Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 février 2017 4 16 /02 /février /2017 08:09

Communiqué du SNJ-CG
Qui cherche à museler la liberté de la presse ?

Après François Fillon, qui fait huer la presse dans ses meetings, parce qu’elle révèle les affaires très lucratives du député Les Républicains et de sa famille, la police tombe à bras raccourcis sur la presse.
Mardi sur France Inter, la secrétaire générale du syndicat national des commissaires de police, Céline Berthon, a laissé planer des menaces sur notre consœur Rosa Moussaoui, grand reporter à L’Humanité, à la suite de son article de la veille évoquant « le trouble passé judiciaire du commissaire d’Aulnay-sous-Bois ». Elle y révélait la précédente condamnation, en 2008, de ce policier qui dirige les agents poursuivis pour le viol présumé de Théo : il avait écopé de dix-huit mois d'emprisonnement avec sursis et un an d'interdiction professionnelle pour des faits similaires.
La journaliste n’a fait que son travail. Céline Berthon trouve le procédé « dégueulasse » et estime qu’il s’agit d’une « mise en danger de la vie d’autrui ». Mais enquêter, recouper des informations par ailleurs publiques (le nom du commissaire, comme sa condamnation, avaient été en leur temps donnés par les médias) est l’essence même de notre métier. A L’Humanité, elle est même inscrite au cœur de l’ADN du journal : « C’est par des informations étendues et exactes que nous voudrions donner à toutes les intelligences libres le moyen de comprendre et de juger elles-mêmes les événements du monde », écrivait son fondateur Jean Jaurès dans le premier éditorial du quotidien, le 18 avril 1904.
En remettant en cause cette liberté qui est la nôtre et constitue un des piliers de la démocratie, qui plus est, sans contradiction à l’antenne d’un service public d’information, c’est à la liberté d’informer, à la liberté de la presse que s’attaque la fonctionnaire de police. A travers notre consœur de L’Humanité, c’est à tous ceux qui ont relayé cette information que s’adresse cette menace. Le SNJ-CGT apporte tout son soutien à Rosa Moussaoui et appelle la profession à continuer à faire son métier honnêtement, au service du public.

Le 15/02/2017 
SNJ-CGT

Repost 0
14 février 2017 2 14 /02 /février /2017 02:14

Lettre à Patrick Cohen de France Inter

Bonsoir,

J'écoute France Inter parce qu'elle est une radio publique et que l'on pourrait croire à une information et des émissions pluralistes. Or il n'en est rien. Je vous écris à vous, mais je pourrais le faire tout aussi bien à Mr Demeurant qui après avoir pris "possession de "LIBÉRATION" s'en est fait éjecté par la rédaction et à trouvé refuge sur votre antenne dans un créneau aménagé pour lui. Bref, mon courroux est consécutif à des émissions qui "déroulent" et promeuvent sans contradicteurs, le programmes libéral et raciste du Front National. Il n'est pas rare que lorsque les dirigeants ne sont pas directement sur votre plateau ou celui de vos collègues de France Inter, l'espace politique est occupé en grande partie par les "hologrammes" de Marine Le Pen qui ont table ouverte à votre antenne. Non seulement il est irresponsable de se faire complice d'idées racistes, qui je le rappelle ne sont des opinions mas des délits, mais qu'en outre vous limitez l'antenne à ceux qui pourraient apporter éclairages et propositions en opposition frontale à ces idées rétrogrades de temps (horribles) anciens. Je veux parler de la quasi absence, et donc quasi censure des élus, dirigeants, élus, militants et idées communistes. Vous disposez d'un outil extrêmement important et décisif pour faire réfléchir nos concitoyens et leur soumettre la pluralité d'idées et de personnes. Ce que vous ne faîtes pas et je le regrette au nom de la démocratie et du pluralisme. La mise en cause "des" journalistes les plus médiatisée est souvent méritée, mais elle obère aussi l'honnêteté" et la qualité du travail d'autres journaliste qui n'ont pas la décision éditoriale qui est bien gardée par les tenants du régime. Je vous demande de bien vouloir porter attention à mes remarques qui ne sont certainement isolées, et qui ne visent, qu'au fond, à vous alerter et modifier des pratiques qui ne satisfont pas à l'exigence que porte les différentes protestations qu'elles soient épistolaires, numériques ou violentes : la vérité, l'honnêteté, le pluralisme et la fameuse transparence des faits.
Cordialement

Bruno Fornaciari

Repost 0
5 février 2017 7 05 /02 /février /2017 10:23

Ne vous laissez pas séduire par son jeune âge, sa gueule de jeune premier et son story-telling de "réformateur au franc-parler". Derrière l’image de l’homme politique "innovateur et audacieux" qu’Emmanuel Macron façonne minutieusement, se cacherait en réalité un homme politique aux idées régressives, vieillottes et binaires. Voici la thèse pour le moins à contre-courant des deux économistes plutôt classés à gauche, Thomas Porcher* et Fréderic Farah*. Ils sont les auteurs d’Introduction inquiète à la Macron-économie, un ouvrage critique de la rhétorique d’Emmanuel Macron, qui sera publié le 6 octobre aux éditions des Petits matins.  

Leur méthode? Décrypter en 13 chapitres, 13 formules qui ont contribué à rendre célèbre l’ancien locataire de Bercy, afin de les confronter à leur vision de l’économie, radicalement différente de celle d'Emmanuelle Macron. "On voulait montrer que derrière les phrases chocs qui paraissent de bon sens, ses raisonnements économiques n’ont rien de nouveau. Ils sont mis en place depuis pratiquement une trentaine d’années et ne donnent aucuns résultats", explique Thomas Porcher, membre des économistes atterrés.

L’analyse se fonde sur une méthode simple: la confrontation des idées de Macron à l’épreuve des décisions économiques prises depuis 1945 et les résultats qu’elles auraient démontré en France et dans le monde. "C'est important de le faire car la mémoire concernant les effets des politiques appliquées semble de plus en plus courte", ajoute Thomas Porcher. 

C'est dans les vieux pots qu'on fait les pires soupes

"L’Etat doit continuer à donner plus de souplesse au marché du travail", assène l’ex-ministre de l’Economie ? "Une analyse de ces trente dernières années montre au contraire que 17 réformes visant à flexibiliser le marché du travail français ont été mises en place entre 2000 et 2013, sans que le chômage ne recule", rétorquent les deux auteurs. Ils rappellent au passage qu’il n’existe pas de consensus scientifique sur la corrélation entre flexibilité du marché de l’emploi et niveau de chômage.

"Si j’étais chômeur je n’attendrais pas tout de l’autre", est une autre petite phrase qui exaspère les deux auteurs. "Si l’on suit le raisonnement de l’ex-ministre de l’Economie, il y aurait donc d’un côté des ‘travailleurs courageux’ acceptant un salaire faible pour travailler coûte que coûte, et de l’autre des ‘fainéants’, qui, au même salaire, préfèrent le loisir. Or à l’épreuve des faits, cette représentation du chômeur paresseux ne tient pas sauf à penser qu’il y a des périodes d’épidémie de paresse, notamment au moment des crises de 1929 et 2008", relève non sans ironie Frédéric Farah et Thomas Porcher.

Une des critiques les plus virulentes des économistes, se porte également sur ce qu’ils pensent être une opération menée par Emmanuel Macron pour décrédibiliser toute forme d'alternative à gauche. Des déclarations comme "toute autre politique est un mirage" ou "le FN est un Syriza  à la française" montrent selon eux, que l’ex ministre a une vision binaire du monde: "ouverture vs repli", "pro-européen vs eurosceptique", "nucléaire contre le retour à la bougie". "Ce schéma qui interdit la réflexion est clairement un danger pour la démocratie », s’inquiètent-ils.

"Un élève modèle de Bruxelles, qui suit l'air du temps"

Sur le bilan du ministre, les deux auteurs ne sont pas plus tendres: "Une pâle copie de ce qui s’est fait quelques années plus tôt en Italie et en Espagne", tranchent-ils. La loi Macron est en effet selon eux un duplicate de la loi italienne Libéralisation et promotion de la concurrence et de la compétitivité, conduite, elle aussi par "un gouvernement dit de gauche", celui de Romano Prodi. Le genre de réforme grégaire dans la droite mouvance d'une Europe libérale qui fait de Macron "un élève modèle de la commission européenne (...) "incapable de faire autrement de suivre l'air du temps".

Enfin, et c'est peut-être le constat la plus acerbe de l'ouvrage, au-delà des critiques sur le diagnostic et les solutions proposées par Emmanuel Macron. Frédéric Farah et Thomas Porcher lui reprochent surtout de manquer d'une grande vision industrielle pour la France. "Il est incapable d’identifier les voies d’avenir, or la transition énergétique offre des espaces d'innovations à tous les étages",regrette Thomas Porcher. "On aurait aimé qu’il se pose les vraies questions, comme, par exemple, pourquoi nous n’avons pas de géant de la téléphonie mobile en France comme Apple ou Samsung ? Il devrait challenger les chefs d’entreprises et ouvrir des voies, mettre en place un état stratège et des espaces d'innovation".

Un homme sans vision

Or les auteurs regrettent que la grille d'analyse et la vision d'Emmanuel Macron, soit finalement bien trop courte pour être réellement convaincante. "Les problèmes d’une entreprise, quel que soit le secteur, ne peuvent provenir, pour lui, que d’un manque de compétitivité/coût et plus précisément d'un compromis social trop généreux avec le salarié", s’étranglent-ils. "Quel que soit le rôle qu'il sera amené à jouer dans le futur, il est certain qu'il ne sera pas cet homme providentiel offrant à la France un nouvel horizon plus solidaire et écologique", concluent-t-ils. 

Voilà un ouvrage qui ne devrait pas aider Emmanuel Macron qui tente en ce moment de se prévaloir de son expertise ministérielle et de son image d'homme politique iconoclaste. Un défaut d'image qui pourrait être d'autant plus problématique que les Français espèrent désespérément trouver des nouveaux visages pour la prochaine élection présidentielle. 

*Frédéric Farah est diplômé de Sciences Po Paris, professeur en classes préparatoires, chargé d’enseignement à l’université de Paris V. 
*Thomas Porcher est docteur en économie de l’université Paris Panthéon-Sorbonne, professeur associé à  Paris School of Business. Il est membre des Économistes atterrés. 

Repost 0
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 00:47

L’affaire « Pénélope Fillon » commentée par quinze éditorialistes : un cas d'école

LAURENCE MAURIAUCOURT
JEUDI, 26 JANVIER, 2017
HUMANITE.FR
Pénélope Fillon, lors du vote dans le cadre de la Primaire de la droite, emportée par son époux.
Pénélope Fillon, lors du vote dans le cadre de la Primaire de la droite, emportée par son époux.
AFP

Dis-moi quel journal tu lis, je te dirai ce que tu penses des révélations du Canard Enchaîné, affirmant que « Pénélope Fillon » a bénéficié d'emplois fictifs, mais de salaires bien réels, notamment comme collaboratrice parlementaire de son mari. Un cas d'école pour juger de la nécessaire pluralité des points de vue dans la presse. Tour de France en 15 extraits d'éditos. 

L'affaire "Pénélope Fillon" s'inscruste dans l'actualité. Les éditorialistes n'ont pas fait l'impasse sur ce sujet qui croisent de nombreuses questions en cette année de campagne électorale. Les Echos agitent « la présomption d’innocence ». La Voix du Nord flaire un complot dont François Fillon serait la victime. L’Humanité ne s’étonne pas de l’affaire, tant est notoire « la propension du champion de la rigueur budgétaire à dépenser sans compter l'argent des contribuables pour assurer son train de vie ».  

Tour de France en 15 extraits d’édito  parus ce jeudi 26 janvier 2017

1)      Libération (Laurent Joffrin)

"(...) S'il se confirme, comme le soutient le Canard enchaîné, que la présence de Penelope Fillon au travail est aussi mythique que la tapisserie de son homonyme de l'Odyssée, le candidat LR se retrouvera au coeur d'une tempête difficile à apaiser. Il a en effet construit, non seulement son programme, mais aussi son personnage, sur les idées de rigueur, de sobriété, de sacrifice financier et de morale publique. (...) Un peu comme un prêtre pécheur, François Fillon doit expliquer ses contradictions aux fidèles. A trois mois du scrutin décisif, l'exercice est périlleux."

2)      La Croix (Guillaume Goubert)

"(...) Les accusations lancées par Le Canard enchaîné amènent en tout cas à s'interroger sur un fait établi : de nombreux élus de la République, de droite et de gauche, emploient des membres de leur famille comme assistants. Il y a là un usage très discutable de l'argent des contribuables qu'il conviendrait de réglementer davantage, voire d'interdire. Cela fera partie des progrès, sans cesse à reprendre, vers l'exemplarité des dirigeants politiques."

3)      Les Echos (Cécile Cornudet)

"(...) Politiquement, le coup est d'ores et déjà très rude pour François Fillon. Il vient toucher son identité même, celle de l'homme intègre qui a +le courage de la vérité+ (son slogan) et peut se permettre de faire une leçon d'éthique à Nicolas Sarkozy. (...) Bien sûr, François Fillon aura l'occasion et le temps de s'expliquer et de prouver sa bonne foi ; bien sûr, la présomption d'innocence doit inciter à la prudence. Mais les révélations fragilisent une candidature qui peinait déjà à trouver son rythme. (...)"

4)      Le Parisien/Aujourd'hui en France (Donat Vidal Revel)

"(...) Ce système qui consiste à employer sa proche famille comme collaborateurs avec des fonds publics est l'héritage d'un népotisme archaïque qui vient entacher l'image du candidat François Fillon, qui n'a pas hésité jusqu'ici à se présenter comme le chantre de la moralité".

5)      L'Humanité (Paule Masson)

"L'austère Fillon aime le luxe. Et même s'il s'est taillé une image de républicain intègre, loin de l'agitation bling-bling de la droite décomplexée, on connaissait déjà la propension du champion de la rigueur budgétaire à dépenser sans compter l'argent des contribuables pour assurer son train de vie de nanti. (...) Pauvre Fillon. Dans son storytelling idéal, il aurait tant aimé tenir la fable du chevalier blanc de la politique jusqu'à l'élection présidentielle. Aujourd'hui, il sort les rames alors que le courant n'est déjà plus si favorable à ceux qui maintiennent une chape de plomb libérale. (...)"

6)      L'Opinion (Nicolas Beytout)

"(...) Voilà en tout cas un épisode de plus dans le long feuilleton des petits et grands scandales politiques, entre boules puantes, dérapages et règlements de compte. Un pas de plus en direction de la société de défiance, cet état d'esprit collectif si caractéristique des pays malades. Perte de confiance dans l'Etat, perte de respect pour l'action publique, perte de foi dans la probité et l'engagement des acteurs publics, hommes et femmes politiques, magistrats, dirigeants d'entreprise, journalistes aussi, bref tous ceux qui, à leur mesure, concourent à l'expression publique d'une vie démocratique : le virus se propage, les symptômes en sont de plus en plus voyants."

7)      Sud-Ouest (Bruno Dive)

"(...) L'ennuyeux pour François Fillon vient du fait que son image de rigueur et d'intégrité s'en trouvera écornée. Et que son projet de réformes douloureuses pour des Français appelés à se serrer la ceinture n'en sera que plus difficile à faire passer. Cette affaire, plus minable que scandaleuse, ne fait pas apparaître un personnage malhonnête, elle met en lumière un homme facilement disposé à de petits arrangements. (...)"

8)      Ouest-France (Michel Urvoy)

"(...) Rien n'est écrit pour François Fillon. Si Manuel Valls est enfermé dans son bilan et les chiffres du chômage, le candidat de la droite est prisonnier de la primaire. Par exemple, il ne peut pas prononcer le nom de François Bayrou sans risquer de perdre une partie de ses soutiens. Encore favori pour 2017, rien, non plus, ne lui sera pardonné. Lui qui a construit son image d'homme sérieux, intègre, capable de réaliser ce qu'il promet de faire, paraît soudain fragile quand surgissent des accusations sur la réalité du travail de son épouse comme attachée parlementaire. (...)"

9)      La Nouvelle République du Centre ouest (Denis Daumin)

"(...) La vertu et l'intégrité dont il s'est habillé ne peuvent plus lui suffire de bouclier. Peu importe d'où le - ou les - snipers ont tiré, même si l'on croit voir un peu de fumée s'échapper de part et d'autre du champ politique. Qui ne dit mot consent. Pour l'heure, nous sommes contraints à attendre, or, dans cette circonstance le temps n'est pas l'allié du prétendant Républicain. Et les mines inévitables qui exploseront dans d'autres camps ne suffiront pas à faire diversion. Bref, l'artillerie est engagée, il va falloir sortir du bois cette fois. Allez, +courage Fillon !+"

10)   L'Est républicain (Philippe Marcacci)

"(...) L'on sait ce qu'il est advenu d'une République que François Hollande promettait exemplaire. L'autre François (Fillon), économe des deniers publics, se voulait le candidat de la transparence. (...) Fort commun en politique (un cinquième des parlementaires y céderait - ce qui interroge), l'emploi d'un proche n'a rien d'illégal. Restent les questions de la morale, de la mesure et de l'exemplarité. Dans une société en crise, on en connaît les effets dévastateurs. D'abord pour le candidat Fillon, puis pour les autres."

11)   Les Dernières Nouvelles d'Alsace (Dominique Jung)

"La mise en lumière des rétributions de Penelope Fillon est une attaque très dangereuse : des errements dans le financement d'une carrière publique peuvent faire vaciller une candidature présidentielle. (...) Au lieu d'apprendre aux candidats à soigner leur diction et leur apparence, les coachs en politique devraient commencer par l'essentiel : la cohérence entre la parole et les actes. On y verrait plus clair."

12)   Le Journal de la Haute-Marne (Christophe Bonnefoy)

"Un candidat dont l'épouse aurait utilisé son temps à ne rien faire au service de son mari parlementaire, tout en étant rémunérée pendant huit ans, pour un total de 500 000 euros. Un autre qui aurait utilisé les fonds de son ministère pour poser les bases de son parti. L'avenir dira ce qui est vrai, ce qui ne l'est pas. Mais le moins que l'on puisse dire est que la campagne a soudainement pris hier un tournant très nauséabond. (...)"

13)   L'Union (Hervé Chabaud)

"(...) Quand un coin est enfoncé dans la statue d'irréprochable de François Fillon, vainqueur de la primaire de la droite et du centre, et que le " Penelopegate " appelle déjà à une crucifixion publique de la part des Fouquier-Tinville de la moralité de M. Propre, les tribuns revisitent leur vocabulaire pour être aussi tranchants que la guillotine. (...)"

14)   La Voix du Nord (Hervé Favre)

"(...) Bien sûr la date de cette révélation ne doit rien au hasard et la volonté de nuire au candidat saute aux yeux. L'attaque peut même venir de sa propre famille où l'affrontement des primaires a laissé des traces. Mais François Fillon ne pourra en rester au " il n'y a rien à commenter " s'il veut faire taire au plus vite le soupçon d'emploi fictif qui plane désormais sur sa campagne."

15)   Le Courrier picard (Jean-Marc Chevauché)

"(...) Après Cahuzac et le reste, les Français qui étaient prêts à rallier Fillon font deux pas en arrière. En bu- tant sur Macron, que voient-ils ? Un premier de la classe qui veut le rester à vie mais qui a du mal à payer son impôt de millionnaire. S'ils tentent le pas de côté, ils butent sur Marine Le Pen et la tribu des assistants parlementaires du FN dans le collimateur de la justice pour abus de biens sociaux. (...)"

Laurence Mauriaucourt journaliste

 

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MEDIAS et PLURALISME ACTUALITES
commenter cet article
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 08:02

Bonjour Monsieur Patrick Cohen

France Inter entame un débat sur le temps de travail et le revenu universel. Les économistes communistes proposent depuis de très nombreuse années (au moins 10 ans) un système de sécurité d'emploi et de formation tout au long de la vie, avec de bons salaires. Pourquoi France Inter ne les inviterait-elle pas ? Et pendant que nous y sommes, pourquoi aussi n'inviterait-elle pas les frères Bocquet pour parler de leur livre "Sans domicile fisc" et de leur proposition d'une COP mondiale sur la fraude et l'évasion fiscale ? C'est pas des propositions pour le changement ça ? La réponse de France Inter sera intéressante.

Repost 0
18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 05:49

Crise à l’hôpital : témoignage d’une future infirmière

HUGO SFARTMAN 19ANS FRANCONVILLE LA-GARENNE
MARDI, 17 JANVIER, 2017
HUMANITE.FR
AFP

Le 8 novembre dernier, dix-huit syndicats infirmiers et associations d'étudiants ont manifesté sous les fenêtres du ministère de la Santé à Paris, et partout en France. Suite au suicide de cinq de leurs collègues durant l‘été, ils dénonçaient la dégradation des conditions de travail dans le milieu hospitalier. Pour mieux comprendre leurs souffrances, nous sommes allés à la rencontre d'Estelle, étudiante en deuxième année de soins infirmiers et stagiaire en neurologie.

« Disons que le manque de personnel est vraiment le problème majeur. Le personnel soignant n'a pas le temps de s'adapter et de s’impliquer auprès des patients qu’il reçoit, il faut aller vite, ce qui engendre de la maltraitance institutionnelle », explique Estelle. Impossible pour les infirmiers d'écouter, comme il serait nécessaire de le faire, les patients et leurs familles, ni d'apporter tout le soutien psychologique requis. « Nous sommes là pour perfuser, piquer, donner les traitements, remplir des papiers administratifs... C'est un des reproches principaux qu'on nous fait : l'aspect social et humain de la profession disparaît peu à peu ».  Un peu comme des robots ! A cela s'ajoute un problème récurrent depuis de nombreuses années et signalé par les syndicats : il y a trop peu de  subventions de la part de l'Etat. Le manque de matériel se fait gravement sentir : «  c'est assez fréquent de devoir prendre l'ascenseur et courir à l'autre bout de l’hôpital pour se procurer un outil indispensable à une opération ».  Le  personnel, débordé, ne trouve même plus le temps de former les élèves infirmiers ou stagiaires. « Malgré sa bonne volonté et son implication, notre encadrement est mal en point. De quoi nous décourager parfois et rendre l'apprentissage encore plus difficile... »

Malgré un milieu hospitalier très mobilisé syndicalement, les conditions continuent de s’aggraver. Pour les étudiants, les difficultés rencontrées dès le début de la formation risquent d’accroître le nombre d’abandons. Début décembre, la ministre de la santé Marisol Touraine a présenté un plan d'action pour répondre aux attentes du milieu hospitalier. Elle a aussi validé le projet de construction de l’hôpital universitaire Grand Paris Nord, à Saint-Ouen. Une nouvelle dynamique de dialogue entre le gouvernement et le monde médical s’apprête-t-elle à émerger ? Et qu’en sera-t-il après les élections ?

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SANTE MEDIAS et PLURALISME
commenter cet article
14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 18:08

D'Ambroise Croizat à Alain Duhamel...

PATRICK LE HYARIC
SAMEDI, 14 JANVIER, 2017
HUMANITÉ DIMANCHE

Éditorial. "Il faut penser dans les cadres actuels, intime-t-on sur France 2. Si Croizat et de Gaulle avaient raisonné ainsi, il n'y aurait pas eu de Sécurité sociale."

Décidément, le pluralisme des idées, l'authentique confrontation politique quittent l'esprit des chaînes de radio et de télévision. Les pôles publics de France Télévisions et de Radio France, que je défends par ailleurs, donnent le mauvais exemple. « L'Humanité » comme nos confrères de « la Croix » ou de « Politis » ou encore du « Monde diplomatique » et bien d'autres qui font entendre un autre son de cloche sont quasiment interdits de micro. Certes, on ne trouvera nulle part un décret d'interdiction. Non, c'est devenu presque une banalité, une normalité.
Voici que France 2 lance, en prévision de l'élection présidentielle, une nouvelle émission baptisée « le Club de la presse ». La première a eu lieu dimanche 8 janvier, après le journal télévisé. Elle ressemblait, une fois de plus, à une discussion de café du commerce avec des journalistes aussi neutres que M. Duhamel, M. Brunet et deux autres confrères de « Challenges » et du « Journal du dimanche ».
Je ne leur reproche pas d'avoir des opinions et de les exprimer. Précisément parce que je suis pour la confrontation d'opinions. Ce que je conteste, ce sont les visages différents pour des opinions quasi similaires ! On y a sondé, avec l'air savant, le cerveau caché des candidats, les tactiques obliques, les phrases devenues petites au fur et à mesure qu'on les découpe, les jugements sentencieux toujours aussi éloignés de la vie de la multitude qui travaille et qui souffre.
 
Dans leur bouche, chaque électeur devient un sujet au service de tactiques biscornues. On explique, par exemple, que si on ne choisit pas M. Valls à la primaire, on aura M. Macron, car les élus socialistes ne voteront pas pour un autre candidat de leur parti. Bref, vous avez le choix entre un libéral et un... libéral. Tous sont hantés par la crainte que les candidats socialistes n'assument pas chacun un virage à droite. Tous reprochent même à M. Valls de ne pas tenir la ligne libérale qu'il mettait en oeuvre lorsqu'il était premier ministre. Certes, la mue de l'ancien premier ministre pose légitimement question, mais pas en ces termes ! S'il parle aujourd'hui à gauche après avoir dit qu'elle n'existait plus, c'est que le peuple de gauche existe et compte en France. Au-delà, une immense majorité de citoyens n'a supporté ni le 49-3, ni le projet de déchéance de nationalité, ni la loi sur la précarisation du travail, ni les cadeaux permanents aux grandes entreprises sans contreparties pour l'emploi, tandis que continuaient à progresser le chômage, la précarité, la pauvreté, l'affaiblissement des services publics et l'alignement permanent sur la doxa bruxelloise. Voici un élément de débat qu'il serait intéressant de décrypter. Ces porte-voix ne le souhaitent pas, trop occupés à démontrer que l'avenir passe par la mise en oeuvre de toutes ces solutions du passé vers encore plus de libéralisme, alors qu'elles ont toutes échoué partout. Peu leur importe si les conséquences des choix qu'ils défendent enferment beaucoup trop d'électeurs en colère vers le vote d'extrême droite.
Tous, sur le plateau, ont défendu comme « intelligente » cette incroyable profession de foi de M. Fillon déclarant qu'il ne serait pas dur avec la Sécurité sociale puisque « chrétien ». Autre manière de prolonger les épisodes affligeants autour du burkini, des menus à la cantine, du voile et autres propos stigmatisant précisément une « autre » religion. Sa foi si « chrétienne » le conduira-t-il à soutenir Cédric Herrou, poursuivi pour avoir « aidé son prochain », la salariée d'Auchan qui a perdu son enfant parce qu'on l'a obligée à rester « attachée » à sa caisse, ou encore la défense des services publics alors qu'il veut purger cinq cent mille emplois.
En vérité, cette déclaration ­ qui n'aurait jamais dû quitter la sphère privée ­ sert à illustrer le débat lancé par M. Sarkozy sur « l'identité » de la France. Oui, la droite veut, un jour ou l'autre, aller jusqu'à défigurer ou abolir la loi de 1905 sur la séparation des Églises et de l'État.
Transpirait de cette émission la hargne contre toutes les conquêtes du Conseil national de la Résistance. La première question de l'émission invitait Alain Duhamel à émettre son voeu pour l'année nouvelle. Du tac au tac, il réclama de chaque candidat qu'il ne fasse aucune promesse qui ne serait pas financée. Tout est ici ! Vous ne devez penser que dans les cadres actuels ! Si, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, dans un pays dévasté et ruiné, Ambroise Croizat et le général de Gaulle avaient ainsi raisonné, il n'y aurait jamais eu de Sécurité sociale, et le pays aurait eu plus de mal à se relever. Il est heureux qu'une pensée inverse les animait, comme celle de M. Thorez qui érigea le statut de la fonction publique. Tout droit social, tout bien commun au service de tous est aussi la condition du redressement et du développement économiques.
Dans les conditions de notre époque, c'est d'une nouvelle Sécurité sociale dont il faudrait débattre ; celle, par exemple, ouvrant une cinquième branche pour financer le crucial enjeu de l'autonomie, ou celle permettant une « sécurité » de l'emploi. De même, un nouveau partage des richesses et une nouvelle manière de produire et de consommer, combinés à un nouvel âge de la démocratie participative d'intervention conditionnent un développement durable, respectueux de la planète. Quand et où en débattra-t-on enfin sérieusement ? Tout le monde, à commencer par les journalistes, a tout à gagner au fait que le pluralisme irrigue enfin les débats publics. Nous sommes disponibles pour cela !
 
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES PCF MEDIAS et PLURALISME
commenter cet article
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 10:31

Ce que les médias passent sous silence à propos de Cuba

Depuis le décès de Fidel Castro, les mêmes propos sont répétés en boucle par les journalistes et les hommes politiques : Cuba est l’une des dernières dictatures, elle enferme ses opposants, viole les droits de l’homme et affame son peuple. L’occasion est trop belle pour dire tout et n’importe quoi à ce sujet. Réponse aux mensonges et raccourcis à propos de Cuba.

Ségolène Royal, pour avoir osé dire qu’il « n’y a pas de prisonniers politiques à Cuba », a vu un torrent de boue s’abattre sur elle. Simplement parce qu’elle a eu l’outrecuidance de défendre Cuba. Car c’est bien cela qui lui est reproché, puisque personne n’a apporté le moindre élément permettant de démentir son affirmation.

Ah non, pardon, en réalité, seul Amnesty International a tenté un truc. Comme unique exemple à charge, l’organisation cite le cas de l’artiste El Sexto, arrêté pour avoir tagué « se fue » (« il est parti », ce que certains interprètent comme une référence au décès de Fidel Castro) sur le mur d’un grand hôtel de la Havane et de plusieurs bâtiments prestigieux ! Scandaleux ! Il est vrai qu’à Paris, si un artiste avait eu l’idée de taguer le Fouquet’s ou la Cathédrale Notre-Dame, la police l’aurait probablement applaudi et il n’aurait bien sûr encouru aucune poursuite pénale…

Je ne sais pas qui s’occupe de la com’ d’Amnesty International, mais si c’était pour sortir une ânerie pareille, il aurait mieux valu faire comme tous les autres et dénoncer sans preuve, cela aurait été hautement plus crédible…

« Mais peu importe ! » diront les autres. « Cuba est une dictature et rien ne le justifie ! »

Vraiment ? Retour en arrière

De la soumission aux États-Unis à la révolution

Cuba, de 1899 à 1959, était de fait une colonie états-unienne. Connue comme étant « le bordel de l’Amérique », l’île était alors gangrenée par la pauvreté, la prostitution, le jeu, les narcotrafiquants, la mafia et autres malfrats états-uniens venus échapper à la prohibition. Pour se faire une idée, il faut savoir que Miami et Las Vegas n’existaient pour ainsi dire pas avant la révolution cubaine, puisque l’île tenait leur rôle.

1938
Le dictateur Batista (à droite) en visite aux Etats-Unis en 1938.

Lorsque les guérilleros conduits par Fidel Castro rentrent victorieux à la Havane le 8 janvier 1959, ils viennent de renverser la dictature militaire pro-américaine de Fulgencio Batista, responsable de la mort de 20 000 cubains en sept ans. Beaucoup reprochent à Fidel Castro de s’être alors rendu coupable d’un nettoyage politique contraire aux droits de l’Homme. Mais de quoi parle-t-on ?

Fidel Castro avait maintes fois appelé la population à ne pas se livrer à la vengeance et à un « bain de sang », mais à laisser la révolution rendre justice. Il y eut donc des procès qui ordonneront 631 condamnations à mort et amèneront 146 proches de Batista à être fusillés. Il n’y eut aucun lynchage ou exécution sommaire. Comparons ces chiffres à une situation similaire : en 1944, lorsque la France fut libérée, il y eu près de 9 000 exécutions sommaires et plus de 1 500 condamnés à mort (parmi eux on compte des écrivains et des journalistes, ce qui ne fut pas le cas à Cuba). Il ne viendrait à l’idée de personne de remettre en cause le gouvernement de l’époque ou le Général de Gaulle pour ces faits.

La guerre meurtrière des États-Unis contre Cuba

Le nouveau gouvernement cubain se heurte rapidement à l’opposition des États-Unis. Ces derniers sont irrités par ses réformes et les nationalisations. Ils mettent fin à l’importation de sucre en provenance de l’île (qui représentait 80 % des exportations de Cuba vers les États-Unis et employait près de 25 % de la population). En 1962, les États-Unis vont jusqu’à imposer un embargo à Cuba qui rompt les relations commerciales entre les deux pays (même alimentaires), et obligent la majeure partie des pays américains et leurs alliés occidentaux à faire de même.

cuba-embargo
191 pays ont condamné l’embargo des Etats-Unis sur Cuba. L’ONU a condamné 18 fois ce qu’elle considère comme un « blocus ».

Tout produit élaboré avec des éléments d’origine cubaine est interdit d’entrée aux États-Unis. Les avoirs de l’État cubain aux États-Unis sont gelés. Les transactions financières sont interdites. Tout échange en dollars avec l’île est sanctionné. Pendant des décennies, il sera interdit aux citoyens états-uniens de se rendre à Cuba. Le but affiché des États-Unis est de profiter des difficultés que provoque l’embargo pour provoquer la chute de Fidel Castro.

L’embargo sur Cuba est encore en vigueur aujourd’hui. C’est l’embargo commercial le plus long de l’époque contemporaine. Il n’a cessé d’être renforcé par les États-Unis (jusqu’en 2009) : en 1996, la loi Helms-Burton interdit à toute personne ou entreprise dans le monde de commercer des produits issus de biens américains qui ont été nationalisés par le régime cubain après la révolution.

En 2004, l’administration Bush adopte une loi visant à condamner à dix ans de prison et à un million de dollars d’amende tout citoyen états-unien se rendant à Cuba sans autorisation, ou avec autorisation mais plus de 14 jours, ou qui dépenserait sur l’île plus de 50 dollars par jour, ou qui enverrait de l’argent à un proche adhérent du parti communiste local.

L’embargo a donc condamné Cuba à l’autarcie, la poussant dans les bras des soviétiques. En 2014, on estimait les pertes directement liées à l’embargo à 116 milliards de dollars pour l’île.

l
Le groupe terroriste Alpha 66 fêtant ses 50 ans à Miami.

Mais quand il s’agit de l’Amérique latine, son « pré carré », les États-Unis ne s’attaquent pas qu’au portefeuille. Ils ont aussi financé à hauteur de plusieurs dizaines de millions de dollars toutes sortes d’activités pouvant nuire à Cuba, terrorisme compris. Ainsi, des groupes comme Alpha-66 et Omega 7, entraînés en Floride, se sont rendus responsables de divers sabotages et attentats (rien qu’en 1960-1961, sur une période de sept mois, la CIA a commandité 110 attentats à la dynamite, a fait placer 200 bombes, et déclenché 800 incendies dans des plantations), faisant de Cuba l’un des pays au monde qui déplore le plus grand nombre de victimes d’attentats (3500 morts et 10 000 blessés dont plus de 2 000 handicapés à vie). En 1971, la CIA fit importer une épidémie de peste porcine africaine sur l’île, à l’aide de ces organisations terroristes. En 1981, l’introduction de la dengue hémorragique toucha près de 350 000 personnes à Cuba, et entraîna la mort de 158 d’entre elles dont 101 enfants. Durant toute sa vie, Fidel Castro aura été la cible de 638 tentatives d’assassinats.

Face à toutes ces menaces, Fidel Castro, qui voulait pourtant la démocratie sur l’île, dut se résigner à accroître la répression, la censure et le poids du parti communiste cubain, qui devint peu à peu le parti unique de l’île.

« Imaginez ce que serait la situation aux États-Unis si, dans la foulée de leur indépendance, une superpuissance leur avait infligé pareil traitement : jamais des institutions démocratiques n’auraient pu y prospérer », résume Noam Chomsky. Il est de bon ton de donner, du haut de sa France stable du XXIe siècle, des leçons à Fidel Castro sur le type d’institutions démocratiques qu’il aurait dû mettre en place pour recevoir un brevet de « pays moralement soutenable par l’Occident ». 238 morts causés par le terrorisme djihadiste nous ont récemment amenés à envisager une remise en cause de l’État de droit : multiplions le nombre de victimes par 15, ajoutons-y un blocus terrible, le financement de partis d’opposition par l’étranger et nous comprendrons ce qui a poussé le gouvernement cubain à mettre en place ces mesures autoritaires.

 

 

 

Les droits de l’Homme à Cuba

Il convient encore de citer Noam Chomsky : « Concernant les violations des droits de l’Homme, ce qui s’est produit de pire [à Cuba] ces quinze dernières années a eu lieu à Guantánamo, dans la partie de l’île occupée par l’armée américaine, qui y a torturé des centaines de personnes dans le cadre de la « guerre contre le terrorisme ». »

Pour ceux qui pensent le contraire (ce qui montre bien le niveau de désinformation qu’il y a quand il s’agit de Cuba) : il y a des élections à Cuba. Ici, le 19 avril 2015 lors du premier tour des élections municipales.

La censure n’a quasiment plus cours à Cuba depuis les années 1990. Il n’y a aujourd’hui plus un seul opposant politique ou journaliste en prison à Cuba (or, faut-il le rappeler, les États-Unis étaient en 2005 le 6e pays au monde avec le plus de journalistes en prison, selon Reporters Sans Frontières). Cuba n’a condamné personne à mort depuis 2003 ; même en 2006, lorsqu’il y eut de nouveaux attentats, la peine de mort n’a pas été appliquée. Cuba ne s’est jamais rendu coupable de torture. Cuba ne possède pas de police anti-émeute (les CRS en France).

La liste de « prisonniers politiques » fournie par les opposants cubains, sur laquelle les médias occidentaux se basent, ne comprend aujourd’hui plus que des criminels que même Amnesty International refuse de prendre en compte parce qu’elle est composée « de gens jugés pour terrorisme, espionnage ainsi que ceux qui ont tenté et même réussi à faire exploser des hôtels » (rapport d’Amnesty International de 2010).

Bien qu’il se pluralise de l’intérieur, le parti unique existe toujours à Cuba. Il faut cependant noter l’existence d’institutions démocratiques inconnues en France, comme le référendum d’initiative populaire qui permet de révoquer les élus. Une forme de démocratie directe existe à Cuba : les habitants se réunissent en assemblées de quartier pour délibérer sur le choix d’un candidat (il est interdit au parti communiste de désigner un candidat) et peuvent le révoquer à tout instant.

Le bilan de Fidel Castro : le socialisme concret

Si Cuba n’a pas choisi la voie de la démocratie libérale, c’est avant tout pour préserver l’héritage de la révolution, à savoir celui d’un socialisme concret qui vient en aide aux plus démunis et qui s’est instauré (avec réussite) malgré l’embargo. En voici quelques exemples :

A Cuba, personne ne dort dans la rue. C’est le seul pays d’Amérique latine et du tiers-monde à s’être débarrassé de la malnutrition infantile, selon l’Unicef. L’île a atteint le plein emploi (le taux de chômage y était de 3,2% en 2011). Les inégalités y ont été réduites de près de 30% depuis la révolution (selon l’évolution de l’indice de Gini, qui sert à calculer les inégalités). En 2016, 60% du budget de l’État correspond aux dépenses courantes de maintien des services gratuits de base dont bénéficient tous les Cubains.

Cuba a, en dépit du blocus, et ce, dès 2015, avant même la date prévue, atteint les huit Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) définis par les Nations Unies.

Au niveau de l’Indicateur de Développement Humain (IDH), Cuba se classe 67e selon l’ONU. Devant le Brésil, la Chine, l’Inde, le Mexique, la Turquie, l’Ukraine, l’Afrique du Sud, l’Iran… Hors revenus, Cuba se classe même 26e, devant notamment le Royaume-Uni.

A Cuba, le secteur des travailleurs indépendants et d’autres formes de gestion non-étatique sont aujourd’hui en expansion. 504 000 Cubains travaillent à leur compte : ils sont protégés par le système de sécurité sociale et bénéficient du droit à la retraite – on est donc loin du cliché du pays communiste qui bride la liberté d’entreprendre.

Dès 1961, soit deux ans après la révolution, Cuba fut l’un des rares pays à avoir éradiqué l’analphabétisme. Dans le détail, le taux d’alphabétisation des 15-24 ans atteint aujourd’hui les 100%, et celui des adultes 99,8%, ce qui place Cuba dans le top 5 des pays les plus alphabétisés au monde selon l’ONU.

img039
Trente pays bénéficient du programme d’alphabétisation cubain « Moi aussi je peux » qui a permis d’apprendre à lire et à écrire à plus de 10 millions de personnes.

L’accès gratuit et universel à l’éducation est garanti à tous les citoyens à Cuba. Selon l’UNESCO, Cuba est le pays qui affiche le meilleur résultat d’Amérique Latine et des Caraïbes en matière d’éducation. Cuba est le pays disposant du plus grand nombre d’enseignants par habitant et du plus faible nombre d’élèves par classe dans le primaire et le secondaire (19 élèves par maître dans le primaire et 15 dans le secondaire).

En 1959, Cuba ne comptait qu’une seule université. Aujourd’hui l’île compte 52 établissements d’enseignement supérieur. Le taux brut de scolarisation dans l’enseignement supérieur y était de 95,2% en 2011, soit le 2e meilleur score du monde (derrière la Corée du Sud) selon l’ONU. La télévision cubaine diffuse régulièrement des cours du second degré pour la population adulte.

D’après l’ONU, la mortalité infantile à Cuba est de 4,2 pour 1000, soit le taux le plus faible du continent américain, (à titre de comparaison, il est de 5,9 pour 1000 aux USA). Toujours selon l’ONU, celui-ci était de 69,86 pour 1000 avant la révolution.

L’espérance de vie à Cuba est de 79,4 ans selon l’ONU. Soit 0,3 ans de plus qu’aux États-Unis et seulement 1 an et demi de moins qu’en Allemagne. C’est le 3e meilleur chiffre d’Amérique derrière le Canada et le Chili. C’est 5 ans de plus que la moyenne de la zone Amérique latine et Caraïbes et c’est dans la moyenne des pays riches de l’OCDE

 

A Cuba, l’accès gratuit à tous les services de santé est garanti. Il y a un médecin pour 137 habitants de l’île, soit le meilleur ratio au monde. C’est plus de deux fois plus qu’en France (1 pour 299). Depuis la révolution, 110 000 médecins ont été formés à Cuba. Avant, il n’y en avait que 6 000, dont la moitié a fui le pays lors de la révolution. Cuba est le seul pays au monde à avoir créé un vaccin contre le cancer du poumon et un médicament permettant d’éviter les amputations liées à l’ulcère du pied diabétique.

L’école de médecine de la Havane, « la plus avancée au monde » selon le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon, forme aujourd’hui 11 000 jeunes venus de 120 nations. Depuis la révolution, l’île a même déployé 135 000 soignants à travers le monde, lors de catastrophes naturelles ou humanitaires. En reconnaissance de ses efforts, Fidel Castro fut le premier chef d’État à recevoir la médaille de la Santé pour tous, décernée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). En 2014, l’OMS qualifiait le système de santé cubain « d’exemple à suivre ».

Un an après la révolution, Cuba a interdit la ségrégation raciale, soit sept ans avant les États-Unis. La même année, la fédération des femmes cubaines fut crée. L’égalité femme-homme est une réalité sur l’île, notamment du point de vue salarial. En 2013, Cuba occupait le troisième rang mondial du plus grand pourcentage de femmes élues députés. Elles président 10 des 15 provinces du pays. Alors que l’île comptait plus de 150 000 prostituées dans les années 50, la prostitution a été éradiquée en 1967 (pas définitivement, hélas, car elle tend à réapparaître ces dernières années : elles seraient entre 12 et 20 000 aujourd’hui selon les opposants). Les prostituées ont été soignées (30 à 40% d’entre elles souffraient de la syphilis), éduquées, logées et réinsérées.

Cuba promeut la prévention en matière d’éducation et de réinsertion sociale pour éviter la délinquance. C’est l’un des pays les plus sûrs d’Amérique latine : le taux d’homicide volontaire y est de 4,2 pour 100 000 habitants (contre une moyenne de 23 pour 100 000 en Amérique latine). Cuba est le pays d’Amérique Latine qui enregistre le moins de violences contre les enfants.

Libertés individuelles ou libertés collectives ?

Contredire les mensonges répandus à propos de Cuba n’empêche évidemment pas de jeter un regard critique sur les erreurs commises par le gouvernement, comme pour n’importe quel autre pays, à n’importe quel moment de l’histoire. Mais on ne peut déclarer que la révolution a été volée d’un coup par un « régime dictatorial ». Car le gouvernement cubain a toujours été cohérent dans ce qu’il a accompli. La même logique, le même objectif, ont été poursuivis de A à Z.

Le clivage à propos de Cuba devrait se résumer ainsi : si l’on pense que les libertés collectives priment sur les libertés individuelles, alors on soutient Cuba ; si l’on pense l’inverse, alors on condamne. Les deux ne sont évidemment pas contradictoires, et certains gouvernements ont même décidé de ne pas choisir. Prenons l’exemple de deux d’entre eux : le Chili de Salvador Allende et le Venezuela d’Hugo Chavez.

allende-castro-e1374645134529
Salvador Allende et Fidel Castro.

Salvador Allende, malgré les menaces que faisaient planer les États-Unis depuis son élection en 1971, a décidé de rester démocrate jusqu’au bout, avec la fin qu’on connaît : le putsch de 1973 mené par le général Pinochet, qui fit 3 à 4 000 morts et contraignit Allende au suicide, le Chili devenant alors une dictature militaire ultralibérale pour les vingt années qui suivirent.

Au Venezuela, le même scénario faillit se reproduire : en 2002, un coup d’État eut lieu, et Chavez, élu démocratiquement, aurait dû être fusillé dans la foulée. Mais le peloton d’exécution refusa d’obtempérer et il eût la vie sauve. La révolte des militaires et de la population contraignit les putschistes à renoncer.

Au Chili, les États-Unis ont préparé le terrain pour que le coup d’état se produise, l’ont piloté en sous main et l’ont officiellement soutenu. Au Venezuela, les putschistes furent financés par les États-Unis et la CIA fut directement impliquée.

A l’aune de ces exemples, et de toutes les tentatives de déstabilisation états-uniennes à Cuba citées plus haut, on comprend bien qu’il va falloir prendre en compte le fait suivant : non, Cuba n’avait pas, et n’a jamais eu, le choix d’être une démocratie libérale. C’est à contre-cœur, et contraint et forcé par les agressions états-uniennes, que Fidel Castro a mis en place des mesures liberticides à Cuba. Il faut également prendre en compte un autre élément : beaucoup de démocraties dans le tiers-monde sont des farces. Regardez par exemple la Colombie, où l’on compte depuis le début de l’année, 70 assassinats de proches du parti socialiste, ou le Honduras, où dès qu’un président un peu trop de gauche est élu, hop !, les militaires font un coup d’État avant de réorganiser des élections.

Ce sont tous des pays où une large part de la population est maintenue dans l’extrême pauvreté, où la violence et la corruption sont reines et où les gouvernements pratiquent régulièrement les « disparitions », l’assassinat et la torture. Comme Fidel Castro le rappelait souvent : A quoi sert la démocratie ou la liberté d’expression dans un pays qui compte 50% d’analphabètes ? Dans un pays où une grande partie de la population meurt de faim ou de maladie ? L’éducation, la médecine, la répartition des richesses : toute démocratie n’est que comédie sans ces libertés collectives préalables.

Aristote, dans Les Politiques, avait déjà bien compris que l’objectif d’un État n’est en rien la forme de ses institutions, mais sa capacité à agir ou non dans l’intérêt de son peuple. Il n’aura échappé à personne la façon dont les peuples reçoivent, chaque fois, ceux qui tentent d’imposer la « démocratie libérale » dans leur pays. La première volonté des peuples est d’abord de se libérer des puissances qui les étranglent et de pouvoir vivre par eux-mêmes : ça s’appelle la souveraineté nationale. C’est là que réside la clé pour comprendre Cuba : plus que tout, le génie de Fidel Castro, c’est d’avoir su interpréter, et appliquer, la volonté générale de son peuple. Les Cubains lui en sont reconnaissants, notamment car ils ont été les premiers acteurs de la transformation de l’île. Les centaines de milliers de Cubains à s’être réunis aux quatre coins du pays pour saluer la mémoire du Comandante en sont la parfaite illustration.

Repost 0
31 décembre 2016 6 31 /12 /décembre /2016 09:17
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans MEDIAS et PLURALISME
commenter cet article
28 décembre 2016 3 28 /12 /décembre /2016 00:10
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES MEDIAS et PLURALISME PCF
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre