Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juillet 2017 1 17 /07 /juillet /2017 19:28

Il faut savoir en effet, prendre du recul en toute chose. Se réserver des moments particuliers pour la réflexion ou (et) de l'étude de thèmes tous intéressants il est vrai, c'est ce qui nous est proposé à l'université d'été du PCF. Cependant, l'année écoulée, ses combats et les résultats politiques et électoraux suscitent des appréciations et des analyses qui doivent être confrontées. Aussi, le "programme" de ce "remue-méninge", fait l'impasse sur nombre de questionnements qui sont dans les têtes des militants du PCF et de quelques autres. La séquence électorale, conçue comme un mécanisme unique présidentielle/législatives interroge sur la place, le rôle et l'existence du PCF. L'échec de notre politique unitaire mérite que l'on s'y arrête pour en déterminer les causes, les impasses et les perspectives. L'éveil de couches nouvelles, notamment de jeunes, de cadres et d'intellectuels, mobilisées pour une victoire électorale, n'a pas concerné notre parti communiste. Les ouvriers et les couches populaires, à l'exception des quelques circonscriptions à activités et implantation communistes, n'ont pas choisi le PCF pour exprimer leurs colère et leurs espoirs. L'utilité de notre parti, tel qu'il est, tel qu'il apparaît, tel qu'il vit est mise en cause. Les regards se détournent de nous et les oreilles aussi. Sommes-nous encore le parti de la classe ouvrière ? Et cette classe elle-même existe-t-elle encore, et sous quelle forme ? Et l'économie, la socialisation des moyens de production et d'échange, les nouvelles formes et expériences de propriétés collectives, sont-elles un début de réponses au capitalisme ? Que faire des analyses marxistes concernant la valeur de la force de travail et l'extraction de la plus-value, de la valeur des marchandises ? Quel est est l'importance politique économique, sociale et sociétale des services publics ? Comment contrecarrer la volonté du tout marché ? En un an, on peut dire que les médias on porté Macron au pouvoir, en réponse à l'insatisfaction générale des pratiques politiques anciennes. Les médias ne sont plus le 4e pouvoir mais, jumelé avec le capital financier, il en sont devenus le premier. L'information et la lutte pour le pluralisme, la lutte contre l'ostracisme quand ce n'est pas la censure réservée au PCF, n'est aucunement abordée par cette université d'été. Je trouve très dommageable pour tous, la relative distance avec des préoccupations qui s'expriment chez les militants communistes. Est-il encore possible "d'enrichir" ce programme ? Espérons-le.

Partager cet article

Repost 0
Published by bruno fornaciari
commenter cet article

commentaires

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre