Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 02:22

DSC 0004

C’est avec conviction que je soutiens la démarche(*)qui consiste à porter dans le débat des communistes et des autres organisations qui composent le Front de gauche, et des militants engagés dans cette stratégie, l’intérêt et l’avantage, pour le mouvement populaire tout entier qu’il y aurait à ce que André Chassaigne, député communiste porte les propositions du Front de gauche lors de la campagne des Présidentielles. Nous l’avions déjà constaté lors des Présidentielles de 2007 où, les « médias » publics, dont ma mainmise du pouvoir est avérée et dont la plupart  des « journalistes » se prêtent à sa propagande, et les médias privés, détenus par des grands groupes capitalistes dont on sait leur aversion pour le vrai changement, avaient choisi le candidat socialiste devant faire face à Sarkozy pour le 2e tour de la Présidentielle de 2007, à l'époque, Madame Royal, avec le résultat que l'on connait. Une fois posée que Sarkozy postulera, pour la droite, à une deuxième mandat,  aujourd’hui, ils installent  au casting DSK et Ségolène pour le PS en les mettant en scène, sciemment.

 

Mais cette fois-ci l'ambition est plus large encore. Ils tentent de peser sur les débats du Front de gauche pour les Présidentielles. Ils ont fait leur choix : ce sera  Jean-Luc Mélanchon candidat « naturel » du Front de gauche. Les lumières des médias l’éclairent complaisamment, ces temps-ci. Il serait ainsi "le bruit et la fureur", en quelque sorte le sauveur suprême. Cette tentative des médias, à laquelle il se prête goulument d'ailleurs, est pleine de danger. Car en personnalisant la campagne, il déssaisit les militants, et le rassemblement de tous, dans l'élaboration d'un projet et par suite, d'un programme partagé par les différentes sensibilités de gauche acquises à un changement de société.

Il en fragilise le dessein, car aujourd'hui, par calcul politicien sans doute,  les médias l'installe comme "Dieu",mais demain,  le descendront en "Enfer". La ficelle est grosse, mais s'insinue autour de notre cou si nous n'y prenons pas garde.

 

La manipulation est habile, car, si demain, après moult débats et réflexions , les militants des partis et mouvements composant le Front de Gauche, choisissaient André Chassaigne, par exemple, les communistes seraient  accusés alors, de prétendre corseter à leur profit une stratégie et une candidature, qui si elle se confirmait, serait vouée à l’échec parce qu'elle est d'origine communiste (se rappeler des débats des collectifs antilibéraux à la Présidentielle) et nuirait à toute la gauche. Le Parti étant accusé une fois de plus de briser l'espoir et de faire le jeu du PS..

Ne soyons pas dupes. C’est bien du contenu des propositions alternatives qui seront mises, avec forces et convictions au sein de la campagne présidentielle, et du nombre de militants qui les porteront que dépendra, finalement, l’influence des ces propositions et du score électoral du candidat du Front de gauche. La candidature, l'ambition, le programme,  doivent être conçus  comme un patrimoine commun à l’opposé de l’homme providentiel fût-il talentueux .

 

Ce projet, co-élaboré par les milliers de militants qui en sont à l’origine et qui les partagent doit être porté par une personnalité dont l'objectif n'est pas sa personne mais le bien commun du projet., rassembler  largement à gauche sur les propositions et les solutions alternatives aux logiques libérales. Ni conformisme de droite, ni pragmatisme de gauche.  Pour ce qui me concerne, je soutiens la candidature de André Chassaigne, que malheureusement les médias ignorent délibéremment. A ce propos, la direction du Parti serait bien inspirée de dénoncer la quasi censure des médias qui s'exerce à l'encontre de ce candidat potentiel du Front de Gauche et plus généralement des dirigeants et des élus communistes.

 

L’expérience malheureuse  des collectifs antilibéraux qui a échouée ne doit pas se reproduire.  C'est pourtant ce qui se trame, en coulisse, avec la réapparition "opportune " des objectifs "Mélanchonistes" de construire "die Linke", et la demande d'adhésion" de la FASE et du M'PEP au Front de Gauche. Cette dernière étant acceptée et souhaitée publiquement par notre camarade Jean-Luc,  les débats internes des partenaires du front de gauche passant au second plan...naturellement.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF-FRONT DE GAUCHE
commenter cet article
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 02:03

France 2 promeut la haine...

 

Ces temps-ci, le microcosme politico-médiacratique a de quoi nous inquiéter. Il suffisait de regarder "À vous de juger "sur France 2, pour en percevoir toute la perversité. Ce fut dabord le honteux tapis rouge déroulé sous les pieds de Marine Le Pen, qui, durant une heure et demie et sans vrais contradicteurs, eut le loisir de surfer à sa guise sur la crise économique, sur les ruines d’une France en atomisation sociale avancée, sur le pourrissement ultra-droitier du sarkozysme, sur les misères du monde libéral et les méfaits de l’Europe… la bonne blague ! La tentative de ripolinage opérée par la leader d’extrême droite fut une nouvelle fois grossière.  « Vous parlez comme la gauche ? », osa Arlette Chabot à la fifille de papa. Elle servit ainsi de porte-plats aux revendications de haine de lautre, à la destruction souhaitée des liens sociaux et des solidarités républicaines. Cela était plus quindécent. C’était une insulte à lidée que nous nous faisons des services publics et de la parole publique en général, dévaluée, maltraitée. Et si le danger FN existe, comme en témoignent tous les sondages, il faudra le combattre avec courage et non en gobant passivement les paroles plus ou moins adoucies dune Le Pen en voie de banalisation…

 

et les petites "affaires" du PS...

 

Mais ce n’est pas tout. Après la tribune libre accordée aux âmes noires de l’« œuvre française » pseudo-moderne, nous avons eu le droit à une séquence "surréaliste" consacrée au Parti socialiste, façon ultra Ve Républi¬que. Nos éditocrates réunis semblaient plus disposés à évoquer la question des primaires que celle du programme. Reconnaissons que, en ce moment, certains protagonistes du PS se prêtent volontiers à ce type de réflexes. Si, pour une majorité de militants socialistes, les primaires sont attendues avec bienveillance, beaucoup expriment leurs craintes qu’une vulgaire « guerre des chefs » ne vienne anéantir la construction des idées. La bataille des ego aurait débuté et avec elle, comme un vieux film tôt rembobiné, la machine à désillusionner le peuple de gauche… Entre nous, ces débats de postures sont-ils à la hauteur des enjeux actuels ? Il n’y a pas de quoi sourire. La France va mal. Et si les classes populaires se demandent légitimement : « Comment en finir avec le sarkozysme ? », c’est d’abord parce qu’elles expriment leurs souffrances sociales après des années de sacrifices…

 

Refuser la spectacularisation de la politique et la personnalisation à outrance est donc une question de dignité citoyenne.


Toute la gauche doit y réfléchir, non comme un défi, mais une exigence. Le sarkozysme est en crise et le socle sur lequel le prince-président avait construit son succès s’est profondément effrité. Quand on est de gauche, il y a tout lieu de s’en féliciter. Mais s’en contenter ne suffira pas, ce serait même mortifère. Après la séquence sociale que les Français viennent d’imposer au pouvoir, nous savons que nos concitoyens sont durablement ancrés dans une contestation du système, qu’ils critiquent désormais sans modération, et avec elle,  les « logiques du capitalisme financier » ou des solutions du FMI… Comment douter que c’est évidemment sur cet idéal d’égalité et de justice que doit se construire une dynamique de gauche ? Pour répondre à la révolte (massive) contre les injustices, la gauche doit préparer et inventer bien plus quune « alternance » douce et paisible, mais bel et bien un chan gement de société qui refonderait la République elle-même. Un enjeu de civilisation, rien de moins. Ni conformisme de droite, ni pragmatisme de gauche.

En ce domaine, la responsabilité du Front de gauche est immense. Pour bousculer l’hégémonie du PS et réinstaller une espérance crédible, qui a tant fait défaut depuis une génération….

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PCF-FRONT DE GAUCHE
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre