Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 octobre 2017 3 04 /10 /octobre /2017 08:57

Il faudra toujours compter avec le groupe CRC 

Sénatoriales 2017 -

 Par / 24 septembre 2017

Nombreux sont les commentateurs qui annonçaient la disparition corps et âme du groupe communiste républicain et citoyen.

Les résultats démentent clairement ces annonces : le groupe CRC dépasse nettement la barre des 10 sénatrices et sénateurs nécessaires pour constituer un groupe.
Malgré un contexte défavorable, l’élection se fonde sur les résultats difficiles des élections municipales de 2014, les candidates et candidats présents sur les listes de rassemblement, dans le cadre du scrutin proportionnel ou individuellement dans le cadre du scrutin majoritaire, auxquelles participait le PCF ont attiré un nombre de suffrages bien supérieur à ce qui avait pu être prévu.

La brutalité de la politique menée par E. Macron à l’égard du peuple avec les ordonnances antisociales sur le Code du travail et la destruction annoncée du logement social, mais aussi à l’égard des collectivités territoriales et du service public, ont porté l’exigence du maintien d’un groupe qui, hier comme aujourd’hui, s’est opposé sans hésitation à la dérive libérale qui marque notre pays depuis des décennies.

Un groupe de combat, mais aussi un groupe de propositions pour démontrer sans manichéisme qu’une alternative pour le progrès social est possible dans ce pays.
Dès la rentrée parlementaire, les sénatrices et sénateurs du groupe CRC engageront la bataille contre la ratification des ordonnances, ratification qui, seule, peut leur donner force de loi.

Ils mèneront le combat contre un projet de budget au service des plus riches en montrant qu’une autre répartition des richesses peut fonder une nouvelle politique économique, source de plein emploi.

Le groupe CRC oeuvrera au rassemblement, nécessaire et urgent, pour stopper les coups de boutoirs d’Emmanuel Macron contre les intérêts populaires.

Il remercie les délégué-e-s sénatoriaux qui les ont soutenus et leur renvoie ce message : vous pouvez compter sur nous, la lutte continue !

Repost 0
30 septembre 2017 6 30 /09 /septembre /2017 05:06
Repost 0
23 septembre 2017 6 23 /09 /septembre /2017 08:31

Torreton à Mélenchon : "On ne construit pas l'avenir sur un déni de réalité"

Torreton à Mélenchon : "On ne construit pas l'avenir sur un déni de réalité"
Jean-Luc Mélenchon à la tribune en juin 2017 (Claude Paris/AP/SIPA)

Une lettre ouverte du comédien au leader de la France insoumise.

Cher Jean Luc Mélenchon

Vous avez perdu les deux dernières élections majeures de ce pays. Les règles du jeu vous étaient connues : les modes de scrutin, la constitution... Instruit et passionné d'histoire et de politique comme vous l'êtes, je doute qu'un aspect, même mineur, relatif aux procédures électorales ait pu vous échapper. Votre tactique, vos choix stratégiques étaient donc établis et approuvés en parfaite connaissance de cause.

Ceci étant posé, il me paraît alors évident que ces deux échecs sont les vôtres et uniquement les vôtres. Inutile d'invoquer l'altitude, le vent et la nature du terrain, Benoît Hamon ne serait en aucun cas actuellement votre Premier ministre car vous affirmiez, battant campagne, qu'il n'était pas question de marchandages et de tractations comme cela se passe habituellement dans les appareils politiques, appareils que vous n'avez eu de cesse de pourfendre.

Publiquement, aucun message autre que la reddition en rase campagne en chemise blanche et clefs de la ville autour du cou ne nous est parvenu de la France insoumise à nous autres bourgeois conformistes de Calais qui ne pensions pas tout à fait exactement comme vous. Hamon était le bienvenu s’il renonçait à tout. Les phrases sont nombreuses et j'invite tous les insoumis qui s'étrangleraient en lisant ces lignes à retrouver les déclarations et les gestuelles de leur chef qui le prouvent irréfutablement. 

Vous aimez cet article ?Inscrivez-vous à la Newsletter de l'Obs

Il n'y avait pas d'accord possible. Vous nous l'avez suffisamment martelé. Dire aujourd'hui que vous avez perdu l'élection à cause de Benoît Hamon est un déni de réalité et vous le savez. En revanche votre stratégie n'a pas été la bonne : vous vouliez être président et vous n'avez pas passé la barre du premier tour ; vous vouliez imposer la cohabitation en devenant le Premier ministre du Président Macron et pour se faire les Français, les gens donc, vous ont gentiment accordé 15 députés.

Forfaiture

Si je vous dis tout ça c'est que, en accompagnant mes enfants à l'école, je suis tombé sur une affiche nous invitant à vous rejoindre le 23 septembre pour "marcher contre le coup d'État social". Autant votre sortie sur le PS comparé à "un zoo dont les animaux se garderaient tous seuls" m'a fait rire, autant ce slogan écrit et collé sur les murs me paraît grave.

Emmanuel Macron a gagné l'élection sur un programme et une méthode. Devenu président, il applique son programme et sa méthode. Il n'y a donc, ni de près ni de loin, un coup d'État. Cela s'appelle la démocratie. On peut exprimer ses doutes, voire ses craintes et son mécontentement, mais utiliser cette expression de "coup d'État" est indigne. Si ce qui se passe en France est un "coup d’Etat social", je ne sais comment qualifier le régime politique de Maduro.

C’est choquant et, au regard de votre parcours politique, c’est une forfaiture, c'est-à-dire un manquement grave à une parole donnée. Et cette parole n'est autre que votre si longue carrière politique : vous avez été conseiller général, président délégué du conseil général de l'Essonne, ministre, député, sénateur... Vous êtes depuis des décennies un serviteur des institutions de ce pays, dans la majorité comme dans l'opposition et de ce point de vue, c'est-à-dire du point de vue de votre parcours dans les différents institutions de ce pays, vous faites partie de ce système qui autorise des élections et permet des changements de gouvernance.

S’il y a un homme politique en France qui ne peut pas dire ça sans se déjuger immédiatement, c’est bien vous. Assimiler la politique d'Emmanuel Macron légitimement élu à un coup d'État social est une forfaiture... ou alors soyez quitte vis-à-vis de la nation et redonnez aux Français, aux gens, l'intégralité des sommes que vous avez perçues de l'État durant votre longue carrière politique. Redevenu libre et reniant votre passé, vous pourriez alors utiliser les formules les plus percutantes pour attaquer la politique de ce gouvernement et affirmer, pourquoi, pas que les élections étaient truquées comme cela vous a chatouillé un temps le soir des résultats du premier tour de la présidentielle.

Analyser la défaite

A quoi devons-nous nous attendre dans les prochains jours ? Un appel à prendre le maquis ?  À organiser des sabotages ? Les mots ont un sens et, vous qui êtes cultivé, le savez trop bien : l’écho des formules à l’emporte-pièce peut tuer. Des régimes totalitaires, ici comme ailleurs, ne nous l'ont que trop prouvé. Il est un peu désespérant qu'un homme politique se revendiquant des valeurs pacifistes et humanistes en arrive à utiliser ces grosses ficelles de propagande pour exciter les foules, sans doute pour lui faire oublier que le meilleur moyen de lutter contre cette réforme du code du travail eut été de remporter les élections.

Car ce fameux "coup d’Etat social" ne méritait-il pas d’appeler au rassemblement avant les élections ? Et pour cela faire preuve d’un peu moins de morgue et de mépris envers les différentes composantes de la gauche ?

Je vous fais grâce de l’urgence écologique pour laquelle j’étais venu vous rencontrer sur un plateau de France Télévision avant le dépôt des candidatures, urgence écologique qui a elle seule méritait une union sacrée des forces progressistes, beaucoup plus que des ordonnances qui peuvent être annulées dans cinq ans. Mais partagions-nous réellement cette urgence ?

Le meilleur service que vous puissiez rendre au peuple de gauche serait, à mon sens, d'analyser votre défaite car on ne construit pas l'avenir sur un déni de réalité.

Cordialement,

Philippe Torreton

Repost 0
13 septembre 2017 3 13 /09 /septembre /2017 09:55
 
Une candidature à la François Ruffin

Les communistes présentaient une contreproposition, toujours dans cette même 5e circonscription, celle de la candidature d’un salarié d’Ecopla, lutte emblématique de la vallée à l’automne 2016 et au printemps 2017 pour la création d’une SCOP. Ce que ce dirigeant de la lutte avait accepté, à la condition que le PCF, la FI et EELV se retrouvent unis autour de sa candidature. Mais la FI est restée sur son exigence de ralliement. Le candidat qui aurait pu représenter toutes les forces de gauche n’a donc pas donné suite.

Ces discussions de la dernière chance se sont déroulées entre le 8 et le 12 mai, à la veille du dépôt des candidatures qui a eu lieu le 19 mai.

Echanges de courriels sur « la candidature Ecopla », dans la 5e, à télécharger ici

Situation ainsi caractérisée par le responsable local des Verts, dans un courriel daté du 12 mai : « Hier soir, la coordination départementale d’EELV a constaté l’échec d’un rassemblement des principales forces de gauche et écologistes sur la 5e. La responsabilité en revient clairement à FI. Je ne m’étendrai pas sur le sujet, ça laisse un goût bien amer au fond de la gorge. Quand on « pèse » quasi 20%, cela implique de prendre ses responsabilités et rendre les convergences possibles, dans le respect de l’identité et de l’histoire de chacun. C’est un crève-coeur pour nous qui pensions que la candidature de XXX permettrait ici, sur la base de la mobilisation des Ecopla derrière laquelle nous nous sommes tous retrouvés, de dépasser les logiques de repli sur soi ».

Les militants communistes à la porte des entreprises, ici dans la zone industrielle de Jarrie.

Nous ne pouvons pas négocier

Dans les deux circonscriptions du Nord Isère (la 6e et la 10è), les communistes, après s’être réunis le 3 mai, proposaient à la FI une rencontre le samedi 6 mai.

La réponse a été sans ambiguïté :

«  Au niveau local, nous ne pouvons négocier car nous n’avons de mandat pour ce faire. De plus le national nous demande expressément de ne pas négocier au niveau local pour éviter de gêner les négociations nationales. »

Echanges de courriels dans le Nord Isère, à télécharger ici

Dans la 10e circonscription, un communiqué a été envoyé à la presse début mai. Il fait état de la proposition des communistes d’une candidature commune, le titulaire étant membre de la FI. Proposition qui n’a pas reçu de réponse.

Communiqué de presse, 10è, à télécharger ici

Refus également de discuter dans la 4e circonscription, la candidate communiste proposant le rassemblement dès le 24 avril et encore le 10 mai, à la veille du dépôt des candidatures – elles étaient enregistrées à la préfecture entre le 15 et le 19 mai à 18h.

Echanges de textos dans la 4e, à télécharger ici

De l’ensemble de ces prises de contacts se dégage une argumentation constante de la part de la FI partout où des accords pouvaient être trouvés : le ralliement obligatoire et préalable à la bannière de la France insoumise; la signature de la charte de la France insoumise impliquant le renoncement du PCF à une activité parlementaire et un accès au financement public sous le contrôle de la France insoumise; et l’absence de mandat des représentants locaux de la France insoumise pour discuter avec d’autres militants de gauche.

L’ensemble de ces tentatives se concluait par un échange de textos entre Annie David, secrétaire de la fédération communiste de l’Isère et Alain Dontaine, responsable du parti de gauche et de la France insoumise.

« C’est trop tard », indiquait ce dernier à cette ultime proposition de débattre de candidatures communes, notamment dans les trois circonscriptions de l’agglomération grenobloise où le PCF suggérait de discuter d’un accord qui aurait assurément permis la présence au second tour d’un candidat FI, EELV ou communiste dans les trois circonscriptions.

Cet échange a eu lieu le 12 mai.

Le 16 mai, trois jours avant la clôture du dépôt des candidatures, la fédération du PCF publiait une déclaration pour regretter cette situation.

Déclaration du PCF Isère, le 16 mai, à télécharger ici

Le cas El Khomri

Au niveau national, le exemples de refus de candidatures communes par la France insoumise sont légion. Citons celui de la circonscription parisienne dans laquelle se présentait Myriam El Khomri, ancienne ministre de la loi travail, avec le soutien du président de la République, finalement battue au second tour par le député LR qui avait le soutien du Premier ministre.

Caroline de Haas est la militante féministe qui a lancé la pétition contre la loi El Khomri, pétition qui a recueilli un million et demi de signatures l’an dernier. Elle s’est proposée comme candidate de la gauche de transformation et écologiste contre Myriam El Khomri, la ministre de la loi « travail », dans la 18e circonscription de Paris. Tout le monde a dit oui, sauf la FI (voir l’historique des discussions : https://blogs.mediapart.fr/carolinedehaas/blog/130517/lunite-est-un-co…) , c’est son droit.

C. de Haas a été la cible d’insoumis qui ont tenter de discréditer sa candidature en faisant courir le bruit qu’elle aurait soutenu B. Hamon à la présidentielle ( témoignage de Caroline de Haas dans cette vidéo : http://www.regards.fr/web/article/caroline-de-haas-le-ps-n-est-plus-un… ), ce qui est faux.

Le secrétaire national d’EELV, après avoir lancé un appel au rassemblement pour les législatives, a reçu de la FI la même réponse que celle faite au PCF. La réaction de David Cormand montre à quel point cette proposition est inacceptable : « Nous avons reçu une fin de non-recevoir de la France Insoumise puisque son exigence, c’est la soumission » (Libération, 5 mai 2017, « Législatives, pas d’accord national trouvé entre la France insoumise et EELV »).

 

Le bilan : 9 + 1

Dans les dix circonscriptions de l’Isère, sur la bases des résultats du premier tour des législatives, l’addition des suffrages obtenus par les communistes et les candidats de la France insoumise, aurait permis à la gauche d’être présente au second tour dans quatre circonscriptions (2e, 3e, 5e, 9e), cinq si l’on tient compte du score des Verts dans la 1ere.

Il ne s’agit là que d’une simple addition : la dynamique de candidatures communes offrant la perspective de l’élection de plusieurs députés aurait sans aucun doute augmenté ces chiffres tout en faisant reculer l’abstention qui a été, pour le département de l’Isère, de 51,09% le 11 juin, lors du premier tour des législatives.

Dans les dix circonscriptions iséroises, la gauche de transformation sociale n’a participé au second tour que dans la troisième. Le 18 juin, neuf députés LREM ont été élus, accompagnés d’une députée socialiste dans la quatrième circonscription.

 

 
Luc Renaud
Repost 0
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 08:12
Repost 0
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 11:50
Comme plusieurs d'entre vous, j'ai des réserves ou des désaccords sur certaines dispositions du programme, de la stratégie ou de déclaration du candidat Mélenchon. Cependant, j'écoute tous les candidats et force est de constater que celui qui me parait être le plus proche de mes propres convictions s'avère être le candidat que soutient mon parti le PCF. Je note aussi que Mélenchon en s'expliquant davantage s'approche encore d'elle. Bien sûr je peux déplorer que sur la question européenne il fait trop peu de cas à mon avis des interventions citoyennes et politiques des peuples européens et du peuple français lui-même. Oui je pense que la maîtrise de l'économie et de la finance ne peut se régler uniquement par un partage moins injuste des richesses, mais par une vraie maîtrise des banques et du système financier pour avancer sur de nouveaux critères de gestion. Oui, je sais qu'il revendique une stratégie dégagiste (qui pourrait faire ses preuves) en considérant second les partis politiques. Voire. Une réflexion de Mélenchon sur sa péniche appelant les spectateurs à faire et à participer, me laisse penser que les partis politiques ont encore, évidemment ôur moi, un grand rôle à jouer, dans les mobilisations et surtout dans les options politiques. Oui, je peux évoquer encore d'autres sujets qui me grattent.
Mais sur des sujets essentiels, emploi et salaires directs et différés, droits nouveaux des travailleurs, libertés, paix, éducations, investissements publics, préservation de l'agriculture et de l'industrie, élargissement de l'accès à la culture et la protection des artistes... beaucoup de thèmes rejoignent mes préoccupations et y répondent pour partie. C'est faire confiance au peuple, aux débats démocratiques qui enrichiront encore le programme et la pratique. Rien n'est figé. Tout au contraire. Tout devient possible. Les paroles maladroites ou regrettables concernant une majorité sans frondeurs, ne me feront pas dévier de l'essentiel. Eliminer les candidats du libéralisme et de l'aggravation d e la crise pour la grande masse de nos concitoyens. Ouvrir des perspectives enthousiasmantes de progrès sociaux, démocratiques et pacifiques. Mélenchon au 2e tour peut lever l'énergie populaire d'un changement attendu depuis des décennies. Et le rôle des partis qui se présentent comme révolutionnaires n'est-il pas de favoriser le possible aujourd'hui à notre porte? Je me refuse de me décourager en votant inutile ou blanc, ce qui reviendrait finalement à refuser le changement possible même s'il n'est pas tout celui que nous aurions voulu. Mais serait-est-ce un progrès ou un recul ? Bon tout indique, les personnes que je rencontre sont très intéressées, les regards et les décisions de vote bougent, que cela va dans le bon sens. Notre combat en sortira renforcé et validé. La fenêtre s'ouvrira-t-elle sur la lumière ?
C'est de notre responsabilité collective...et personnelle.
Repost 0
15 avril 2017 6 15 /04 /avril /2017 04:22

Ça vaudrait quand même le coup.

Imaginez JL Mélenchon au 2e tour !

Que croyez-vous qu'il adviendra ?

N'est-ce pas pensable que se lève alors un espoir irrépressible ? Que l'impensable encore il y a quelques semaines se produise ? Je veux parler de la volonté exprimée par de très nombreux électeurs de changer leurs vie. Et combien d'autres voudront le faire pour le 2e tour et ainsi concrétiser ce rêve inaccessible ?
J'entends ceux qui me disent déjà, mais Mélenchon ceci, mais Mélenchon cela...Et nous alors, nous tous qui aurons permis cela, qui voudrait ou pourrait être sourd à cette exigence massive ? Les difficultés d'entente actuelles ne seraient pas levées ? Bien sûr que si. A Montreuil Coquerel candidat contre les communistes ? En cas de victoire il occupera un poste de Ministre, à qui bon convoiter un siège de député pour lui inaccessible ? Faudrait-il que la FI présente des candidats contre les députés communistes sortants ou au contraire agir pour en faciliter leur élection, comme des candidats FI, Verts ou socialistes de gauche dans d'autres endroits pour former majorité parlementaire et gouvernementale ?
En cas de présence au 2e tour du candidat de la FI soutenu par le PCF, beaucoup de choses changeront. L'état d'esprit et la force de l'espoir imposeront la responsabilité que devront avoir tous ceux qui espèrent en la victoire du peuple.

Repost 0
15 avril 2017 6 15 /04 /avril /2017 04:20

Les 10 jours qui ébranlèrent le monde. 10 c'est le nombre de jours qui nous séparent du 1er tour d'un scrutin présidentiel dont l'issue pourrait être historique. 20000 c'est le nombre de ceux qui' dans le nord décrié se sont rassemblés pour entendre le candidat de la FI et du PCF décliner le programme de progrès et des vers du poète communiste Paul Eluard, comme un message. Tandis que tous les réactionnaires qui rient jaune désormais, tente de dresser des digues contre l'élan populaire et l'espoir, la force du peuple enfle et semble balayer les vieilles badernes ringardes, remises au goût du jour comme un appel à l'aide, impuissant . L'hystérie s'empare des intelligences, la caricature remplace la critique, le mensonge la vérité. Ils sont tombés bien bas les gens de la haute, qui craignent pour leurs privilèges. La roue tourne, enfin.
Encore 10 jours. Les 10 jours qui ébranlèrent le monde.

 
 
 
Repost 0
14 avril 2017 5 14 /04 /avril /2017 14:21
Repost 0
28 février 2017 2 28 /02 /février /2017 17:01
Repost 0

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre