Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 12:01

Jean-Jacques candelier député communiste demande la démission de Madame Alliot-Marie: 

 

"Le gouvernement est allé jusqu'à faire des offres de services au régime tunisien, proposant, en réponse à la question du député Jean-Paul Lecoq (PCF) posée à l'Assemblée Nationale le mardi 11 janvier, que "le savoir-faire de nos forces de sécurité, qui est reconnu dans le monde entier, permette de règler des situations sécuritaires de ce type".Ces déclarations constituent une honte. Elle placent l'action du minitsre des Affaires Etrangères et uropéennes dans les pas de celle de l'aemée réactionnaire des rois d'europe, appellée à sa rescousse par Louis XVI, armée écrasée à Valmy par l'armée par l'armée patriotique française "de savetiers et de tailleurs". C'est à ce titre que je lui demande de démissionner"

 

Voici le texte complte de la réponse de Madame Alliot-Marie Ministre de la Défense à la question du député communiste Jean-Paul Lecoq :

 

"Monsieur le député, oui la Tunisie comme l'Algérie connaissent en ce moment des mouvements sociaux de grande ampleur et qui touchent particulièrement les jeunes. Face à cela, plutôt que de lancer des anathèmes, notre devoir est de faire une analyse sereine et objective de la situation.

 

Parlons du fond, tout d'abord. Il est vrai que dans ces deux pays, il y a énormément d'attentes – notamment de la part des jeunes, et en Tunisie particulièrement de jeunes formés – de pouvoir accéder au marché du travail.

Or c'est un problème pour ces pays. C'est bien la raison qui nous porte à souligner le bien-fondé de la volonté du Président de la République de répondre, dans le cadre du G8 et du G20, aux préoccupations et aux besoins de ces pays. Il s'agit, en particulier, de toutes les conditions nécessaires que la communauté internationale tout entière doit mettre pour permettre aux jeunes et aux jeunes diplômés de pouvoir accéder au marché du travail.

 

Le deuxième problème est effectivement celui des décès et des violences constatées à l'occasion de ces manifestations.

 

On ne peut que déplorer des violences concernant des peuples amis.

 

Pour autant, je rappelle que cela montre le bien-fondé de la politique que nous voulons mener quand nous proposons que le savoir-faire de nos forces de sécurité, qui est reconnu dans le monde entier, permette de régler des situations sécuritaires de ce type.

 

C'est la raison pour laquelle nous proposons aux deux pays de permettre, dans le cadre de la coopération, d'agir dans ce sens, afin que le droit de manifester soit assuré de même que la sécurité". (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP.)

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SOLIDARITE INTERNATIONALE
commenter cet article
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 11:45

Le député communiste a déclaré : "jusqu'au bout, les autorités françaises, comme les responsables de l'Union Européenne, auront soutenul'isoutenable, allant jusqu'à offrir leurs services contre la volonté du peuple tunisien. Cette situation ne grandit pas notre pays. Je demande d'ailleurs à ce qu'un débat devant  le Parlement fasse toute la lumière sur le rôle de la France en Tunisie, notamment au cours des dernières semaines.

Nous ne pouvons que saluer le courage et la détermination du peuple tunisien, des forces démocratiques et progressistes, des mouvement pour les droits de l'homme. Plus que jamais, tout doit être fait désormais pour garantir aux tunisiens les libertés et la transistion démocratique"

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SOLIDARITE INTERNATIONALE
commenter cet article
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 13:17

On est en droit de s'interroger, comment se fait-il qu' après quelques manifestations populaires pacifiques de rejet du régime Ben Ali, qui durent il est vraidepuis plus d'un mois,  ce dernier, subitement contre toute attente ,fuit la Tunisie alors que personne n'osait l'imaginer si tôt et de cette façon ? Certes la détermination de tout un peuple l'a poussé à partir, mais la police, la milice, les réseaux coercitifs sont toujours là. Il avait donc certainement la possibilité de se maintenir encore. Il a dû partir. Qui donc l'a lâché dans les hautes sphères économiques et politiques, et pourquoi?

Sans doute, l'article de Imed Bahri publié sur le site Kapitalis.com en suggère Un début de réponse.

Les entreprises qui ont des intérêts économiques dans ce pays ont dû sentir le vent tourner et ont adapté la formule célèbre du film de Visconti "LE GUEPARD"  :"il faut tout changer pour que rien ne change" Et éviter la contagion aux pays voisins.

 

Rappel : Le SMIC tunisien est d'environ 400 dinars soit environ 250 €.

 

 

Bonne lecture de ce qui suit.

 

Mario et Bruno FORNACIARI

 

PLUS DE 3000 ENTREPRISES A PARTICIPATION ETRANGERE

 

La présence des entreprises françaises en Tunisie, longtemps symbolisée par Air France dans le transport aérien, Total dans la distribution pétrolière, Air Liquide dans les gaz industriels et médicaux et Carrefour et Géant dans la grande distribution, vient d’être consolidée par l’arrivée, début mai, de la marque Orange dans le secteur des télécommunications.

 

Un potentiel de développement incomparable

 

La France est depuis toujours le premier fournisseur et le premier client de la Tunisie. Ses investissements représentent 12% du montant global des investissements directs étrangers (IDE) réalisés en Tunisie. Cette prédominance, historique et structurelle, s’explique par le fort engagement des entreprises françaises dans un site offrant à fort potentiel de développement et des avantages comparatifs certains.

 

Selon les statistiques de la Foreign Investment Promotion Agency (Fipa), l’agence locale de promotion des investissements extérieurs, au 31 décembre 2009, sur un total 3007 entreprises à participation étrangère implantées en Tunisie, 2664 sont européennes (89%), se répartissant comme suit: 1249 françaises, 704 italiennes, 267 allemandes et 214 belges. Les 1249 entreprises à participation françaises représentent 41,5% de l’ensemble. Ce taux important atteindrait même 43,3% si on considère les entreprises installées sous le régime off shore (exportant au moins 70% de leur production), et qui sont au nombre de 990. Des PME peu capitalistiques Sur les 1249 entreprises françaises, 609, soit près de la moitié, ont un capital entièrement détenu par des investisseurs français, 566 sont le fruit d’un partenariat franco-tunisien et 74 associent capitaux français et capitaux d’une autre origine étrangère. La répartition sectorielle de ces entreprises laisse apparaître une forte concentration dans l’industrie (993, dont 855 totalement exportatrices), notamment textile (505) et mécanique (238). Les autres entreprises sont réparties entre les services, hors finance (178), le tourisme (56) et l’agriculture (22).

 

Le montant des IDE générés par les entreprises françaises s’élève à 1587,4 millions de dinars tunisiens (DTN), dont 934,2 M DTN pour les entreprises exportatrices (30,3 de l’ensemble des pays) et 653,5 M DTN pour les autres. «L’importance des entreprises françaises est moins marquantes si on considère les capitaux investis: 30,3% pour les entreprises totalement exportatrices (12% si on considère l’ensemble des entreprises, mais 17,6 hors privatisation partielle de Tunisie Telecom)», note Mickaelle Chauvin dans ‘‘La Lettre de Tunisie’’ publiée par la Mission économique-Ubifrance de Tunis (16 juin 2010).

 

L’auteure fait cependant remarquer: «Ces données confirment que le tissu des entreprises françaises est composé d’entreprises de taille moyenne ou petite, et donc peu capitalistiques.» 87 emplois par entreprise Hors secteur financier, les entreprises françaises, avec un total de 109.066 emplois, représentent 34,8% des emplois créés par les entreprises étrangères établies en Tunisie. Ces emplois se concentrent essentiellement dans l’industrie: 93.656, soit 35% du nombre total des emplois concernés et une moyenne de 87 emplois par entreprise (115 en moyenne pour l’ensemble des entreprises à participation étrangère).

 

«Avec le développement des centres d’appels, des bureaux d’études et de conseil, des sociétés de services informatiques, fait encore remarquer Mickaelle Chauvin, la présence française s’est renforcée dans le secteur des services avec 178 entreprises sur un total de 374 (47,6%), représentant plus de 10000 emplois, dont 131 exportatrices». L’auteure précise cependant que ces données n’incorporent pas la présence française dans les services financiers : BNP Paribas (50%de l’UBCI), la Société Générale (52% de l’UIB), BPCE (60% de la BTK), Groupama (35% de la Star) le Crédit agricole (bureau de représentation, et autres participations minoritaires.

 

Imed Bahri

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SOLIDARITE INTERNATIONALE
commenter cet article
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 00:26

 

 

"Combien faudra-t-il encore de morts pour que le gouvernement français condamne la répression ordonnée par le Président Ben Ali?" interroge Pierre Laurent, secrétaire national du PCF. il ajoute :"Une nouvelle étape a été franchie dans la repression avec l'arrestation d'Hamma Hammami, la mise en place du couvre-feu à Tunis et la nouvelle et terrible vague d'assassinats dont celui du franco-tunisien Hatem Bettahar?'...) L'Etat tunisien commet des crimes. Les taire, c'est être complice. La France, qui siège au Conseil de Sécurité de l'ONU, doit prendre ses responsabilités. Je demande solennellement au Président de la République et à l'ensemble des dirigeants européens de condamner la répression et de prendre des sanctions politiques, économiques, financières contre le régime de Ben Ali (...) Le PCF reaffirem avec force tout son soutien au peuple, aux démocrates et aux progressistes de ce pays. Il appelle à participer massivement à la journée de manifestation du 15 janvier."

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SOLIDARITE INTERNATIONALE
commenter cet article
14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 18:25

SOLIDARITE

AVEC LE PEUPLE TUNISIEN

Manifestation samedi 15 janvier   Paris – 14h – place de la République

 

 

Le peuple tunisien se lève pour sa liberté

Depuis maintenant plusieurs semaines, le peuple tunisien est dans la rue. Il n'a plus peur et hurle son exigence de vivre, de justice sociale et de démocratie. Il réclame le départ du dictateur Ben Ali, et de sa clique, qui derrière la vitrine touristique et luxueuse de la Tunisie, maintient le peuple dans une grande misère, le prive de toute liberté, à l'aide d'un système policier féroce et accapare, au profit de ses amis, les richesses du pays.

Face à la révolte de son peuple, le pouvoir tunisien répond par des balles et le mépris, le kidnapping des leader politiques et sociaux dont Hamma Hamami, porte parole du Parti communiste de Tunisie, l'emprisonnement et la répression.

Le peuple tunisien qui se bat courageusement et dignement, a besoin de notre aide et de notre solidarité.

 

Le gouvernement français complice

Le gouvernement français, comme bien d'autres en Europe, supporteur fidèle du dictateur depuis des années, garde le silence sur ce régime criminel et corrompu. Quand il ne soutient pas ouvertement et cyniquement le pouvoir en place. C'est le Ministre Bruno Lemaire qui dit « Ben Ali est souvent mal jugé, il fait beaucoup de bonnes choses » ou la Ministre des Affaires Étrangères qui déclare « On ne peut que déplorer qu'il puisse y avoir des violences chez des peuples amis. Sans nous ériger en donneur de leçons, nous invitons les pays à mieux prendre en compte les attentes de la population ». Le 11 janvier,  à une question au gouvernement du député communiste Jean-Pierre Lecocq, cette même Ministre a répondu qu'elle allait, face à l'émeute, proposer à l'Etat tunisien « le savoir faire de la police française. » Quelle honte ! On a connu, au moins dans les discours, plus de vivacité de la France sur la question des Droits de l'Homme.

 

Créer un mouvement d'exigence et de solidarité


Samedi, les communistes seront, avec de nombreuses organisations, associations, citoyens de tous horizons, dans les rues de notre pays pour dire aux Tunisiennes et aux Tunisiens que nous sommes avec eux, contre les massacres et pour la liberté et le partage des richesses, qu'ils ne seront pas les oubliés du monde. Individuellement, nous sommes nombreux à utiliser tous nos moyens pour relayer les images, les informations et les positions qu'ils nous transmettent.

 

Il faut que l'ensemble de la gauche et des progressistes se tienne maintenant et clairement aux côtés de la résistance tunisienne


Déjà, à l'Assemblée nationale, au Sénat et au Parlement européen, les parlementaires communistes ont porté, et continueront de porter, des exigences précises pour que la France et l'Europe pèsent enfin sur le pouvoir de Ben Ali afin d'obtenir immédiatement la fin de la répression et la libération de tous les prisonniers politiques.

L'accord d'association entre la Tunisie et l'Union Européenne comprend dans son article 2 , une clause relative au respect des « principes démocratiques et des droits de l'Homme ». Si les autorités tunisiennes maintenaient la répression envers les opposants, le PCF demande le gel de l'accord d'association en raison de non respect des clauses conventionnelles. Le PCF appelle à participer massivement à la journée de manifestations du 15 janvier et à multiplier les initiatives de solidarité.

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SOLIDARITE INTERNATIONALE
commenter cet article
14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 14:59

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SOLIDARITE INTERNATIONALE
commenter cet article
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 22:57
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SOLIDARITE INTERNATIONALE
commenter cet article
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 12:14

Une crise profonde et de sérieux avertissements

Par : Bureau de presse
Mis en ligne : 8 janvier
Partager :
Thèmes :

 

En Algérie comme en Tunisie des émeutes populaires mobilisent une jeunesse qui exprime le désespoir et la révolte contre des régimes qui ne leur offrent que le chômage, la vie chère, l’autoritarisme et la corruption. C’est en fait les sociétés algériennes et tunisiennes dans leur ensemble qui n’en peuvent plus de supporter les inégalités criantes, la gabegie, la répression et le mépris de dirigeants prédateurs incapables d’offrir un avenir à leur propre peuple.



L’augmentation des produits de première nécessité à servi de révélateur à une crise profonde issue des politiques néo-libérales imposées par des gouvernements qui sont eux mêmes le fruit d’élections manipulées. Cette crise est aussi le résultat des diktats du FMI depuis les années 80 et 90 avec l’austérité pour les budgets sociaux et les salaires, les privatisations, l’injustice et la misère.

Le PCF réaffirme sa solidarité avec l’ensemble des démocrates algériens et tunisiens qui agissent au côté de leur peuple afin d’ouvrir une perspective de progrès social et de démocratie, et pour empêcher que les mouvements actuels ne servent à encourager les forces les plus réactionnaires, notamment celle de l’islamisme politique radical dont la violence criminelle a laissé de douloureux souvenir en Algérie. Le PCF appelle à l’arrêt immédiat de la répression, à la libération des personnes emprisonnées, au respect des règles élémentaires d’un Etat de droit comme les avocats tunisiens l’ont exigé dans une courageuse manifestation collective.

Ce qui se passe aujourd’hui en Algérie et en Tunisie constitue un sérieux rappel à l’ordre pour l’Union européenne et pour sa politique dite d’association avec les pays du sud. Ces émeutes témoignent de l’échec flagrant d’une politique entièrement tournée vers l’objectif d’une zone de libre échange de conception libérale vouée aux intérêts des multinationales et du capital privé, incapable de construire les conditions d’une coopération d’intérêt mutuel pour les peuples des deux rives de la Méditerranée. C’est aussi un avertissement pour les autorités françaises qui vont présider les G 8 et G 20 en 2011, face aux impasses politiques et sociales sévères produites par un système capitaliste mondialisé en crise. La question de la coopération et du développement humain durable fait partie des priorités et des urgences.

Parti communiste français,

Paris, Le 8 janvier 2011.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SOLIDARITE INTERNATIONALE
commenter cet article
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 10:57

 



EuropeanLEFT J'adhère. LOGO PCF

Tunisie
Les déclarations scandaleuses de Bruno Lemaire déconsidèrent les autorités françaises (Pierre Laurent)

Par : Bureau de presse
Mis en ligne : 11 janvier
Partager :
Thèmes :

Bruno Lemaire, Ministre du gouvernement Fillon, vient de déconsidérer les autorités françaises en prenant explicitement la défense du Président tunisien Ben Ali, grand ordonnateur de la répression criminelle qui s’abat sur le peuple de Tunisie.



Devant l’ampleur tragique de cette répression, il est honteux qu’un Ministre de la République française puisse ainsi cautionner une telle violence d’Etat. Des dizaines de personnes, plus de 50 dans le centre du pays et notamment à Kasserine selon des sources syndicales, et singulièrement des jeunes, ont été tués par ce régime féroce, corrompu et sans principe. Toutes les professions du pays sont en révolte. Des ouvriers aux comédiens et artistes en passant par des avocats ... ont été frappés par la police.

Les déclarations scandaleuses de Bruno Lemairetraduisent cette forme de complicité et de soutien permanent que les autorités françaises accordent depuis si longtemps au régime voyou de Ben Ali.

Je demande des autorités françaises une condamnation très ferme de la répression en Tunisie. La France doit exiger le respect des libertés, la libération des personnes emprisonnées. Tous les moyens politiques, économiques et financiers doivent être utilisés pour sanctionner et isoler le régime de Ben Ali, en s’appuyant sur les forces démocratiques sociales et politiques du pays. Avec ses partenaires européens, la France doit décider immédiatement la suspension de l’accord d’association UE/Tunisie.

Le PCF est totalement solidaire du peuple de Tunisie et des forces de l’opposition démocratique de ce pays qui agissent avec courage pour un vrai changement et pour en finir avec le dictateur de Tunis et son clan.

Pierre Laurent, Secrétaire national du PCF,

Paris, le 11 janvier 2011.





Parti Communiste Français
2 place du Colonel Fabien, 75019 Paris - Téléphone : 01 40 40 12 12 - Fax : 01 40 40 13 56
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SOLIDARITE INTERNATIONALE
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre