Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 mai 2014 6 03 /05 /mai /2014 07:07

Ukraine :
Arrêter la logique des incendiaires
Déclaration du Comité Valmy

samedi 3 mai 2014, par Comité Valmy

Déclaration du Comité Valmy

Ukraine :
Arrêter la logique des incendiair
es

Après avoir agressé notamment la Yougoslavie, La Somalie, l’Irak, l’Afghanistan, la Lybie, la Syrie, les dirigeants étasuniens et leurs vassaux ont entrepris de mettre en pratique leur théorie du « chaos reconstructeur » aujourd’hui en Ukraine.
Mercenaires US, fanatiques de tous bords et en tout genre, en premier lieu néonazis et fascistes, concourent à l’installation par la force d’une prétendue « démocratie pro-occidentale ».
Les Etats-Unis et l’OTAN ont pour objectif de créer une nouvelle "guerre froide" et de réactiver vis-à-vis de la Russie, la politique d’endiguement appliquée en son temps contre l’Union Soviétique et qui de fait, n’a jamais été abandonnée par les occidentalistes.

Les populations du Sud et de l’Est de l’Ukraine, ainsi que les partisans et les militants des organisations qui n’acceptent pas cette logique sont qualifiés de terroristes et sont victimes d’actes arbitraires et criminels.
Depuis ce vendredi matin 2 mai, les forces de la junte composée notamment de nazis, qui a pris le pouvoir illégalement et par la violence à Kiev, mènent une vaste opération militaire contre les partisans de la fédéralisation du pays dans la ville de Slaviansk (est de l’Ukraine).
Le fait que le peuple soit attaqué militairement avec l’utilisation d’hélicoptères de combat et de chars, change profondément la nature de la crise créée par les USA, l’Union européenne et l’OTAN. Dans ce contexte, l’intervention de la Russie peut devenir inévitable.

Alors que ces populations du sud et de l’est de l’Ukraine qui résistent et appellent à l’intervention le seul pays qui puisse les aider, une campagne de mensonges, de calomnies, d’appels à la haine et d’excitation aux sanctions et de manière encore cachée, de préparation à la guerre, déferle dans les médias en Europe Occidentale, dont la France.

Poutine est comparé à Hitler, les informations diabolisent la Russie et ses dirigeants. Parallèlement l’Otan concentre des forces militaires autour de la Russie : la France en particulier envoie navires de guerre en Mer Noire et avions de chasse dans les Pays Baltes.
Evidemment, la Russie se prépare au pire, en concentrant aussi des forces à ses frontières occidentales.

Parallèlement, les gouvernements de l’UE sont prêts à payer des fortunes pour « soutenir » le gouvernement ukrainien et l’économie du pays alors qu’un coup d’Etat vient de porter au pouvoir des personnes assez peu recommandables, et que l’économie ne présente aucune garantie autre que celle d’un effondrement prochain. Pourtant cette même UE est incapable de soutenir tous les pays du Sud, de l’Est de l’Europe, dont les états et les économies ont été saccagés sous l’effet de « plans de restructuration » imposés par cette même Union Européenne, la Banque centrale européenne et le FMI.
Et ces mêmes Etats européens instrumentalisés par Obama contre leurs intérêts nationaux se prononcent pour des « sanctions financières, économiques, qui auront pour effet d’accentuer la destruction de l’économie des pays membres, et de faire profiter les firmes étasuniennes de grandes opportunités industrielles et énergétiques.

Il faut se mobiliser et agir pour arrêter cette logique de guerre :

1) En dénonçant les mensonges et la diabolisation de la Russie actuelle, ce qui ne signifie pas du tout aveuglement ou absence d’esprit critique. Il faut aussi dénoncer les provocations, les violations grossières des traités internationaux par les pays de l’OTAN, comme l’entraînement, l’armement et l’utilisation de milices, les tirs par des snipers simultanément sur les manifestants et policiers, l’envoi d’espions et de provocateurs des services spéciaux allemands sous couvert d’une organisation internationale (OSCE).

2) En refusant pour la France l’engrenage de l’engagement politique, diplomatique, économique et militaire de notre pays dans une logique d’agression et de guerre qui, à tout moment, risque de nous entraîner dans une escalade prévisible vers une catastrophe incalculable.

3) Ceci implique que, foncièrement pacifique, le peuple de France doit prendre conscience de la nécessité d’exiger des dirigeants bellicistes euro atlantistes de notre pays de sortir au plus tôt de l’OTAN, et en premier lieu de son organisation militaire, OTAN qui d’une alliance prétendument « défensive » au temps de la guerre froide est devenue une coalition perpétrant de nos jours ouvertement de nombreuses agressions, en raison de la disparition du contrepoids de l’URSS et du pacte de Varsovie.

4) Il faut refuser les « sanctions », quelles qu’elles soient, qui en accentuant la crise de notre pays accélérera la désintégration de sa société, de son Etat républicain, et de son économie.

5) Il faut réaffirmer la nécessité pour la France Républicaine de rétablir l’indépendance nationale et d’une politique étrangère, économique, financière, monétaire, militaire et culturelle souveraine.

Note : Les incendiaires sont les personnages de la pièce de Max Firsch« Biederman und die Brandstifter.

Paris le 2 mai 2014
Comité Valmy

Mis en ligne le 2 mai 2014

Rubriques

Dans la même rubrique

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans UKRAINE
commenter cet article
3 mai 2014 6 03 /05 /mai /2014 06:27

A ODESSA INCENDIE ET POGROMES FASCISTES : 38 pêrsonnes mortes dans l’incendie de la maison des syndicats

02MAI

À Odessa, la situation s’aggrave : les fascistes ont mis le feu à la maison des syndicats, où les militants se et les adversaires de la junte se rassemblent pour le référendum.
le nombre de morts n’est ^pas encore confirmé.
Cependant, il est un donné, confirmé sans ambiguïté : l’augmentation dans l’Ukraine du sud-est des pogroms de l’extrême droite néo-fasciste qui, après la rencontre entre Jarosh (chef du Pravyj Sektor) et Kolomojskij (oligarque et gouverneur de Dneptopetrovsk)n ‘oublions pas que celui a organisé la chasse "au Russe" , se masque derrière les supporters de son équipe de foot, alors que d’autre part, ils ont l’apparence des groupes paramilitaires. Sans surprise, le Pravij Sektor transféré son siège social à Dnepropetrovsk-parmi les travailleurs de la ville « charnière » entre le sud-est et l’ouest de l’Ukraine

Nous réaffirmons, les responsabilités de l’Union européenne qui, au lieu de contribuer à la mise en oeuvre des accords de Genève, jette l’essence sur le feu, soutenant la junte.

38 personnes meurent dans l’incendie fomenté par l’extrême-droite dans la maison des syndicats maison à Odessa Ukraine

Un manifestant enveloppé dans un drapeau ukrainien des promenades devant un camp de tentes brûlante et un incendie dans le syndicat du bâtiment à Odessa 2 mai 2014. (Reuters / Yevgeny Volokin)

Une cinquantaine de personnes, dont 10 policiers, ont également été blessés dans l’incident, indique le communiqué officiel. Il n’était pas immédiatement clair si les blessés dans des affrontements de rue à Odessa vendredi ont été inclus dans ces chiffres.

La maison des syndicats a été incendiée par des radicaux Pro-Kiev après avoir entouré et détruit le camp de tentes de militants anti-gouvernementaux qui se tenait devant le bâtiment sur la place de champ de Koulikovo Odessa. Il a été incendié dans une tentative d’assaut après que certains des militants anti-Maidan se soient barricadés à l’intérieur de l’édifice.

Une trentaine de victimes ont été trouvée dans les étages de l’immeuble ayant apparemment étouffé à mort avec de la fumée. Plus, huit sont mortes après avoir sauté par la fenêtre de la chambre syndicale brûlante, selon la police.
Comme la maison a été engloutie par les flammes, les photos postées sur Twitter montré aux gens suspendus par la fenêtre et assis sur les rebords de fenêtre de plusieurs étages, éventuellement prépare à sauter. des Rapports affirment que ceux qui ont sauté et ont survécu ont été encerclés et battus par les ultras de football de l’équipe de Dniepropotoski et en fait des militants de secteur de droit.

Des lignes de police anti-émeute se trouvant à côté de l’immeuble ne faisaient apparemment rien pour empêcher la violence, ont montré les photos. Agents de police aurait dit qu’ils ne pouvaient rien faire parce qu’ils étaient "non armés".
sur cette vidéo on voit que les assaillants sont habillés militairement et qu’ils empêchent un camion de pompier d’éteindre le feu…

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans UKRAINE
commenter cet article
3 mai 2014 6 03 /05 /mai /2014 06:22

L'est de l'Ukraine en route vers la guerre civile

De notre envoyé spécial à Slaviansk.

Vendredi, 2 Mai, 2014

Les combats ont déjà fait plusieurs morts de part et d’autre à Slaviansk, municipalité de 100 000 habitants, située à une centaine de kilomètres au nord de Donetsk.

Roquettes contre missiles sol-air. Dans la matinée de vendredi, le gouvernement intérimaire ukrainien a lancé l’assaut contre la ville de Slaviansk, dans l’est du pays. « Nous avons entendu des lourdes détonations aux alentours de 6 heures du matin », témoigne au téléphone, Volodia un habitant de Slaviansk. Un autre Sacha, qui s’occupait habituellement des barricades au sud de la ville, que nous avons réussi à joindre brièvement raconte « Nous nous attendions à une action de leur part. Mais par forcément de cette ampleur. Il y a eu trop de sang versé pour que nous abandonnions ».

Cette opération militaire de grande envergure avait fuité dans la presse, le 1er mai. Car cette ville industrielle, est considérée comme l’épicentre du mouvement de contestation qui a gagné tout l’est de l’Ukraine à l’égard du pouvoir en place depuis fin février.

Les combats ont déjà fait plusieurs morts de part et d’autre dans cette municipalité de 100 000 habitants, située à une centaine de kilomètres au nord de Donetsk. Les forces anti-gouvernementales composées de nombreux vétérans de l’armée, avaient construit des fortifications tout autour du centre-ville, autour des principaux bâtiments publics et des routes principales.

Un hélicoptère de l’armée aurait été abattu alors que ceux-ci auraient eu recours à des roquettes. Le président par intérim Alexandre Tourtchinov a confirmé vendredi soir, que Slaviansk était désormais « encerclée par les forces ukrainiennes », et que « l'opération spéciale allait se poursuivre ». Il a surtout livré un premier bilan, « deux militaires ont trouvé la mort » et annoncé froidement « des pertes importantes » pour les protestataires.

Slaviansk, connue pour ses mines de sel et ses cures thermales avait été prise par les forces anti-gouvernementales le mois dernier qui occupaient jusqu’au 2 mai dont la mairie et le siège de la police. Dans la foulée, le 12 avril, les premières barricades avaient érigées pour contrer tout assaut de l’armée ukrainienne. Déjà deux opérations militaires ont été tenues en échec le 20 et 24 avril. Ces deux tentatives qui se sont soldés par des fusillades, et la mort de 5 jeunes habitants. Un mouvement de soutien populaire pour les forces anti-gouvernementales avait gagné la ville, où sont toujours prisonniers 7 membres de l’OSCE. « Le pouvoir a-t-il définitivement perdu la tête. Il n’a aucune légitimité et prend le risque de nous emmener tout droit à la guerre civile avec des tels actions. Et pourquoi ? Pour restaurer son autorité », s’emporte le député communiste de Donetsk, Vladimir Bidiovka.

Guerre civile ?

La crainte de nombreux Ukrainiens de voir leur pays sombrer dans la guerre civile, semble se confirmer ses derniers jours. L’intervention a provoqué des réactions dans de nombreuses villes du sud et de l’est du pays. En Crimée, la ville touristique d’Odessa, le long de la mer noire, a vu des affrontements éclater entre citoyens pro et anti-gouvernement faisant un mort. « Je ne reconnais plus mon pays. Nous nous battons les uns contre les autres alors que nous avons essuyé tant de difficultés ensemble depuis 23 ans », confie amer, Anatoli aujourd’hui à la retraite, qui habite Odessa.

Dans la capitale du Donbass, ceux qui défendent une « république populaire de Donetsk », et un référendum le 11 mai, multiplient les prises de bâtiments. Après la mairie et le siège du gouvernement régional, ils se sont emparés le 1er mai du siège du Parquet à coups de jets de pierre et de cocktails Molotov et désarmés des dizaines de policiers, sous les vivas de 3000 irréductibles, portant des drapeaux russes. Le 2 mai, ils se sont emparés du poste de contrôle du trafic ferroviaire de Donetsk, pour paralyser le trafic ferroviaire et empêcher toute aide militaire à l’opération en cours à Slaviansk.

Au lieu de calmer, les choses, le pouvoir intérimaire a réintroduit la conscription, le 1er mai, « compte tenu de la dégradation de la situation dans l'Est et dans le Sud » a expliqué le président par intérim, Alexandre Tourtchinov. Le 17 mars, il avait déjà signé un décret autorisant la constitution de groupes de volontaires et créé une garde nationale composée de forces para-militaires composés de vétérans et des militants néofascistes de Pravyi Sektor.

Diplomatie.

Ni l’accord signé le 21 février instaurant un gouvernement d’union nationale, et le désarmement des milices para-militaires entre autre, ni l’accord de Genève, signé le 17 avril par les Etats-Unis, la Russie, l’Union européenne et les dirigeants ukrainiens, n’ont été respectés. Les négociateurs y avaient défini une série de mesures pour sortir de la crise et mettre fin aux violences : désarmer les groupes paramilitaires illégaux, libérer les bâtiments illégalement occupés et de lancer un dialogue national sur la réforme constitutionnelle. La Russie et les Etats-Unis s’accusent mutuellement de ne pas le respecter.

Devant l’ampleur des répercussions depuis l’intervention militaire ukrainienne, la Russie a convoqué une réunion d’urgence du Conseil de sécurité des Nations unies. Moscou a également dénoncé une opération « irresponsable » susceptible d'entraîner des conséquences catastrophiques pour l’ensemble du pays. « L’Europe a raté l’occasion de formuler une position autonome et différente des appétits stratégiques états-uniens et de l’Otan. Elle aurait du favoriser un chantier commun avec la Russie pour sortir l’Ukraine de l’impasse sociale et politique », constatait Andreï Gratchev.

Espérons que l’Europe prenne enfin conscience, qu’une guerre est en route à ses portes. Il serait temps.

- See more at: http://www.humanite.fr/lest-de-lukraine-en-route-vers-la-guerre-civile-524661#sthash.hl5m4WPl.dpuf

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans UKRAINE
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre