Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 01:41

bruno saumur

 

L'enquête publique a donné lieu à une participation importante des riverains et des habitants du territoire d'implantation.

Très majoritairement (479 contre 234) ils s'opposent à ce projet qui, estiment-il conduira tout à la fois à des destructions de l'environnement, à des dégradations de leur cadre de vie et d'un impact négatif sur les conditions d'exploitation de la filière porcine paysanne.

 

Le rapport de l'enquête publique évoque à peine les arguments des opposants au projet et considère que ce dernier est conforme à la loi et qu'après quelques aménagements, pourrait recevoir éventuellement validation des autorités.

 

Mais c'est sans compter sur l'opposition résolue des populations qui se mobilise avec l'association "BON VENT" qui ne renonce pas et qui compte près d'un millier d'adhérents.

 

Les concepteurs de cette porcherie industrielle  ont prévu de faire appel aux banques pour 3 ou 4 millions d' euros. Ainsi, l'argent déposé par nous-mêmes serait utilisé pour qu'un projet qui rencontre l'hostilité de nombreux clients de ces banques voit le jour. Ce n'est acceptable.

 

C'est la raison pour laquelle je propose la création d'un pôle public régional composé du groupe des Caisses d'epargne, des banques mutualistes, de la caisse des dépôts, avec participation de la région et des différentes collectivités, des syndicats professionnels et ouvriers, des usagers, etc.  Ce pôle public aurait vocation à étudier de tous les points de vue (industriel, financier, environnemental, économique, humain, écologique)  ce type de projet et éventuellement autoriser ou financer le crédit dès lors ,que le celui-ci aurait obtenu le "label" d'utilité sociale et écologique.

 

REFERENDUM D'INITIATIVE POPULAIRE

 

Madame la Préfète ne doit pas nous imposer la porcherie que nous ne voulons pas.  Nous avons notre mot à dire.


A l'exception du conseil municipal de Saint-Varent, tous les autres se sont prononcé contre la porcherie industrielle à LUZAY.  Je propose l'organisation d'un référendum d'initiative populaire, précédé d'un grand débat citoyen, qui répondrait à la question OUI ou NON à  l'implantation de cette maternité porcine industrielle. La révison constitutionnelle de 2008 en ouvre la possibilité. 


Car la démocratie doit pouvoir s'exprimer surtout lorsqu'il s'agit de la vie de plusieurs centaines de familles et de celle d'un territoire. La souverainenté populaire c'est du concret. Et que l'on vienne pas nous dire que c'est imposible à l'heure où les Egyptiens chassent Moubarak et les Tunisiens Ben Ali. C'est pourquoi, je suis persuadé que les élus qui se sont prononcés contre ce projet soutiendront ma proposition et auront à coeur d'y apporter leur concours. 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PORCHERIE LUZAY-ST VARENT
commenter cet article
17 décembre 2010 5 17 /12 /décembre /2010 01:25

 

Avec le vote de l’amendement LE FUR (député UMP) qui vise à favoriser la concentration des élevages de porcs, l’inquiétude est relancée s’agissant de la maternité porcine sur notre territoire.

En effet, la loi de modernisation de l’agriculture et de la pêche (LMAP) sous prétexte de garantir des prix stabilisés aux exploitants, avec ce texte « ne fait qu’accompagner la fuite en avant vers l’agrandissement de la concentration de l’outil agricole » et «la loi anticipe le libéralisme total redouté dans le cadre de la PAC 2013, en faisant sauter tous les outils de régulation ». Le texte propose de relever le seuil à parti duquel les porcheries – et plus généralement les élevages- seraient soumises à autorisation (ICPE) qui prévoit notamment une étude d’impact sur l’environnement.

Alors qu’une exploitation y est contrainte dès 450 têtes, le député Le FUR propose d’élever ce seuil à 2000 têtes, pour dit-il assurer une meilleure rentabilité aux élevages dès lors plus concurrentiels face à l’Allemagne. On va permettre ainsi une concentration des élevages et donc un accroissement des lisiers. C’est la priorité au porc industriel contre le cochon de qualité. Le nombre d’éleveurs à été divisé par deux en 20 ans et l’augmentation de volume n’a en rien réglé le problème de revenu des producteurs porcins. Un face à face avec la grande distribution serait mortifère pour les petits producteurs et les grandes unités industrielles porcines coupables de dégâts irréversibles aux populations et à l’économie touristique des territoires concernés. Et Mr Le FUR de prévenir : « si le décret colle au texte de loi, cela permettra de faire des regroupements sur un site existant sans en passer par une étude d’impact » Nous voilà prévenus. Raison de plus pour rester vigilants et exiger le retrait du projet de maternité porcine. Une fois de plus, les communistes thouarsais se prononcent pour la promotion de l’agriculture paysanne et contre un productivisme forcené qui ne poursuit qu’un but : le profit. Au détriment des filières agricoles familiales respectueuses de la nature et des hommes.

 

Bruno FORNACIARI

 

Article paru dans la NR en septembre 2010

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans PORCHERIE LUZAY-ST VARENT
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre