Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 février 2017 4 16 /02 /février /2017 09:09

Communiqué du SNJ-CG
Qui cherche à museler la liberté de la presse ?

Après François Fillon, qui fait huer la presse dans ses meetings, parce qu’elle révèle les affaires très lucratives du député Les Républicains et de sa famille, la police tombe à bras raccourcis sur la presse.
Mardi sur France Inter, la secrétaire générale du syndicat national des commissaires de police, Céline Berthon, a laissé planer des menaces sur notre consœur Rosa Moussaoui, grand reporter à L’Humanité, à la suite de son article de la veille évoquant « le trouble passé judiciaire du commissaire d’Aulnay-sous-Bois ». Elle y révélait la précédente condamnation, en 2008, de ce policier qui dirige les agents poursuivis pour le viol présumé de Théo : il avait écopé de dix-huit mois d'emprisonnement avec sursis et un an d'interdiction professionnelle pour des faits similaires.
La journaliste n’a fait que son travail. Céline Berthon trouve le procédé « dégueulasse » et estime qu’il s’agit d’une « mise en danger de la vie d’autrui ». Mais enquêter, recouper des informations par ailleurs publiques (le nom du commissaire, comme sa condamnation, avaient été en leur temps donnés par les médias) est l’essence même de notre métier. A L’Humanité, elle est même inscrite au cœur de l’ADN du journal : « C’est par des informations étendues et exactes que nous voudrions donner à toutes les intelligences libres le moyen de comprendre et de juger elles-mêmes les événements du monde », écrivait son fondateur Jean Jaurès dans le premier éditorial du quotidien, le 18 avril 1904.
En remettant en cause cette liberté qui est la nôtre et constitue un des piliers de la démocratie, qui plus est, sans contradiction à l’antenne d’un service public d’information, c’est à la liberté d’informer, à la liberté de la presse que s’attaque la fonctionnaire de police. A travers notre consœur de L’Humanité, c’est à tous ceux qui ont relayé cette information que s’adresse cette menace. Le SNJ-CGT apporte tout son soutien à Rosa Moussaoui et appelle la profession à continuer à faire son métier honnêtement, au service du public.

Le 15/02/2017 
SNJ-CGT

Repost 0
14 février 2017 2 14 /02 /février /2017 03:14

Lettre à Patrick Cohen de France Inter

Bonsoir,

J'écoute France Inter parce qu'elle est une radio publique et que l'on pourrait croire à une information et des émissions pluralistes. Or il n'en est rien. Je vous écris à vous, mais je pourrais le faire tout aussi bien à Mr Demeurant qui après avoir pris "possession de "LIBÉRATION" s'en est fait éjecté par la rédaction et à trouvé refuge sur votre antenne dans un créneau aménagé pour lui. Bref, mon courroux est consécutif à des émissions qui "déroulent" et promeuvent sans contradicteurs, le programmes libéral et raciste du Front National. Il n'est pas rare que lorsque les dirigeants ne sont pas directement sur votre plateau ou celui de vos collègues de France Inter, l'espace politique est occupé en grande partie par les "hologrammes" de Marine Le Pen qui ont table ouverte à votre antenne. Non seulement il est irresponsable de se faire complice d'idées racistes, qui je le rappelle ne sont des opinions mas des délits, mais qu'en outre vous limitez l'antenne à ceux qui pourraient apporter éclairages et propositions en opposition frontale à ces idées rétrogrades de temps (horribles) anciens. Je veux parler de la quasi absence, et donc quasi censure des élus, dirigeants, élus, militants et idées communistes. Vous disposez d'un outil extrêmement important et décisif pour faire réfléchir nos concitoyens et leur soumettre la pluralité d'idées et de personnes. Ce que vous ne faîtes pas et je le regrette au nom de la démocratie et du pluralisme. La mise en cause "des" journalistes les plus médiatisée est souvent méritée, mais elle obère aussi l'honnêteté" et la qualité du travail d'autres journaliste qui n'ont pas la décision éditoriale qui est bien gardée par les tenants du régime. Je vous demande de bien vouloir porter attention à mes remarques qui ne sont certainement isolées, et qui ne visent, qu'au fond, à vous alerter et modifier des pratiques qui ne satisfont pas à l'exigence que porte les différentes protestations qu'elles soient épistolaires, numériques ou violentes : la vérité, l'honnêteté, le pluralisme et la fameuse transparence des faits.
Cordialement

Bruno Fornaciari

Repost 0
5 février 2017 7 05 /02 /février /2017 11:19

Post-vérité : "On assiste à une dangereuse communautarisation de l'information"

Propos recueillis par
 
Pour l'universitaire Ingrid Riocreux*, les médias, avec leur "fact-checking", se livrent à un formatage délibéré de l'opinion. Et Internet risque d'enfermer chacun dans sa bulle.
Pour Ingrid Riocreux, "comme toute information, le fact-checking est orienté". - DR

Marianne : Comment expliquer  ?

Ingrid Riocreux : C'est une question très philosophique : y a-t-il une seule vérité ou plusieurs angles d'attaque ? Donald Trump surfe sur une sorte de confiscation du réel par le discours médiatique. Il est la preuve que, lorsqu'on donne l'impression d'être en contact avec le vrai, même à travers l'outrance ou la simplification, ça paie. Les journalistes essaient de réagir avec le fact-checking, en prétendant ramener les gens vers le réel. Mais le problème, c'est qu'un discours chiffré a très peu de poids en regard des impressions des gens. Le discours démagogique est plus en prise avec leur vécu qu'un discours de spécialiste.

Plus on tente de vérifier les faits, plus la réalité devient un sujet de débat. Le fact-checking a-t-il failli ?

Le fact-checking s'accompagne de l'idée désagréable que les journalistes sont des sachants. Il suscite aussi la suspicion parce qu'il rejoint le mythe de l'objectivité journalistique. Or, comme toute information, le fact-checking est orienté.

Prenons  où certains engagements des candidats à la primaire du PS sont qualifiés, au choix, d'«absurde», «inapplicable», «flou», «compliqué» ou «douteux». Etes-vous d'accord avec Frédéric Lordon lorsqu'il  un «journalisme postpolitique» dans lequel «il n'y a plus rien à discuter, hormis des vérités factuelles» ?

Le fact-checking dérive lorsqu'il devient une prise de parti. Assener qu'une mesure est inapplicable, c'est vouloir écrire l'avenir. On a alors l'impression que le fact-checking devient un combat d'idées.

"LES MÉDIAS DEVRAIENT RENONCER À PROPAGER CE MYTHE DE L'OBJECTIVITÉ"

Mais le fact-checking est-il, en soi, une mauvaise pratique ?

Je pense qu'il est nécessaire, notamment parce que l'homme de la rue n'a ni accès à toutes les informations, ni le temps de tout vérifier. Et même dans le cas où le fact-checking sème le doute, il permet au moins de stimuler l'esprit critique. Maintenant, tout repose sur la manière dont on le fait. Certains sites étayent sérieusement leur propos et donnent de nombreuses références. A l'inverse, je trouve plus dangereuse la multiplication des très courtes émissions type «vrai/faux», où l'on ne sait pas vraiment qui est le spécialiste qui contredit une affirmation ou d'où surgit tel chiffre que l'on oppose à un politique. Finalement, le fact-checking doit accepter d'être «fact-checké» ! Il doit lui aussi entrer dans le débat et ne pas se poser en vérité assenée contre une autre prétendue vérité.

La postvérité est aussi liée au phénomène de filtres : sur les réseaux sociaux, on a tendance à ne suivre que des personnes qui pensent comme nous, d'où le risque de se laisser enfermer dans une bulle...

C'est en effet très frappant. Internet donne théoriquement accès à une information tous azimuts : on peut aller voir du côté de telle communauté de pensée à laquelle on n'appartient pas. Mais, en fait, ce n'est pas du tout de ce qui se passe. On assiste à une énorme communautarisation de l'information : chacun reste dans son petit réseau, en suivant systématiquement tel blog, telle chaîne, telle personne, à qui l'on accorde une confiance exagérée que l'on refuse au reste du champ médiatique. C'est un enfermement et un renoncement à l'esprit critique que je trouve extrêmement dangereux.

Comment les médias peuvent-ils se réapproprier la vérité ?

Le réel est labile, insaisissable, multiforme. Les médias de masse devraient renoncer à propager ce mythe de l'objectivité qui est allé de pair avec leur développement et reconnaître que toute information est orientée.

* Auteur de La Langue des médias, éditions du Toucan, 2016.

Repost 0
31 janvier 2017 2 31 /01 /janvier /2017 20:06

Jean-François Téaldi

1 h

Fier d'être adhérent de ce syndicat, total partage.

SNJ-CGT: Quelle belle soirée !


La soirée électorale de la primaire du Parti socialiste a été un moment inoubliable de télévision sur France 2, BFM ou ITélé. Comme ce fut le cas lors du premier tour, il était difficile pour les éditocrates de cacher leur dépit, voire leur colère, devant la claire victoire de Benoît Hamon face à Manuel Valls.
Le pluralisme a été une nouvelle fois l’oublié des plateaux de télévision.
Quasiment Les mêmes têtes, toutes issues du « cercle de la raison » libérale nous sont offertes à chaque fois et les mêmes arguments sont déversés sans grand risque d’être contredits. Dans une expression rageuse ou vulgaire (Franz-Olivier Giesberg, Jean-Luc Mano, Eric Brunet), de droite libérale et/ou souverainiste plus ou moins outrancière (Agnès Verdier-Molinié, Natacha Polony, Nicolas Beytout), les commentateurs invités vont tous dans le même sens : ridiculiser, délégitimer tout projet politique de changement. Avec si peu de contradictions sur les plateaux, le parti-pris des journalistes n’en est que plus visible et déplorable ! Qu’il s’agisse de Nathalie Saint-Cricq sur France 2 ou d’Anna Cabana sur BFM TV, les jugements de valeur en faveur de la « crédibilité » de certains candidats (Fillon, Macron ou Valls) et le mépris affiché pour d’autres (Mélenchon ou Hamon) est transparent. A peine victorieux, Hamon a même été « débranché » sur France 2. Son discours ayant été coupé pour laisser la place aux commentaires jugés sans doute plus pertinents de l’ex « patronne des patrons » Laurence Parisot!
C’est insupportable pour le téléspectateur qui, lui, tente de comprendre la situation politique du moment, celle où tous les instituts de sondage (une fois de plus) sont désavoués par les électeurs, celle où tous les favoris sont balayés.Comment s’étonner que des commentateurs et des journalistes soient associés aux élites et à un système rejeté ?
Ce fut malgré tout une belle soirée ; belle parce que voir tous les médiacrates de service manger leur chapeau et se contorsionner procure des moments d’extrême jubilation. En revanche, ce ne fut pas une belle soirée pour la télévision et en particulier pour celle du service public et pour France 2, au bout du compte partial et même partisan.
Montreuil, le 31/01/2017

Repost 0
28 janvier 2017 6 28 /01 /janvier /2017 20:36
Delahousse ignore.
 
Comme d'habitude, c'est sans surprise que le journal de Laurent Delahousse de France 2 ce samedi à 20 h aura fait l'impasse sur une initiative communiste de grande importance qui a trait avec la crise de régime et les dérives financières qu'illustrent l'affaire "Penelope Fillon" Le secrétaire national du PCF réunissait en Ile de France 124 candidats aux législatives. Il a délivré des propositions précises pour l'élaboration d'un nouvelle constitution démocratique fondée sur les droits démocratiques, sociétaux, économiques nouveaux, destinés à remplacer une constitution remaniée plusieurs fois depuis 1958 sans qu'en soit changer le sens profond, s'inscrivant en contradiction avec les besoins et les exigences démocratiques d'aujourd'hui. De l'interdiction faite au parlementaires d'embaucher un membre de sa famille, à l'abrogation du 49.3, au droit de vote des immigrés, à l'instauration de la proportionnelle etc...Tout cela aurait pu intéresser les téléspectateurs de France 2 et des autres chaînes, publiques et privées. Pas une ce soir ne donne écho à cet évènement.
Peut-on parler de pluralisme et de démocratie quand l'ostracisme à l'égard du PCF constitue la ligne éditoriale des grands médias ? Peut-on parler de liberté de la presse lorsque la quasi censure frappe le journal et les journalistes de "l'Humanité" , peut-on parler de débat démocratique et pluraliste lorsque les communistes sont systématiquement écartés des plateaux des grandes émissions politiques ?
A quand un véritable service garant de la pluralité des opinions et de l'information ? Les candidats à la présidentielle s'engageront-ils à faire vivre le débat démocratique et pluraliste ?
Repost 0
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 17:49
Repost 0
22 décembre 2016 4 22 /12 /décembre /2016 06:43
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans economie finance pluralisme pcf
commenter cet article
19 septembre 2016 1 19 /09 /septembre /2016 14:35
Repost 0
19 septembre 2016 1 19 /09 /septembre /2016 14:08

Médias. Le 4e pouvoir aux mains du CAC 40

CLAUDE BAUDRY

LUNDI, 1 AOÛT, 2016

L'HUMANITÉ

L'Humanité

Les opérations de rachat de titres de presse, de chaînes de radio ou de télévision par de grands groupes financiers font florès depuis quelques décennies. Le quotidien que vous tenez entre les mains est un ovni dans cette galaxie.

Ils sont milliardaires, leurs groupes forment une galaxie géante qui règne sur l’information de ce pays. Sans être exhaustifs, c’est ce que nous avons voulu montrer avec cette infographie qui témoigne de la concentration de plus en plus forte des médias. L’Humanité en est absente. Parce que le quotidien fondé par Jaurès n’est pas adossé, d’une manière ou d’une autre, à ces groupes dont la presse et les médias ne représentent en fait qu’une partie parfois infime de leurs activités industrielles ou financières.

Depuis plusieurs mois, les lecteurs et amis, les militants, les équipes du journal, journalistes et employés, se mobilisent pour assurer un avenir à leur journal dans le cadre de la campagne « Printemps de l’Humanité » lancée après l’alerte de PatrickLe Hyaric, son directeur, dans ces colonnes...

Les nombreux témoignages que nous publions depuis des semaines montrent le rôle original que joue l’Humanité dans le paysage de la presse française. Une voix différente, parfois raillée, souvent occultée, mais une voix qui compte par exemple sur le front des luttes sociales, des enjeux politiques, économiques et sociaux, internationaux, de la culture, dans le débat d’idées et la nécessaire confrontation qu’exige la situation.

L’Humanité sous protection citoyenne poursuit son combat avec, selon la formule de Patrick Le Hyaric, toujours la même « flamme indocile ». « Ce n’est pas un hasard si l’Huma, le journal, est menacé au moment où l’humain est tenu pour quantité négligeable par toutes sortes de financiers et de politiques qui ont construit les systèmes les plus sophistiqués pour accaparer les fortunes les plus considérables », argumentait dans les colonnes de l’Humanité Denis Sieffert, directeur de Politis, hebdomadaire qui, comme l’Humanité Dimanche, est indépendant des pouvoirs financiers. Pour le psychanalyste Roland Gori, l’Humanité est « la voix du peuple aujourd’hui recouverte par les haut-parleurs des industries médiatiques ». Pour que vive l’Humanité, Jeanne Puchol, dessinatrice de bande dessinée, a imaginé quant à elle un personnage portant une pancarte : « Je suis l’Humanité pour la liberté d’expression. »

Et puis il y a ces dons de lectrices et de lecteurs qui s’amplifient et ces mots qui traduisent leur attachement à ce journalpas comme les autres. Comme Marina et Didier, pour qui :« plus qu’un journal d’information, en lisant l’Huma et l’HumaDimanche, on est proches de tous ceux qui sont laissés pour compte ». Pour eux aussi, il faut que l’Humanité vive pour aider à bâtir une alternative politique.

Repost 0
9 juillet 2016 6 09 /07 /juillet /2016 07:57

Mediatisation/Audiovisuel : Pierre Laurent interpelle le Président du CSA

Vous trouverez ci-dessous un courrier de Pierre Laurent, secrétaire national du PCF et Président du Parti de la gauche européenne, adressé à Olivier Schrameck, Président du CSA.

"Monsieur le Président,

Ce week-end à Paris, place de la République, le PCF, le Front de gauche et le Parti de la gauche européenne ont organisé un événement politique d'une très grande portée pour la vie politique française et pour l'avenir de l'Europe, aujourd'hui à la croisée des chemins.

Cinq mille personnes, dont 200 invités venus de 20 pays, 42 organisations politiques, 18 organisations syndicales et 80 associations ont débattu pendant 2 jours, dans 3 plénières et 30 ateliers, des alternatives à l'austérité. Toutes les forces de la gauche française était présentes dans une ambiance de travail et d'écoute. Le samedi soir, un concert a donné un caractère populaire et festif à cette initiative et a rassemblé beaucoup de jeunes et de parisiens en solidarité avec les migrants.

Nous avons accueilli Giorgos Katrougalos, Ministre grec de la fonction publique et de la réforme de l’État, Zoe Konstantopoulou, Présidente du Parlement grec, ainsi que plusieurs membres de la direction de Syriza et des personnalités emblématiques de la lutte du peuple grec. Tous étaient à la disposition des citoyens pour expliquer la politique du gouvernement d'Alexis Tsipras, et débattre d'une alternative européenne commune.

Je ne peux m'expliquer l'absence totale des grands médias de l'audiovisuel de notre pays. Comment un tel événement a-t-il pu être passé sous silence ? Et je me permets la remarque suivante issue de mon expérience de Président du Parti de la gauche européenne : cette situation de blackout médiatique n'existe dans aucune autre démocratie européenne.

Un traitement, fut-il critique de l’événement, aurait été normal. Compte tenu de l'actualité européenne, de l'enjeu des négociations en cours entre la Grèce et ses partenaires, le Forum européen des alternatives et ses participants étaient un espace d'explications et de décryptages indispensables à l'information de nos concitoyens. Quel manque à gagner pour le pluralisme, la démocratie et le droit à l'information de nos concitoyens. Il y avait samedi deux actualités politiques. La première porte de Villette avec le congrès d'une UMP relookée; la seconde, place de la République, avec un rassemblement très large des forces progressistes françaises et européennes. Médiatiquement, il ne fut question que de la première alors qu'il y avait la possibilité de faire vivre le pluralisme. 10 ans près la victoire du "Non" au référendum sur le Traité constitutionnel européen, et alors que les grands médias avaient tous fait leur mea culpa, les leçons ne sont toujours pas tirées.

Monsieur le Président, je souhaite vous rencontrer pour échanger avec vous et réfléchir aux moyens d'empêcher qu'une telle situation ne se reproduise."

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans pluralisme PCF
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre