Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 17:02
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans DETENDEZ-VOUS EN MUSIQUE
commenter cet article
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 16:40
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans DETENDEZ-VOUS EN MUSIQUE
commenter cet article
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 15:31
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans DETENDEZ-VOUS EN MUSIQUE
commenter cet article
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 15:23
Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans DETENDEZ-VOUS EN MUSIQUE
commenter cet article
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 14:31

J'avais déjà eu l'occasion de m'exprimer pour m'opposer au projet "d'investissements"

hôteliers, dont l'objectif étaient de "revitaliser" le centre-ville, aux frais du contribuable Saint-Varentais et qui s'avère aujourd'hui catastrophique. Nous apprenons ce jour du 22 avril 2015 que la "gestion" par la ville et ses élus est des plus fantaisiste et grève le budget d'une dette du commerçant de plus de 38000 €. des largesses avaient pourtant été accordées (indûment) au "délinquant", alors que l'investissement de la ville étaient de l'ordre de 1,2 M€. L emaire doit s'expliquer auprès de ses administrés.

Nouvelle République

Deux-Sèvres - Saint-Varent, Thouars -

Elle réclame les impayés

22/04/2015 05:35

La ville de Saint-Varent cherche à récupérer une belle ardoise de son locataire, l’hôtelier-restaurateur du bourg.

Lassés des impayés de leur locataire, les élus de Saint-Varent ont décidé de l'assigner au tribunal correctionnel de Niort. Hier matin il était question de demander la résiliation du bail avec commandement d'expulsion. Il n'en a rien été. Me Joël Baffou qui représentait la ville de Saint-Varent n'a pas eu à plaider car, au dernier moment, la partie adverse a présenté un avocat, Me Nicolas Chan. L'affaire a été renvoyée à une date ultérieure..

Une ardoise de 38.500 €

Le locataire est l'hôtelier-restaurateur installé dans des locaux flambant neufs et construits spécialement par la mairie saint-varentaise pour dynamiser le commerce local en 2012. Or, il ne paie pas ses loyers depuis près de deux ans. La dette constitue aujourd'hui une ardoise de 38.500 € ! Et ce, malgré une diminution de loyer, consentie par la collectivité en septembre 2013, par souci d'équité avec d'autres commerçants également locataires d'installations municipales en centre-ville.
Malgré de nombreuses sollicitations, le conseil municipal saint-varentais et son maire Pierre Rambault, se sont heurtés à des fins de non-recevoir de la part du locataire qui refusait aussi de répondre aux sollicitations du comptable du Trésor.
L'affaire est donc renvoyée, dans l'immédiat, en attendant un prochain rendez-vous début mai devant le tribunal correctionnel. Cette procédure pourrait être annulée si le locataire choisissait la voie de la liquidation, le dossier passerait alors devant le tribunal de commerce.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SAINT-VARENT
commenter cet article
22 avril 2015 3 22 /04 /avril /2015 07:16

Non au gel des pensions de retraite

Après le 3 juin et le 30 septembre 2014, le 17 mars puis ce 9 avril 2015, les retraité-e-s, à l’appel unitaire des organisations syndicales, ont manifesté leur colère de voir leurs pensions bloquées depuis des mois, leur pouvoir d’achat en baisse depuis des années du fait aussi de l’augmentation constante des dépenses contraintes et des multiples mesures fiscales qui les touchent.
Après la période électorale marquée par une forte abstention, un sentiment d’abandon des plus précaires et un rejet de la politique libérale menée par François Hollande, à l’évidence, le gouvernement reste sourd à l’expression de la colère, au dégoût face aux promesses non tenues, aux reniements, aux capitulations.

En effet, nous apprenons que le gouvernement pour réaliser quelques économies supplémentaires, suivant le programme de stabilité 2015-2018 présenté le mercredi 15 avril ne revaloriserait pas les pensions de retraite de base, le 1er octobre prochain. Les pensions resteraient donc figées jusqu'en octobre 2016, alors qu'elles n'ont plus été revalorisées depuis avril 2013. C’est insupportable !

La politique du gouvernement Hollande/Valls ne sert que le grand patronat et la finance. Pour les patrons des dizaines de milliards d’euros via le pacte de responsabilité et autre Crédit d’Impôts Compétitivité Emploi. Pour les retraité-e-s, baisse continue du pouvoir d’achat des pensions, réduction de la couverture maladie, augmentation des impôts, de la TVA, de la CSG, création de la CASA. Alors que 220 milliards d’euros d’aides publiques sont versés sans contrôle aux entreprises, il est légitime d’exiger la revalorisation des pensions et qu’aucune pension ne soit inférieure au SMIC, porté à 1700€ brut.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans RETRAITES PCF
commenter cet article
21 avril 2015 2 21 /04 /avril /2015 05:43

Le 21 avril 1944, les Françaises deviennent citoyennes
En France , les femmes ont obtenu le droit de vote presque un siècle après les hommes ! La privation de droits civiques est l’ exemple le plus éloquent de l’infériorisation sociale des femmes au moment où se constituent des États- nations modernes se dotant d’institutions « démocratiques ».
L’exclusion civique des femmes se joue pendant la Révolution française. Pourtant, des femmes ont voté aux États généraux de 1789. Olympe de Gouges publie sa Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne en 1791. Douées de raison, comme les hommes, et formant la moitié de l’espèce humaine, les femmes doivent bénéficier des droits naturels. La différence des sexes est non pertinente sur le plan politique : « Pourquoi des êtres exposés à des grossesses et à des indispositions passagères ne pourraient-ils exercer des droits dont on n’a jamais imaginé de priver les gens qui ont de la goutte tous les hivers et qui s’enrhument aisément ? »demande Condorcet en 1790. La Convention, élevant les hommes au rang de « citoyens », décide néanmoins, en 1792, l’exclusion politique des femmes. La République des frères refoule les sœurs. En 1848, la IIè République ne prend pas même le soin de préciser que le suffrage universel est uniquement masculin, Le droit de vote ne devient une priorité féministe qu’au début du XXe siècle. Le suffragisme symbolise l’espoir d’ émancipation dans une société en mouvement où des femmes s’imposent dans la sphère publique comme étudiantes , enseignantes, avocates, doctoresses, artistes, journalistes , sportives… Venues de milieux souvent aisés et instruits, les féministes ne représentent pas l’ensemble des femmes. Le mouvement ouvrier leur conteste le droit de parler au nom des travailleuses et voit le vote comme une revendication bourgeoise. En 1907, la IIe Internationale donne la priorité à la lutte des classes et condamne l’action autonome des féministes, ce qui témoigne d’une crainte certaine face à un mouvement dont l’influence s’accroît, en particulier en Angleterre . Face à l’adversité, les suffragistes perdent souvent de vue le principe du droit naturel et parlent de plus en plus souvent de « complémentarité ». Le vote serait juste parce qu’il serait le moyen de réaliser divers progrès sociaux. Plus que le suffragisme, c’est l’engagement des femmes dans des formations , de gauche comme de droite , jusqu’à l’ extrême droite qui marque l’avant- guerre . Dans de nombreux pays, le droit de vote des femmes est « entré dans les mœurs » mais il a encore des adversaires résolus en France.


L’inégalité est justifiée au nom de la « nature », qui a fait des femmes des êtres faibles physiquement et psychologiquement, que l’ordre « protéger » ! L’égalité déviriliserait les hommes. Même un intellectuel tel que Victor Basch, président de la Ligue des droits de l’ homme, estime que « les femmes en France n’ont pas besoin de voter puisqu ’elles mènent tout » ! Que de conjectures sur le vote des futures électrices, chacun y voyant un risque de renforcement du camp adverse. Retenons la timidité de la gauche. Au nom de la laïcité , la plupart des radicaux se sont opposés à la réforme , avec succès , tandis que la droite a fini par se persuader qu’ elle y aurait intérêt. Et puis les Françaises n’ont pas encore de droits civils et, sur ce front -là, c’est la droite catholique qui s’oppose farouchement à toute révision du Code Napoléon.
L’accès au gouvernement est-il plus aisé que l’accès à la représentation ? Sans doute, puisque trois femmes sont nommées sous- secrétaires d’État dans le gouvernement de Front populaire . Les adversaires les plus résolus du vote des femmes ne nient pas l’existence de « femmes d’exception », dotées de « viriles » capacités politiques . S’ils persistent à leur refuser l’exercice du pouvoir, c’est en raison du risque d’extension de ce privilège à l’ensemble des femmes. Dans les années 1930, on nomme ou élit des conseillères municipales avec voix consultative. Dès les années 1920 , le Parti communiste avait présenté des femmes aux élections municipales (leur élection était invalidée). Il est plus facile de céder sur l’éligibilité que sur le vote. En mars 1944, à l’Assemblée d’ Alger, seule l’éligibilité est envisagée par la commission de réforme de l’État. C’est un amendement du communiste Fernand Grenier qui introduit le droit de vote dans la discussion. On est encore loin du consensus ! La peur du « saut dans l’ inconnu », encore… Le péril clérical, encore… Deux arguments toutefois emportent l’adhésion de la majorité : rendre hommage à la résistance féminine et mettre la France au diapason des États démocratiques. Le 21 avril, le général de Gaulle signe l’ ordonnance qui donne le vote aux femmes. Il aura fallu des circonstances exceptionnelles, une brèche dans l’ordre politique traditionnel , pour que les Françaises deviennent citoyennes. Pour les féministes, la victoire aura un goût amer : le pouvoir politique reste masculin. La redécouverte de l’histoire du suffragisme découlera d’ ailleurs de la conscience accrue, à partir des années 1970, de l’antiféminisme et de la misogynie dans la sphère politique.
Des exclu -e-s de la citoyenneté mis-e-s en concurrence…L’alliance n’est pas toujours au rendez-vous entre « les femmes » et les « colonisés ». Un automatisme puissant conduità ne prendre en considération, parmi les femmes, que les Françaises et, parmi les colonisés, que les hommes. Par exemple, à la fin du XIXe siècle , certaines suffragistes françaises s’étonnaient qu’une minorité de Sénégalais aient le droit de vote. Elles s’étonnèrent encore quand, en 1936, il fut question de l’accès à la citoyenneté d’une minorité d’Algériens. Finalement, la loi du 7 mai 1946 qui consacre la citoyenneté dans le statut personnel en Algérie ne concerne que les hommes, et les femmes doivent attendre la loi du 29 septembre 1947 pour obtenir des droits identiques ( article 4), qui ne deviendront effectifs qu’en 1958, en pleine guerre, lorsque les modalités du vote seront fixées !

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES pcf
commenter cet article
20 avril 2015 1 20 /04 /avril /2015 21:51
Repost 0
19 avril 2015 7 19 /04 /avril /2015 20:11

Bruno Fornaciari

À l’instant ·

En comparant les propos de Le Pen a un tract commuynste des années 70 Hollande parle comme un paltoquet. Il a perdu le respect que je lui accordait encore pour la fonction qu'il occupe, à tort, je le pense. Non seulement il a trahi ses engagements, il a trompé les électeurs , le voilà maintenant qu'il insulte une partie de l'électorat qui l'a porté au pouvoir. Bassesse et vilénie, quelle honte pour la République et pour la France. Le président de la République doit retirer ses propos et ses amis sociamistes exprimer des regerts et des excuses au parti communiste.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans ACTUALITES PCF
commenter cet article
19 avril 2015 7 19 /04 /avril /2015 10:01

22 000 POSTES SUPPRIMES DANS LES HÔPITAUX D’ICI FIN 2017 - CE QUE CONTIENT PAR AILLEURS LA LOI VOTEE MARDI

mardi 14 avril 2015

Le plan d’économies pour les hôpitaux révélé vendredi par "Challenges" est de 3 milliards d’euros sur trois ans.

Le budget des hôpitaux jusqu’en 2017 s’annonce serré-serré : quelque trois milliards d’euros d’économies sont prévues, dont 860 millions issus de la "maîtrise de la masse salariale", ce qui doit se traduire par la suppression de 22.000 postes, soit 2% des effectifs.

Le ministère de la Santé ne communique pas vraiment sur le sujet, évoquant "non pas une réduction des dépenses mais une évolution maîtrisée de l’augmentation des dépenses" mais "Challenges", qui a publié l’information vendredi, a pu consulter le document interne qui détaille cette "évolution maîtrisée".

Trois milliards sur trois ans, ce n’est pas rien. Dans le détail, 1,2 milliard d’euros doit être économisé grâce à une mutualisation des achats des hôpitaux et une obtention de meilleurs tarifs auprès des fournisseurs. Une baisse de prix des médicaments doit par ailleurs permettre de dégager 350 millions d’euros, alors que des rapprochements entre hôpitaux voisins doivent permettre d’économiser 450 millions d’euros.

Non-remplacements des départs à la retraite

On trouve aussi dans ce document le développement de la chirurgie ambulatoire, c’est-à-dire sans nuit passée à l’hôpital, pour une économie de 400 millions ou la réduction des durées d’hospitalisation pour 600 millions d’euros.

Mais le sujet vraiment explosif, c’est bien cette fameuse "maîtrise de la masse salariale" grâce à la suppression de 22.000 postes pour une économie de 860 millions d’euros.

Cette réduction de la masse salariale - puisque c’est ainsi que ça s’appelle vraiment - ne se fera bien entendu pas par des licenciements. Comme cela se fait souvent, il s’agira essentiellement de non-remplacements des départs à la retraite.

Mais n’oublions pourtant pas qu’au passage, des vacataires intérimaires pourront, eux, se voir remerciés.

**********************************************************

Le projet de loi Santé de Marisol Touraine sera voté ce mardi à l’Assemblée, après deux semaines de débats entre les parlementaires... et des mois de grogne chez les médecins. Mais au juste, que contient ce projet fleuve ?

Après deux semaines de débats, l’Assemblée vote ce mardi le projet de loi Santé de Marisol Touraine. Sa principale mesure, la généralisation du tiers payant, a mis les médecins dans la rue et la droite en fureur. Que contiennent les 57 articles de ce texte, qui partira ensuite au Sénat ?

Le tiers payant généralisé

C’est la principale mesure, et elle motive à elle seule l’opposition de la droite. Promesse de campagne de François Hollande, la dispense d’avance de frais lors d’une consultation médicale doit se mettre en place progressivement. Aujourd’hui réservée aux bénéficiaires de la CMU (la couverture maladie universelle), elle devrait devenir un droit pour tous les assurés fin novembre 2017. C’est alors l’assurance maladie qui prendra directement en charge le coût des soins.

A l’unisson des médecins, UMP et UDI, mais aussi l’extrême droite, ont tenté en vain de faire barrage à une mesure qui entraînera du "travail administratif". Le texte ne mentionne pas d’obligation ni de sanction pour les médecins récalcitrants et devrait inclure une garantie de paiement des médecins.

La délégation de tâches à des personnels paramédicaux La possibilité pour les pharmaciens de réaliser certains vaccins a cristallisé les craintes des médecins qui refusent de déléguer des actes médicaux. La proposition fera dans un premier temps l’objet d’expérimentations.

Les mesures anti-tabac

La mesure-phare de ce volet est assurément le paquet de cigarettes neutre : standard et sans logo. Il devrait être mis en place dès mi-2016, contre la volonté de l’industrie du tabac et des buralistes. Parmi les autres mesures anti-tabac : l’interdiction de fumer dans un véhicule en présence d’un mineur, l’interdiction de la cigarette électronique sur un lieu de travail clos, dans les écoles et dans les transports en commun.

L’expérimentation de salles de shoot Le terme officiel est "salle de consommation de drogue à moindre risque". Communément appelés "salles de shoot", ces lieux seront destinés aux toxicomanes et expérimentés pendant 6 ans après l’ouverture de la première salle.

Les informations nutritionnelles

Des logos de couleurs devraient être mis en place sur les aliments selon leur qualité nutritionnelle, pour lutter contre l’obésité.

Le délai de réflexion pour l’IVG

Les députés ont supprimé le délai de réflexion de sept jours imposé aux femmes souhaitant une interruption volontaire de grossesse (IVG). Actuellement, un délai d’une semaine - qui peut être réduit à 48 heures en cas d’urgence - doit séparer les deux consultations nécessaires à une IVG.

La prévention de l’anorexie

Les parlementaires ont aussi adopté un amendement qui interdit le recours à des mannequins trop maigres sous peine de 6 mois de prison et 75.000 euros d’amende pour les agences ne respectant pas la loi. L’apologie de l’anorexie sera aussi interdite.

Le consentement présumé au don d’organes

La loi prévoit le renforcement du consentement présumé au don d’organes de toute personne majeure décédée. Les proches d’un défunt qui ne s’est pas exprimé sur le sujet ne seraient plus "consultés" par les médecins mais "informés" d’un prélèvement d’organe.

Le "droit à l’oubli" pour les anciens malades du cancer

Avec ce droit à l’oubli, les personnes ayant guéri d’un cancer ne subiront plus de majorations de tarifs ou d’exclusion en matière d’assurance ou d’emprunts.

Le dossier médical partagé

Le partage du dossier médical doit rendre plus aisée la circulation des informations sur un patient entre les professionnels de santé.

Les actions de groupe

Les demandes de réparations de plusieurs patients victimes de dommages dus à des traitements pourront être regroupées en une seule procédure.

Après les députés, qui rendront leur verdict ce mardi, les sénateurs devront à leur tour examiner le texte. Si le projet de loi est adopté, les discussions ne seront pas closes pour autant, puisque Manuel Valls a annoncé la tenue d’une conférence sur la santé, à l’automne ou en 2016, pour que les médecins prolongent la réflexion sur le système de santé.

Repost 0
Published by bruno fornaciari - dans SANTE
commenter cet article

BRUNO FORNACIARI

HPIM3303

Recherche

Texte Libre