Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 07:09

Meurtre d'un jeune étudiant ukrainien : nous ne resterons pas silencieux face à l'extrême-droite !

le 06 mai 2014

Aujourd'hui, mardi 6 mai ont lieu les obsèques de Vadim Papura, jeune communiste d'Ukraine et étudiant à l'université nationale d'Odessa. Comme une quarantaine d'autres militants progressistes, il est mort vendredi dernier dans l'incendie de la maison des syndicats d'Odessa, provoqué par des milices fascistes se réclamant du mouvement « Euromaïden ».

Depuis plusieurs mois maintenant, l'Ukraine est victime d'ingérences impérialistes de la part des Etats-Unis et de l'Union Européenne. Ces manœuvres ont pour but d'obliger le peuple ukrainien à accepter un partenariat économique ultra-libéral qui placerait les travailleurs d'Ukraine en concurrence avec les travailleurs du reste de l'Union Européenne.

Le gouvernement non-élu de Kiev, en place depuis février 2014 est composé à plus d'un tiers par l'extrême-droite. Pourtant, il bénéficie du soutien inconditionnel de nos démocraties occidentales. Depuis ce moment, les forces anti-sociales n'ont eu de cesse de se développer, et avec, son cortège de violences à l'encontre des démocrates de ce pays. Récemment encore, les députés communistes ont été illégalement exclus du parlement.

Les étudiants communistes tiennent à rendre hommage à Vadim Papura et à tous les progressistes qui sont morts ces dernières semaines pour défendre leurs droits. Nous dénonçons le traitement médiatique qui est réservé en France à cette situation. Nous ne resterons pas silencieux face aux agissements des milices fascistes, qui bénéficient de la bienveillance des gouvernements occidentaux et des principaux médias.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans UKRAINE
commenter cet article
6 mai 2014 2 06 /05 /mai /2014 21:59

JACK DION - MARIANNE

Curieusement, le carnage qui a eu lieu à Odessa, où quarante séparatistes ont péri dans l’incendie de la Maison des Syndicats, soulève peu de réactions. Pourquoi deux poids deux mesures dans l’émotion et la protestation ?

Imaginons que ce qui s’est passé à Odessa, le 2 mai, ait eu lieu à Maïdan, à Kiev. Imaginons que des révoltés ukrainiens cernés par les partisans de l’ancien régime se soient réfugiés dans la maison des syndicats et que cette dernière ait été incendiée par des forces hostiles, sous les yeux d’une police impassible. Imaginons que l’on y ait retrouvé une quarantaine de cadavres calcinés.

Que se serait-il passé ? L’émotion aurait été à son comble dans les capitales occidentales. Les gouvernements auraient crié au meurtre de masse commis par des sbires de Ianoukovitch. Ils y auraient vu la preuve manifeste de mœurs barbares dans une ville si près de l’Union européenne, à quelques heures de vol de Paris. Des intellectuels de renom auraient aussitôt pris l’avion pour Kiev afin de crier leur solidarité. BHL aurait déjà choisi sa chemise blanche spécial média. Des pétitions circuleraient. L’Europe condamnerait. Laurent Fabius invoquerait les valeurs universelles bafouées.

Et là ? Rien, ou presque. Pas de protestations, pas de dénonciations, pas d’admonestations, si ce n’est à l’égard de… Moscou — à croire que ce sont des espions russes déguisés en ukrainiens pro-occidentaux qui ont fait brûler ceux qui ne jurent que par la Russie éternelle. Certains, qui ne reculent devant rien, ne sont pas loin de le suggérer.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans UKRAINE
commenter cet article
6 mai 2014 2 06 /05 /mai /2014 03:50

Odessa : les affrontements ont fait plus de 100 morts, il y a des enfants (politique ukrainien)

© Photo: RIA Novosti/Natalia Seliverstova

Par La Voix de la Russie | Le chef de file du mouvement social Sud-Est Oleg Tsarev, qui a retiré sa candidature de l'élection présidentielle en Ukraine, est convaincu que les heurts à Odessa du 2 mai avaient fait plus de 100 morts dont des enfants.

Il n'en a pas cependant fourni des preuves.

« Nous estimons que dans la Maison des syndicats il y a plus de 100 cadavres. La police ne fait entrer personne pour que les cadavres ne soient pas comptés. Nous savons exactement qu'il y a là bas des enfants mineurs. Nous sommes sûrs que le pouvoir fera tout son possible pour dissimuler les traces de ce crime horrible. Nous voulons mener une instruction et juger les responsables de ce crime », a-t-il déclaré à l'agence RIA Novosti.

« Il y a l'impression qu'on tuait les gens et la façon dont les femmes sont désabillées indique qu'elles avaient été peut-être violées. Après seulement ont les aspergeait avec les cocktails Molotov et incendiait », a dit Oleg Tsarev.

Précédemment le député du conseil régional d'Odessa Vadim Savenko avait déclaré que les affrontements à Odessa avaient fait 116 morts. Selon lui « les autorités ukrainiennes ont reçu la commande de taire l'envergure de la tragédie pour cacher à l'opinion mondiale le fait d'avoir organisé à Odessa une opération punitive contre les habitants pro-russes ».


Lire la suite: http://french.ruvr.ru/news/2014_05_05/Odessa-les-affrontements-ont-fait-plus-de-100-morts-il-y-a-des-enfants-politique-ukrainien-1174/

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans UKRAINE
commenter cet article
6 mai 2014 2 06 /05 /mai /2014 03:30

UKRAINE sous la botte nazie

https://www.facebook.com/pages/Ukraine-Contre-la-r%C3%A9habilitation-des-nazis/1435984889947544?fref=nf

Une camarade d'école d'Odessa de mon mari a écrit aujourd'hui :

"Vous devez connaître à Moscou le pogrome punitif qui a eu lieu contre nous, manifestants pacifiques d'Odessa, les descendants de la division SS ukrainienne Galichina, ont simplement organisé une expédition punitive avec la "Garde nationale", le "Secteur droite" Paroubiy et Tyagnibok. Ils ont enfermé près de 300 personnes dans la maison des syndicats et les ont bombardé de cocktails Molotov, utilisant, outre des engins incendiaires, un nouveau gaz, à l'odeur d'ammoniaque et contenant un poison mortel. Les Odessites, femmes, hommes jeunes ou vieux, les enfants, enfermés par les partisans de Bandera dans la maison des syndicats, mouraient instantanément en inhalant ces gaz toxiques.
Ceux qui ont pu se sont réfugiés sur le toit de l'immeuble, ce sont 160 personnes que la police, à la solde d'assassins, a arrêtées, et enfermées durant deux jours, jusqu'à ce que les Odessites indignés ne prennent les services de police d'assaut et libèrent ces survivants.
Ceux qui sortaient par les fenêtres (il y avait des femmes enceintes ) étaient achevés à coups de pied, de chaînes de moto et de battes. nombreux furent simplement abattus d'un coup de fusil. devant l'immeuble, il y avait une quantité d'étuis vides et des traces de tirs sur l'herbe. Toute la place Koulikovoe polia, autour de l'immeuble est ensanglantée. Ceux qui sautaient par les fenêtres, s'écrasaient et étaient achevés par les partisans de Bandera.
J'AI APPRIS D'UN INFIRMIER DE LA VILLE, QUE 189 PERSONNES AVAIENT BRÛLÉ DANS L'IMMEUBLE.
LES CADAVRES ON ÉTÉ DISSIMULÉS ET LES "BANDERISTES" LES SORTAIENT EN CACHETTE DES MORGUES DE LA VILLE AFIN DE LES ENTERRER DANS UNE FOSSE COMMUNE. ILS ONT PEUR DE LA COLÈRE DU PEUPLE."

ПРОТИВОСТОЯНИЕ! ЮГО - ВОСТОК! — Анна Егорова (Сергеева)
Одноклассница моего мужа из Одессы сегодня написала:
Должны в Москве знать о карательном погроме Одесситов.,с нами ,мирным митингом ,просто расправились каратели СС Галитчина с нацгвардией " правый сектор" Парубия и Тягнибока.Закрыли около 300 человек в Облсовете и забросали коктейлями молотова но с новым
отравляющим составом. Одесситы вместе с женщинами закрытые бандеровцами в
здание Облсовета моментально умирали от ядовитых газов. Кто смог добежал
до крыши .Это 160 человек их забрали и арестовали менты. Те кто
выскакивал через окна ,были и беременные женщины их добивали
ногами, цепями и битами .Многих просто пристреливали. Кругом пули и пыжи на
траве. Все Куликовое поле вокруг исполкома в крови. Те кто выпрыгивал из
окон разбивались или их добивали бандеры
ТОЧНО УЗНАЛА ОТ РАБОТНИКА МЕДИЦИНЫ ГОРОДА ЧТО В ОБЛСОВЕТЕ СГОРЕЛО 189 ЧЕЛОВЕК
ТРУПЫ СКРЫВАЮТ И БАНДЕРОВЦЫ ВТИХОРЯ ВЫВОЗЯТ ТРУПЫ ИЗ МОРГОВ ГОРОДА НА ЗАХОРОНЕНИЕ В ЯМЕ.БОЯТСЯ НАРОДНОГО ГНЕВА

UKRAINE sous la botte nazie

МЕ.БОЯТСЯ НАРОДНОГО ГНЕВА

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans UKRAINE
commenter cet article
5 mai 2014 1 05 /05 /mai /2014 20:36
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans UKRAINE
commenter cet article
5 mai 2014 1 05 /05 /mai /2014 20:27

Ukraine : Il y a urgence à stopper le début de guerre civile

Les sanglants événements de ces dernières 48 heures en Ukraine, particulièrement à Slaviansk et à Odessa, ont fait des dizaines de morts, victimes des balles des troupes du gouvernement de Kiev qui n’a pas hésité à faire tirer sur ses propres citoyens. Ce gouvernement, qui comporte dans ses rangs des ministres venant de l’extrême droite, porte la responsabilité d’un dangereux et meurtrier engrenage, début d’une véritable guerre civile qui ne dit pas son nom.

À Odessa, plus de 40 personnes sont mortes brûlées par des jets de cocktails Molotov lancés par des partisans de Kiev contre des « séparatistes » de l’Est. Il est plus que temps que les dirigeants des Etats-Unis, de l’UE, de la Russie et de l’Ukraine, signataires des accords de Genève, prennent leur responsabilité pour faire cesser sine die ces combats qui ensanglantent l’Est du pays. Ils doivent faire appliquer immédiatement les accords quadripartites qui prévoyaient notamment le désarmement des groupes armés et notamment les milices fascistes qui paradent à Kiev.

Il est plus que temps d’empêcher la partition de l’Ukraine et de prendre en compte les intérêts et droits des populations des différentes régions du pays. Le PCF appelle la France à tout mettre en œuvre sur le plan diplomatique pour aider à faire cesser les hostilités et trouver une issue à la crise la plus grave en Europe depuis des décennies.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans UKRAINE
commenter cet article
5 mai 2014 1 05 /05 /mai /2014 14:17

Des dizaines de fonctionnaires du FBI et de la CIA à Kiev (Bild)

Publié par Kiergaard sur 4 Mai 2014, 11:29am

Catégories : #Géopolitique-International

Le journal allemand Bild, citant des sources au sein des services de sécurité allemand, affirme que des dizaines de fonctionnaires de la CIA et du FBI sont actuellement à Kiev au nom du gouvernement américain.

Source

Officiellement, ils ne sont pas impliqués dans les combats à l'est du pays. Néanmoins le journal écrit que "Au nom du gouvernement américain, les fonctionnaires doivent aider à ce que la rébellion cesse à l'est du pays et à établir une structure de sécurité qui fonctionne".

Les autres attributions, déjà connues, couvrent la lutte contre la criminalité organisée et une unité spéciale en charge de pister les actifs des anciens dirigeants du pays. Alors que le département d'état américain et la Maison Blanche ont soutenu le droit de Kiev à "rétablir" l'ordre, il était impensable que les services américains ne jouent pas un rôle en ce sens. Les médias russes et le ministère des affaires étrangères s'étaient fait écho du déclenchement de l'opération anti-terroriste le lendemain de la visite de John Brennan à Kiev.

Si cela ne confirme pas les dires de certains médias russes ou de députés de la Rada selon lesquels un étage entier du SBU (service de sécurité) serait inaccessible en raison de la présence des agents américains, on peut néanmoins affirmer avec une quasi-certitude que les services américains sont impliqués directement, ou indirectement (mais pas trop) dans les opérations à l'est et dans les choix de sécurité du gouvernement central.

Espérons néanmoins que ces agents américains conseillent le gouvernement de Kiev avec une vision moins naïve que leurs journalistes (Désolé je n'ai plus la source, mais un envoyé spécial de Fox, ou de CNN, se déclarait très surpris de l'hostilité que manifestaient les gens de l'est ukrainien envers les États-Unis)

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans UKRAINE
commenter cet article
4 mai 2014 7 04 /05 /mai /2014 10:24

Patrick Apel-Muller "lHumanité"

19 min ·

Ukraine:face à la montée des périls

C’est en Europe : Un régime non élu envoie les chars et les hélicoptères de combat contre une partie de sa population avec le soutien des chancelleries de l’UE et des Etats-Unis. Ces dernières ont choisi d’alimenter depuis des semaines une stratégie de la tension dans une zone ultra-sensible, à l’articulation entre la Russie et l’OTAN, en poussant un clan d’oligarques corrompus contre un autre d’affairistes tout aussi douteux, en lâchant la bride à des milices néo-nazies. Le pire est en marche après que trente et une personnes aient été brûlées vives dans le siège des syndicats d’Odessa, incendié à coups de cocktails molotov par les partisans de Kiev.

C’est en Europe et le péril est grand. Il est désormais urgent de rétablir un dialogue sans surenchères irréalistes. Ainsi, quel crédit aurait dans ce contexte les référendums séparatistes du 11 mai et l’élection présidentielle du 25 mai fabriquée pour légitimer le nouveau pouvoir ?L’Ukraine ne peut devenir la tête de pont d’une organisation militaire dirigée contre Moscou. La relation particulière de la population de l’Est du pays avec la Russie et avec la langue russe doit être reconnue, tout comme son refus de reconnaître les nouveaux gouvernants qui se sont imposés place Maïdan. L’hypothèse fédéraliste est sans doute le moindre des maux quand se dessinent des déchirements à la yougoslave. La tension sert au contraire les ambitions de Poutine qui agite la défense des russophones comme une légitimation d’expansionnisme.

C’est en Europe et la gouvernance de l’Union est en cause quand ses dirigeants ont privilégié l’aventurisme, fermé les yeux sur l’extrême-droite au cœur du pouvoir à Kiev, poussé à l’épreuve de force. La diplomatie française après l’affaire Snowden et la violation des règles internationales du président Morales ou ses errements bellicistes dans la guerre syrienne, ne sort pas grandie de cette nouvelle épreuve. François Hollande, si empressé à Carmaux de manipuler la parole de Jaurès pour en faire une sorte de bréviaire du renoncement et du libéralisme, ferait mieux de le relire : « Le courage, ce n’est pas de laisser aux mains de la force la solution des conflits que la raison peut résoudre ».

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans UKRAINE
commenter cet article
4 mai 2014 7 04 /05 /mai /2014 09:42

Ukraine : le PGE dénonce les groupes nazis sous la direction de Kiev

Communiqué

Dimanche, 4 Mai, 2014

Le Parti de la gauche européenne (PGE) condamne l’attitude de l’UE sur ce conflit ainsi que le comportement brutal de Kiev et exhorte toutes les parties à résoudre les différends en vertu du principe du dialogue dans les règles de l’ONU .

Suite aux affrontements qui ont fait plusieurs dizaines de victimes à Odessa et au risque grandissant de guerre civile en Ukraine, le Parti de la Gauche Européenne a dénoncé “l’émergence d’un État nazi favorisé par les Etats-Unis et l’Union européenne en Ukraine.”

Ainsi, comme le montre de nombreuses images qui circulent sur internet : “Les conflits d’hier à Odessa, et dans d’autres villes de l’est de l’Ukraine, qui ont fait prés de 50 victimes mettent en évidence le comportement d’un protagoniste : les groupes nazis sous la direction de Kiev.”

Pour le PGE, “la scission subie par la société Ukrainienne a été influencée par la volonté des Etats-Unis et l’UE d’aller contre la Russie et de déployer tous les types de mesures afin d’isoler ce pays dans une sorte de renaissance de la guerre froide.

C’est tout le contraire de ce qui devrait être recommandé si la coexistence pacifique était le but recherché .

Cent ans après la Première Guerre mondiale, l’Europe ne devrait pas jouer avec le feu, mais au contraire devrait favoriser des solutions diplomatiques et pacifiques aux crises internationales de toute nature.

Le PGE condamne l’attitude de l’UE sur ce conflit ainsi que le comportement brutal de Kiev et exhorte toutes les parties à résoudre les différends en vertu du principe du dialogue dans les règles de l’ONU.”

  • 52 12 googleplus0

- See more at: http://www.humanite.fr/ukraine-le-pge-denonce-les-groupes-nazis-sous-la-direction-de-kiev-525140#sthash.yURAMW9O.dpuf

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans UKRAINE
commenter cet article
3 mai 2014 6 03 /05 /mai /2014 06:29

Ukraine: vers la guerre civile?

2 mai 2014

Les événements dramatiques qui se sont produits dans l’Est de l’Ukraine aujourd’hui, vendredi 2 mai, constituent une accélération indiscutable du processus conduisant à la guerre civile, et à terme à la partition du pays. Comme on le présageait, l’accord de Genève est en train de sombrer, et avec lui le future d’une Ukraine indépendante[1].

À côté du « front » de Slaviansk, où les forces du gouvernement provisoire ont tenté de réduire les insurgés, non sans pertes de part et d’autre (2 hélicoptères des forces de Kiev détruit, et un total de 5 morts), c’est vers Odessa que tous les regards se tournent. Dans cette ville des affrontements entre partisans du gouvernement provisoire et insurgés pro-Russes ont fait au moins 3 morts, tandis qu’un meurtrier incendie, dont on ne sait encore qui l’a provoqué, aurait tué près d’une quarantaine de personnes[2]. D’ores et déjà chacun des deux camps rejette sur l’autre la responsabilité des victimes.

Il y a cependant des faits indiscutables, et qui sont reconnus par la plupart des observateurs :

  1. L’est de l’Ukraine est bien en état d’insurrection. Aux militants partisans d’un rattachement à la Russie se joignent des Ukrainiens qui expriment leur profonde défiance envers le gouvernement de Kiev et ses soutiens. Une partie importante de la population a pris la défense des partisans d’un rattachement à la Russie, tandis qu’une fraction plus ou moins importante selon les endroits des forces de l’ordre (police et armée) a basculé en faveur de ces militants ou se refuse à intervenir contre eux. Le discours officiel que l’on entend que ce soit à Kiev ou dans les capitales européennes selon lequel il ne s’agirait que de quelques dizaines d’agitateurs payés par Moscou devient intenable. Il est moralement indigne.
  2. Dans ces conditions, la volonté du gouvernement provisoire de continuer ce qu’il appelle une « opération anti-terroriste » est devenue la cause principale des violences meurtrières. Il est urgent que ce gouvernement rappelle ses forces car la violence non seulement ne règlera rien, mais elle fait empirer d’heures en heures la situation. Seul un retrait immédiat des forces du gouvernement provisoire est à même de ramener le calme.
  3. Ce gouvernement de fait s’entête dans une attitude suicidaire : il prétend être le seul à pouvoir décider du compromis constitutionnel indispensable à un retour à la stabilité, mais se comporte de telle manière qu’il perd désormais rapidement son autorité et sa légitimité dans les régions de l’est de l’Ukraine. Qui voudra et acceptera de négocier avec un gouvernement qui a désormais du sang sur les mains ? Cela n’est possible que si le gouvernement provisoire change d’attitude. Mais, il sera contraint de faire des concessions importantes après ce qui s’est passé aujourd’hui.
  4. Les gouvernements des pays de l’Union Européenne, mais aussi les Etats-Unis et le FMI sont enfermés dans un déni de réalité qui devient de plus en plus préoccupant. Ils concentrent leur attention sur la Russie, ce qui ne correspond pas à la situation. Redisons-le : on n’est pas en présence de « quelques agitateurs » mais d’un mouvement insurrectionnel. Cette réalité doit être acceptée. Par ailleurs, on tire des plans sur la comète avec un plan de stabilisation financière, alors que le pays est en train de glisser de plus en plus rapidement vers la guerre civile.

Il importe donc, si l’on veut éviter le pire, et en admettant qu’il en soit encore temps, ce dont on peut douter après les événements d’aujourd’hui, de comprendre qu’il n’y a de solution à la situation dramatique de l’Ukraine qu’à trois conditions :

  1. Une déclaration commune des Etats-Unis, des principaux pays de l’Union Européenne et de la Russie sur une future Ukraine indépendante doit stipuler que ce pays n’a pas vocation à rejoindre, ni de près ni de loin l’UE ou l’OTAN. Le corollaire d’une telle déclaration est qu’il convient de cesser le plus rapidement possible la parade des sanctions prises contre la Russie.
  2. Le futur institutionnel de l’Ukraine doit reconnaître la dualité entre Ouest et est du pays. La forme précise, fédéralisme ou confédération, doit être décidée par les seuls Ukrainiens, dans le cadre d’une assemblée constituante ou d’une commission de réconciliation nationale.
  3. Mais, avant tout, il importe de faire cesser les violences et pour cela il faut impérativement que le gouvernement provisoire rappelle toutes les forces, armée et garde nationale, qui sont pour l’heure déployée dans l’est du pays. De son côté, la Russie doit s’engager à ne pas intervenir, directement ou indirectement.

Il est peut être possible d’arrêter l’engrenage infernal de la guerre civile. C’est désormais la responsabilité des pays de l’Union Européenne, que d’agir pour qu’il en soit ainsi. La responsabilité devant l’Histoire de l’UE et de certains des pays qui en sont membres dans la déstabilisation de l’Ukraine leur impose moralement d’agir pour éviter la catastrophe. Mais, il faut agir vite. Il est peut être déjà trop tard.

[1] Sapir J., « Ukraine, après Genève », note publiée sur Russeurope, le 19 avril 2014, URL :http://russeurope.hypotheses.org/2199

[2] http://www.romandie.com/news/Operation-a-Slaviansk-et-incendie-meurtrier-a/474028.rom

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans UKRAINE
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre