Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 07:18

MEDIAPART

La Porsche est la voiture de fonction du porte paroles d'Arnaud Lagardère, lequel s'est mis au service d'unoligarque, pour nier la tentative d'empoisonnement du président ukrainien, cet oligarque étant un gros client d'Euro RSCG, dont l'un des fondateurs, Séguéla, est l'ami du président à l'origine de la nomination du FMI, sans parler dugroupe Bilderberg, mystérieux comme le Da Vinci Code, ou le club du Siècle, que fréquente également DSK (transmet-il les instructions reçues du groupe Bilderberg aux membres du Siècle pour les faire appliquer aux Français ?)

Ce billard à quatre bandes d'un futur président "socialiste" n'est pas compatible avec la fonction pour qu'on puisse faire comme si de rien n'était. Il ne sait pas plus se controler que le modèle actuel. Il n'y a aucun intérêt à les substituer.

Le mode de fonctionnement de DSK, ses fréquentations et leur manière d'agir dans le secret sont antidémocratiques.

La Cour de Strasbourg juge que l'absence de transparence est signe d'arbitraire (Grande chambre 16 mars 2010 req. n° 15766/03). Les autorités publiques doivent fonctionner de manière transparente et la neutralité des fonctionnaires, des juges et des autres personnes au service de l'Etat exerçant l'autorité publique est une garantie indispensable (8 juillet 2008 req n°9103/04).

Cette obligation de transparence est manifestement méprisée par DSK. Il ne répond pas aux critères démocratiques posés par le droit européen, qui sont d'ordre public au regard du droit de l'Union d'application directe en France (Art. 6 du TFUE combiné à l'article 88-1 de la Constitution).

La Porsche est seulement un détail. Elle ne fait que cacher la forêt, du "grand forestier" contemporain.

 

 

 

 

Repost 0
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 19:08
Repost 0
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 11:08

patrick

Repost 0
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 10:57
Repost 0
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 12:05

Tribunes - le 5 Mai 2011

Comment Marine Le Pen et son parti ne reculent devant aucune manipulation.

Assez de calomnies !

Par Alexis Corbière, Conseiller de Paris, Secrétaire national du Parti de Gauche.

 

Une nouvelle infamie circule actuellement sur le Net, impulsée par des sites d’extrême droite. C’est une citation tronquée qui démontrerait que « Georges Marchais aurait voté Front national ».

De quoi s’agit-il précisément ? Des faussaires ont trafiqué une lettre de Georges 
Marchais, publiée dans l’Humanité le 6 janvier 1981, adressée au recteur de la Mosquée de Paris, qui explique la position du PCF sur la situation des immigrés.

Nous sommes alors dans les dernières années du giscardisme pourrissant. Les 
travailleurs immigrés sont accueillis, 
généralement sans leurs familles, dans 
de sinistres conditions, concentrés contre leur 
volonté dans les mêmes communes, 
en banlieue parisienne, majoritairement communistes. Grâce aux militants du PCF, des mobilisations ont lieu pour apporter des réponses concrètes afin qu’on détruise les bidonvilles et que chacun soit logé dans des conditions dignes.

C’est dans ce contexte que, à la veille 
de Noël 1980, le maire giscardien de Saint-Maur fait détruire un foyer d’immigrés et les refoule tous vers Vitry dont la municipalité est communiste. Désemparés, ces travailleurs se concentrent dans un foyer totalement vétuste qui devait être rénové. Le drame humain est à son comble, aucune condition de sécurité n’est respectée. Le gouvernement giscardien se lave les mains du problème. Pour éviter l’accident et refuser le coup de force du maire de Saint-Maur, le maire de Vitry décide de faire détruire ce foyer 
insalubre. Cette décision est une lourde erreur politique, qui va fort légitimement choquer beaucoup de gens. Mais elle n’est pas un geste raciste dirigé contre les immigrés. C’est un coup de colère contre les maires de droite qui chassent tous les travailleurs immigrés pour les concentrer aux mêmes endroits dans les pires conditions.

C’est de cela dont parle Georges Marchais dans sa lettre : « La cote d’alerte est atteinte : il n’est plus possible de trouver des solutions suffisantes si on ne met pas fin à la situation intolérable que la politique raciste du patronat et du gouvernement a créée. C’est pourquoi nous exigeons une répartition équitable des travailleurs immigrés entre toutes les communes. » Le FN manipule cette phrase en laissant croire que l’expression 
de « cote d’alerte » est à propos de l’immigration. C’est faux. Avec clarté, Marchais pré-cise : « Ce qui n’a rien à voir, avec la notion non scientifique et raciste d’un prétendu “seuil de tolérance” dont nous ne parlons jamais. » Aujourd’hui, on dirait qu’il exige une réelle « mixité sociale ».

Ce faisant, il est vrai que, dans sa démonstration, Georges Marchais a une exigence sur laquelle le PCF reviendra très vite : « Il faut arrêter l’immigration, sous peine de jeter de nouveaux travailleurs au chômage (…). Je précise bien : il faut stopper l’immigration officielle et clandestine. » Comme le PCF aujourd’hui, je suis en désaccord avec cette phrase qui sous-entend que les travailleurs immigrés sont responsables du chômage qui augmente. Cette vision est fausse. La preuve ? Depuis le début des 1980 le chômage a pratiquement quadruplé alors que le nombre d’étrangers présents sur le territoire a stagné. L’un n’a donc pas de lien avec l’autre. Georges Marchais se trompe, mais il est abject de comparer ses propos avec ceux actuels du FN. Car, aussitôt après, il écrit avec fermeté :« Mais non chasser par la force les travailleurs immigrés déjà présents en France (…). Nous disons également : il faut donner aux travailleurs immigrés les mêmes droits sociaux qu’à leurs camarades français. » Le propos est donc clair, rien à voir avec Marine Le Pen. « Nous pensons que tous les travailleurs sont frères, indépendamment du pays où ils sont nés, de la couleur de leur peau, des croyances, de la culture, des valeurs ou des coutumes auxquelles ils sont attachés », ajoute-t-il. Il conclut, fidèle au combat que le PCF a toujours mené : « C’est pourquoi dans les entreprises et les cités, nous invitons les travailleurs immigrés et français non pas à se combattre entre eux, mais à unir leurs forces contre les vrais 
ennemis commun, les exploiteurs et ceux qui les servent. »

Tout démontre donc que les manipulations à coups de ciseaux du FN sont de basses calomnies. À la lecture attentive, jamais le contenu de cette lettre ne peut être assimilé aux propositions de « préférence nationale » mises en avant par les membres de la famille Le Pen. Ces derniers veulent expulser les étrangers et les priver de tous droits sur le territoire, Georges Marchais propose à l’inverse la totale égalité des droits entre travailleurs.

Le débat doit se poursuivre à gauche 
sur toutes les questions y compris celles complexes de l’immigration. Mais il est une chose que nul ne peut accepter. C’est que l’on salisse l’honneur d’un homme et d’un militant qui s’est battu sans relâche toute sa vie pour les intérêts des travailleurs, quelles que furent leurs nationalités.

Défendre la mémoire de Georges Marchais face aux ragots de l’extrême droite, c’est défendre l’honneur de toute la gauche.

Alexis Corbière

Repost 0
4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 14:52

arbre-jaune-huile-s-toile-41x33cm-comp-

1976 - Licence Arts Plastiques PARIS VIII 1982 - CAP taille de pierre ANGERS FPA 1984-1986 Formation musicale technique d’orchestre (piano) I.A.C.P. PARIS

EXPOSITIONS COLLECTIVES

1989 PARIS – Salon des Indépendants 1990 PROVINS - festival charivari 1991 PARIS - Salon d’automne Grand-Palais 1992 PARIS – Galerie de Nesles 1993 PARIS BASTILLE - Marché d’Art Contemporain 2000 VILLENEUVE-LES-BEZIERS - Festival de Jazz 2002 ARTENIM Foire internationale d’art contemporain-Galerie Didier Vesse

-arbre-roux-huile-s-toile-41x33cm-comp

CHATEAU DE CASSAN Media Forum 2003 ARTENIM Foire internationale d’art contemporain-Galerie Erwana D.Vesse 2003 STRASBOURG - Hôtel Hilton 2003 ARTENIM Foire Internationale d’art contemporain-Galerie Erwana D.Vesse 2004 LUNEL – Espace Louis Feuillade 2004 STRASBOURG - Hôtel Hilton 2005 AVIGNON - GALERIE DUCASTEL 2006 PEZENAS - GALERIE HOTEL DE WICQUE 2006 PEZENAS - GALERIE HOTEL DE WICQUE 2007 ARTENIM - GALERIE DIARIO DI BORDO 2008 BAGES marché de l’Art

arbre-rose-huile-s-toile-41x33cm-c-copie-1

EXPOSITIONS PERSONNELLES

1982 ANGERS - Maison de la Culture 1985 PARIS – 11e - Institut Art Culture et Perception – rue Oberkampf 1990 PROVINS - (77) GALERIE REINE BLANCHE

1993 PARIS – 6e - rue de l’Abbé Grégoire GALERIE DE CASTELNOU 1995 PARIS - 3e - rue Payenne MAISON MANSART 1996 PARIS LA VILLETTE – 19e Hôtel Forest Hill 1998 PROVINS - (77) Hôtel de Savigny

2002 PEZENAS - GALERIE DIDIER VESSE 2003 PEZENAS - GALERIE ERWANA D.VESSE 2004 PEZENAS - GALERIE ERWANA D.VESSE 2004 STASBOURG - HOTEL HILTON GALERIE D.VESSE

2005 PEZENAS - GALERIE ERWANA D.VESSE 2006 MUSEE DE FRONTIGNAN 2007 MONTPELLIER - GALERIE DIARIO di BORDO – rue Saint Côme 2010 ASS. LE MERIDIEN Notre-Dame de la Rouvière (30)

LEA CIARI

5, BD Aristide Briand 34480 POUZOLLES Tel 04-67-24-89-92

Née le 25-09-1953 à Boulogne-billancourt 92 Vit et travaille en Languedoc-roussillon depuis 1999

FORMATION

( prix d’adjudication sur artprice.com) plaquette-lyre-de-paille-definitive-1-web.jpg

AUTRES PRATIQUES ARTISTIQUES

1982 - 1983 - 1984 - 1990 - 1991 -

1994 - 2000 -

2002 - 2005

2006 -

2007 - 2008 -

2010 - 2011-

ANGERS - tournage d’une vidéo sur un chantier de fouilles Gallo-romaines ANGERS - intervention plastiques dans site historique (installations) SARCELLES 93 réalisation d’un mur peint avec des enfants mur peint dans appartement privé (trompe-l’œil)

Conception, mise en espace d’un spectacle poétique et musicale : LA MARELLE PROVINS – rencontres poétiques avec la revue ALEXANDRE habit-de-nacre-huile-s-toile-92x73-comp (2)

AGDE –MAISON DES SAVOIRS lecture musicale de poésie de J.P.Roques

Participation à diverses lectures et musique avec l’association HUMANISME ET CULTURE dans le département (34),

MUSEE DE FRONTIGNAN : Spectacle LECTURE DE POESIE et musique « Les peintres chanteurs »

Création de l’association « LYRE DE PAILLE » avec Patrick Geffroy, (interventions dans les lycées, médiathèques... lecture de poésie et musique

LIBRAIRIE DOMENS Pézenas . diverses lectures de poésie et musique SALCES (34) : FESTIVAL DE POESIE : »La poésie courtoise d’hier et d’aujourd’hui » : lecture et musique.

MUSEE DE PEZENAS soirée « correspondances » musique , peinture, poésie avec l’ass. « les Amis de Pézenas «

MEDIATHEQUE Edmond Charlot PEZENAS lecture musicale : “la poésie n’est pas seule”

Repost 0
30 avril 2011 6 30 /04 /avril /2011 11:14
Repost 0
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 13:22

En ce jour du 28 avril à 14 H30, je sors d'un repas arrosé d'un vin d'Anjou doux à l'estomac mais décapant pour l'esprit.`

Au cours des débats avec mes convives, nous avons abordé et débattu les choses qui nos tracassent. Salaire, emploi, éducation des enfants, le nucléaire, la santé les transports etc..

Au fir et à mesure de nos discussions, je me suis aperçu que mes interlocuteurs, moyennement jeunes, dans la vie active, étaient sassez fatalistes, en raison sans doute de l'ignorance des possibles.

C'est alors que je me suis dit: "mais bon dieu mais c'est bien sûr!" : Ils ne lisent pas "l'Humanité" ni "l'Humanité .Dimanche".

Parce que sinon, ils sauraient.

Et en effet, lorsque je leur ai mis sous le nez, "l'Humanité" du jour et ""l'Humanité Diamanche" de la semaine, et que nous les avons décortiqués, j'ai senti chez eux, une nouvelle atmosphère, une espèce "d'EUREKA", une curiosité, une re-mobilisation, une envie jusque-là éteinte. Je ne sais si elle perdurera. Mais, cette éjaculation curieuse me donne espoir. Oui, bien sûr, soyez moins cons, LISEZ "l'Humanité".

J'imagine bien volontiers la réaction à cette invitation, notamment par sa forme.  Mais à y réfléchir un peu. Oui, nous sommes bercés, emmenés, conduits, chéris parfois, sollicités, engagés, pris à témoins, valorisés, interrogés,  flattés, séduits, etc.. pour "avaler" "digérer", reproduire, dupliquer,  acquiescer, soutenir, approuver les concepts, les idées, les situations que nous distillent chaque jiour, heure par heure des médiaset ds journalistes tout acquis aux "bienfaits" de la civilisation ( le capitalisme).

Sans qu'il soit possible de n'en rien changer, sinon que les quelques excès.

Ouvrez les yeux vous dis-je. OUI, lisez "l'Humanité".

Ne me croyez pas sur parole. Essayez tout simplement. 1,40 € au numéro pour "l'Huma" et 2,50 € pour "l'HD"

Cela est à votre portée pour, comme le dit l'autre, être moins et un peu plus.

Vous êtes choqué ? Allons, respirez un peu, et au fond, vous êtes d'accord avec moi, vous savez bien que de radios en télés, de quotidiens en presses magazines ou people l'on vous dirige, et au pire, on vous manipule. Alors, laissez tomber les préjugés. Chiche ! Achetez "l'huma"

Après votre essai, vous me remercierez peut-être!

bciariorange.fr pour réponse.

 

Bonne journée

 

Repost 0
23 avril 2011 6 23 /04 /avril /2011 07:34

2012 comme si vous n'y étiez pas!

Les pages des journaux et les "talk show" audiovisuels sont envahis de considérations spéculatives sur l'issue de la présidentielle de 2012. C'est fou ce que l'on peut consacrer d'énergie à affirmer des choses que l'on ne connaît pas!

 

 Première affirmation: il y aura pléthorre de candidats. En 2007, ils étaient douze; en 2002, seize. Pas sûr qu'ils soient plus nombreux en 2012. Il faudrait qu'André Chassaigne (PCF), Dominique de Villepin, Jean-Louis Borloo, Hervé Morin ou Nicolas Hulot aillent jusqu'au bout. L'UMP, le PS et les écologistes n'auront qu'un candidat chacun. Rendez-vous dans neuf mois.

Nicolas Sarkozy est foutu. Oui, peut-être. Sauf que jamais un sondage n'a donné le vainqueur un an avant. La plupart du temps, les gagnants étaient donnés battus à plate couture. Sinon, Edouard Balladur ou même Lionel Jospin auraient été élus président de la République. Et il ne faut pas sous-estimer l'énergie de l'animal blessé.

DSK va gagner. Oui, peut-être. Il faudrait d'abord qu'il soit candidat (fin juin, début juillet) pour voir comment se passerait son atterrissage sur le sol politique national. A commencer par la primaire. Parions que la cote de DSK baissera - et on ignore jusqu'où - au fur et à mesure qu'il devra prendre des engagements.

Hulot ne va faire qu'une bouchée de Joly. Attendons de voir. Sa déclaration de candidature n'a pas fait d'éclats. La primaire écologiste ne l'emballe pas. Déjà il commence à dire qu'il se retirerait si sa candidature devait favoriser Marine Le Pen.

Marine Le Pen sera au second tour. Oui, peut-être. Aux cantonales, le Front National a totalisé moins de voix qu'en 2004. En fait, tout dépend de la mobilisation des électorats de la droite classique, du centre et de la gauche. Et il ne tient qu'à vous, chers amis et confrères, de ne pas la surreprésenter dans vos colonnes et sur vos antennes!

Bref, à 365 jours (+ 1, car il y a 29 jours en février 2012) du premier tour, on ne cesse d'aligner des affirmations péremptoires à partir d'éléments totalement incertains. Comme on dit, le papier ne refuse pas l'encre. Allez, passez un bon week-end de Pâques!

M.U.

Repost 0
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 23:44

L'invité de la semaine

Journaliste, Réalisateur (*).

Grâce à la proposition de l’Humanité, me voilà libre d’écrire dans cet espace ce que bon me semble. Pour cette première « carte blanche », je voudrais revenir en Tunisie où, malgré la répression, les pressions du FMI et de l’Union européenne, le peuple est parvenu à balayer Ben Ali et sa dictature, suivi un peu plus tard par le peuple égyptien. Il y a quelques semaines, j’étais en Tunisie pour le tournage du documentaire Dans le secret des licenciements. Salaires mensuels de 100 à 200 euros, tout juste de quoi survivre. Ainsi les délocalisations, présentées comme une aubaine pour les pays comme la Tunisie, détruisent les emplois dans notre pays et contribuent à la misère dans le pays d’accueil. On comprend mieux les louanges adressées pendant des années par les puissants à la dictature de Ben Ali. Mais cela fait-il méditer les plus hautes autorités du pays ?

Jeudi, le président de la République était l’invité de TF1 pour « parler aux Français ». Un panel trié sur le volet, des questions bien posées pour des réponses rodées. Aucune contradiction. Un animateur chargé de faire respecter l’ordre si besoin était. Adieu démocratie. Lorsque la communication prend le pas sur l’information, alors nous sommes dans la manipulation !

Naïvement, 8 millions de téléspectateurs attendaient des réponses aux questions posées par la crise. Sur les dégâts provoqués par le capitalisme qui rejette en France un salarié supplémentaire chaque minute dans la misère, renforçant la pauvreté à un pôle de la société lorsqu’à l’autre pôle la richesse s’accumule… 
Sur un système et un pouvoir qui a renfloué les banques sans contrepartie, qui organise les délocalisations, en l’occurrence en Tunisie. Sur la remise en cause des acquis sociaux, les retraites, avant de s’occuper de la Sécurité sociale… Sur les services publics saccagés… Sur tout cela, rien, ou presque, dans le monologue présidentiel qui tourne en boucle. 
Il n’empêche, la révolution tunisienne a inauguré une nouvelle ère…

 

(*) Auteur de Qui veut la peau du service public ? Éditions J.-C. Gawsewitch.

Jacques Cotta

Repost 0

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre