Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 août 2017 5 18 /08 /août /2017 06:53
Repost 0
24 juillet 2017 1 24 /07 /juillet /2017 13:53

Le monde des affaires au pouvoir !

PATRICK LE HYARIC
JEUDI, 20 JUILLET, 2017
HUMANITÉ DIMANCHE
AFP

Nous nous honorons ici d'avoir été parmi les premiers durant la campagne de l'élection présidentielle à avoir répété que M. Macron avait bien un programme : celui des milieux d'affaires. 

Cela se confirme jour après jour. Insatisfait des orientations pourtant très libérales annoncées dans le discours de politique générale du premier ministre de droite, le monde de la finance et de la rente n'a cessé de s'agiter les jours qui ont suivi pour réclamer du président de la République plus de clarté, plus d'audace, plus de faveurs. Bref, il ne faisait que réclamer avec gourmandise de confortables retours sur l'investissement qu'il avait placé depuis plus de deux ans sur l'un des siens, venu de la banque Rothschild, qui avait pu se faire la main sur le mélange des genres comme secrétaire général adjoint de l'Élysée, puis ministre de l'Économie.
Pendant que les grands médias faisaient croire à l'état de grâce, des journaux comme « l'Opinion », « Challenges », des penseurs du libéralisme comme ce M. Koenig dans « Libération », tous ceux qui se sont retrouvés aux « Rencontres économiques d'Aix » ou encore l'Association française des entreprises privées et évidemment M. Gattaz sont, avec la rapidité de l'éclair, montés au créneau pour dénoncer l'insuffisant respect des promesses qui leur avaient été faites.
Le discours du premier ministre ne manquait pourtant pas de sales coups contre les salariés et les conquis sociaux, mais tout ce beau monde ne supportait pas que ce dernier ait annoncé reculer de presque un an la transformation définitive du Cice en crédit d'impôt, de reporter la baisse pérenne des cotisations patronales, la diminution de la fiscalité du capital et le recentrage de l'impôt sur les grandes fortunes sur l'immobilier. Sans coup férir, le président a tranché en leur faveur. Et il a décidé d'un même élan de démolir le droit du travail par ordonnances, de réduire les dépenses publiques, de baisser les impôts des plus riches et d'augmenter la CSG. Autant de vieilles recettes de l'ultralibéralisme servies dans de nouvelles gamelles géantes pour le festin à venir des privilégiés.
La modification de l'impôt sur les grandes fortunes vise à en extraire les actifs financiers qui sont la source essentielle de la rente des plus fortunés. Cela représente pour eux un nouveau cadeau de trois milliards d'euros, tandis que les retraités subiront durement le surplus de CSG. Les autres verront grandir la précarité, première conséquence de la nouvelle loi dite « travail ». Le contrat à durée déterminée sera attaqué au burin par « celui de chantier » tandis que les salariés injustement licenciés percevront des indemnités réduites. À tout cela s'ajoutera la pression sur les salaires et la durée du travail que les employeurs ne manqueront pas d'exercer grâce à un Code du travail déclinable entreprise par entreprise. L'impôt sur les sociétés va baisser à 28 %.
En même temps, la nouvelle diminution des crédits publics se fera contre la solidarité, particulièrement en matière de logement et de santé. De premières projections estiment que seulement 280 000 personnes vont bénéficier des nouveaux cadeaux fiscaux macroniens pour une valeur de 4,2 milliards d'euros. Macron est bien le nouveau président des riches ! C'est aussi le président qui obéit à Mme Merkel, qui n'a de cesse de réclamer cette purge contre une hypothétique réforme de la zone euro dont le contenu reste des plus flous.
La combinaison des décisions en cours forme un cocktail d'une brutalité inconnue jusquelà. On avait comparé M. Fillon à Mme Thatcher. M. Macron va les dépasser l'un et l'autre ! Pour financer les énormes cadeaux fiscaux aux plus fortunés et aux grandes entreprises, le pouvoir va déconstruire encore plus nos biens communs, nos services publics. La fin de l'impôt sur les grandes fortunes, comme les facilités fiscales aux grandes entreprises ne vont pas concourir à la relance des investissements utiles, mais viendront alimenter le feu roulant et dévorant des marchés financiers et de cette bulle spéculative menaçante qui ne cesse d'enfler.

Ces décisions forment un cocktail d'une brutalité inouie. On avait comparé M. Fillon à Mme Thatcher. M. Macron va les dépasser!

La nouvelle diminution de 13 milliards de dotation aux collectivités locales, combinée à la fin de la taxe d'habitation, sera utilisée pour obliger ces dernières à réduire leurs actions et leurs investissements au service du plus grand nombre. Les services publics de proximité et la démocratie locale en seront étouffés. Les conséquences pour l'emploi seront désastreuses.
Ce qui s'annonce peut donc être encore pire que ce qui s'est passé durant les deux derniers quinquennats. Le monde du travail, de la culture, de la santé, de l'éducation, de la justice, de la recherche ne peut rester plus longtemps dans l'expectative ou l'attente. Il doit dans sa diversité se faire entendre, se manifester contre ce pouvoir qui recherche un consensus, une « union nationale » d'un nouveau type au seul service des puissances financières en guerre entre elles pour aboutir au taux de profit maximal. Il n'y a aucune illusion à se faire. De ce point de vue, la préparation de la journée nationale d'action du 12 septembre est importante, comme l'est le dialogue avec le maximum de salariés, de jeunes, de retraités, de créateurs pour une Fête de l'Humanité contribuant à l'indispensable riposte contre le nouvel ordre des féodalités. Sa réussite se prépare dès maintenant. Ce sera celle de l'humain contre la voracité de l'argent r
Directeur de l'Humanité
Repost 0
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 16:15

Le Monde a son chroniqueur esclavagiste

GÉRARD LE PUILL
JEUDI, 10 SEPTEMBRE, 2015
DR

Dans une chronique d’une rare violence visant les salariés modestes bien trop payés à ses yeux, Arnaud Leparmentier dévoile à son insu sa profonde méconnaissance du monde du travail sans lequel il n’y a pas de création de richesses dans les entreprises.

A lire la presse datée de ce jeudi 10 septembre concernant le contenu du rapport Combrexelle sur le code du travail et sur les intention du Premier ministre pressé de légiférer sur le sujet, la précarisation accrue du travail salarié doit , plus que jamais, servir de variable d’ajustement aux entreprises afin que l’unique critère demeure le taux de profit  qui va rémunérer les actionnaires et surtout es dirigeants. Quitte à massacrer  l’emploi  au point de  handicaper ces mêmes entreprises par des stratégies de court terme.
Dans Le Monde daté de ce jeudi, le comble de l’abjection est atteint par Arnaud Leparmentier  sous couvert de dénoncer le manque de  « courage » du chef de l’Etat sur le sujet. « Las, si Combrexelle se rêve en Hartz, Hollande ne sera jamais Schröder. L’objectif n’est pas de traiter de front les «chiffons rouges » sociaux français : un SMIC trop élevé, des salaires qui progressent trop, des prud’hommes lents et imprévisibles, une Cour de cassation «rouge», une formation professionnelle gaspillée, des indemnités de chômage trop longues. Il faudrait que le marché du travail redevienne un marché, où l’on peut embaucher, licencier et retrouver un emploi rapidement », écrit-il. Bref, il faut un véritable marché aux esclaves,  nous dit ce larbin du patronat titulaire d’une carte de presse.
Après quoi il appelle en renfort Patrick Artus, économiste en chef chez Natixis  pour lui faire dire ceci sans autre précision : «le SMIC est à 63% du salaire médian. S’il était à 43%, ce qui correspond à la moyenne internationale, on augmenterait de moitié l’emploi non qualifié». Même Combrexelle est trop timide aux yeux du chroniquer du Monde  qui lui oppose le duo Barthélémy-Cette,  lequel propose de « déroger au SMIC par accord de branche étendu ». Et Leparmentier d’ajouter : « cherchons des syndicalistes courageux pour signer de tels accords ».
En France le salaire net payé au SMIC est d’environ 1.137€ par mois. Arnaud  Leparmentier  utilise  Patrick Artus pour le faire diminuer d’un tiers et le ramener à 691€. Pour ce prix là on ne trouve pas un logement  locatif dans la plupart des grandes villes. Avec un tel salaire, on n’aura pas de quoi payer une nourrice pour garder  son enfant si l’on part tôt au travail où si l’on rentre tard en raison des horaires décalés  très fréquent dans les emplois peu qualifiés. Mais il faut aussi se nourrir pour avoir la force de travailler, dépenser une partie de sa paie pour payer  le transport entre le domicile et le travail. Quand on est parent, il faut aussi habiller les enfants pour aller à l’école et payer la restauration scolaire.
Est-il concevable en 2015 que des hommes et des femmes travaillant dur ne dispose que d’un si faible revenu quand par exemple, l’ancien directeur général d’Alcatel-Lucent après d’autres dirigeants de ce groupe, vient de partir avec un pactole de 13,7 millions d’euros après avoir passé seulement deux ans à la tête de cette entreprise ? Même Pierre Gattaz, président du MEDEF est embarrassé par ce scandale quand il confie aux Echos de ce 10 septembre à propos d’Alcatel:  « L’entreprise était au bord de la faillite. Michel Combes a réussi à la redresser d’un point de vue financier. Ce redressement sera-t-il durable ? C’est toute la question».
 Arnaud Leparmentier, lui,  ne se pose pas ce genre de questions sur les patrons surpayés   alors qu’il exige que les salariés soient sous payés. Il devrait lire ce sondage récent réalisé pour le Secours Populaire français. Il montre que la crainte de voir leurs parents devenir pauvres est exprimée par 63% des gosses de 11 à 14ans  et que cette question hante aussi 58% des petits de 8 à 10 ans. Parce qu’ils perçoivent déjà cette réalité dans la rue comme chez certains de leurs copains d’école, environ 60% des enfants de 8 à 14 ans sont plus lucides que le chroniqueur du Monde sur ce que signifie la pauvreté en France.

Moi, Gérard Le Puill, titulaire de la carte de presse 52.622 obtenue en avril 1984, je suis probablement  plus ancien  qu’Arnaud Leparmentier dans la profession de journaliste. L’Humanité m’a embauché comme stagiaire en septembre 1983 alors que Kléber-Colombes, mon employeur de l’époque,  venait de me licencier pour cause de fermeture d’usine  avec refus d’un quelconque reclassement pour moi comme pour tous les syndicalistes qu’ils soient de la CGT, la CFDT ou la CFE-CGC. J’ai travaillé 18 ans dans cette usine ; de jour comme de nuit en fonction des équipes. J’y ai  transpiré et souffert physiquement comme beaucoup de mes collègues dont beaucoup sont morts de maladies professionnelles  avant même d’atteindre l’âge de la retraite. Les comités d’hygiène et de sécurité au travail (CHSCT)  n’ont été mis en place qu’après  les grèves de 1968.
Alors, quand je lis les propos esclavagistes d’Arnaud Leparmentier   dans un quotidien qui se revendique comme un « journal de référence » - et dont j’apprécie de nombreux articles quotidiennement - je suis triste  pour ma profession.  Les journalistes n’ont  pas à être les larbins de quiconque. Et surtout pas du patronat par les temps qui courent.

Par Gérard Le Puill : Journaliste et auteur. Dernier ouvrage paru : « L’écologie peut encore sauver l’économie », une coédition de Pascal Galodé et l’Humanité . En vente au village du livre à la fête de l’Humanité    

Repost 0
12 juillet 2017 3 12 /07 /juillet /2017 12:31

Appel collectif. Pour un Code du Travail protecteur des salarié.e.s, non à la loi travail XXL !

LUNDI, 3 JUILLET, 2017
HUMANITE.FR

Vous êtes plus de 3900 signataires de l'appel du   pour empêcher la loi travail d’Emmanuel Macron et à abroger la loi El Khomri. Le collectif organise grand meeting unitaire le samedi 9 septembre, place de la République, à Paris. 

Fraîchement élus, E. Macron et sa majorité entendent casser encore plus le Code du travail. 
 
Ils s’inscrivent dans les objectifs poursuivis au titre des lois Macron, Rebsamen et El Khomri, et aggravent le démantèlement du droit du travail au détriment des salarié-es, particulièrement des jeunes et des plus précaires, qui sont majoritairement des femmes.
 
Comment parler de démocratie quand un simulacre de négociation syndicale à huis clos est organisé et que les organisations syndicales ne sont pas écoutées alors qu’elles portent des propositions et des revendications alternatives ? 
 
Comment parler de démocratie quand les ordonnances, ce procédé autoritaire, réduisent l'Assemblée Nationale à n’être qu’une chambre d’enregistrement ? 
 
Quelle démocratie quand tout se déroule principalement l’été, pour éviter tout débat avec le monde du travail, et plus largement avec les citoyen-n-es qui ne manqueront pas de s’exprimer et de se mobiliser ?   
 
Sous prétexte de favoriser l'emploi, alors que les politiques de flexibilité sont un échec et appauvrissent les salarié-es, E. Macron entend organiser un passage en force pour des contre-réformes promues de très longue date par le Medef.
 
Le projet de loi d'habilitation, qui cadre les ordonnances, le signifie très clairement. Se préparent un grave rabotage des droits des salarié-es et la quasi toute-puissance des employeurs, avec :
  • la définition de l’ensemble de la réglementation du travail, y compris les salaires et les règles de sécurité, au niveau de l’entreprise, même si l’accord de branche ou le contrat de travail ont prévu des dispositions plus favorables. Alors que nous militons pour une hiérarchie des normes, ils veulent imposer un code du travail par entreprise !
     
  • le levier du référendum d’entreprise à l’initiative des patrons et au détriment de la démocratie sociale, pour soumettre toujours plus les salarié-e-s aux exigences patronales, 
     
  • le plafonnement et la barémisation imposés des indemnités prud’homales suite à un licenciement abusif,
     
  • des conditions des licenciements économiques facilitées,
     
  • l'assouplissement du recours aux contrats précaires, notamment un CDI « de projet » qui de facto fait du CDD la norme,
     
  • la révision du compte pénibilité,
     
  • une fusion des instances représentatives des salarié.e.s, qui va diminuer encore leurs prérogatives, supprimer de facto la spécificité des CHSCT, et amorce la remise en cause des délégués syndicaux dans l’entreprise,
 
Cette casse lourde du code du travail change notre modèle social et détruit presque toutes les conquêtes des luttes sociales d’hier, longues et douloureuses. Elle renforce une contre-révolution libérale-autoritaire, au service des plus fortunés...et aux dépens d'une majorité de la population qui se paupérise !
 
Cette casse du Code du travail n’est qu’une partie du projet de société Macron !
 
Outre la banalisation de l'état d'urgence qui permettra de museler le mouvement social, c'est aussi la continuité de l'austérité, les attaques contre les Services publics, les fonctions publiques de l’Etat, hospitalière et territoriale, la remise en cause du statut général des fonctionnaires et de leurs statuts, de la Sécurité sociale et plus généralement de la protection sociale et des retraites, qui sont programmés. Les projets du gouvernement prévoient également un soi-disant élargissement des droits au chômage -aux non-salariés /es et aux démissionnaires - qui s’accompagne de la fin de l’assurance chômage remplacée par un système de solidarité d’Etat financé par une hausse d’impôt (la CSG) qui touchera avant tout les classes moyennes et les salarié/es.
 
Des alternatives existent à la casse du Code du travail, des services publics, de la sécurité sociale et plus largement des protections sociales. Des alternatives existent au manque de démocratie et à l'état d'urgence permanent. 
 
Nous demandons l’abrogation de la loi El Khomri et de tous les textes régressifs qui l’ont précédée. Nous refusons cette loi de casse XXL du code du travail. Nous défendons un droit du travail avec davantage de droits pour tous et toutes les salarié-es, leurs représentant-es, les Comités d’entreprise (CE), les Comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT). Nous voulons des médecins du travail non soumis au patronat, et davantage d’inspecteurs-trices du travail avec une garantie d’indépendance. Nous voulons un droit du travail plus accessible, plus effectif, avec un accès au juge facilité, des sanctions réelles et rapides des violations aux règles qu’il prévoit. Nous portons ces alternatives et d'autres, pour une société plus juste, plus égalitaire, plus écologique, qui respecte l'égalité femmes-hommes. Nous exigeons une réforme du service public de l’emploi qui maintienne le régime assurantiel, permette la représentation des chômeurs, et chômeuses, réintroduise le droit du chômage dans le code du travail.
L’heure est aujourd’hui à la mobilisation la plus large !
 
Nous, militant-es associatifs, syndicalistes, politiques, intellectuel-le.s, salarié.e.s de toutes catégories avec ou sans-emploi, jeunes, retraité.e.s, appelons à construire la mobilisation pour faire échec à ces projets et construire une alternative au service du progrès social. 
 
Le collectif « Pour nos droits sociaux »
Repost 0
11 juillet 2017 2 11 /07 /juillet /2017 16:49
Repost 0
2 juin 2017 5 02 /06 /juin /2017 13:18

Commission économique du PCF

« Nous entrons en campagne en soumettant au pays un pacte d’engagements pour une nouvelle majorité. Pour construire la politique et le rassemblement dont la France a besoin, nous nous adressons à toutes les citoyennes et tous les citoyens qui partagent notre ambition, aux syndicalistes, aux militantes et militants associatifs, aux artistes et aux intellectuel-le-s, aux forces du Front de gauche, à la France insoumise, aux socialistes qui veulent retrouver le chemin de la gauche, aux écologistes. Nous leur proposons de débattre de ce pacte d’engagements pour construire le socle d’une nouvelle majorité à l’Assemblée nationale qui soit formée par les forces de la gauche d’alternative ». Ainsi la résolution adoptée par la conférence nationale du PCF définit-elle l’effort engagé en vue des échéances de 2017.

La confrontation des axes de rassemblement proposés par le PCF avec les programmes des différentes forces se réclamant de la gauche d’alternative doit ainsi permettre d’identifier les différences et les points de convergences à partir desquels un effort peut être engagé pour parvenir à surmonter les contradictions qui existent naturellement entre forces politiques différentes. C’est dans cet esprit que la commission économique (1) du PCF a mené un examen du programme de Jean-Luc Mélenchon, dont le détail, exposé point par point au regard des sept axes de rassemblement proposés par le PCF, peut être consulté sur le site de la revue Economie et politique.((http://www.economie-politique.org/93807)2.

La conclusion qui en ressort est que ce programme ne présente pas seulement des divergences et des contradictions avec nos propositions. Sa conception même est fondamentalement contraire à toute perspective de rassemblement à gauche, sa logique est radicalement opposée à ce pourquoi nous combattons.

C’est pourquoi il est logique que les délégués à la conférence nationale se soient prononcée à une nette majorité pour la présentation d’un(e) candidat(e) issue des rangs du PCF plutôt que pour un appel à voter pour Jean-Luc Mélenchon : ils ont ainsi mis en accord le choix de leur candidat avec les orientations politiques décidées par nos congrès.

1. Un programme qui emprunte à L’Humain d’abord

mais c'est pour lui tourner le dos

Le programme de la « France insoumise » est parsemé de mesures empruntées aux revendications du mouvement social ou au programme du Front de gauche mais les dispositions structurantes qui donnaient sa crédibilité sociale, économique et politique à L’Humain d’abord sont systématiquement écartées.

Les propositions de la « France insoumise » sont ainsi en net recul par rapport aux objectifs sociaux de L’Humain d’abord :

  • la fixation du SMIC à 1 300 euros nets en 2017 remplace les objectifs qui figuraient en 2012 dans L’humain d’abord : 1 700 euros bruts dès 2012, 1 700 euros nets avant 2017. Le PCF propose aujourd’hui 1 800 euros bruts dès 2017 (c’est la revendication de la CGT) et 1 700 euros nets à la fin de la prochaine législature ;

  • « Nous agirons pour éradiquer le chômage » : tel était l’engagement de L’Humain d’abord, qui prévoyait, pour y parvenir, la mise en chantier d’un système de sécurité d’emploi et de formation pour tous (proposition, mise aujourd’hui en forme législative, pour laquelle le PCF a décidé de faire campagne). Dans le programme la « France insoumise », s’il est bien question d’« éradiquer la précarité », l’objectif d’éradiquer le chômage est entièrement absent. Même s’il avance des chiffres impressionnants de créations d’emplois pour la transition écologique, emplois dont la création semble survenir spontanément ou automatiquement, Jean-Luc Mélenchon se borne à se placer dans une logique de « plein-emploi », c’est-à-dire du taux de chômage correspondant à la situation où l’économie est considérée comme étant à l’équilibre. Selon la plupart des études empiriques, ce taux de chômage pourrait être de l’ordre de 7 % en France. Comment peut-on parler d’« éradiquer la précarité » avec plus de 2 millions de chômeurs ? Il est vrai que Jean-Luc Mélenchon propose un « droit opposable à l’emploi en faisant de l’État l’employeur en dernier ressort : en cas de chômage de longue durée, l’État doit proposer un emploi au chômeur en lien avec sa qualification, sur une mission d’intérêt général, dans le cadre d’un service public de l’emploi identifiant clairement chacune des missions ». On reste stupéfait de voir figurer cette proposition dans un programme politique du XXIe siècle. Elle évoque les ateliers nationaux qui conduisirent à l’échec et à la répression du mouvement ouvrier en juin 1848 puis à la perte de la Deuxième République.

Plusieurs mesures de politique économique préconisées par Jean-Luc Mélenchon seraient d’ailleurs de graves obstacles à la réalisation d’un programme de progrès social :

  • c’est le cas en particulier de la « transformation de la CSG et de l’impôt sur le revenu actuel en un nouvel impôt citoyen sur les revenus, garantissant les recettes de la Sécurité sociale et de l’État ». La fusion de l’impôt sur le revenu et de la CSG conduirait à imposer des contribuables jusque-là non-imposables car le premier niveau de la CSG frappe tous les revenus sauf ceux de certaines allocations sociales. Cette idée s’inscrit dans une logique de déresponsabilisation sociale des entreprises et de leur désengagement du financement de la protection sociale. C’est la démarche, déjà largement engagée par Sarkozy puis Hollande, du remplacement des cotisations sociales des entreprises par l’impôt. Un prélèvement fiscal sur les revenus des salariés et citoyens se substituerait au prélèvement sur les profits des entreprises, mettant en cause un des fondements du projet d’Ambroise Croizat. Au contraire, L’Humain d’abord précisait : « loin de toute fusion entre la CSG et l’impôt sur le revenu, nous mettrons en place une nouvelle cotisation sociale sur les revenus financiers afin d’aller vers la suppression de la CSG et l’extinction de toute fiscalisation de la protection sociale » ;

  • au chapitre des ruptures avec l’Humain d’abord figure l’abandon de la proposition d’un fonds de développement économique, social et écologique solidaire européen visant à mobiliser la puissance de création monétaire de la Banque centrale européenne pour financer le développement des services publics.

  • enfin, en ce qui concerne les objectifs écologiques d’un gouvernement de gauche, l’abandon du nucléaire est acté dans le programme de la « France insoumise » alors qu’il ne figurait pas dans L’humain d’abord. Ce choix, reprenant l’hypothèse irréaliste d’un passage à 100 % d’énergies renouvelables à l’horizon 2050, conduirait en fait à brûler davantage de combustibles fossiles, comme l’Allemagne a été amenée à le faire avec le charbon. Il priverait la France des moyens de faire face au défi écologique majeur, le réchauffement climatique. En regard de ce renoncement, les discours de Jean-Luc Mélenchon sur l’« écosocialisme » et la planification écologique donnent une impression d’incohérence.

2. Des logiques contraires à nos objectifs de lutte et de rassemblement pour la transformation sociale

Un trait majeur du programme de la « France insoumise » est l’absence de tout appel à l’intervention populaire pour changer la gestion et les choix stratégiques des entreprises. C’est ce que le candidat avait souligné dans un entretien pour le Patriote de l’Ariège du 16 septembre : « vendredi 9 septembre, je suis allé à un truc qui s’appelle Produire en France... Moi j’ai dit aux patrons qui étaient là « pour tenir les comptes de vos entreprises, vous êtes assez grands, sinon, ce n’est pas la peine de faire patron. Mais moi je vais vous dire ce dont le pays a besoin. Est-ce que vous êtes capables de prendre votre place là-dedans ? … Moi je vous donne de la visibilité, je vous donne de la stabilité et de la sécurité. ». Cela fait écho à sa vision d’une transition écologique dont les créations d’emplois résulteraient automatiquement, comme si les gestions et leurs critères n’y étaient pour rien. On demeure dans la tradition devenue obsolète d’un Etat correcteur des désastres sociaux résultant des choix des entreprises.

Ainsi, la question des pouvoirs sur les entreprises et les banques ne fait pas partie des 10 mesures emblématiques de la « France insoumise ». L’exercice de pouvoirs d’intervention nouveaux des travailleurs, à travers leurs comités d’entreprises et les autres institutions représentatives du personnel, tient une place tout à fait marginale dans la définition de la VIème République que les partisans de la « France insoumise » appellent de leurs vœux.

Diverses propositions peuvent pourtant sembler aller dans ce sens, par exemple l’instauration de « nouveaux droits de contrôle aux comités d’entreprise sur les finances de leur entreprise », celle du « droit à un vote de défiance à l’égard des dirigeants d’entreprise ou des projets stratégique », ou encore d’un droit de veto suspensif des comités d’entreprise contre les licenciements économiques. Mais ces dispositions ont toutes comme point commun de se borner à une contestation des décisions patronales. Elles ne comportent pas de droit d’initiative pour imposer la prise en compte de propositions positives des salariés, ni de possibilité institutionnelle d’obtenir le financement de ces propositions par les banques.

Si donc Jean-Luc Mélenchon entend « soumettre le droit de propriété à l’intérêt général », ce n’est pas sur les luttes et sur la conquête de pouvoirs d’intervention par les travailleurs qu’il compte pour y parvenir. Tout son programme est fondé sur la croyance que la toute-puissance de l’État – et particulièrement de son chef – suffirait à obtenir une autre répartition des richesses, sans changer en profondeur le fonctionnement des entreprises et du système financier.

Ainsi, ses propositions en matière de fiscalité des entreprises sont très imprécises. Les outils d’incitation qui figuraient dans L’humain d’abordmodulation de l’impôt sur les sociétés en fonction de la politique de l’entreprise en matière d’emploi, de formation, des salaires ; rétablissement d’une fiscalité locale sur le capital matériel et financier des entreprises – en sont absents. Du coup, la « révolution fiscale » annoncée tend à se résumer à une progressivité plus forte de l’impôt sur le revenu n’excluant pas, au total, un alourdissement de la ponction fiscale sur les couches moyennes et populaires.

De ce point de vue, on peut caractériser ces propositions économiques comme un programme social-démocrate très étatique, encore plus timide que ceux qui ont échoué à plusieurs reprises contre la crise du capitalisme contemporain, en France (1981-1983) comme ailleurs en Europe ou en Amérique latine.

Mais il y a plus grave. Quand on cherche plus profondément quel pourrait être le facteur sur lequel Jean-Luc Mélenchon compte asseoir la crédibilité de son programme, on le trouve : c’est une forme de nationalisme.

Ainsi de l’insistance sur le protectionnisme, certes qualifié de « solidaire », qui intervient à toutes les pages du programme économique de la « France insoumise ». De façon comparable à ce que portent les forces nationalistes qui montent dangereusement en France comme en Europe ou aux États-Unis en faisant assaut de démagogie populiste, cette insistance revient à poser la France en opposition à un monde dangereux dont il importerait de se protéger par la puissance de l’État national au nom d’un « indépendantisme français ». Les illusions dangereuses de la « démondialisation » ne sont pas loin, au lieu de l’ambition de transformer la mondialisation, présente, elle, dans L’humain d’abord.

Dans ces conditions, dès lors que le contenu du programme comme les justifications théoriques qui lui sont données abandonnent l’inscription d’une politique de gauche dans une cohérence de classe pour se référer désormais à un « populisme de gauche » opposant le « peuple » à une « caste », le recours au vocabulaire et aux thèmes de l’extrême-droite n’est pas très éloigné non plus. Jean-Luc Mélenchon lui-même a eu l’occasion de souligner dans une interview à Médiapart, le 3 juillet 2016, que « Mme Le Pen s’est collée à la distance d’une feuille de papier à cigarettes d’à peu près tout ce que nous disons » sur l’idée d’un référendum sur la sortie de l’UE. A la lumière de cette constatation, on ne peut pas considérer comme un simple dérapage son discours en séance du Parlement européen selon lequel ce sont les travailleurs détachés, et non le capital, qui « volent le pain » des travailleurs sur place. Il prend au contraire un singulier relief au moment où, partout en Europe, nationalismes et tentations autoritaires instrumentalisent les souffrances sociales des victimes de la mondialisation financière et des politiques d’austérité.

L’attitude de la « France insoumise » face aux enjeux européens présente les mêmes dangers : au lieu de lutter contre tout ce qui tend, aujourd’hui, à monter les peuples européens les uns contre les autres dans un contexte de crise dont le « Brexit » et l’élection de Trump nous annoncent qu’il peut engendrer des évolutions incontrôlables, Jean-Luc Mélenchon décrit, là encore, les enjeux dans des termes qui mettent en opposition la France, son peuple, son État, avec l’Europe.

Toute sa démarche stratégique, qui exclut une véritable intervention des citoyens (hormis un référendum du type de celui du « Brexit ») et la construction d’alliances populaires en Europe, est sous-tendue par l'hypothèse que la menace par la France d'une « sortie des traités européens », traduite immédiatement dans de premières mesures de sauvegarde, obligerait l'Allemagne à capituler, ce qui créerait, pense-t-il, les conditions d'élaboration de nouveaux traités européens (plan A). Si cela ne marche pas, alors la France entrerait en guerre économique ouverte avec l'Allemagne en dénonçant tous les traités européens, en développant le protectionnisme et en faisant fonctionner la planche à billets par la Banque de France au service de l’État national (plan B)... tout cela avancé sans dire que l'Europe imploserait mais, au contraire, en tenant des propos vagues et illusoirement rassurants sur « les coopérations avec les autres peuples ».

Ces propositions sont très loin de l'esprit et de la lettre de L'Humain d'abord, malgré quelques emprunts détournés. Le socle de tout le programme de la « France insoumise », c'est la reconquête d'un financement direct de l’État national par la création de monnaie centrale (BCE ou Banque de France), comme dans les années 1960-70, et l'obsession, pour y arriver, de « briser le bloc libéral » de l'Allemagne, en se tenant prêt à sortir de la zone euro et de l'Union européenne elle-même, puisque « le traité (de Lisbonne) ne prévoit pas de sortie de la zone euro sans sortie de l'Union européenne » (Commission européenne - 3/11/2011). Autant d’illusions qui semblent ignorer la responsabilité de Hollande, de Valls, de la direction du PS et des gouvernements nationaux dans la mise en œuvre des options néo-libérales en Europe et en France !

Ce programme, totalement illusoire mais autorisant toutes les démagogies populistes en campagne électorale, concourrait à mettre le feu aux poudres d'une « guerre civile entre Européens » et à l'enfoncement de l'Europe dans le monde au moment même où celle-ci va être prise pour cible par le redéploiement des dominations nord-américaines sous l’impulsion de Trump. Il interdirait de se saisir, à l'appui des luttes, de l'opportunité historique de partager l'énorme capacité de création monétaire de la BCE, infiniment plus importante que celle de chaque banque centrale nationale, pour affronter ensemble les gigantesques défis communs à venir. Cela alors même que des forces très diverses mènent désormais campagne à nos côtés pour que les 80 milliards d’euros que la BCE déverse chaque mois sur les marchés financiers (pour un total cumulé de 1 551 milliards au 10 novembre 2016) soient utilisés pour l’emploi, les services publics, la transition écologique : c’est le sens de notre proposition d’un Fonds de développement économique, social et environnemental solidaire européen.

On s'interdirait de faire jonction avec les pays émergents pour s'émanciper de la domination écrasante du dollar avec une monnaie commune mondiale de coopération.

 
 

3. Des contradictions qui condamneraient à l’impuissance toute politique se réclamant de la gauche

Avec un programme comme celui de la « France insoumise », qui tient pour quantité négligeable la conquête de pouvoirs dans l’entreprise pour y imposer une alternative aux critères de gestion capitalistes, faut-il donc s’en remettre au patronat pour créer les millions d’emplois nécessaires, faire disparaître le chômage, augmenter les salaires, améliorer les conditions de travail, développer les territoires ?

Alors que, sous l’empire des critères financiers, la révolution informationnelle détruit plus d’emplois qu’elle ne permet d’en créer, quelle crédibilité accorder aux promesses de créations d’emplois massives sans de nouveaux critères et de nouveaux pouvoirs des salariés dans les entreprises ? Comment mobiliser ces gains de productivité au service d’un nouveau mode de développement, faisant appel à un déploiement tout à fait inédit des services publics ? Comment réussir la transition écologique ?

Et comment faire reculer le pouvoir des marchés financiers et des institutions qu’ils contrôlent – Commission européenne, Banque centrale européenne – sans mesures concrètes et précises pour réorienter le crédit bancaire en faveur de l’emploi, de la création de richesses dans les territoires et du développement des services publics ?

On retrouve dans le programme de Jean-Luc Mélenchon diverses propositions « marquées à gauche » comme la lutte contre l’évasion fiscale, l’instauration d’une taxe sur les transactions financières ou la création d’un « pôle public bancaire ». Mais la logique d’ensemble de ces propositions, qui était un point fort de L’humain d’abord, est complètement absente. Il n’est pas question de conquérir des pouvoirs institutionnels concrets sur l’utilisation de l’argent à tous les niveaux, depuis l’entreprise et le quartier jusqu’à l’Europe et aux institutions internationales, pour désarmer les marchés financiers. L’« interdiction des licenciements boursiers », la « limitation des rendements actionnariaux exorbitants », la « modulation des droits de vote des actionnaires selon la durée d’engagement dans l’entreprise », loin de combler ce vide, confirment que les auteurs du programme se contentent de mesures administratives pour limiter les dégâts des gestions capitalistes. On peut douter que cela suffise à « mettre au pas la finance » et à « définanciariser l’économie ».

De façon générale, les propositions de la « France insoumise » touchant à l’argent et au financement de l’économie se caractérisent par un très grand flou.

Il est bien question d’une « politique du crédit sur critères sociaux et écologiques » mais la nature de ces critères sociaux n’est pas explicitée ; surtout, cette mission serait réservée à la Banque publique d’investissement, et non pas assignée à l’ensemble du système bancaire.

On ne comprend pas bien non plus quelle serait l’articulation entre la BPI et le « pôle public bancaire » dont Jean-Luc Mélenchon prévoit la création. Il n’est pas question de nationaliser les deux derniers groupes bancaires privés à base française que sont la Société générale et BNP-Paribas, mais seulement de la « socialisation de banques généralistes » ; proposition d’autant plus énigmatique qu’une autre mesure figurant dans le programme de la « France insoumise » consisterait à « séparer les banques d’affaires et les banques de détail » : que restera-t-il alors comme « banques généralistes » ?

Ces faiblesses soulignent, par contraste, la cohérence d’une stratégie à la fois radicale et réaliste, consistant à s’appuyer, ici et maintenant sur toutes les occasions de conquérir du pouvoir sur l’argent des banques, des entreprises, et sur l’utilisation de l’argent public, afin que ces moyens financiers servent au développement des capacités humaines plutôt qu’à la rentabilisation des portefeuilles financiers et aux stratégies des multinationales. C’est cette cohérence qui fait l’objet du premier axe mis en avant par le PCF pour un rassemblement à gauche. Elle irrigue aussi l’ensemble des propositions que nous mettons en débat pour sécuriser l’emploi et la formation, augmenter les salaires et les minima sociaux, développer les services publics, mettre en place les moyens concrets de lutter contre toutes les discriminations, réussir la transition écologique, changer l’Europe pour pouvoir changer le monde…

Ces axes de rassemblement – contrairement au programme de la « France insoumise » – ne sont pas à prendre ou à laisser mais leur présence dans la bataille qui structure les choix politiques de nos concitoyens – la campagne présidentielle – est indispensable pour redonner à une perspective de gauche la crédibilité qui lui manque aujourd’hui.

Notes

1 Cette note résulte d’un travail réalisé par la commission économique du PCF. Elle a été rédigée par Frédéric Boccara, Gisèle Cailloux, Sylvian Chicote, Yves Dimicoli, Denis Durand, Jean-Marc Durand, Nicolas Marchand, Catherine Mills, Alain Morin, Roland Perrier, Frédéric Rauch, Alain Tournebise

2 Contact : ddurand@pcf.fr

Repost 0
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 06:10

André Chassaigne. "Je crois, à une aspiration essentielle : l’exigence de remettre l’économie au service des besoins humains"

ANDRÉ CHASSAIGNE
MERCREDI, 31 MAI, 2017
HUMANITE.FR
En tête des plus assidus, André Chassaigne, député communiste du Puy-de-Dôme et candidat aux législatives, qui enregistre 260 présences en commission, 1 600 amendements et 11 rapports rédigés. Photo : Joël Saget/AFP
En tête des plus assidus, André Chassaigne, député communiste du Puy-de-Dôme et candidat aux législatives, qui enregistre 260 présences en commission, 1 600 amendements et 11 rapports rédigés. Photo : Joël Saget/AFP
 au député André Chassaigne, député du Puy-de-Dôme et Président du groupe de la Gauche Démocrate et Républicaine à l'Assemblée qui a adressé la sienne en retour. 
Je tiens tout d’abord à remercier . Les propositions formulées sur le thème de l’emploi sont intéressantes et constituent pour nous une source d’inspiration.
 
Parmi les nombreux sujets abordés, je remarque que plusieurs préoccupations essentielles ressortent, comme la nécessité de partager le temps de travail, de lutter contre la précarisation des emplois, d’inventer un nouveau modèle de croissance, de sortir de la financiarisation à outrance de l’économie, d’aller vers une harmonisation sociale en Europe. Elles répondent, je crois, à une aspiration essentielle : l’exigence de remettre l’économie au service des besoins humains.
 
Nombre de vos propositions font écho à des combats que les députés du Front de gauche ont portés en matière sociale lors de la législature qui s’achève. Notre bilan d’activité en témoigne. J’en citerai quelques-unes : l’abrogation de la loi travail et de la loi Macron, la réduction du temps de travail, la lutte contre le développement des emplois précaires, la sécurité sociale professionnelle, l’encadrement du temps partiel subi qui précarise les femmes, la création de nouveaux pouvoirs pour les élus du personnel, le droit à la retraite à 60 ans, l’augmentation des salaires et l’encadrement des rémunérations des dirigeants, l’interdiction des licenciements boursiers…
 
Sur tous ces sujets, les députés du Front de gauche ont eu la volonté constante d’être les porte-voix des préoccupations du monde du travail en mettant au débat des amendements, des propositions de loi, mais aussi en relayant les luttes sociales et syndicales.
 
Par ailleurs, je note qu’un certain nombre de vos contributions porte sur des enjeux de plus long terme mais au combien essentiels. Elles formulent des orientations pour un nouveau modèle de croissance et dessinent les conquêtes sociales de demain.
 
Plusieurs d’entre vous ont ainsi souligné la nécessité d’engager une transition écologique dans le domaine de l’énergie, des transports et de l’agriculture tout comme l’urgence d’investir dans les services publics (santé, éducation, transport, poste, police de proximité). Ces mesures, qui me paraissent primordiales, pourraient aussi constituer les grandes orientations d’une stratégie industrielle ambitieuse. En plus d’apporter des réponses aux nombreux défis écologiques et sociaux, elles permettraient de créer des milliers d’emplois et de lutter contre le chômage endémique que connaît notre pays.
 
Parallèlement, je crois fortement à l’importance du secteur de l’économie sociale et solidaire pour développer des solutions économiques d’avenir pour nos territoires. Je retiens que plusieurs contributions évoquent cette piste en proposant de soutenir financièrement les associations et en privilégiant la création des coopératives. Il s’agit là d’un enjeu essentiel, tout comme la reconnaissance du droit de préemption pour les salariés, qui en est un levier important.
 
Enfin, la question du revenu universel est également évoquée par plusieurs d’entre vous. Certes, il s’agit d’une idée intéressante, mais elle nécessite d’être largement débattue au regard de son contenu, de son rôle et de son ambition. Cette proposition a néanmoins le mérite de poser le débat sur la place du travail dans notre société et des mutations du monde du travail. C’est pourquoi il est indispensable d’anticiper ces mutations en accordant de nouveaux droits sociaux aux travailleurs : des garanties en termes de continuité du salaire, des droits à la formation tout au long de la vie, des protections contre les licenciements, une allocation d’études et d’autonomie pour aider les jeunes à trouver leur place dans le monde du travail.
 
C’est tout le sens de la proposition de loi que nous avons déposée, avec mes collègues députés du Front de gauche, visant à apporter une sécurité de l’emploi et de la formation.
 
Loin d’être dans une opposition archaïque dans laquelle certains tentent de nous enfermer, les députés du Front de gauche ont toujours été et seront toujours porteurs de politiques de transformation sociale ambitieuses.
 
C’est tout l’intérêt de disposer d’un groupe de députés progressistes à l’Assemblée nationale pour lutter contre les régressions sociales qui s’annoncent.
 
André Chassaigne,
député du Puy-de-Dôme et Président du groupe de la Gauche Démocrate et Républicaine
Repost 0
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 08:48

Pierre Ivorra

Ma chronique dans "L'Humanité du mercredi 17 mai :

Le sens des réformes d’Emmanuel Macron

Il serait souhaitable que le débat d’idées qui a souvent été escamoté lors de la présidentielle puisse enfin avoir lieu lors des législatives. C’est ainsi qu’il n’y a guère eu de controverses sur la question du financement de la protection sociale. Presque tous les candidats ont par exemple considéré qu’il fallait maintenir la CSG, certains proposant même de l’augmenter, d’autres, comme Jean-Luc Mélenchon, de la rendre progressive, Benoît Hamon envisageant lui aussi de la moduler mais en la fusionnant avec un impôt sur le revenu à dix tranches. L’option d’Emmanuel Macron est pour sa part très significative. 
Le nouvel élu prévoit d’augmenter la CSG de 1,7 point en compensation de près de 20 milliards de baisse de cotisations chômage et maladie prélevées sur les salaires, équivalant à 3,15 points du salaire brut. Les retraités des catégories moyennes vont être ainsi particulièrement mis à contribution tandis que l’ensemble des assurés sociaux vont pâtir d’une réduction de 25 milliards d’euros des dépenses sociales. Au total, le bénéficiaire exclusif de ces opérations sera le patronat. Le CICE va être transformé en une baisse de cotisations. Dans son programme, Emmanuel Macron s’engage à diminuer « les cotisations sociales employeurs de 6 points en remplacement du CICE et jusqu’à 10 points au niveau du SMIC : les employeurs économiseront près de 1 800 euros par an et par salarié au SMIC, 2 200 euros pour un salarié payé 3 000 euros bruts par mois ». 
Cette réforme a en fait un double objectif : d’une part, accroître les profits du capital au détriment de la santé et du bien-être du peuple travailleur ; d’autre part, engager une transformation radicale, systémique, du financement de la protection sociale. Depuis 1945, les médaillés des conseils d’administration, les gavés de la fortune, les abonnés aux dividendes jugent intolérable de devoir écorner leurs profits afin de donner un minimum de sécurité aux travailleurs et aux populations face à la maladie et au chômage et, avec ce transfert vers la CSG, c’est cet égoïsme de classe qu’Emmanuel Macron entend satisfaire.
Si une réforme du financement de la protection sociale paraît nécessaire afin de répondre à la montée des besoins, elle doit être davantage liée à la production de richesses qu’aux revenus. C’est dire qu’elle ne doit pas décoller des entreprises. On peut concevoir un système modulant les cotisations de ces dernières afin de les inciter à produire plus et mieux, à créer des emplois, à former leurs salariés, à préserver l’environnement. Evidemment, dans cet esprit, la CSG serait appelée à disparaître.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SANTE SOCIAL-ECONOMIE-FINANCES PCF
commenter cet article
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 12:53

Propatronale

Vent debout contre les puissants, les grands groupes, étrangers surtout, à l’instar des Gafa1 dont elle déplore les pratiques d’évasion fiscale sans toutefois préciser comment y remédier, Marine Le Pen adopte volontiers les accents de Nathalie Arthaud. On ne l’entend pourtant guère s’époumoner contre les géants français du CAC 40. Discrète vis-à-vis de la grande entreprise, auquelle elle promet le maintien de l’euro, depuis son alliance avec Nicolas Dupont-Aignan, elle se montre en revanche très magnanime vis-à-vis des plus petites dont elle allège la fiscalité. L’impôt sur les sociétés reste fixé à 15 % pour les TPE, mais passe de 33 % à 24 % pour les PME. Et pour fluidifier la transmission d’entreprise, les plus-values sur la cession des actions et parts sociales des PME-PMI seront totalement exonérées au bout de sept ans. Un cadeau non négligeable pour les entrepreneurs qui avaient déjà obtenu des allégements fiscaux en 2013, après la révolte des « pigeons », des « tondus » et autres « déplumés ».

Les plus-values sur la cession
des actions et parts sociales
des PME-PMI seront totalement
exonérées au bout de sept ans

Convertie à la politique de l’offre, elle veut, pour favoriser l’embauche, baisser les « charges » sociales qui pèsent sur les entreprises. Tous les allégements doivent être fusionnés en un dispositif unique et plus lisible. Le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (Cice) ne disparaît pas, mais il sera conditionné au « maintien » de l’emploi. Une façon habile pour la candidate frontiste d’éviter de s’engager sur des « créations ». Elle propose également de ressusciter le contrat première embauche (CPE) créé et enterré sous le mandat de Jacques Chirac en 2006 : toute entreprise qui embaucherait un jeune de moins de 21 ans serait totalement exonérée de cotisation pendant deux ans.

Marine Le Pen n’évoque pas de simplification du code du travail. Celle qui fustige le projet « El Khomri puissance 1 000 » d’Emmanuel Macron veut supprimer la loi travail. Toute la loi travail ? Si la candidate affirme la primauté de l’accord de branche sur l’accord d’entreprise – ce qui reviendrait donc à supprimer l’article 2 du texte qui donne plus de poids à la négociation d’entreprise –, elle souhaite néanmoins que les branches professionnelles puissent déroger aux 35 heures. Dans quelles limites ? La candidate ne le précise pas. En revanche, elle entend bien réintroduire la défiscalisation des heures supplémentaires instaurée sous le mandat de Nicolas Sarkozy et supprimée sous celui de François Hollande. En période de chômage massif, ce type de dispositif ne crée pas d’emplois. Au contraire, il favorise l’emploi des salariés qui sont déjà en poste. Marine Le Pen ne supprime pas officiellement les 35 heures, mais allonge le temps de travail.

Antisyndicale

Autre coup de communication, l’arrivée impromptue de Marine Le Pen sur le parking de l’usine Whirlpool d’Amiens est symptomatique de son rapport aux syndicats. Elle a raillé la réunion avec le candidat d’En marche ! dans une salle de la chambre de commerce voisine. Parler aux « vrais » salariés plutôt qu’à leurs représentants… Là encore, Marine Le Pen marque son aversion pour les corps intermédiaires.

Pour empêcher une réorganisation, voire la fermeture d’un site, des pistes relevant du dialogue social peuvent pourtant être appelées à la rescousse. Renforcer la représentation des salariés dans les conseils d’administration, mieux partager les informations stratégiques avec les élus du personnel en amont d’une décision, pouvoir contester en justice la justification économique d’un plan de sauvegarde de l’emploi avant et non pas après que les salariés sont licenciés (comme c’est le cas aujourd’hui)… Aucune de ces mesures ne figurent dans son programme. Loin d’un modèle de codétermination ou de cogestion à l’allemande, Marine le Pen préfère éviter la case syndicats.

Loin d’un modèle de cogestion à l’allemande, Marine le Pen préfère éviter la case syndicats

Elle propose même de « libérer les syndicats » via la « suppression du monopole syndical » qui n’existe d’ailleurs plus depuis la réforme de 2008 sur la représentativité syndicale. La légitimité d’un syndicat est désormais assise sur son score aux élections professionnelles2. Mais au-delà du flou qui entoure la formule, la mesure vise, comme le souhaitait François Fillon, à permettre à de nouveaux syndicats de se présenter dès le 1er tour des élections dans l’entreprise, alors qu’ils doivent attendre le 2tour. Une façon de faire entrer plus facilement des syndicats « maison » proches des intérêts d’une direction.

Elle envisage également une « moralisation de la vie syndicale », via un organisme de contrôle étatique du financement des organisations syndicales. Depuis la loi de 2008, les organisations syndicales sont pourtant déjà tenues d’être plus transparentes. Elles doivent publier leurs comptes tous les ans et, au-delà de 230 000 euros de ressources, les faire certifier par un commissaire aux comptes. Certes, il y a encore des efforts à fournir en matière de transparence mais que viendrait faire une officine de l’Etat dans les organisations syndicales sinon contrôler leurs activités ?

Marine le Pen s’engage à supprimer le compte pénibilité, une demande forte du patronat

Pour alléger les contraintes des entreprises, Marine Le Pen entend réduire le nombre d’obligations administratives liées au seuil des 50 salariés. Et fusionner les instances représentatives du personnel entre 50 et 300 salariés en une structure unique. La loi Rebsamen d’août 2015 prévoit déjà un regroupement des instances au sein d’une délégation unique du personnel pour les entreprises de cette taille. On passerait donc d’un regroupement à une fusion des mandats.

Les signaux positifs envoyés aux entreprises pour simplifier leur quotidien ne manquent pas. Alors qu’Emmanuel Macron veut « suspendre » le compte personnel de prévention de la pénibilité, Marine Le Pen s’engage à le supprimer. Elle répond à une demande forte du patronat qui juge le C3P trop contraignant à appliquer. A l’instar de ce que proposait également François Fillon, elle le remplacerait par une visite chez le médecin du travail. Ce retour en arrière aurait deux conséquences négatives pour les salariés. Il anéantirait tous les efforts – déjà bien difficiles à déployer – de prévention. Le praticien n’interviendrait en effet que lorsque les salariés subissent déjà les effets de la pénibilité. Ce constat conduirait ensuite à ce qu’ils soient licenciés pour inaptitude.

Antiprogressiste

Conservatrice à bien des égards, Marine Le Pen ne va pas à l’encontre des intérêts des entreprises. Pas un mot sur la simplification de l’étiquetage nutritionnel des produits, bête noire de l’industrie agroalimentaire. Elle lui préfère l’étiquetage des produits 100 % fabriqués en France. Pas un mot non plus sur une sortie éventuelle du nucléaire… Bien au contraire, c’est une industrie qu’elle entend conforter, demandant même un « moratoire » immédiat sur l’éolien.

Le monde du travail n’intéresse pas la candidate frontiste

Le monde du travail n’intéresse pas la candidate frontiste. Ni les conditions dans lesquelles il est exercé, ni les différentes formes qu’il peut prendre. Epuisement professionnel, CDD, temps partiel, égalité hommes-femmes… sont absents de son vocabulaire. Incohérente sur ce dernier point, elle évoque un grand plan national égalité hommes-femmes, mais prône aussi la libre répartition du congé parental entre les deux parents. Aujourd’hui, pour éviter que les mères continuent à prendre majoritairement ce congé, la loi prévoit que les six mois de congés réservés aux pères soient perdus s’ils ne s’en saisissent pas. Renoncer à cette mesure revient à pousser les mères à rester à la maison et à les écarter du marché du travail. Marine Le Pen souhaite une véritable politique nataliste. Elle redessine un monde à l’ancienne où chacun reste à sa place : employeurs, salariées et salariés, et syndicats.

 

Repost 0
19 avril 2017 3 19 /04 /avril /2017 06:11
Repost 0

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre