Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 19:56
Repost 0
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 20:28

Législatives: Jean-Luc Mélenchon, "Je veux être utile à ceux qui m'accompagnent" (vidéo)

Les rumeurs et informations de secondes mains vont bon train depuis 24 heures sur le rôle de Jean-Luc Mélenchon lors de la campagne des législatives du Front de gauche. Le co


La Voix du Nord et l'AFP affirment depuis ce jeudi matin que Jean-Luc Mélenchon se présentera à Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais, où se présente Marine Le Pen. Une opinion jusqu'alors non confirmée ni par le Front de gauche ni par ses composantes, qui suscite déjà l'inquiétude de Steeve Briois, conseiller municipal Front national dans cette ville qui, dans un communiqué, dénonce "cette obsession (à l'encontre) de Marine le Pen" qui "tourne au ridicule et rend Mélenchon parfaitement grotesque."

D'autres le voient mener le combat dans les Bouches-du-Rhône, dans l'Hérault ou en région parisienne.

 

"Nous ne sommes pas un bon coup électoral"


Évoquant son avenir lors de son passage à l'Humanité où il fut rédacteur en chef d'un jour de notre édition de ce jeudi, Jean-Luc Mélenchon a expliqué son rôle dans les jours à venir. "Ma place, c'est d'abord de faire vivre la permanence d'un message. Nous ne sommes pas un bon coup électoral. Car le Front de gauche en est à sa quatrième campagne électoral. Il est fait pour durer et son ambition est d'être au pouvoir, pour le rendre au plus grand nombre et changer de politique. Les événements amènent à nos solutions."

"Je me dois aux autres"


D'un point de vue personnel, le porteur du Programme partagé lors de la présidentielle développe son engagement. "Je sais que je me dois aux autres. L'image et la personne ne m'appartiennent pas entièrement. Elle appartient aussi à tous ceux qui m'ont accompagné, à tous les militants qui ont mené campagne. Je ne peux plus faire autre chose que de poser des actes qui soient utiles à tous: là où le devoir le commande, ainsi que ma propre liberté d'homme."

 

Vidéo: voir notre entretien avec Jean-Luc Mélenchon

 

Repost 0
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 20:19

Solidarité

Jean Mouzat, président du Modef. « La grande distribution nous pille »

Quel est, pour vous, l’objectif de cette vente solidaire de fruits et de légumes ?


Jean Mouzat. Nous voulons pousser à la fois un cri d’alarme et de colère. Depuis dix ans la situation 
des producteurs de fruits et de légumes ne cesse 
de se dégrader. La crise atteint cette année un niveau inégalé tellement les cours sont bas. Jeudi matin, dans 
le Lot-et-Garonne, le prix payé au producteur pour 
un kilo de pomme de terre était de 10 centimes d’euro. Cela couvre à peine 30 % des coûts de production. 
Dans ces conditions-là, les agriculteurs ne peuvent pas vivre décemment de leur travail. Cette situation 
est le produit du développement de la concurrence 
libre et non faussée menée par le gouvernement 
et l’Union européenne avec l’aval du syndicat majoritaire, la FNSEA. La concurrence existe entre pays européens 
mais aussi entre région et parfois au sein même 
des bassins de production. Cette concurrence 
a pour but de tirer les prix à la production vers le bas 
afin de permettre aux centrales d’achat et à la grande distribution de réaliser des marges énormes. Elles 
nous pillent et en même temps elles rackettent 
le consommateur.

 

Comment garantir un juste prix au producteur 
et au consommateur ?


Jean Mouzat. Dans la filière des fruits et légumes comme dans les autres filières agricoles, l’État doit imposer 
des règles. Si l’on veut préserver le monde agricole 
et la vie sur les territoires, l’environnement et la santé 
des consommateurs, il faut préserver le métier 
de paysans. Pour y parvenir, l’État doit leur garantir 
un revenu juste et décent en imposant des prix planchers. Il doit aussi instaurer un coefficient multiplicateur 
qui régule les prix à la consommation afin de limiter 
les marges de la grande distribution.

 

Le ministre doit recevoir ce vendredi les producteurs 
et leurs représentants. Cela vous satisfait-il ?


Jean Mouzat. Les paysans attendent des actes. Mais nous craignons que cette rencontre ne soit qu’une opération de communication visant à faire croire à l’opinion publique que le gouvernement s’emploie réellement 
à venir en aide aux agriculteurs. Sur le fond, rien n’indique qu’il soit prêt à remettre en cause le dogme 
de la concurrence libre et non faussée et à s’attaquer 
à la grande distribution.

Entretien réalisé par Pierre-Henri Lab

 

Repost 0
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 06:06

Merci

On peut dire merci à François Bayrou et à la plupart de ses électeurs, qui ont eu, peut-être un peu tard, un sursaut républicain. Il ne faut pas oublier de remercier ceux, parmi les électeurs de droite, qui ont refusé de donner caution, pour cinq ans de plus, à une politique ayant dépassé le simple flirt pour aboutir à de vraies épousailles avec les idées du Front National. Et il convient bien sûr de remercier les électeurs des autres partis, dont les écologistes, qui ont, eux aussi, voté pour François Hollande.


Mais, surtout, remercions les électeurs du Front de Gauche qui ont soutenu le vote pour le candidat du Parti Socialiste au second tour des présidentielles, alors que, s'ils étaient d'accord pour suivre celui-ci sur la nécessité d'expulser le candidat sortant de l'Elysée, ils étaient, et sont toujours, en désaccord de fond sur beaucoup de choses, et en particulier sur la conduite à tenir vis-à-vis de la finance internationale et de l'Europe économique (en ce qui concerne notamment le Traité de Stabilité Financière que les socialistes ont laissé voter par leur abstention au Sénat).


Sans les voix du Front de Gauche, nous serions encore sous la Présidence de Nicolas Sarkozy, et pour cinq ans. Car 11% d'électeurs, ce n'est pas rien, surtout si l'on rajoute à ce chiffre tous ceux qui ont « voté utile» au premier tour (30% des électeurs de François Hollande au premier tour, a-t-on dit)


Or, que lit-on dans les médias, à propos du Front de Gauche et de Jean-Luc Mélenchon ? Qu'entend-on ? Rien. Si ce n'est que la faible différence entre les scores des deux candidats aurait pour cause un faible report des voix au second tour (apparemment « seulement » 80%). Si le Président sortant n'a pas eu le score déshonorant que certains attendaient, en pensant qu'il le méritait, ce serait la faute du Front de Gauche !!! On nous refait le coup de Lionel Jospin en 2002 : ce n'était pas de sa faute à lui, ni celle de la politique du parti socialiste, mais celle des électeurs !


Or, qui est-ce qui a appelé, dès l'annonce des résultats du premier tour, à voter François Hollande pour battre Nicolas Sarkozy ? Qui a répété cette invitation, avec force, si ce n'est Jean-Luc Mélenchon ? (Et Pierre Laurent et les fédérations du PCF) Et qui sont les militants qui ont continué le combat, non seulement pour gagner de nouveaux électeurs, mais aussi pour convaincre ceux des leurs qui avaient dit que « Le PS, jamais ! » (et cela n'était pas toujours facile...) ?


Et, pendant cette campagne de deuxième tour, a-t-on entendu un mot adressé par les dirigeants du PS aux sympathisants du Front de Gauche ?


Le soir de l'élection, François Hollande, a-t-il évoqué les électeurs du FDG qui ont voté pour lui, afin d'éviter Marine Le Pen au premier tour, et tous ceux qui lui ont donné leur voix au second tour sans partager ses positions ni son projet économique ?


Pourquoi ce silence, silence qui répète celui de nombreux médias sur la formidable campagne de Jean-Luc Mélenchon ?


Ce silence essaie de nous convaincre que cette campagne est non advenue, et que la victoire de François Hollande est essentiellement celle d'un homme et celle du Parti Socialiste. Alors qu'en vérité ce résultat est celui de la convergence, chez la majorité des électeurs du second tour, de la conscience de l'urgence de se débarrasser d'un gouvernement, et d'un homme, qui œuvraient, depuis plusieurs années, au démantèlement de la France et de ses valeurs, au clivage des citoyens entre eux, à l'enrichissement des plus riches et à l'appauvrissement des plus faibles, à la subordination de notre pays à une direction européenne liée à la finance internationale etc.


Le principal artisan de la victoire de François Hollande, il faut bien l'admettre, c'est Nicolas Sarkozy. Un peu moins d'évidence dans le soutien aux riches, un peu moins de mépris pour le peuple et de volonté de clivage, et un peu moins d'affaires, et nous l'aurions toujours...


Donc, toutes les voix ont compté pour la victoire de François Hollande, qui est une victoire de la gauche, dont le Front de Gauche représente la deuxième force, ce que je répète ici puisque ce n'est dit nulle part.

 

Aussi est-il intéressant de comprendre les raisons de ce silence médiatique et politique sur l'existence de cette force émergente, dont on voit se développer rapidement d'autres aspects dans les pays sacrifiés sur l'autel du remboursement de la dette.


Pourquoi les médias liés aux grands groupes, comme les médias publics, mais aussi les hommes et femmes politiques, minimisent-ils le Front de Gauche, ou ridiculisent-ils Jean-Luc Mélenchon ?

 

Selon moi, trois raisons peuvent être incriminées :

 

D'abord, le Front de Gauche est le parti (ce n'est pas un parti, mais un Front de 7 organisations et de démocrates non affiliés) qui porte dans son programme ("L'Humain d'abord") le fait de s'opposer aux traités européens qui diminuent notre souveraineté pour nous vendre à des instances européennes liées à la finance (le FN énonce le même projet et cela n'est sûrement pas pour rien dans son succès récent). De même, il veut revenir que le fait que la BCE ne peut prêter qu'aux banques (qui se servent de cet argent pour prêter, elles, avec intérêt aux États) et pas directement aux États. Le FdG veut donc redonner aux États le droit de battre monnaie,( non ce n'est aps dans le programme, il veut modifier le rôle de l'€ pour un soutien à l'emploi et la croissance dans le cadre d'une planification écologique)) ce qui me semble le début indispensable du commencement d'une solution. Mais les banques ne veulent pas de cette solution, bien sûr, puisque le système actuel leur rapporte beaucoup d'argent sans rien faire. Donc leurs amis non plus, PS compris (on peut lire sur le blog de jolimai un texte de Geoffrey Geuens « François Hollande et le monde des affaires », cela se trouve facilement via un moteur de recherche ; ou sur Mediapart, Solal Chomi reprenant des informations de Fakir ici : http://blogs.mediapart.fr/blog/solal-chomi/121211/qui-conseille-francois-hollande ). Ces informations vont dans le sens d'un consensus poussant les citoyens dans un sens opposé à la remise en question de la néo-libéralisation du monde.


Deuxième raison

Si le Front de gauche est reconnu pour ce qu'il est, c'est-à-dire le seul parti de gauche 'sic) qui s'oppose à la conception néolibérale d'une Europe qui écrase les peuples et étouffe la démocratie, le bipartisme où l'on veut nous enfermer( un bipartisme à l'américaine : droite extrême/ droite sociale) éclatera de lui-même, comme cela commence à se pressentir ailleurs, pour lui faire une place grandissante. Or, la pénurie programmée des énergies fossiles, et l'éclatement successifs des bulles spéculatives, ainsi que l''incurie d'une politique généralisée de bénéfices à court terme ruinant les soubassement d'une industrie viable à long terme, font que les élites savent bien que nous allons vers des temps peu cléments. Autant ces élites font tout pour que les éclaboussures ne les atteignent pas, autant elles savent bien que les peuples ont une sale manie, c'est celle de se révolter quand on les exploitent trop et qu'ils vont mal. Et ces « élites » préfèrent augmenter la visibilité du Front National, afin de permettre à ces opposants potentiels de se réfugier dans son sein, parce qu'il peut servir de repoussoir et qu'il sera facilement contré par l'"humanisme international"; tandis qu'un Front de Gauche, qui pourrait au contraire avoir le soutien des humanistes, pourrait fédérer une révolte qui pourrait peut-être ne plus s'arrêter, une fois commencée.


C'est de la politique-fiction ? Peut-être...


Troisième raison

Une autre raison à la volonté du PS de minimiser la part que le Front de gauche a pris dans le succès de Hollande, c'est le choix électoral qui approche à grands pas, et qui va donner la majorité, ou pas, au Parti Socialiste : l'es élections législatives. Il y a de fortes chances pour que la gauche ait la majorité au Parlement. Mais il y a fort à parier, aussi, que le Parti Socialiste ne goûterait pas le fait d'avoir à obtenir systématiquement l'accord du Front de Gauche pour faire passer ses lois. Or, si celui-ci a un nombre de députés suffisants, c'est ce qui peut se passer. Il convient donc, encore et toujours, de minimiser ce parti pour que le PS passe pour le seul parti crédible à gauche. Il y en a même qui parle encore de « vote utile » ! Comme si cela avait un sens quelconque de laisser un parti être majoritaire à lui seul au Parlement ! On a vu ce que cela a donné avec l'UMP pendant cinq ans !!! Non, le Parlement est le lieu où nos représentants nous défendent, et n'hésitent pas à aller au conflit pour cela. Sans souhaiter une atomisation des forces en présence, il est souhaitable que le Parlement ne parle pas que d'une seule voix, et que les contradictions puissent s'exprimer, voire, en s'unissant, puissent s'opposer efficacement.

S'il faut une gauche forte, qui pourra défaire les lois liberticides et néolibérales promues en nombre par le gouvernement précédent, il faut aussi que cette gauche présente en son sein une forte représentation du parti qui défend le peuple.


Ne lâchons rien !


Repost 0
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 18:18
Repost 0
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 10:00
Repost 0
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 15:47

Si l'on en croit le Parsien la CGT et le PCF sont quasiment absent de la manif parisienne. En effet les photos publiées sur le site font la part belle au PS où l'on voit en bonne place une banderole, puis le SEcrétaire Général de la CFDI puis Mélenchon, Autain et Picquet en photo.

Bien entendu, les communistes n'étaient pas là. Ni militantys, ni drapeaux, ni banderoles. Pierre Laurent et Marie-Georges Buffet ne s'étaient peut-petre pas relis encore des festivités que Julien Dray, assorti de DSK donnaient pour son anniversaire.

A vouloir trop prouver, on eisque de perdre sa crédibilité.

On peut remarquer aussi que désormis dans les médias audio-visuels  sont invités Delapiette, Autain et Corbière comme porte parole du Front de gauche et Jean-Luc mélenchon présenté comme Président du Front de gauche et accessoirement comme porte-parole duy paerti communiste. Les images et les cadreurs de Itélé, de BFM te des chaînes publiques recherche LE drapeau du Parti de gauche, LE ou LA dirigeante du Parti de gauche ou de la FASE à l'exception du PCF. Un eexception cependant. Il ne leur a pas été possible techniquement de zapper le PCF à la Bastille tant les drapeaux et miltants PCF étaient nombtreux, même si des tentatives avortée ont eu lieu.

Il ne s'agit donc pas d'un "accident" ou d'un hasard, mais bien d'une stratégie d'effacement du PCF que la direction devrait prendre au sérieux avant de s'en mordre les doigts.

Il faut souhaiter que la réflexion de Pierre Laurent selon laquelle il faut faire des expérimentations politiques, ne concerne pas son activité propre te sa visibilité.

 

Car l'on constate que cela ne semble pas gêner outre mesure les dirigeants communistes, qui semblent avoir adopé la stratégie du profil bas, pour ne pas "contrarier le vote Hollande?, essentiel à leurs yeux, pour faire battre Sarkozy d'abord, puis tenter ensuite de pousser à gauche le programme hollandais.Soit.

 

Mais à se faire ,discret maintenant, les  éventuelles rodomontades qui pourraient suivre riquent d'être interprétées comme de la surenchère et une volonté de nuire. "Il fallait le dire avant" pourront arguer certains qio verraient d'un mauvais oeil le gauchiment de la ligne du PS.

 

Reste le score final, le report des voix du front de gaucher e l'écart avec Sarkozy. Plus celui-ci sera important plus le message de s'écarter de la politique d'austérité sera clair et plus les chances d'une influence efficace des propositions du front de gauche pourront être mieux entendues.A l'inverse, plus l'écart sera faible et plus le rapprochement avec lers thèses lbérales trouvera des nouveaux adeptes et pourquoi pas des  nouveaux alliés au PS et des encouragements et des exigences venus de la droite.

 

Alors dimanche prochain, pour les chances du changement votez pour celui qui doit battre Sarkozy françois Hollande.A fond.  Sans réserves, sans état d'âme. Notre vote ne signifie évidemment pas un chèque en blanc. Et plus nous seront nombreux à marquer de notre emprunte le vote Hollande, plus celui-ci devra en tenir compte.

 

A dimanche!

Repost 0
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 11:23

 

Convertisseur de revenus en unités Liliane Bettencourt

convertisseur.kingconv.com

Pour vous, l'achat d'une baguette de pain à 1€ est équivalent, pour Liliane, à une dépense de 9300 €. Malgré son imposition. Soit 3 mois de votre salaire.

Repost 0
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 08:12

 

Quelques réactions d'auditeurs qui laissent espérer encore...

rene folio (anonyme),
lundi 30 avril 2012 à 06:55
0

merci FRANÇOIS très touchant ,nous avions évoqué cela sur le tournage de Maupassant hautot père et fils ou j'enterrai JEAN ROCHEFORT .Je suis rentré a la sncf en 66 retraite en 2003 j'ai milité aussitôt et jusqu’à la retraite et je suis encore dans la rue et fier .SOUVENEZ vous du rôle des cheminots pendant la guerre ,ils ont contribué aux avancées sociales ,n'en déplaise aux détracteurs respect a ceux qui se battent aussi pour les autres retroussé vos manches courage merci FRAN9OIS

Eva (anonyme),
lundi 30 avril 2012 à 02:40
0

Vendredi matin je reçois un email:
"Voici la dernière chronique de François Morel.Superbe comme d'habitude! Le +;Tout de suite après, j'ai appelé Janot sur son portable. Il venait de l'entendre. Au même moment, mon fixe sonne: Guy au bout du fil qui venait d'écouter la chronique dans sa voiture .Nous étions là tous les 3, émus...
Superbes retrouvailles, émouvantes qui, ce soir, va faire scintiller avec encore plus d'intensité la petite étoile rouge sur laquelle votre grand-père s'est posé."

Merci à vous d'avoir permis à ma mère et ses deux frères de partager un moment privilégié.

L'Oeil qui court,
lundi 30 avril 2012 à 01:24
0

J'aimerai avoir eu un père qui m'ait donné envie de lui écrire des mots de tendresse...

Jean-Louis Gasc (anonyme),
dimanche 29 avril 2012 à 21:41
0

Et moi aussi je suis arrivé les larmes aux yeux sur le parking de la cité de Carcassonne.. le cœur serré et l'image de mon papa aussi au fond du cœur...
Je suis descendu de la voiture et je suis allé travailler ..
Comme toujours François Morel a visé juste : en plein cœur. puissent les électeurs de France entendre ces mots qui viennent du profond de nos cœurs pour construire un monde meilleur celui que les papas souhaitent avec amour à leurs enfants .

Catherine (anonyme),
dimanche 29 avril 2012 à 19:18
0

L'humain au cœur, la justice sociale, l'espoir... Quelle belle chronique profondément humaine et sans haine. Bravo François.

Catherine (anonyme),
dimanche 29 avril 2012 à 19:14
0

L'humain au cœur, la justice sociale, l'espoir... Quelle belle chronique profondément humaine et sans haine. Bravo François.

Catherine (anonyme),
dimanche 29 avril 2012 à 19:08
0

L'humain au cœur, la justice sociale, l'espoir... ça fait du bien une chronique profondément humaine sans haine. Bravo à toi François.

Martine (anonyme),
dimanche 29 avril 2012 à 18:57
0

Merci merci merci de nous avoir fait pleurer, que cela fait du bien....

AnonymeNejart (anonyme),
dimanche 29 avril 2012 à 17:27
0

Bravo et merci pour ce papier il est vrai tres émouvant et tellement bien écrit... comme toujours. François Morel, continuez lontemps, ça fait du bien, dans ce monde de brute

Hulou (anonyme),
dimanche 29 avril 2012 à 17:22
0

Merci pour ce beau billet, mon papa aussi est parti, il était aussi né en 1926 et c'est avec beaucoup d'émotion que je vous ai écouté.

Patrick (anonyme),
dimanche 29 avril 2012 à 14:35
0

Merci M.MOREL pour ce billet , pour ces mots simples et justes.En vous écoutant, j'ai arrêté un moment la voiture car l'émotion m'embuait les yeux.J'ai pensé moi aussi à mon papa qui aurait été heureux d'entendre ce message empreint des idées auxquelles il croyait tout simplement parce qu'il aimait les gens et que rien n'avait à ses yeux plus d'importance.A vendredi.Bien amicalement.Patrick

MACHADO (anonyme),
dimanche 29 avril 2012 à 13:23
0

Je vous remercie bien Cher Monsieur MOREL,
pour votre simplicité et votre talent plein de bienveillance.
Je vois que je ne suis pas la seule à être émue jusqu'aux larmes ce vendredi matin.
Portez-vous bien
Ana

Jean- Louis (Anonyme) (anonyme),
dimanche 29 avril 2012 à 11:55
0

Je ne manque jamais les billets de François Morel le vendredi matin (tout comme ceux de Sofia Aram les lundi et mercredi) mais celui là m'a particulièrement ému même si moi non plus je ne suis pas fils de cheminot.

Mais que de profondeur, que de solidarité, que de fraternité dans ces mots. Merci François pour ces mots si justes.

anais F (anonyme),
dimanche 29 avril 2012 à 11:37
0

Merci François MOREL pour ce message de résistance et d'espoir...On en a bien besoin en ce moment.
J'ai été émue aux larmes...

Alain P (anonyme),
dimanche 29 avril 2012 à 11:22
0

Merci, ça fait du bien d'entendre ces paroles....

MARCO (anonyme),
dimanche 29 avril 2012 à 10:55
0

Tout simplement merci mr MOREL! Et tout aussi simplement gardons l'espoir de jour meilleurs où "L'HUMAIN D'ABORD"

MONTACLAIR Bernard (anonyme),
dimanche 29 avril 2012 à 10:00
0

Merci François d'apporter avec votre talent un souffle de vérité et de simplicité dans ce monde de dureté, d'ignorance et d'injustice.
Et puis, je me reconnais dans le portrait de votre papa. Tout en ayant pris des distances depuis longtemps avec tous les secttarismes, Je suis resté fidèle au rouge de la Commune. C'est à Paris en 1971 qu'est né le communisme, et âs à Moscou. Et ce n'est pas Staline qui a fondé "LHumanité", mais Jaurès. La gauche rose devrait s'en souvenir. Merci de votre hommage. Et à Mardi pour la manif.!
Papa vous embrasse

Nadia (anonyme),
dimanche 29 avril 2012 à 00:11
0

Mon père n'était pas cheminot, mails il était ouvrier, mon enfance a été protégée par les syndicats et les communistes, et moi aussi vous m'avez émue aux larmes Monsieur Morel, François mon frère. Vous nous êtes indispensable, le savez-vous ?

anne (anonyme),
samedi 28 avril 2012 à 21:56
0

merci beaucoup pour cette belle chronique, mon papa ressemblait beaucoup à votre papa, normand , cheminot, à gauche, rebelle jusqu'au bout, j'ai été émue aux larmes en vous écoutant au volant de ma voiture, allant au travail... je vous écoute toujours avec plaisir, émotion, mais ce vendredi matin là, il y a eu quelque chose en plus, un moment de fraternité partagé.
merci encore!

Compostelle56 (anonyme),
samedi 28 avril 2012 à 19:59
0

Moi aussi je suis fille de cheminot (un roulant comme on disait à l'époque ) et avec vos mots, monsieur Morel, mon histoire s'est déroulée ...merci...

Resistence (anonyme),
samedi 28 avril 2012 à 19:43
0

Merci Monsieur MOREL pour votre billet.... Comme toujours ce fut un plaisir de vous écouter ...... Vous êtes vraiment incroyable .... Merci, merci encore

nadi (anonyme),
samedi 28 avril 2012 à 19:10
0

j'aime de plus en plus les billets de François Morel, un gars qui écrit ça ne peut pas être dans la vie autrement que dans ses chroniques!restez ce que vous êtes Mr Morel et nous ressemblerons de plus en plus à des hommes( et femmes) d'une humanité plus belle!

Anne L (anonyme),
samedi 28 avril 2012 à 18:51
0

Merci pour ce moment de grâce, je suis petite-fille et fille de cheminots. Mes grands-pères ont du être heureux hier en vous entendant, mes parents et moi avons versé des larmes, tant d'humanisme en ces années si froides cela fait du bien et réchauffe le coeur.

mo (anonyme),
samedi 28 avril 2012 à 17:45
0

Mon papa était de la classe 20, petit salarié, et il a aussi toujours voté à gauche (de plus en plus souvent "vert" à la fin de sa vie), a participé à ma socialisation politique en privilégiant des valeurs de solidarité, d'humanisme, a été fier de me voir devenir prof grâce à l'école républicaine. Entre nous, quelques désaccords à mon adolescence mais plutôt des arguments "PC" contre "gauchiste" ..mais combien de manifs du 1er mai( ou contre telle guerre en Irak, telle "réforme" insupportable...) côte à côte! Je me souviens de mai 81, au milieu de la foule rassemblée pour fêter l'évènement, place du Capitole,lui chantant l'Internationale sous les arcades. J'y ai repensé quand ce même chant est monté de cette même place lors de la venue de Mélanchon. Je ne rate aucun défilé de "faux travail" chaque 1er mai. Une seule fois, je n'y étais pas: un 2 mai il est parti pour toujours. Chaque 1er mai je continue à suivre la voie qu'il a tracée et il est près de moi. J'espère que je pourrai chanter pour lui dans quelques jours... Merci pour ce bel hommage qui me renvoie à l'histoire familiale et merci pour toutes les autres chroniques si justes et si fines.

andré (anonyme),
samedi 28 avril 2012 à 17:00
0

Il que les enfants des écoles entendent cet hommage d'un être humain à son papa

 

Repost 0
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 08:25

Sans nouvelles d'Islande : Pourquoi ? 


Si quelqu'un croit qu'il n'y a pas de censure actuellement, qu'il nous dise pourquoi nous avons été abreuvés d'informations au sujet de ce qui se passe en Egypte et pourquoi donc  les journaux ne disent rien  sur ce qui se passe en Islande :

    En Islande,


   - le peuple a fait démissionner un gouvernement au complet,

   - les principales banques ont été nationalisées et il a été décidé de ne pas payer la dette qu'elles avaient contractée auprès de banques de Grande Bretagne et de Hollande, dette générée par leur mauvaise politique financière

   - une assemblée populaire vient d'être créée pour réécrire la Constitution.


   Et tout cela, pacifiquement.

   Toute une révolution contre le pouvoir qui a conduit à cette crise.


   Voilà pourquoi rien n'a été publié pendant deux ans :


   Que se passerait-il si les citoyens européens en prenaient exemple ?

   Brièvement, voici l'histoire des faits :


  2008 : La principale banque du pays est nationalisée

   La monnaie s'effondre, la bourse suspend son activité.

   Le pays est en banqueroute.


   2009 : Les protestations citoyennes contre le Parlement font que des élections anticipées sont convoquées et qu'elles provoquent la démission du Premier Ministre et, en bloc, de tout le gouvernement.

   La situation économique désastreuse du pays persiste.

   Par le biais d'une loi, il est proposé à la Grande Bretagne et  à la Hollande le remboursement de la dette par le paiement de 3.500 millions d'euros, montant que paieront mensuellement toutes les familles islandaises pendant les 15 prochaines années à un taux d'intérêt de 5%.


   2010 : le peuple descend à nouveau dans la rue et demande que la loi soit soumise à référendum.

   En janvier 2010, le Président refuse de ratifier cette loi et annonce qu'il y aura une consultation populaire.

   En mars, le référendum a lieu et le NON au paiement de la dette remporte 93% des voix.

   Pendant ce temps, le gouvernement a entamé une investigation pour régler juridiquement les responsabilités de la crise.

   Les détentions de plusieurs banquiers et cadres supérieurs commencent.

   Interpol lance une enquête et tous les banquiers impliqués quittent le pays.

   Dans ce contexte de crise, une assemblée est élue pour rédiger une nouvelle Constitution qui reprend les leçons apprises de la crise et qui se substitue à l'actuelle qui est une copie de la constitution danoise.

   Pour ce faire, on a recours directement au peuple souverain.

   On élit 25 citoyens sans filiation politique parmi les 522 qui se sont présentés aux candidatures. Pour  cela, il faut être majeur et recueillir le soutien de 30 personnes.

   L'assemblée constituante commence ses travaux en février 2011 afin de présenter,  en partant des avis collectés dans les diverses assemblées qui ont eu lieu dans tout le pays, un projet de Grande Charte.


Celui-ci, au risque de s'empêtré dans les "recettes" qui ont causé la crise, devra s'émanciper des caciques habituels pour en découvrir de nouveaux.  L'expérience en cours des partis progressistes de l'Europe et singulièrement aujourd'hui en France avec la stratégie de  Front de gauche (coalition politique et électorale constituée du PCF, du PG, de la GU, et de 5 autres mouvements politiques ou associatifs) peut y contribuer. S'en passer serait dommage pour le peuple islandais lui-même.


Cette Grande Chartre doit être approuvée par l'actuel parlement ainsi que par celui qui sera constitué après les prochaines élections législatives c'est dire si l'expectative et le scepticisme peuvent s'installer.

 

Quelle suite sera choisie, quelle issue ou quelle impasse ?

              

 

Repost 0

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre