M.Mélenchon "n'a pas besoin d'une tribune à Paris. (...) Jean-Luc a changé de stature". Réponse lundi 7mai, où la question devrait être tranchée.p Raphaëlle Besse Desmoulières

 

http://bruno-fornaciari.over-blog.com

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF-FRONT DE GAUCHE
commenter cet article
29 avril 2012 7 29 /04 /avril /2012 18:23

Politique - le 28 Avril 2012

Le candidat du Front de gauche à la présidentielle a affirmé samedi avoir discuté avec Martine Aubry sur sa proposition de négocier sur les circonscriptions où il y a un "risque" Front national, annonçant des discussions pour le "début de semaine prochaine".


"Martine Aubry m'a appelé parce que, si j'ai bien compris, François Hollande lui a demandé de le faire pour répondre à l'appel que j'ai lancé" de s'unir contre le FN aux législatives afin de "ne pas avoir le ridicule de choisir entre le FN et la droite populaire alors que tout ça c'est tout du pareil au même", a-t-il dit à des journalistes en marge du Conseil national de son Parti de gauche réuni à l'Espace Robespierre d'Ivry-sur-Seine.

 

Lors de l'émission Des paroles et des actes jeudi soir sur France2, le candidat socialiste à la présidentielle avait estimé, en réponse à Jean-Luc Mélenchon : "c'est tout à fait clair, lorsqu'il y a un risque d'élimination de la gauche au second tour des élections législatives, de nous mettre ensemble dès le 1er tour. Ca peut arriver dans certaines circonscriptions, je suis tout à fait favorable à cette démarche". Martine Aubry a également pris contact avec Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, a précisé le co-président du Parti de gauche .

 

D'ici la réunion avec les délégués aux élections du PS et du FG qui se tiendra "en début de semaine prochaine", les socialistes "font tourner les ordinateurs", a-t-il ajouté alors qu'une réunion de travail au sein du Front de gauche se tiendra sur le sujet lundi. Le député européen s'est félicité de pouvoir avoir cette discussion, souhaitant que Parti socialiste et Front de gauche "s'accordent partout où le risque FN existe" pour des candidatures uniques. Selon les estimations, la probabilité que la gauche ne soit pas présente au second tour des législatives pourrait concerner de 60 à 100 circonscriptions.

Jean-Luc Mélenchon a aussi mis en garde contre une élimination du Front de gauche de l'Assemblée nationale et appelé à une "proportionnelle de gauche": "les socialistes disent qu'ils veulent changer la Constitution pour mettre de la proportionnelle, c'est le moment d'en mettre maintenant!", a-t-il expliqué, soulignant le fait que si "le FN qui n'est pas républicain n'y est pas, ça ne manque à personne".

 

Quant à une éventuelle circonscription pour lui-même, aucune décision n'a encore été prise. "Rien n'est décidé", a-t-il dit à la presse qui se pose la question "d'y aller ou de mener la bataille" au niveau national. Après une réunion vendredi soir avec les principaux responsables du Front de gauche, pour l'instant, son point de chute, "ce n'est pas plus à Marseille qu'ailleurs", a d'ailleurs assuré Eric Coquerel après un écho en ce sens dans Libération samedi. Pour le conseiller de Mélenchon, ce sera en tout cas "plutôt une région urbaine que l'Ardèche" si le leader du FG y va. Une décision pourrait être prise la semaine prochaine, au plus tôt. "Pas la peine d'attendre 107 ans", selon un cadre. Mais "il n'y a pas urgence", a tempéré Jean-Luc Mélenchon.

 

François Hollande a affirmé dimanche sur Canal + que la première secrétaire du PS Martine Aubry devait "parler à Jean-Luc Mélenchon" sur la question des législatives parce qu'il "n'est pas question qu'il y ait un risque de duel Front National-droite aux législatives".

 

ON AURAIT TENDANCE 0 CROIRE QUE J. L. MELENCHON SE SUBSTITUE AU PCF QUI SE DISSOUS DISSOUS DANS LE FDG

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF-FRONT DE GAUCHE
commenter cet article
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 11:53

- le 21 Avril 2012

 

 

 

A l'issue du meeting de Paris, jeudi soir, Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, parle de l'avenir du Front de gauche après le premier tour de la présidentielle de ce dimanche.

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF-FRONT DE GAUCHE
commenter cet article
10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 22:40

 

Un air de printemps citoyen

De l’engagement du monde du travail et des couches populaires dépen­dront l’issue de l’élection présidentielle des 22avril et 6mai et du scrutin législatif un mois plus tard. Cet engagement ne se mesurera pas seule­ment en termes globaux de participation électorale – en règle générale plus élevée que dans les autres consultations. Toute la question est de savoir si les électeurs qui ont le plus d’aspiration à un changement de cap, le plus besoin d’une amélioration rapide et durable de leurs condi­tions de vie, auront confiance dans la portée d’un bulletin de vote. Trop longtemps, les taux élevés d’abstention dans les quartiers populaires et dans les régions industrielles en crise ont relativement gonflé le pourcen­tage de votes désespérés conduisant à l’impasse, et finalement à la per­pétuation de politiques socialement injustes.

«Place au peuple», ce mot d’ordre que l’on peut lire sur les affiches de Jean-Luc Mélenchon, exprime cette obsession du Front de gauche à inté­grer ou à réintégrer dans le débat politique toute une partie de l’opinion que d’autres voudraient condamner à l’impuissance. Que de thèses fumeuses avons-nous entendues en début de campagne sur ces ouvriers prétendument perdus dans le marigot du Front national, sur ces habitants des «zones sensibles», comme certains commentateurs osent désigner les quartiers populaires des banlieues, qui auraient définitivement abdi­qué de leurs droits de citoyens? Hier, la fondation Terra Nova conseillait à un candidat socialiste d’abandonner les classes populaires et de se recentrer sur les «classes moyennes». Aujourd’hui, l’instrumentalisation honteuse des crimes de Toulouse et de Montauban vise à discréditer la population issue de l’immigration, «des musulmans d’apparence» selon l’expression indigne d’un président de la République. La candidate du FN se livre à un appel au lynchage en désignant parmi les immigrés qui arrivent en France des Mohamed Merah en puissance.

La campagne du Front de gauche a déjà fait reculer un certain nombre de présupposés aussi imbéciles que méprisants. Mélenchon n’est plus traité de «populiste» par des éditorialistes en mal d’inspiration, et est reconnu dans l’opinion comme le candidat qui défend le mieux les ouvriers. Mais dans les quartiers populaires aussi un air de printemps citoyen fait tout doucement reculer un trop long hiver politique. Dans les assemblées citoyennes créées partout dans le pays, des jeunes et moins jeunes habitants des «cités» font l’apprentissage d’un militantisme nou­veau. Cette reprise de confiance dans la politique n’aurait pas été possi­ble sans le travail de fourmi des militants du Front de gauche pour inviter au débat sur leur programme qui place l’humain d’abord. Des électeurs n’auraient pas trouvé dans l’offre politique des autres candidatures l’envie de se bouger et même, pour certains d’entre eux, d’aller voter.

Le vote n’est pas qu’un acte individuel d’un électeur seul face à un sys­tème. Il se structure en prenant conscience qu’on appartient à une caté­gorie, à une classe, qu’ensemble on est plus forts. C’est ce processus de solidarisation qui se joue dans des quartiers où se concentrent les effets de la démolition sociale n

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF-FRONT DE GAUCHE
commenter cet article
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 06:30

Grand meeting du Front de gauche : Pierre Laurent à Toulouse demain, jeudi 5 avril

 

Le Front de gauche et son candidat Jean-Luc Mélenchon, tiendront demain soir, jeudi 5 avril, un grand meeting Place du Capitol à Toulouse. En présence de Christian Picquet (GU/FDG), Myriam Martin (NPA), Nicole Borvo (PCF/FDG) et Jean-Luc Mélenchon.

Pierre Laurent, Secrétaire national du PCF et Président du Conseil national de campagne du Front de gauche se rendra à Toulouse pour soutenir les Molex dont le jugement à la Grande Chambre de la Cour d'Appel de Toulouse aura lieu demain. Il rencontrera également une délégation de salariés de Freescale dont la fermeture annonce la supression de 600 emplois. Enfin, il rencontrera les sapeurs pompiers de Haute-Garonne, avant de se rendre au meeting du Front de gauche Place du Capitol.

 

11h30 : A l'appel de la CGT, Pierre Laurent participera au rassemblement organisé en soutien aux Molex.

Deux dirigeants de Molex Villemur ont été condamnés à 6 mois de prison avec sursis. C’est dans ce contexte que demain, jeudi 5 avril, le conseil des prud’hommes de Toulouse va entendre 190 ex-salariés de Molex qui contestent leur licenciement pour raison économique, afin de le faire requalifier en licenciement abusif sans cause réelle et sérieuse. 

Place du Salin – Toulouse.

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF-FRONT DE GAUCHE
commenter cet article
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 14:06

Le retour de la gauche de combat

« Nous avons allumé la lumière. » Prise isolément, cette phrase que Jean-Luc Mélenchon distille çà et là pour expliquer 
la démarche fonda­mentale et presque fondatrice du Front de gauche peut paraître présomp­tueuse. Elle ne l’est pas. Héritiers que nous sommes d’une illustre tradi­tion politique qui 
a toujours marié la justice à l’égalité et fiers – oui fiers! – 
de notre axiome marxien adossé aux piliers des concepts républicains, nous entendons cette phrase du candidat à la présidentielle comme l’un des plus beaux symboles du renouveau « de la » politique. Celui du retour à « quelque chose » d’assez sacré: l’Idée. Mais aussi celui du début « d’autre chose »: une gauche à la main ferme.

Le peuple a de la mémoire. Alors que nous vivons le temps des remue­ments essentiels (la crise, le capitalisme, le développement, etc.), nous connaissons l’histoire contemporaine, qui, trop souvent, 
a vu la gauche s’accommoder du « principe de réalité », provoquant ce que certains pou­vaient considérer comme un éternel recommencement: une espérance suivie d’une déception… À moins de cinq semaines du premier tour de l’élection présidentielle, cette hypothèque sur l’espoir semble levée par la dynamique et la crédibilité du Front de gauche. Si nous n’aimons guère accorder trop de place aux logiques 
des sondages, néanmoins, les der­nières enquêtes d’opinion réchauffent le cœur 
et l’esprit et témoignent que le Front de gauche vient de gravir une marche importante, comme nous le pressentions. Qu’on se le dise, la gauche de combat, soutenue par un corps électoral solide, est de retour! Il était temps. Non?

Ne le cachons pas. La verve et l’intelligence oratoire de Jean-Luc Mélen­chon ne sont pas pour 
rien dans l’accélération de ce processus popu­laire, 
dont nous ne mesurons pas encore toutes les possibilités. Lui-même le répète à souhait: «Nous défendons 
des idées, pas un guide suprême ou un leader.» Tous les artisans de la campagne du Front de gauche présents sur le terrain peuvent en témoigner. Grâce à la diffusion dans le corps social d’un discours de très haute ampleur programmati­que, associé à l’élaboration d’arguments offensifs qui ne cèdent plus un mètre de terrain à qui que ce soit, tout devient possible, y compris l’apprpriation 
et la diffusion des idées. On ne s’indigne plus seulement, on propose, on politise. L’ambition est si énorme 
que nous en tremblons de désir. Pour la première fois depuis des lustres, une grande partie du peuple de gauche, jadis déçu, parfois désespéré parce que trahi par la mise en œuvre systématique d’une véritable pédagogie 
du renoncement, se sent de nouveau concernée. 
Ce n’était pas «la» politique qui les avait quittés, 
mais la confiance dans sa capacité à changer leurs vies. Ils savent désormais qu’ils ont un rôle à jouer…

Il y a du bonheur à réinventer l’à-venir. 
Le Front de gauche, qui voit plus loin que l’horizon 
et affranchit ceux qui ont souffert d’années d’humilia­tions, a pour objectif de réveiller et/ou d’éveiller les consciences. En y parvenant, il redonne aussi 
de la dignité à tous les citoyens, il les aide à devenir 
eux-mêmes des acteurs d’idées et des propagateurs du bien commun. «Le Front de gauche, c’est quelque chose de plus grand que nous», clame le candidat.

Ce quelque chose porte un nom: la révolution citoyenne. Et une méthode: l’insurrection civique.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF-FRONT DE GAUCHE
commenter cet article
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 05:52

"reprise" de la bastille, 18 mars, Joël Lumien

  - le 30 Mars 2012

 

Front de gauche: une dynamique jeune et populaire

L’enquête de l’Ifop publiée ici révèle que la progression du Front de gauche et de son candidat, observée tant dans les sondages que sur le terrain, est particulièrement importante parmi les 18-24 ans et les ouvriers non qualifiés. 


La marche sur la Bastille comme l’ampleur de la participation aux meetings du Front de gauche ont attesté d’un engouement dont témoignent nombre de militants. Dans les sondages, Jean-Luc Mélenchon, après avoir passé le cap des 10 % à la mi-mars, s’installe désormais à 13 ou 14 % d’intentions de vote, selon la plupart des instituts, à égalité ou devant François Bayrou et au coude-à-coude avec Marine Le Pen. La dynamique du Front de gauche n’est plus contestée, reste à savoir qui sont ceux qui le rejoignent. C’est l’objet de l’étude Ifop, réalisée entre le 13 et le 27 mars, que nous publions.

 

Plus forte augmentation chez les ouvriers

Selon l’institut, cette dynamique se retrouve dans le monde du travail. Depuis début février, la plus forte progression du vote FDG s’observe ainsi chez les ouvriers non qualifiés (20 %, + 10), contre 13 % en moyenne. Suivent les cadres (17 %, + 9) et professions intermédiaires (19 %, + 5) de la fonction publique. Puis les employés (15 %, + 10) et les ouvriers qualifiés (15 %, + 6). Cependant, « la concurrence de Marine Le Pen se fait sentir dans le Nord-Pas-de-Calais et dans l’Est », relève l’enquête. Dans ces deux régions, les 4 à 3 % d’intentions de vote gagnés seraient liés à la mobilisation d’une partie des abstentionnistes, plus qu’à un recul du vote FN. En revanche, le Front de gauche semble combler l’une de ses lacunes.

 

Un bond de 10 points chez les 18-24 ans

Chez les 18-24 ans, le bond est de 10 points, leur vote surpassant désormais la moyenne pour s’établir à 16 %. À gauche, la candidature de Jean-Luc Mélenchon rassemble, outre un nombre croissant d’électeurs d’extrême gauche et écologistes de 2007, 15 % de ceux de Ségolène Royal (+ 8). Néanmoins, note Jérôme Fourquet, de l’Ifop (voir entretien ci-contre), la progression du Front de gauche représente le double des pertes de François Hollande. Contrairement aux craintes agitées, elle consolide donc d’autant le poids global de la gauche.

 

Ce mouvement d’adhésion est à lier, indique l’étude, à la capacité du FDG à répondre aux préoccupations populaires sur le chômage, le salaire ou encore le pouvoir d’achat. 58 % des sondés estiment que ce candidat « comprend les problèmes des gens » et 66 %, qu’il « veut vraiment changer les choses ». Le défi lancé à l’abstention et à la résignation est en passe d’être relevé.

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF-FRONT DE GAUCHE
commenter cet article
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 05:02

529523_10150745639092628_732052627_9489910_2054165094_n.jpg

Villejuif 94

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF-FRONT DE GAUCHE
commenter cet article
30 mars 2012 5 30 /03 /mars /2012 14:10

> Chère camarade Christine Antoine,

La campagne électorale dans le département des Deux-Sèvres pour la Présidentielle et le candidat commun du Front de Gauche Jean-Luc MELENCHON est en cours. La mobilisation des Partis Politiques et notamment celle du parti Communiste, au sud comme au nord du département ne faiblit pas. Des assemblées citoyennes viennent conforter l'élargissement de l'intérêt que porte désormais nombre de nos concitoyens aux propositions de "l'Humain d'Abord".

Les foules considérables qui se pressent dans nos meetings dans toutes les régions de France confirment des sondages en hausse.
Les résultats de la présidentielle vont déterminer les rapports de forces politiques et notamment à gauche. Le PS devra tenir compte du score de Jean-Luc MELENCHON et doit entamer des discussions en vue de constituer des engagements bien à gauche que pourront soutenir les forces de gauche rassemblées.

Les législatives constituent le deuxième étage de la fusée populaire. Dans notre département les accords nationaux signés par le PCF, le PG et la gauche unitaire, garantissent à chacun une juste représentation. Comme vous le savez au PG,  en tant que membre du bureau national, les accords prévoient et actent que dans la 1ere et la 3e circonscription ce seront un(e) titulaire communiste désigné par leur Parti et dans la 2e un (e) titulaire désigné par le PG. Les suppléants pouvant faire l'objet de discussion dans le cadre de la réciprocité.

Les communistes de la 3e circonscription, à qui échoit cette responsabilité, ont désigné majoritairement leur candidat titulaire et suppléant.

La campagne des législatives va démarrer prochainement et la clarté doit être de mise entre nous. Les accords font force de loi et nous demandons à la candidate, membre du bureau national du PG de se prononcer publiquement pour le respect des accords, en confirmant que ce seront des candidats PCF qui se présenteront pour le Front de gauche dans la 1ere et la 3e circonscription. Nous sommes persuadés que, pour éviter que ne perdurent des tergiversations nuisibles à tous, vous saurez prendre vos responsabilités.

Le bureau provisoire de la sectionThouarsaise du PCF

Ernest Levindré, Bruno fornaciari,Joël Grellier

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF-FRONT DE GAUCHE
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre